REBLOG

Ce que les combats quotidiens masquent : la réalité géographique, c’est que la Russie a conquis une grande partie de l’est de l’Ukraine /Les enjeux linguistiques en Ukraine

Ce que les combats quotidiens masquent : la réalité géographique, c’est que la Russie a conquis une grande partie de l’est de l’Ukraine

Et les Russes bénéficient en outre de la domination maritime de la mer Noire, la seule voie maritime pour le commerce ukrainien, qu’ils ont paralysée. Cela pourrait finir par affamer l’Ukraine sur le plan économique et contribue déjà à une pénurie mondiale de céréales.

L’affirmation du ministère, si elle est confirmée, renforce la perspective que la Russie pourrait bientôt prendre le contrôle total de la région connue sous le nom de Donbas, alors qu’elle n’en contrôlait, via le soutien des séparatistes, qu’un tiers avant l’invasion du 24 février.

Une évolution de la situation qu’il ne faudrait pas sous-estimer : la conquête du Donbas, combinée au succès précoce de l’invasion russe dans la capture de certaines parties du sud de l’Ukraine – adjacentes à la péninsule de Crimée que la Russie a annexée en 2014 – donne au Kremlin un énorme levier dans les futures négociations pour mettre fin au conflit.

 

Ces dernières semaines, les troupes ukrainiennes et russes se sont engagées dans une épuisante guerre d’usure, se livrant souvent à des combats acharnés sur de petites zones. Un village qui tombe aux mains des Russes un jour est souvent repris par les Ukrainiens quelques jours plus tard, pour être ensuite repris par les Russes, et ainsi de suite.

Pourtant, la Russie a presque atteint l’un de ses principaux objectifs

Les Ukrainiens sont de plus en plus dépendants d’une aide militaire et humanitaire occidentale, provenant en grande partie des États-Unis, où la Chambre des représentants a voté mardi soir en faveur d’une enveloppe d’urgence de près de 40 milliards de dollars.

Pourtant, la Russie a presque atteint l’un de ses principaux objectifs : capturer un pont terrestre reliant le territoire russe à la péninsule de Crimée. Le dernier bastion de la résistance ukrainienne dans cette région, l’usine sidérurgique Azovstal à Marioupol, a été réduit à quelques centaines de soldats affamés, dont la plupart sont maintenant réfugiés dans des bunkers.

Mais les efforts des unités russes pour étendre et renforcer le pont terrestre ont été entravés par les troupes ukrainiennes déployées le long d’un front est-ouest qui ondule à travers de vastes champs de blé et traverses parfois des villes et des villages. Bien que l’artillerie et les missiles russes aient fait des ravages dans les zones résidentielles, détruisant les maisons et terrorisant les habitants, l’armée russe n’a pas déployé suffisamment de troupes pour déplacer significativement la ligne ou menacer le principal centre industriel de Zaporizhzhya, la plus grande ville proche de la ligne de front.

Selon les responsables ukrainiens, les troupes russes contrôlent désormais environ 80 % du Donbas et ont concentré leurs efforts sur une partie de la zone occupée par les Ukrainiens, avec Kramatorsk au milieu.

L’énorme impact du blocus de la mer Noire

Ensuite, il y a le blocus russe de la mer Noire. La Russie continue également à essayer de prendre le contrôle d’Odessa, le principal port ukrainien, et n’a pas réduit ses frappes aériennes sur cette ville. Quelques heures après la visite du président du Conseil européen Charles Michel à Odessa, des unités russes ont tiré sept missiles, frappant un centre commercial et un entrepôt de biens de consommation, tuant au moins une personne et en blessant plusieurs autres.

Charles Michel, qui a rencontré le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal, a reproché à la Russie d’étrangler les exportations ukrainiennes de céréales qui nourrissent les populations du monde entier. « J’ai vu des silos pleins de céréales, de blé et de maïs prêts à être exportés », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Cette nourriture indispensable est restée bloquée par la guerre et le blocus des ports de la mer Noire par la Russie, avec des conséquences dramatiques pour les pays vulnérables. »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté la communauté internationale à faire pression sur la Russie pour qu’elle lève le blocus. « Pour la première fois depuis des décennies, il n’y a pas de mouvement habituel de la flotte marchande, pas de fonctionnement habituel du port à Odessa », a-t-il déclaré dans un discours prononcé durant la nuit. « Cela ne s’est probablement jamais produit à Odessa depuis la Seconde Guerre mondiale. »

La guerre a exercé une pression énorme sur l’économie de l’Ukraine

L’économie ukrainienne devrait se contracter de 30 % cette année, a déclaré mardi la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, aggravant ainsi ses prévisions par rapport à celles d’il y a deux mois, où elle prévoyait une contraction de 20 %. « La guerre a exercé une pression énorme sur l’économie ukrainienne, avec de lourdes destructions des infrastructures et des capacités de production », souligne la banque dans une mise à jour économique. Selon les estimations, 30 à 50 % des entreprises ukrainiennes ont fermé leurs portes, 10 % de la population a fui le pays et 15 % des Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur de leur pays.

La banque a également prévu que l’économie russe se contracterait de 10 % cette année et stagnerait l’année prochaine, avec des perspectives bien sombres à moins qu’un accord de paix n’entraîne un assouplissement des sanctions occidentales.

Mais on pourrait dire que l’administration Biden a, dès le début de l’invasion, montré peu ou pas de stratégie d’engagement diplomatique sérieux pour mettre fin à la guerre. En fait, c’est une image opposée qui s’est dessinée : tout en injectant des milliards d’armes et d’aide militaire en Ukraine, le secrétaire à la défense Lloyd Austin a déclaré que l’Amérique souhaitait voir une Russie « affaiblie » en raison de son offensive en Ukraine.

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Excellent, des propos dignes de Xavier Moreau..
    Des véritées rares en ce moment.

Laisser un commentaire