REBLOG

Mondialisme – Yuval Noé Harari | Que faire de toutes ces personnes inutiles ?

Yuval Noé Harari | Que faire de toutes ces personnes inutiles ?

RESET

Yuval Harari est considéré comme un brillant futuriste par Klaus Schwab.

L’écouter, c’est comme avoir un aperçu de la façon dont ces mondialistes pensent. Leur vision du monde est entièrement matérialiste, mécaniste et totalement dépourvue de tout cœur et âme.

Ce sont quelques-unes des « Perles de Sagesse » de Yuval, enchaînées.

***

TRANSCRIPTION

Encore une fois, je pense que la plus grande question peut-être en économie et en politique des prochaines décennies sera de savoir quoi faire de tous ces gens inutiles ?

Le problème est plus l’ennui et comment quoi en faire et comment trouveront-ils un sens à la vie, alors qu’ils sont fondamentalement sans sens, sans valeur ?

Ma meilleure supposition, à l’heure actuelle, est une combinaison de drogues et de jeux informatiques comme solution pour [la plupart]. C’est déjà en train de se produire. Sous différents titres, différentes rubriques, vous voyez de plus en plus de gens passer de plus en plus de temps ou résoudre leurs problèmes intérieurs avec les drogues et les jeux informatiques, à la fois les drogues légales et les drogues illégales.

Vous regardez le Japon aujourd’hui, le Japon a peut-être 20 ans d’avance sur le monde dans tous les domaines. Et vous voyez tous ces nouveaux phénomènes sociaux de personnes ayant des relations avec le virtuel ; des conjoints virtuels et vous avez des gens qui ne quittent jamais la maison et ne vivent que grâce aux ordinateurs.

Je pense qu’une fois que vous êtes superflu, vous n’avez plus de pouvoir.

Encore une fois, nous sommes habitués à l’âge des masses, des 19e et 20e siècles… Nous avons vu tous ces soulèvements massifs réussis ; révolutions, révoltes. Nous nous sommes donc habitués à considérer les masses comme puissantes. Mais il s’agit essentiellement d’un phénomène des XIXe et XXe siècles.

Je ne pense pas que les masses, même si elles s’organisent d’une manière ou d’une autre, aient beaucoup de chance. Nous ne sommes pas dans la Russie de 1917 ni dans l’Europe du XIXe siècle.

Ce dont nous parlons maintenant ressemble à une deuxième révolution industrielle, mais le produit cette fois ne sera pas des textiles, des machines, des véhicules ou même des armes. Le produit cette fois sera les humains, eux-mêmes.

Nous apprenons essentiellement à produire des corps et des esprits. Les corps et les esprits vont visiter, je pense que les deux principaux produits de la prochaine vague de tous ces changements.

C’est facultatif. Encore une fois, et si vous y réfléchissez du point de vue des pauvres, cela semble terrible, car tout au long de l’histoire, la mort a été le grand égalisateur. La grande consolation des pauvres tout au long de l’histoire était que « OK, ces riches ils l’ont bien mais ils vont mourir, tout comme moi. »

Mais pensez au monde, disons dans 50 ans, 100 ans, où les pauvres continuent de mourir mais où les riches, en plus de toutes les autres choses qu’ils obtiennent, obtiennent également une exemption de décès.

Une fois que vous avez vraiment résolu un problème comme l’interface directe cerveau-ordinateur ; quand les cerveaux et les ordinateurs peuvent interagir directement ; par exemple – pour ne prendre qu’un exemple – ça y est, c’est la fin de l’histoire ; c’est la fin de la biologie telle que nous la connaissons. Personne n’a la moindre idée de ce qui se passera, une fois que vous aurez résolu ce problème.

Si la vie peut fondamentalement éclater du domaine organique dans l’immensité du domaine inorganique, vous ne pouvez même pas commencer à imaginer quelles en seront les conséquences, car votre imagination est actuellement organique.

Donc, s’il y a un point de singularité, comme on l’appelle souvent, par définition, nous n’avons même aucun moyen de commencer à imaginer ce qui se passe au-delà. Considérant le point de singularité comme une tendance, il s’accélère.

C’est la nouvelle attitude, je pense, c’est de traiter la vieillesse et la mort comme des problèmes techniques, pas différents, par essence, de toute autre maladie. C’est comme le cancer, c’est comme la maladie d’Alzheimer, c’est comme la tuberculose.

Peut-être ne connaissons-nous pas encore tous les mécanismes et tous les remèdes mais en principe, les gens meurent toujours pour une raison et une seule raison – et ce sont des raisons techniques, pas des raisons métaphysiques.

Aujourd’hui, les gens réussissent à vivre – beaucoup de gens – en tant qu’individus isolés et aliénés.

Dans les sociétés les plus avancées, de nombreuses personnes vivent comme des individus aliénés sans communauté à proprement parler, avec une très petite famille. Ce n’est plus la grande famille élargie, c’est maintenant une très petite famille ; peut-être juste un conjoint; peut-être un ou deux enfants – et même eux, ils pourraient vivre dans une autre ville, dans un autre pays – et vous les voyez, peut-être une fois tous les quelques mois et c’est tout.

Après des millions d’années d’évolution, soudain, en l’espace de 200 ans, la famille et la communauté intime se brisent ; ils s’effondrent. La plupart des rôles remplis par la famille et par la communauté intime depuis des milliers et des dizaines de milliers d’années sont transférés très rapidement vers de nouveaux réseaux fournis par l’État et le marché.

Vous n’avez pas besoin d’enfants, vous pouvez avoir un fonds de pension. Vous n’avez pas besoin de quelqu’un pour prendre soin de vous. Vous n’avez pas besoin de voisins et de sœurs ou de frères pour prendre soin de vous lorsque vous êtes malade ; l’État s’occupe de vous, les États vous fournissent la police, l’éducation, l’aide pour tout, en termes d’idées, en termes de religions.

L’endroit le plus intéressant aujourd’hui au monde sur le plan religieux est la Silicon Valley. Ce n’est pas le Moyen-Orient. C’est là que les nouvelles religions sont créées maintenant par des gens comme Ray Kurtzweil et ce sont les religions qui vont conquérir le monde.

Réimprimé avec la permission de l’auteur.

Catégories :REBLOG

5 réponses »

  1. l’intelligence « artificielle » se heurte à la barrière du sens et de la conscience impossibilité de comprendre de manière humaine et de finaliser des concepts abstraits,ni les les motivations et comprtements des êtres qui nous entourent ni comprendre que l’intelligence humaine participe de son identité d’être raisonnable et incapable de sentiments

Laisser un commentaire