A Chaud!!!!!

Le Billet du LUPUS : « Davos sur Soros » : De l’eau dans le gaz russe ? « Goldman » Draghi Félon ? (LE LUPUS)

« Davos sur Soros » : De l’eau dans le gaz russe ? « Goldman » Draghi Félon ? 

Lors de l’annuel Forum Économique de Davos, George Soros a déclaré aux journalistes avoir adressé à Mario Draghi une lettre dans laquelle il souligne que l’Union Européenne avait un fort pouvoir de négociation face à la Russie. Le financier milliardaire explique dans sa lettre au Premier ministre italien que l’Europe, qui possède des gazoducs, serait même en position de force par rapport à la Russie.

D’après lui, Vladimir Poutine a été très intelligent en faisant du chantage à l’Europe et en menaçant de ne plus l’approvisionner en gaz. La vente de gaz naturel a jusqu’ici permis à la Russie de financer sa guerre en Ukraine, cependant si elle arrête de le vendre, elle devra le stocker et cet espace serait, à en croire George Soros, rempli aux alentours du mois de juillet. Il serait impossible pour le président russe de fermer la production car l’arrêt des machines prend du temps et leur réouverture par la suite ne serait pas facile, en raison de l’âge du matériel d’extraction. La Russie ne serait bientôt plus en mesure de stocker le gaz produit et arrêter la production serait aussi très coûteux, surtout avec toutes les sanctions économiques auxquelles elle est confrontée.

Visiblement la lettre de Georges  » uber alles » Soros n’a pas été pris au pieds de la Lettre par Mario « Goldman » Draghi  puisque en date du 18 Mai 2022 l’on a appris que craignant un possible arrêt des livraisons, la société énergétique italienne Eni a cédé aux exigences de Moscou. 

Eni a annoncé qu’elle allait ouvrir « dans les prochains jours » un compte libellé en euros et un libellé en roubles auprès de Gazprombank « sans préjudice de ses droits contractuels, qui prévoient toujours un paiement en euros ». Elle a précisé qu’il s’agirait une situation « temporaire ». Il s’agit toutefois bien d’une technique demandée par Moscou pour que ses clients européens paient son gaz en monnaie russe, comme l’exige Vladimir Poutine depuis début avril. Eni a ajouté qu’elle avait rejeté une demande du fournisseur russe Gazprom Export visant à modifier son contrat d’approvisionnement à long terme existant. Le mois dernier, les sociétés polonaise PGNiG et bulgare Bulgargaz avaient rejeté des demandes similaires et avaient vu leur approvisionnement en gaz coupé. .

Craignant de connaître pareil sort, le groupe italien a donc décidé de se conformer aux exigences russes: les obligations de paiement seront considérées comme remplies avec le dépôt initial en euros, la conversion se fera dans les 48 heures sans aucune implication de la banque centrale russe (sanctionnée par l’UE). Pour Eni, contrôlée à 30,3% par l’État italien, la procédure dans laquelle elle va s’engager « ne devrait pas être incompatible avec les sanctions existantes » à l’égard de Moscou. Elle a tenu à souligner le fait que, de son côté, elle continuerait de payer en euros.

Tout le monde l’aura compris, en matière de gaz comme de pétrole, en Europe il y a la théorie et il y a la pratique. Tout est affaire de nuances…, la vassalité n’empêchant pas la versatilité des affaires ! 

LE LUPUS

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. Tel est pris qui croyait prendre …depuis le début les States se prennent des râteaux éspérons que ce soit le début de leur fin !

  2. C’est dommage que les puits de gaz aient normalement plusieurs sorties et rien n’empêche Poutine de remettre le gaz dans le gisement, bien sûr cela coûtera quelques Kwatts maintenant mais ce ne sera pas un problème… mais Soros ne le sait pas !

Laisser un commentaire