REBLOG

Matt Bellamy de Muse est convaincu que « la fin est proche » : « Nous arrivons à un point critique où il va y avoir une perturbation »

Matt Bellamy de Muse est convaincu que « la fin est proche » : « Nous arrivons à un point critique où il va y avoir une perturbation »

metalzone.fr

3 min

View Original

Le chanteur de Muse, Matt Bellamy, est convaincu que “la fin est proche”. Mais la fin de quoi exactement ? C’est ce dont il parle dans une nouvelle interview pour NME.

Le musicien de Rock suggère que la “fin d’un certain cycle de civilisation” est en train de se produire, qualifiant notre époque de période de “grande transition”.

Il déclare : “La fin est proche… La fin de quoi, cependant ? Ce n’est pas la fin des humains. Ce n’est certainement pas la fin du monde. Ce n’est certainement pas la fin de l’évolution. En réalité, si nous sommes honnêtes, ce n’est même pas la fin de l’humanité, n’est-ce pas ? Mais c’est la fin de quelque chose. C’est la fin d’un certain cycle de civilisation.”

Il poursuit : “Si vous regardez l’histoire, ce ne sont que des cycles qui vont et viennent. Certains les appellent ‘cycles de la dette’ ; ils sont liés au crédit, à l’argent et au fonctionnement des systèmes bancaires. Les cycles peuvent durer quelques centaines d’années ou quelques décennies. En fait, nous arrivons à un point critique où il va y avoir une perturbation. Tout le monde fait tout ce qu’il peut pour prétendre que ça n’arrivera pas ou pour essayer de maintenir le statu quo, mais plus ils s’accrochent à ça, plus ça sera mauvais quand ça arrivera. Si nous pouvions rendre la transition un peu plus progressive, elle pourrait se faire un peu moins violemment. Mais ça va être un gros, gros changement. On parle d’un effondrement économique, d’un changement et d’une réinvention, d’une transition énergétique totale. C’est vraiment ce à quoi nous avons affaire ici : une transition perturbatrice.”

Dans ce contexte, Bellamy pense que la crise pourrait laisser place à un nouveau système politique : “Je pense que tout le monde sait que nous voulons une révolution, mais nous ne voulons absolument pas d’une bande de fous autoritaires de droite. C’est la dernière chose que nous voulons. Et nous ne voulons pas non plus d’une solution communiste totalement à l’extrême gauche. Je pense que ce que nous voulons, c’est quelque chose de complètement nouveau. Je ne pense pas que cela existe pour l’instant, mais je pense qu’un nouveau type de politique pourrait émerger. Je l’appellerais le Méta-Centrisme. C’est une oscillation entre des valeurs libérales, libertaires pour les individus – la vie sociale, la possibilité d’être n’importe quel genre, ce genre de choses – mais aussi plus socialistes sur des choses comme la propriété foncière, la nature et la distribution de l’énergie. C’est une oscillation entre les deux pôles.”

Il ajoute : “Je suis fondamentalement anti-autoritaire – c’est juste ma nature, je suis né comme ça. Donc si j’entends certaines choses qui me font dire : ‘Ne commencez pas à me dire de faire ça ou de vivre comme ça’, peu importe de quel côté ça vient, je vais probablement y résister.”

Plus tard dans l’interview, il déclare : “Nous vivons à une époque où il est vraiment important d’être capable de subvenir à ses besoins en cas de coupures de courant prolongées, de cyberattaques, de crises d’approvisionnement alimentaire, de crise énergétique. Ces choses vont commencer à se produire maintenant. Mais en même temps, nous ne voulons pas perdre de vue les choses qui nous tiennent ensemble, les liens sociaux que nous avons.”

Il conclut en disant : “Toutes ces disputes sur Twitter pour savoir qui a dit quoi et comment ils l’ont dit – je suis certain que dans 50 ans, les gens regarderont ce moment de l’histoire et se diront : ‘À quoi diable pensaient-ils ? Comment se fait-il qu’ils n’aient pas vu le bus qui allait les percuter ?’.”

Largement inspiré par les événements de 2020 à nos jours, et comprenant des paroles en lien avec les sujets de cette interview, le nouvel album de Muse, Will Of The People, sortira le 26 août via Warner Records.

« La musique est une illusion qui rachète toutes les autres »

La musique est une illusion qui rachète toutes les autres.

Emil Cioran – Aveux et anathèmes (1986)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Je crains qu’il ait raison.
    c’est une remarque que je fais depuis qqs temps:
    on est dans la situation de la 2eme guerre mondeiale : tout le modne la craint
    et IL NE SE PASSE RIEN.
    Nous, les populations,
    laissons faire les bandits qui nous dominent.

    Dont le president actuel .. qui a accepté ce grand chambardement
    car totalement soumis aux ultrariches occidentaux.

    On dirait que les USA ont abandonné l’Ukraine.
    donc la grosse catastrophe se prépare.

    Une super provocation des bandits contre la Russie pour la contraindre à réagir
    et donc justifier son écrasement nucléaire prêt depuis longtemps.

    L’europe ainsi sacrifiée par les USA, Europe qui sert d’outil à ces bandits planétaires.

Laisser un commentaire