REBLOG

Les nouvelles règles de la Russie (Tom Luongo)

Les nouvelles règles de la Russie

THE SPANKING II

 


Par Tom Luongo
Publié le 17 juin 2022 sur Gold Goats’N Guns

La Russie en a fini avec l’Occident. Le divorce est quasiment consommé. Ces derniers jours, tous les grands dirigeants russes nous ont dit la même chose : « L’Occident va jouer selon nos règles maintenant. »

Vous pouvez décider par vous-mêmes si la Russie est en train de faire des chèques qu’elle ne peut pas encaisser, mais comme l’a dit le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov à la BBC sans détour: « Nous ne nous soucions pas de l’opinion de l’Occident ». Lavrov a toujours été adepte de la politesse et de la discrétion lorsqu’il traite avec les médias européens. Son hostilité ouverte envers son intervieweur de la BBC n’était pas seulement palpable, elle était difficile à démentir. Lavrov a enchaîné en disant :

« Je pense qu’il n’y a même plus de place pour une manœuvre à gauche.

Parce que tant [le Premier ministre Boris] Johnson que [la ministre des Affaires étrangères Liz] Truss disent publiquement : ‘Nous devons vaincre la Russie, nous devons mettre la Russie à genoux’. Alors, allez-y, faites-le. »

Les dirigeants russes ne s’expriment jamais en termes aussi directs. C’est presque comme si Lavrov reprenait les paroles de l’humoriste Dennis Miller qui avait l’habitude de dire : « Sentez-vous comme une grenouille, faites ce saut. »

Voyez où cela vous mène.

La Russie sait que l’Occident est dans les cordes. Nous avons besoin de ce qu’ils produisent et maintenant ils sont déterminés à fixer les règles pour savoir qui les obtient et à quel prix. Elle sait que les dirigeants européens sont des marionnettes dans la main de Klaus Schwab.

Et elle sait que Davos n’a aucune influence sur les actions de la Russie à partir de maintenant.

Ce qui m’amène aux déclarations d’Alexei Miller, PDG de Gazprom, qui s’est exprimé publiquement au Forum d’investissement économique de St. Petersburg et qui vient de décrire la situation dans les termes les plus crus qui soient:

« Le jeu de la valeur nominale de l’argent est terminé, car ce système ne permet pas de contrôler l’offre de ressources. …Notre produit, nos règles. Nous ne jouons pas selon les règles que nous n’avons pas créées. »

La déclaration de Miller doit être considérée comme une déclaration de principe sur tous les théâtres d’opération de la Russie. Cela ne s’applique pas seulement au gaz naturel ou au pétrole. Il s’agit de tout : à partir de maintenant, toutes les relations de la Russie avec l’Occident se feront à ses conditions et non à celles de l’Occident.

C’est clairement le plus grand doigt d’honneur géopolitique de l’après-guerre.

Miller établit clairement les règles d’un nouveau système monétaire centré sur les matières premières, un système basé sur ce que Zoltan Poszar, du Crédit Suisse, appelle « l’argent extérieur » – les matières premières, l’or, voire le bitcoin – plutôt que l’utilisation flagrante par l’Occident de « l’argent intérieur » avec la monnaie fiduciaire  et le crédit basés sur la dette – pour perpétuer un vieux comportement colonialiste bien au-delà de sa date limite d’utilisation.

J’ai exposé le problème de base dans un  article du mois de mars, après que la Russie ait rattaché le rouble à l’or.

Aujourd’hui la norme de « l’argent interne », connue familièrement sous le nom de norme de la réserve de dollars, est en fait ce que j’aime appeler « le cauchemar de Milton Friedman ». Ce n’est rien d’autre qu’un système de scrips basés sur la dette, dévalués et gonflés de manière compétitive, qui se promènent en buvant les milkshakes des autres jusqu’à ce que le verre de chacun soit vide.

Miller est définitivement du genre à voir le verre plein maintenant.

Ces commentaires sont intervenus après que Gazprom a commencé à réduire les flux de gaz vers l’Europe par le biais du gazoduc Nordstream 1 en utilisant l’histoire de la réparation des turbines à gaz piégées dans le Canada fasciste qui ne pouvaient pas être renvoyées à Siemens en raison des sanctions.

L’Allemagne et le Canada essaient maintenant de trouver un moyen de contourner les sanctions pour récupérer ces turbines.

Dans le même temps,  Miller s’est engagé à fournir davantage de gaz à la Chine (en hausse de 67 % en glissement annuel jusqu’en mai) parce que la Russie est intéressée par la stabilité énergétique pour ses amis, tandis que ses ennemis peuvent mourir de faim.

Reuters rapporte que « la société russe Gazprom a augmenté ses livraisons de gaz à la Chine de 67 % au cours des cinq premiers mois de cette année, a déclaré jeudi le PDG de la société, Alexei Miller. »

C’est également mercredi que le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ont tenu leur deuxième conversation téléphonique depuis le début de la guerre en Ukraine. Xi a déclaré à M. Poutine que la Chine était « disposée à continuer d’offrir un soutien mutuel (à la Russie) sur les questions concernant les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures telles que la souveraineté et la sécurité », comme le cite le radiodiffuseur public CCTV.

L’arrogance des commissaires européens ne cesse de me surprendre. Ces gens déclarent pratiquement la guerre à la Russie et se montrent ensuite choqués (choqués, je dis bien !) que la Russie les traite de la sorte.

Le jour même où quatre membres de la Commission européenne – la France, l’Italie, l’Allemagne et la Roumanie – approuvent le traitement accéléré de la demande d’adhésion de l’Ukraine, le Français Emmanuel Macron exhorte le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy à s’asseoir à la table des négociations avec la Russie.

Même si Zelenskyy faisait ces ouvertures à la Russie, compte tenu de ses déclarations publiques sur ses conditions, il n’y aurait absolument aucune chance que la Russie accepte de se présenter aux négociations.

À l’heure actuelle, je ne vois rien d’autre que la Russie qui continue à écraser l’armée ukrainienne, à prendre les territoires qu’elle veut et à organiser des élections locales pour que les territoires conquis deviennent des États indépendants ou fassent partie de la Russie.

Il est probable qu’il en soit ainsi à l’heure actuelle, puisque la Russie délivre désormais des passeports russes dans les régions qu’elle a prises à l’Ukraine, passeports que l’UE, bien entendu, refusera de reconnaître jusqu’à ce que personne ne se soucie plus de ce qu’elle pense.

Les règles changent rapidement. À l’avenir, il existe un réel danger que ce que la Russie a mis en marche mène à quelque chose que personne ne veut envisager. Bien sûr, l’Occident a contribué à créer cette situation en forçant la main à Poutine pour envahir l’Ukraine, donc la question de savoir qui est à blâmer pour les conséquences de tout cela n’est peut-être pas pertinente.

Espérons que les bruits qui viennent de l’Ouest sur le fait que les sanctions sont allées trop loin et que les lamentations des pires néocons américains et britanniques ne sont plus pris au sérieux par ceux qui ont leurs doigts près des codes de lancement.

Si c’est le cas, ces nouvelles règles ne seront acceptées à contrecœur qu’après que de nombreuses frontières auront été redessinées, que de nouvelles alliances auront été formées et qu’un ordre mondial différent aura été établi.

Ce matin, le président Poutine a déclaré que l’ancien ordre mondial est mort. Il a terminé son discours dans lequel il a expliqué comment l’Occident se suicidait pour répondre aux souhaits de la bande du Davos par la déclaration définitive suivante :

La Russie entre dans l’ère à venir en tant que puissant pays souverain. Nous utiliserons sans aucun doute les énormes nouvelles opportunités qui se présenteront à l’avenir. Et nous deviendrons encore plus forts.

Poutine a raison sur ce point. La Russie devient plus forte de jour en jour. L’Occident a fait de son mieux pour détruire la Russie et a raté son coup. Il a clairement identifié les véritables responsables des problèmes de l’Europe et des États-Unis : la soumission à une classe d’oligarques qui se sentent autorisés à diriger le monde.

Lorsque la guerre a commencé, j’ai écrit sur ce que je pensais être les intentions de Poutine. Ensuite, ce n’était que de la spéculation :

La Russie avait toutes les cartes en main dans les négociations sur l’Ukraine et nous avons imprudemment poursuivi une politique d’insultes et de propagande amateur, refusant de croire que la Russie ne tiendrait pas le coup.

En envoyant des troupes au sol, des avions dans les airs et des missiles sur toutes les installations militaires ukrainiennes du pays, la Russie a renversé l’argument de la « force du droit » des États-Unis et de l’Europe.

Le jeu a changé parce que les règles ont changé. Il ne s’agit plus d’un jeu de bras de fer rhétorique et de déclarations vertueuses.

Aujourd’hui, c’est un fait. Lorsque Poutine a fait son entrée en Ukraine, l’objectif ultime était que la Russie soit traitée par l’Occident comme un égal et qu’elle sorte le Sud de ce qu’il a appelé la « vassalité ». La raison pour laquelle Poutine est détesté est qu’il a compris qu’il existe deux types de pays, les « souverains » et les « vassaux ».

C’est l’œuvre de sa vie que de faire de la Russie un État « souverain » affranchi de l’Occident.

Du point de vue de la Russie, leur opération militaire en Ukraine a été une déclaration d’indépendance vis-à-vis de l’ancien « ordre fondé sur des règles » de l’ère post-Seconde Guerre mondiale. Justifiée ou non, nous sommes maintenant dans une nouvelle ère.

La question est maintenant de savoir combien y survivront.

Tom Luongo

Source: Gold Goats ‘N Guns

Traduction Olinda/Arrêt sur info

THE SPANKING II

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. Merci. Est il possible d’avoir les liens vers les articles originaux ? Merci

  2. Attention à un point important.

    La Russie dépend encore techniquement de l’occident.
    Le pétrole, le gaz sont opérés industrielement au sens des procédés par des occidentaux.

    La Russie est donc de ce point de vue très fragile pour le moment.
    On ne devient pas pétrolier ou gazier en 5 ans.
    Il n’y a pas de grande compagnie russe capable.
    Les grandes sont des montages financiers, des coquilles vides.

    En processeurs (automates), c’est encore assez faible bien qu’en pleine progression.
    Meme l’Europe n’a pas grand chose …
    ce qui est regrettable.

Répondre à Rousseau Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :