REBLOG

Marchés : Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

Nulle part où se cacher de l’effondrement de la bulle du « tout »

On nous dit de ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier. L’idée est que chaque panier se comporte différemment à différents moments. En cas de crise, une partie au moins de votre portefeuille est censée résister.

Mais que faites-vous lorsque tous les paniers sont frappés par le même tremblement de terre ?

Habituellement, lorsque les actions s’effondrent, les obligations augmentent. Mais cette fois-ci, les obligations se sont comportées encore plus mal que les actions, selon certains critères !

L’immobilier, une des couvertures préférées contre l’inflation en raison de ses avantages fiscaux et de l’effet de levier utilisé pour l’acheter, est également en chute libre.

L’or est relativement stable, surtout dans les monnaies autres que le dollar américain. Mais il est censé monter en flèche dans des périodes comme celle-ci.

Les actions des services publics sont un investissement défensif favori, mais elles sont frappées par les perturbations et les interventions gouvernementales telles que le plafonnement des prix.

Les valeurs bancaires sont censées profiter de la hausse des taux d’intérêt. Mais pas cette fois-ci. La panique s’empare des banques, qui craignent que les taux d’intérêt ne soient trop élevés trop rapidement pour leurs clients.

Les produits de première nécessité comme les denrées alimentaires sont pris dans le chaos de la chaîne d’approvisionnement, des engrais et de l’énergie. Ces valeurs sont donc également en difficulté.

Les actions du secteur de l’énergie se portent plutôt bien, mais le gouvernement a l’intention d’écraser les parties les plus importantes de leurs activités dans les années à venir.

Les matières premières ne cessent d’exploser et de s’effondrer de manière erratique et ne sont généralement pas un bon moyen de jouer les krachs de marché. Je soupçonne qu’une grande partie du boom des matières premières s’explique par le sous-investissement, qui fait que les producteurs de matières premières ne semblent rentables qu’à court terme parce qu’ils ne dépensent pas d’argent dans de nouveaux projets. Dans quelques années, ils n’auront plus assez de revenus.

Le cash dépasse la plupart des catégories d’investissement ces derniers temps, ce qui est incroyablement ironique compte tenu de la poussée de l’inflation…

Le fait est qu’il n’y a nulle part où se cacher de cette liquidation. L’histoire que l’on nous sert depuis des décennies sur la diversification ne s’est pas avérée vraie jusqu’à présent. Tout s’effondre simultanément.

Mais pourquoi est-ce le cas ? Qu’est-ce qui a mal tourné ?

Eh bien, les banques centrales et les gouvernements sont intervenus si lourdement dans l’économie qu’ils ont créé une bulle du tout. Même les grands médias l’ont compris pendant la hausse… ce qui est très inhabituel.

Mais quelle était cette bulle ? Eh bien, tous les prix des actifs ont été surenchéris à des niveaux élevés.

Les obligations ont atteint des rendements nominaux négatifs, ce qui est une autre façon de dire que leurs prix ont été portés à des niveaux tellement absurdes que les investisseurs étaient assurés de perdre de l’argent.

Les prix de l’immobilier se sont emballés lorsque les taux d’intérêt ont atteint zéro, la dette étant devenue si bon marché.

Les actions sans bénéfices ont atteint des capitalisations boursières ridicules.

Les valeurs technologiques ont connu une répétition de la bulle technologique.

Les crypto-monnaies ont explosé.

Des experts comme Dave Portnoy ont fait carrière en affirmant que les actions ne font que monter.

Mais ce qui monte sur une vague de stimulation des banques centrales doit redescendre, indépendamment de l’inflation et d’un marché baissier. Comme l’a expliqué l’économiste Ludwig von Mises, ce n’est qu’une question de temps et de gravité :

Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par l’expansion du crédit. L’alternative est seulement de savoir si la crise doit survenir plus tôt comme résultat de l’abandon volontaire de toute nouvelle expansion du crédit, ou plus tard comme une catastrophe finale et totale du système monétaire concerné.

Le Japon teste actuellement cette théorie.

En clair, les banquiers centraux ont gonflé le marché jusqu’à des sommets tels qu’ils doivent tous chuter maintenant que le stimulus des banques centrales est retiré.

Auparavant, ce type d’action sur les prix – l’envolée et la chute – concernait des secteurs isolés du marché, comme l’immobilier en 2006, les valeurs technologiques en 1999, les valeurs asiatiques en 1996, etc. Mais cette fois, nous sommes dans la bulle du tout : les banquiers centraux ont tout gonflé. Et donc, tout doit redescendre ensemble, quelles que soient les conditions économiques et financières.

Une autre explication est que la combinaison d’une récession et d’une inflation est rare et mauvaise pour toutes les classes d’actifs. N’oubliez pas que l’inflation et la récession sont censées s’exclure mutuellement.

Les économistes ont simplement présumé que c’était le cas jusque dans les années 1970.

Les investissements qui dépendent d’une économie dynamique chutent en raison d’une récession et les investissements qui dépendent d’une faible inflation chutent en raison de la flambée des prix.

Le problème, c’est que les deux mesures peuvent encore s’aggraver considérablement. Selon les dernières prévisions de la Banque d’Angleterre, l’inflation devrait dépasser 11 %. Et une récession commence tout juste à faire partie des prévisions du consensus.

La déroute du marché pourrait n’être que le début.

Voici une dernière chose avant que vous ne partiez.

J’ai reçu quelques commentaires sur l’article de lundi qui expliquait la différence entre la véritable inflation et un choc d’offre. J’ai pensé à une bien meilleure explication que les 1 000 mots qu’il fallait lundi. Il s’agit d’une question simple :

Le prix du pétrole augmente-t-il à cause de l’inflation ? Ou l’inflation augmente-t-elle à cause du prix du pétrole ?

Il ne s’agit pas seulement du pétrole, bien sûr. Mais vous comprenez l’idée. Notre inflation est alimentée par la hausse des prix des matières premières et non l’inverse. Cela signifie qu’elle pourrait se terminer très brusquement, ou que la véritable inflation pourrait être encore à venir.

« Ce sera la récession la plus sévère que nous ayons connue », prévient l’investisseur Peter Schiff, et voici comment il s’y prépare

By CP 

fr.businessam.be

3 min

View Original

L’investisseur estime que la Fed a réagi trop tard, et que la récession sera « la plus sévère connue à ce jour ». En observant son portefeuille d’actifs, on peut observer trois éléments sur lesquels il se prépare à cette crise.

Stagflation, récession, effet « Bullwhip« … de plus en plus d’acteurs du monde économique prédisent des nuages sombres. Peter Schiff, CEO et stratégiste en chef auprès d’Euro Pacific Capital, ne tarit pas de superlatifs pour décrire la récession qui nous pendrait au nez : « Ceux qui pensent que la récession sera légère ne comprennent pas les récessions », s’est-il exprimé, comme le relaye Money Wise.

« Plus les taux d’intérêt sont maintenus à un niveau trop bas pendant un boom, plus l’erreur doit être corrigée pendant une crise. Comme les taux n’ont jamais été aussi bas pendant si longtemps, cette récession sera la plus sévère connue à ce jour », compare-t-il. Il n’est certainement pas le seul à juger que la Fed (et d’autres banques centrales, notamment la BCE, essuient souvent la même critique) a trop attendu pour relever les taux d’intérêt.

Préparation à la crise

Pendant qu’il annonce la couleur de la récession à venir, il prépare déjà les portefeuilles d’Euro Pacific Capital pour cette crise. C’est ce qui transparaît d’une déclaration au gendarme boursier américain, la SEC, que le média spécialisé a pu consulter. Il y a notamment trois tendances qui en ressortent.

« Le problème du dollar est qu’il n’a pas de valeur intrinsèque. L’or conservera sa valeur, et vous pourrez toujours acheter plus de nourriture avec votre or », a indiqué Schiff par le passé déjà.

L’or est ainsi une part importante du portefeuille de la société d’investissement. Les trois premiers actifs sont même des compagnies minières qui extraient de l’or. Euro Pacific Capital possède 1.645.000 actions de Barrick Gold, 335.740 actions de Newmont, et 409.155 actions d’Agnico Eagle Mines. Ces trois représentent respectivement 8%, 5,4% et 5% du portefeuille. La déclaration reprend l’état du portefeuille en date du 31 mars. Or, avec les dires de Schiff, on pourrait imaginer que la part de l’or a augmenté.

  • Cigarettes

En quatrième position vient un cigarettier. British American Tobacco représente 4,6% du portefeuille. L’action semble avoir été choisie pour le revenu passif qu’elle garantit : 68 cents de dividende trimestriel par action et un rendement de 6,2% par an. Le neuvième poids du portefeuille (à hauteur de 3,1%) est également un cigarettier : Philip Morris, avec 160.000 actions. Cette action a un rendement annuel de 4,9%.

Les cigarettiers semblent aussi avoir été choisis car la demande du secteur varie peu. Même avec des hausses continuelles des prix, des taxes et accises qui ont pour but d’être dissuasives, et des messages d’avertissement avec des photos repoussantes, l’achat de cigarettes continue. Même en temps de crise, l’achat de cigarettes n’a historiquement jamais beaucoup été impacté.

  • Agriculture

Le choix pour l’agriculture semble évident : même dans la crise la plus sévère, où tout s’effondrerait, les personnes ont toujours besoin de manger – il ne faut pas être un Warren Buffett pour déceler cela. Peter Schiff parie donc sur l’agriculture et son portefeuille détient 142.052 actions de Nutrien, un producteur d’engrais.

Et ce pari s’avère, pour l’instant, gagnant : la société a enregistré des bénéfices record au premier trimestre (1,4 milliard de dollars), alors que nombreuses autres sociétés dans d’autres pans de l’économie annonçaient des résultats inférieurs à leurs records. Le prix de l’engrais, qui a explosé suite à la guerre en Ukraine, est une des principales raisons de ces bénéfices. Le prix de l’action est aussi monté en conséquence, entre février et avril. Depuis mai, le prix de l’action est en baisse, mais il est aujourd’hui toujours supérieur à son prix du début de l’année (7,2%), ce qui est un fait plutôt rare à la bourse en ce moment.

Traduction de Fortune & Freedom par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Il y bien longtemps un « ami »m’avait dit « il ne te reste plus qu’à acheter de la terre « ;C’est ce que j’ai fait ,en fait c’était un ami.

Laisser un commentaire