REBLOG

Mondialisme : Les Canadiens se joignent au soulèvement des agriculteurs néerlandais

Les Canadiens se joignent au soulèvement des agriculteurs néerlandais

Des milliers de résidents canadiens se lèvent et rejoignent les protestations des agriculteurs néerlandais contre le « nouvel ordre mondial ».

Au cours des dernières semaines, les agriculteurs néerlandais sont descendus dans la rue pour protester contre les politiques climatiques d’extrême gauche du gouvernement. Le gouvernement néerlandais, contrôlé par le Forum économique mondial, veut mettre les agriculteurs au chômage et vendre les terres aux élites.

Rairfoundation.com rapporte : Le gouvernement a récemment annoncé de nouvelles politiques limitant le nombre de bovins que les agriculteurs peuvent légalement posséder. Ces mesures radicales visent à aider l’Union européenne à atteindre ses objectifs en matière d’émissions fixés dans le cadre des accords de Paris sur le climat. Le bloc et le Forum économique mondial visent à réduire les émissions de carbone de 55 % d’ici 2030. Dans de nombreuses régions, les objectifs de réduction vont jusqu’à 70 %, et dans les réserves naturelles, jusqu’à 95 %. Toutefois, la réalisation de ces réductions massives nécessitera une refonte radicale des économies des États membres et entraînera la fin de l’agriculture moderne.

Parmi les autres politiques imposées aux Néerlandais figurent l’interdiction des engrais utilisant de l’azote et le démantèlement forcé de nombreux élevages bovins. Comme indiqué précédemment sur le site de la Fondation RAIR USA, les plans prévoient que les agriculteurs abandonneront volontairement leurs exploitations et recevront une compensation pour cela – à condition qu’ils garantissent de ne jamais revenir à l’agriculture. S’ils ne sont pas d’accord, l’État reprendra leur exploitation. Le même système est appliqué au Royaume-Uni pour les agriculteurs britanniques, bien qu’ils aient quitté l’UE. La grande expropriation a donc commencé.

Les Pays-Bas sont l’un des plus grands exportateurs agricoles d’Europe, ce qui en a fait une cible des politiques de l’UE en matière de changement climatique. Mais, comme le rapporte RAIR« les socialistes qui poussent ces propositions scandaleuses se soucient bien moins de l’environnement que de vous contrôler ».

Les radicaux du climat visent tous les États membres de l’Union européenne

Ce qui se passe aux Pays-Bas est presque comme une boule de cristal pour le reste des nations occidentales soumises à des politiques radicales en matière de changement climatique, rapporte Counter Signal.

Les agriculteurs d’autres pays, l’Espagne, l’Italie, la Pologne, l’Allemagne et la France, ont déjà commencé à protester alors que l’Union européenne intensifie ses efforts pour réduire les émissions dans tous les États membres, portant ainsi atteinte aux moyens de subsistance des citoyens et à l’approvisionnement alimentaire mondial.

Les agriculteurs ont lancé un appel à l’action en début de semaine dans une vidéo désormais virale, demandant aux agriculteurs du monde entier de se lever le 23 juillet pour une journée de manifestations internationales :

 

Le Canada s’associe aux agriculteurs néerlandais

Les Canadiens ont annoncé qu’ils se joindront au soutien de leurs collègues agriculteurs en Europe. De plus, de nombreux Canadiens protesteront contre les politiques sur l’azote du gouvernement canadien, contrôlées par le FEM, qui sont sur le point de détruire l’agriculture canadienne et le modèle de l’exploitation familiale.

Le plan du Premier ministre Justin Trudeau vise les émissions d’oxyde nitreux provenant des engrais et cherche à les réduire de 30 % entre 2020 et 2030. Le plan de Trudeau visant à réduire l’utilisation d’engrais pour lutter contre le « changement climatique » est le genre de pensée mondialiste qui conduira à la montée en flèche des prix des aliments et à la famine.

Il s’agit d’un délai absurdement court qui est tout aussi irréaliste que son objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre du Canada à 40-45% sous les niveaux de 2005 d’ici 2030 et à un niveau net zéro d’ici 2050. Entre-temps, l’agriculture au Canada ne contribue qu’à 10 % des émissions de gaz à effet de serre.

Les Canadiens doivent apporter des changements radicaux dans leur vie pour atteindre les objectifs mondialistes de Trudeau. Comme indiqué précédemment :

« Émissions zéro » signifie que les citoyens devraient éviter complètement de laisser une soi-disant empreinte carbone. L’expression « émissions nettes nulles » signifierait que les humains auraient un peu plus de marge de manœuvre – ils pourraient prendre les transports en commun et porter des vêtements fabriqués en usine, peut-être, mais les émissions devraient être « compensées » d’une manière ou d’une autre, par exemple en plantant un arbre, ce qui rappelle les « crédits carbone » d’Al Gore.

Church Militant rapporte que la politique mise en avant par le zélé ministre canadien de l’environnement et du changement climatique, Steven Guilbeault, est une mesure « volontaire ». Mais le député conservateur albertain John Barlow prédit que les agriculteurs n’auront pas le choix.

Selon Barlow, « [Guilbeault] a manifesté très publiquement au fil des ans son animosité envers l’agriculture traditionnelle et le modèle de l’exploitation familiale ».

Le plan est également une tempête parfaite pour les pénuries alimentaires. Un céréalier de l’Ontario affirme que la réduction des engrais « signifie que vous envisagez de réduire l’approvisionnement alimentaire ».

Manifestations prévues pour le samedi 23 juillet dans tout le Canada

Des rassemblements utilisant le hashtag « WeMoveAsOne » auront lieu dans les villes canadiennes le 23 juillet 2022. Pour l’instant, des rassemblements sont prévus à Edmonton, Grande Prairie, Calgary, North Battleford, Winnipeg, Regina, Ottawa, Toronto et Montréal.

Des tracteurs, des équipements agricoles et d’autres véhicules sont encouragés à rouler lentement, comme l’indiquent les prospectus de l’événement qui circulent en ligne. Apportez également un drapeau des Pays-Bas à l’envers, à la demande des Néerlandais, indique l’affiche.

Jerome O’Sullivan, fondateur de Freedom Fighters Canada et l’un des organisateurs du prochain rassemblement, invite « d’autres grandes villes à venir. Sortez et soutenez les Néerlandais ». Dans une interview accordée au Western Standard, O’Sullivan a expliqué les raisons pour lesquelles son organisation s’oppose aux politiques climatiques mondialistes du FEM, destinées à nuire aux pays et à leurs citoyens :

Cette manifestation est un soutien aux agriculteurs néerlandais qui protestent contre les restrictions sur l’azote mises en place par leur gouvernement et qui paralysent le secteur agricole dans leurs pays respectifs.

Entre les restrictions sur l’azote, l’augmentation des prix des engrais et du carburant, le coût actuel de la vie et l’inflation, il devient de plus en plus difficile pour les gens de survivre.

Selon M. O’Sullivan, ces politiques sont mises en place par le Forum économique mondial, dirigé par Klaus Schwab, et sont appliquées dans tous les pays du G7.

Les Néerlandais mènent essentiellement le même combat que celui que mène le Canada, et ce depuis le convoi de camionneurs de janvier, dans notre propre pays. Cette manifestation de soutien sera probablement vue dans toutes les grandes villes du Canada.

Il s’agit non seulement d’une manifestation de soutien aux agriculteurs néerlandais, mais aussi d’un avertissement au [Premier ministre] Justin Trudeau : s’il tente d’appliquer ces politiques au Canada, il y aura un soulèvement équivalent à celui observé aux Pays-Bas.

Au revoir la viande, bonjour les insectes !

Le FEM se plaint depuis longtemps que les humains doivent se mettre à manger des insectes pour lutter contre le changement climatique. Il publie constamment des vidéos de propagande alarmantes mettant en évidence ce que serait la vie après la Grande Réinitialisation, le plan radical des mondialistes pour refaire l’économie mondiale dans un monde post-pandémique. Comme le rapporte la Fondation RAIR USA, les élitistes mondiaux non élus et autoproclamés du FEM se sont battus pendant des années pour que les Occidentaux mangent des insectes.

O’Sullivan a critiqué le gouvernement fédéral du Canada pour avoir préféré les grillons au bétail. Il en veut pour preuve la plus grande usine de grillons au monde, récemment construite à London, en Ontario :

Ceci, ainsi que les pénuries alimentaires fabriquées (des centaines d’installations de transformation alimentaire dans le monde qui brûlent miraculeusement, des milliers de bovins et de bétail qui meurent d’un « coup de chaleur » et des agriculteurs payés pour détruire les récoltes), va mettre notre pays dans une situation où certaines personnes sont obligées de manger des choses comme des protéines de grillons en raison des coûts incroyablement élevés de la volaille, du bœuf et du porc.

M. O’Sullivan a déclaré qu’il ne s’agissait là que d’une « simple fraction » des problèmes liés au FEM et à ses politiques « mondialistes ». Il a prédit qu’au fil du temps, il y aura de plus en plus de protestations et de rassemblements contre leur agenda.

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire