REBLOG

Pepe Escobar : Giorgia (Meloni) dans nos esprits

Escobar : Giorgia (Meloni) dans nos esprits

Rédigé par Pepe Escobar,

Sortez les Negronis et les Aperol Spritz, c’est l’heure du spectacle…

Il est tentant d’interpréter les résultats des élections italiennes de dimanche dernier comme des électeurs lançant joyeusement un bol de papardelles luxuriantes avec du ragoût de sanglier sur les visages fades et collectifs de l’Euro-oligarchie toxique non élue siégeant à Bruxelles.

Eh bien, c’est compliqué.

Le système électoral italien est fait de coalitions. La troïka de centre-droit Meloni-Berlusconi-Salvini est assurée d’obtenir une majorité substantielle à la Chambre basse du Parlement et au Sénat. Giorgia Meloni dirige Fratelli d’Italia (« Frères d’Italie »). Le célèbre Silvio « Bunga Bunga » Berlusconi dirige Forza Italia. Et Matteo Salvini dirige La Lega.

Le cliché établi dans tous les cafés d’Italie est que Giorgia était prête à devenir Premier ministre : après tout, elle est « blonde, aux yeux bleus, petite, vive et attachante ». Et en plus, c’est une experte en communication. Tout le contraire de Mario Draghi, associé de Goldman Sachs et ex-homme fort de la BCE, qui ressemble à l’un de ces empereurs sanguinaires de la décadence de Rome. Pendant son règne de Premier ministre, il a été largement tourné en dérision – en dehors des cercles wokes/financiers – comme le leader du « Draghistan ».

Sur le front financier, cette entité d’un autre monde, la déesse du marché, l’équivalent post-vérité de l’oracle de Delphes, parie que le premier ministre Giorgia insistera sur la même vieille stratégie : une relance budgétaire financée par la dette, qui se traduira par une explosion de la dette italienne (déjà énorme, à 150 % du PIB). Tout cela, plus un nouvel effondrement de l’euro.

 

La grande question est donc de savoir qui sera le nouveau ministre des finances de l’Italie. Le parti de Giorgia n’a personne qui ait les compétences requises pour ce poste. Le candidat préféré sera donc « approuvé » par les suspects habituels comme une sorte d’exécuteur du « Draghistan lite ». Draghi, d’ailleurs, a déjà dit qu’il était « prêt à collaborer ».

 

Merveilles de la gastronomie mises à part, la vie dans la troisième économie de l’UE est une corvée. Les perspectives de croissance à long terme sont comme un mirage dans le Sahara. L’Italie est extrêmement vulnérable sur les marchés financiers. Ainsi, un effondrement du marché obligataire à l’horizon est pratiquement inévitable.

Dans le cas d’un – presque inévitable – combat de chats financiers en cage entre l’équipe Giorgia et Christine « regarde mon nouveau foulard Hermès » Lagarde à la BCE, la Banque centrale européenne « oubliera » d’acheter des obligations italiennes et alors, Auguri ! Bienvenue dans un nouveau cycle de crise de la dette souveraine de l’UE.

 

Pendant la campagne électorale, la sémillante Giorgia n’a cessé de promettre de garder la dette massive sous contrôle. Elle a ajouté le message nécessaire pour apaiser la « gauche » cryptée woke et ses propriétaires bancaires néolibéraux : nous soutenons l’OTAN et l’envoi d’armes en Ukraine. En fait, tout le monde – de Giorgia à Salvini – soutient l’armement, ayant signé une lettre pendant la législature précédente, en vigueur jusqu’à la fin de 2022.

 

La déconstruction d’une « semi-fasciste »

La sphère woke/néolibérale atlantiste, comme on pouvait s’y attendre, fulmine devant l’avènement d’une Italie « post-fasciste » : oh, ces gens qui votent toujours dans le mauvais sens… La foule déconfite des think tanks pointe du doigt la dernière d’un cycle de vagues populistes en Italie ; elle ne sait même pas ce que signifie « populiste ». Mais ils ne peuvent pas être trop hystériques car Giorgia, après tout, est un produit de l’Institut Aspen.

Giorgia est un cas complexe. Elle est essentiellement une transatlantiste. Elle abhorre l’UE mais adore l’OTAN. En fait, elle aimerait bien miner Bruxelles de l’intérieur, tout en veillant à ce que l’UE ne coupe pas ces flux financiers cruciaux vers Rome.

Elle confond donc les « experts » américains primitifs et crypto-« gauchiste », qui lui reprochent au mieux un « semi-fascisme » – et donc plus dangereux que Marine Le Pen ou Viktor Orban. Ensuite, elle obtient une rédemption immédiate parce qu’au moins vocalement, elle proclame être anti-Russie et anti-Chine.

Mais là encore, la tentation de la brûler sur le bûcher est trop forte : après tout, elle est appréciée par Steve Bannon, qui a proclamé il y a quatre ans que « vous mettez un visage raisonnable sur le populisme de droite, vous êtes élu. » Et elle est en très mauvaise compagnie : Berlusconi est rejeté par les Américains wokes/néolibéraux comme un « copain de Poutine » et Salvini comme un « nationaliste incendiaire ».

Il est impératif de s’imprégner d’une forte dose de réalité pour se faire une idée claire de Giorgia. Nous nous tournons donc vers un excellent intellectuel et auteur turinois, Claudio Gallo, qui bénéficie aujourd’hui d’être éloigné du brouillard toxique des grands médias italiens, pour la plupart un fief de la redoutable famille Agnelli/Elkann.

 

Voici les principales conclusions de Claudio Gallo.

 

L’attrait populaire de Giorgia : Son soutien « parmi les travailleurs est un fait. Nous pouvons le constater dans tous les sondages. Cependant, cette tendance n’est pas nouvelle et elle a commencé à l’époque de Berlusconi. A ce moment-là, la classe ouvrière a commencé à voter pour les partis de droite. Mais je crois que ce n’est pas une tendance uniquement italienne. Si vous regardez en France, la plupart des représentants de la classe ouvrière traditionnelle votent pour Le Pen, pas pour les partis socialistes. C’est une tendance européenne. »

A propos de « l’agenda de Draghi » : « Vous pouvez imaginer le type de gouvernements que nous venons d’avoir comme une troïka européenne avec un seul homme – Mario Draghi. Ils ont proposé les réformes économiques les plus brutales inspirées par Bruxelles, comme la flexibilité extrême et l’austérité budgétaire. Ce sont des politiques qui touchent principalement les classes moyennes et les pauvres (…) Le gouvernement Draghi a diminué les dépenses d’aide sociale de 4 milliards d’euros l’année prochaine et de 2 milliards supplémentaires dans deux ans. Cela signifie que 6 milliards de moins seront disponibles pour les soins de santé en deux ans. Des coupes ont également été effectuées dans le système scolaire. Les sondages montrent que plus de 50% des Italiens n’ont pas soutenu Draghi et son programme. Draghi est issu de la partie la plus puissante de la société, le secteur bancaire. Dans les principaux médias italiens, il est impossible de trouver des critiques de ce programme. »

Sur un éventuel jeu de pouvoir de Berlusconi : « Il a une audience assez importante. Il est accrédité avec environ 8% des voix. Après toutes ces années et toutes ses difficultés judiciaires, c’est quand même beaucoup (…) Quelques mois après l’élection, on peut imaginer une situation dans laquelle Meloni est obligé de démissionner parce qu’il ne peut pas faire face à la rigueur de l’hiver (coût de la vie hors de contrôle, troubles sociaux). Ce sera le moment d’une Grosse Koalizion pour sauver le pays, et Berlusconi, avec sa position ferme sur l’OTAN et l’Europe, est prêt à jouer ses cartes. Berlusconi serait la clé d’une nouvelle coalition. Il est toujours prêt à faire aboutir n’importe quel compromis. »

 

Sur le « brûlot » Salvini : « Il est le leader d’un parti très divisé. Il avait un programme populiste, mais au sommet de son parti, on trouve aussi des figures technocratiques comme Giancarlo Giorgetti, un défenseur acharné des intérêts de la Confindustria nord-italienne. Salvini est en train de perdre le consensus au sein de sa base électorale, et Meloni lui a volé ses voix avec le Movimento Cinque Stelle. Son parti est divisé entre de vieux politiciens qui rêvaient d’une quelconque fédération pour renforcer l’autonomie des régions du Nord et d’autres plus inspirés par la droite de Marine Le Pen. C’est un mélange volatile ».

 

A propos de Giorgia sous pression : « La pression des questions économiques, l’inflation, le prix du gaz et ainsi de suite, fera que Meloni, un politicien très dur mais pas un homme d’État expert, démissionnera probablement. En Italie, il y a une impasse politique ; comme partout en Occident, la démocratie ne fonctionne pas correctement. Tous les partis sont à peu près les mêmes, avec quelques différences cosmétiques ; chacun peut toujours faire une coalition avec n’importe qui d’autre, sans se soucier des principes ou des valeurs. »

« Plus les choses changent… » : « L’homme derrière la politique étrangère de Fratelli d’Italia est un ex-ambassadeur aux États-Unis et en Israël, Giulio Terzi di Sant’Agata. Je ne vois pas en quoi son opinion diffère de celle de Draghi. Le même parcours néolibéral et atlantiste, le même CV technocratique. Meloni ne fait que capitaliser le fait qu’elle n’a pas participé au dernier gouvernement, même si elle n’offre aucune alternative. Meloni répète que rien ne changera ; nous enverrons de l’argent et des armes [à l’Ukraine]. Elle envoie beaucoup de signaux à l’OTAN et à l’UE pour leur montrer qu’ils peuvent compter sur elle en matière de politique étrangère. Je pense qu’elle est sincère : elle est entourée des personnes qui vont concrétiser son projet. La situation est très différente de celle d’il y a quelques années, lorsque Mme Meloni a publié un livre dans lequel elle affirmait que nous devions avoir de bonnes relations avec Poutine et construire un nouvel ordre européen. Aujourd’hui, elle a complètement changé de position. Elle veut être considérée comme une future première ministre digne de confiance. Mais les sondages indiquent que 40 à 50 % des Italiens n’aiment pas envoyer des armes en Ukraine et soutiennent toutes les mesures diplomatiques pour mettre fin à la guerre. La crise du coût de la vie va renforcer cette position au sein de la population. Quand vous ne pouvez pas chauffer votre maison, tout change ».

Le vrai match en cage

Personne n’a jamais perdu d’argent en pariant sur le fait que l’oligarchie de l’UE se comporte toujours comme une bande de connards auto-proclamés, têtus et non élus. Ils n’apprennent jamais rien. Et ils accusent toujours tout le monde sauf eux-mêmes.

Giorgia, suivant son instinct, a de bonnes chances de les enterrer encore plus profondément. Elle est plus calculatrice et moins impulsive que Salvini. Elle n’optera pas pour une sortie de l’euro et encore moins pour un Italexit. Elle n’interférera pas avec son ministre des finances, qui devra traiter avec la BCE.

Mais elle reste une « semi-fasciste », donc Bruxelles voudra son scalp – sous la forme d’une coupure des crédits budgétaires de l’Italie. Ces eurocrates n’oseraient jamais le faire contre l’Allemagne ou la France.

Et cela nous amène à l’organisation politique du Conseil européen – suprêmement antidémocratique.

Le parti de Giorgia est membre du bloc des conservateurs et réformistes européens, avec seulement deux autres membres, les premiers ministres de la Pologne et de la République tchèque.

Le bloc des socialistes et démocrates compte sept membres. Tout comme Renouveau Europe (les anciens « libéraux »), qui comprend le président du Conseil européen, le très médiocre Charles Michel.

Le Parti populaire européen de centre-droit compte six membres. Parmi eux, Ursula « Mon grand-père était un nazi » von der Leyen, la dominatrice sadomaso en charge de la Commission européenne.

Le principal combat de chats en cage à suivre est celui de Giorgia contre la dominatrice Ursula. Une fois encore, les Méditerranéennes contre les techno-barbares teutons. Plus Giorgia sera harcelée par Bruxelles, plus elle contre-attaquera, avec le soutien total de ses légions romaines de la post-vérité : les électeurs italiens. Sortez les Negronis et les Aperol Spritz, c’est l’heure du spectacle.

Traduction de Zero Hedge par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

Laisser un commentaire