REBLOG

Caitlin Johnstone : Ce n’est une « théorie du complot » que lorsqu’elle accuse le gouvernement américain

Johnstone : Ce n’est une « théorie du complot » que lorsqu’elle accuse le gouvernement américain

La classe politique et médiatique occidentale a qualifié de « théories du complot » toutes les affirmations selon lesquelles les États-Unis seraient probablement responsables du sabotage du gazoduc Nord Stream le mois dernier, tout en portant les mêmes accusations contre la Russie sans jamais utiliser ce terme. Ce qui en dit probablement long sur la façon dont cette étiquette a été utilisée au fil des années, si l’on y réfléchit bien.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU vendredi, l’envoyé américain Richard Mills a accusé à plusieurs reprises la Russie de promouvoir des « théories du complot » dans ses accusations relatives à Nord Stream contre les États-Unis, affirmant que « nos collègues russes ont décidé d’instrumentaliser la réunion du Conseil de sécurité pour diffuser des théories du complot et de la désinformation. »

« Il est important que nous utilisions cette réunion non pas pour encourager les théories du complot, mais pour concentrer notre attention sur la violation flagrante de la Charte par la Russie et ses crimes en Ukraine », argumente Mills, après avoir dit que « les États-Unis nient catégoriquement toute implication dans cet incident » et que rien ne justifie que « la délégation russe évoque des théories du complot et de la désinformation massive au sein de ce Conseil. »

Mills passe ensuite le reste de ses remarques à insinuer que c’est en fait la Russie qui a perpétré les attaques, mentionnant le mot « infrastructure » pas moins de neuf fois dans ses arguments pour établir qu’en Ukraine, la Russie a l’habitude d’attaquer des infrastructures civiles critiques similaires aux pipelines.

« Le sabotage d’infrastructures critiques devrait tous nous préoccuper », déclare Mills.

« Dans le contexte de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, nous avons assisté à de nombreuses attaques russes endommageant des infrastructures civiles. Nous avons vu la Russie prendre imprudemment le contrôle de la plus grande centrale nucléaire d’Europe, risquant une catastrophe nucléaire en Europe. Nous avons vu d’innombrables attaques détruisant des infrastructures électriques civiles. »

« Malgré les efforts que nous avons entendus aujourd’hui pour nous détourner de la vérité, pour distribuer davantage de désinformation et de théories légèrement farfelues, les faits sur le terrain en Ukraine parlent d’eux-mêmes », conclut Mills.

Business Insider a publié un nouvel article intitulé « Le sabotage des gazoducs était un ‘coup de semonce’ de Poutine à l’Occident, et il faut se préparer à d’autres subterfuges, avertissent les experts russes. » Les « experts » en question sont les suivants :

C’est tout ; c’est tous les experts. Deux menteurs bellicistes et un professeur d’histoire.

Les mots « complots » ou « théorie » n’apparaissent nulle part dans l’article de Business Insider. Comparez cela avec le récent article de l’Associated Press intitulé « Les Russes font la promotion d’une théorie sans fondement blâmant les États-Unis pour l’éclatement du gazoduc« , qui était si frénétique pour faire passer les accusations de sabotage du Nord Stream par les États-Unis pour une folle théorie du complot qu’il l’a présentée comme quelque chose que seuls les cultistes de QAnon croient.

« La suggestion que les États-Unis ont causé les dommages circulait sur des forums en ligne populaires auprès des conservateurs américains et des adeptes de QAnon, un mouvement complotiste qui affirme que Trump mène une bataille contre une secte satanique de trafiquants d’enfants qui contrôle les événements mondiaux », écrit l’AP.

À maintes reprises, nous voyons le terme péjoratif de « théorie du complot » appliqué aux accusations portées contre une nation mais pas contre l’autre, alors qu’il s’agit exactement de la même accusation. Ce sont toutes deux des théories du complot par définition : ce sont des théories sur une prétendue conspiration visant à saboter des pipelines russes. Mais la classe politique/médiatique occidentale applique systématiquement cette étiquette à l’une et jamais à l’autre.

Voici un lien vers un autre article de Business Insider qui applique le label « théorie du complot » aux accusations de sabotage du Nord Stream par les États-Unis. Voici un article de The Independent qui fait de même. En voici un du Washington PostEn voici un de Newsweek. Voici un article de Vox. En voici une du groupe de réflexion The Atlantic CouncilVoici un article du groupe de réflexion Brookings Institution. Et celui de Media Matters for America, fondé par le groupe de réflexion Center for American Progress.

Comprenez-vous le message ? Recevez-vous le message de façon claire et nette ? Accusez les États-Unis de saboter les gazoducs Nord Stream et on appelle cela une théorie du complot. Accusez la Russie de faire exactement la même chose et ça s’appelle des nouvelles.

Et bien sûr, en soulignant ce double standard caricatural, je ne veux pas suggérer que les deux théories sont également bien prouvées. On ne s’attendrait pas à ce qu’elles le soient dans un concours où un parti a fait saboter sa propre infrastructure énergétique.

 

Par exemple, il y a le fait que le secrétaire d’État Antony Blinken a explicitement déclaré que le sabotage des gazoducs livrant du gaz russe à l’Allemagne offre une « formidable opportunité » de mettre fin à la dépendance de l’Europe à l’énergie russe. Il y a aussi le fait qu’une étude commandée par le Pentagone en 2019 par la RAND Corporation sur la façon de s’étendre à l’excès et d’affaiblir la Russie a explicitement déclaré que les États-Unis bénéficieraient de l’arrêt de Nord Stream 2. Il y a aussi le fait que le président Biden et sa sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, ont explicitement dit que Nord Stream 2 serait arrêté si la Russie envahissait l’Ukraine, le fait que les États-Unis ont sanctionné ceux qui ont construit Nord Stream 2, le fait que l’ancienne secrétaire d’État Condoleezza Rice a déclaré que les États-Unis voulaient que les Européens soient plus dépendants de l’énergie nord-américaine que des pipelines de la Russie, le fait que les Allemands venaient juste de réclamer avec colère la fin des sanctions dirigées par les États-Unis contre la Russie et la réouverture du gaz Nord Stream, le fait que les forces navales américaines ont récemment effectué des exercices avec des véhicules sous-marins sans pilote à l’endroit même où les pipelines ont été attaqués, le fait que des véhicules sous-marins sans pilote ont été trouvés par le passé transportant des charges explosives près de gazoducs russes, le fait que la Pologne vient littéralement d’inaugurer un gazoduc qui transportera du gaz de Norvège à travers le Danemark et la mer Baltique, le fait que des hélicoptères militaires américains auraient été enregistrés en train de se déplacer entre les points d’explosion et le long du gazoduc Nord Stream 2 peu avant les explosions, et le fait que la CIA est connue pour avoir fait sauter des gazoducs russes.

Mais bien sûr, si vous pensez que les États-Unis pourraient avoir une quelconque responsabilité dans cette attaque, vous êtes un théoricien de la conspiration fou et pas différent des QAnoners qui pensent que les pédophiles adorateurs de Satan dirigent le monde.

Ok, l’empire. Message reçu. Cela me fait m’interroger sur certaines de ces autres « théories du complot » que vous nous avez dit d’ignorer, cependant.

Traduction de Caitlin Johnstone via Medium.com par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

3 réponses »

  1. pas de complot sans comploteur ,or des comploteurs il n’y en a pas ou plutôt comme tout les egocentriques il a fallu qu’ils écrivent leurs projets ,donc plus ou pas de complots ,il suffit de lire leurs écrits pour savoir ce qu’ils ont décidé ,c’est simple non ?

Laisser un commentaire