REBLOG

La plus grande puissance économique du monde a mis le Royaume-Uni à genoux, et ce n’est ni les États-Unis ni l’Union européenne

La plus grande puissance économique du monde a mis le Royaume-Uni à genoux, et ce n’est ni les États-Unis ni l’Union européenne

Ceux qui suivent la politique britannique ont dû se frotter les yeux cette semaine en observant le spectacle offert outre-Manche. Le nouveau ministre des Finances Kwasi Kwarteng a dû partir après avoir présenté un mini-budget, qui prévoyait de fortes réductions d’impôts et encore plus de dépenses. Les investisseurs institutionnels étaient « not amused« .

Kwarteng a donc été rapidement remplacé par Jeremy Hunt. Tout ce que Liz Truss, la Première ministre, et Kwarteng avaient décidé a été rejeté et inversé par le nouveau venu, publiquement. Aussitôt, la livre sterling s’est envolée et les marchés obligataires se sont calmés. Encore une autre saga dans un pays en manque d’argent.

Le rôle des rendements des obligations d’État

Que s’est-il passé ? Tout d’abord, il est important de comprendre le rôle des obligations d’État dans le financement du budget d’un pays. Ils constituent un véhicule d’investissement quelque peu fade qui n’a sa place que dans le portefeuille d’un investisseur défensif. Cependant, ils sont indispensables aux pays pour financer leurs déficits publics. Le coût de cette dette est un paramètre crucial pour mettre de l’ordre dans le budget. Si les taux d’intérêt sont trop élevés, les déficits explosent et il ne reste plus d’argent pour les services publics tels que les retraites, les soins de santé et les infrastructures.

L’explosion des taux d’intérêt en Grande-Bretagne

La dette du Royaume-Uni s’élève à 2.360 milliards de livres sterling. Cela représente environ 85% du produit intérieur brut (PIB). Il n’y a donc rien de mal à cela. En l’Italie, la dette est à 130% du PIB, et également au-dessus de 100% en Belgique.

Mais les grands acteurs n’avaient plus du tout confiance. Le mini-budget de Kwasi Kwarteng et de la Première ministre Liz Truss a déclenché une nouvelle crise sur les marchés des obligations et des devises. Les taux d’intérêt sur les obligations du gouvernement britannique ont littéralement explosé.

Rendements des obligations d’État à 30 ans de certains pays en 2022 (Source : Refinitiv)

La Banque d’Angleterre a dû intervenir

Les investisseurs institutionnels ne semblaient plus disposés à financer la dette britannique à des taux d’intérêt bas, de sorte que ces taux d’intérêt ont rapidement augmenté. À un moment donné, il n’y avait plus d’acheteurs d’obligations du gouvernement britannique. La Banque d’Angleterre a dû intervenir.

Cette banque n’a pas vu d’autre solution que de racheter en masse sa propre dette souveraine. En conséquence, la confiance a disparu sur les marchés des changes. La livre sterling a plongé à un nouveau point bas par rapport à l’euro et au dollar.

Little Britain

La Grande-Bretagne a cessé de faire la pluie et le beau temps et est désormais considérée comme un pays du Club Med, où se trouvent également l’Italie et la Grèce. Le chaos en Grande-Bretagne a commencé après le Brexit – il y a maintenant six ans – et semble s’amplifier. Le pays se montre sans personne au gouvernail et, de surcroît, ingouvernable.

La confiance est le mot clé. La dette compte lorsqu’il n’y a plus de confiance dans les politiques des gouvernements. Il ne s’agit pas toujours du ratio relatif de la dette en pourcentage ou du total absolu de la dette, en milliards ou aujourd’hui en billions, il s’agit surtout de la nécessité pour les promoteurs de la dette souveraine d’avoir confiance dans les décideurs politiques et dans le pays dont ils financent la dette.

Le crash du Royaume-Uni a montré que lutter contre le marché obligataire revient à se battre contre des moulins à vent. Les patrons sont les gestionnaires de fonds anonymes d’organisations comme Blackrock, les fonds de pension japonais et les grands conglomérats d’assurance.

Ils décident des dettes à acheter et de celles à ne pas acheter. Aussi dur que les gouvernements puissent paraître, aucun pouvoir ne peut leur résister. Ils assurent la faillite virtuelle de chaque pays, quelle que soit sa puissance. Seul l’achat de la dette par la propre banque centrale du pays offre alors une solution « temporaire ». 

Par Xavier Verellen

« Le désordre est bien puissant quand il s’organise »

On laisse aller et on laisse faire : voilà la lâcheté sociale. Et parfois l’esprit manque encore plus que le caractère.

Le désordre est bien puissant quand il s’organise.

André Suarès – Idées et visions (1920)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

Laisser un commentaire