REBLOG

Derrière l’arnaque crypto. « Une absence totale d’informations financières dignes de confiance «

Derrière l’arnaque crypto. « Une absence totale d’informations financières dignes de confiance « 


Par Moon of Alabama – Le 18 novembre 2022

Yves Smith de Naked Capitalism, qui qualifie tout ce qui est crypto de « futures poursuites » [jeu de mot avec le terme « futures » qui désigne, en anglais, les produits financiers dérivés, NdT] fournit le dernier rapport sur le dépôt de bilan de FTX :

 

John J. Ray III, le PDG nouvellement nommé de l’empire tentaculaire de l’acteur crypto en faillite, FTX, qui a joué le même rôle dans la faillite d’Enron et d’autres grandes implosions d’entreprises, a déposé son évaluation initiale officielle auprès du tribunal des faillites du Delaware sous la forme d’une déclaration, intégrée ci-dessous.

Comme on pouvait s’y attendre, FTX et les entreprises qui y sont liées sont un énorme gâchis criminel.

Au point 5 de sa déclaration, le nouveau PDG ne cache pas que :

Jamais dans ma carrière je n’ai vu un échec aussi complet des contrôles d’entreprise et une absence aussi complète d’informations financières fiables. De l’intégrité compromise des systèmes et de la surveillance réglementaire défectueuse à l’étranger à la concentration du contrôle entre les mains d’un très petit groupe d’individus inexpérimentés, non avertis et potentiellement compromis, cette situation est sans précédent. …

« Des individus potentiellement compromis » pourrait faire référence à l’utilisation rampante de drogues à FTX. Mais cela pourrait également indiquer des connexions plus sombres.

D’Yves encore :

A ce stade, Ray n’a pu faire qu’une description approximative de l’entreprise, en répartissant les opérations en quatre « silos » et en décrivant les principales entités juridiques et activités de chacun.

Regardons tout ce qui manquait à FTX :

 

  • Des bilans montrant les fonds des clients en crypto au passif. Les seuls avoirs des clients figurant dans les bilans consolidés sont ceux des monnaies fiduciaires !
  • Des contrôles des actifs numériques : « Le groupe FTX n’a pas tenu de livres et de registres appropriés, ni de contrôles de sécurité, en ce qui concerne ses actifs numériques. »
  • Un département comptable.
  • Des audits financiers pour toutes les entreprises. Seul un des « silos » faisait appel à un cabinet d’audit reconnu. Le plus gros silo en contact avec la clientèle avait ses livres de comptes préparés par un inconnu (avec son bureau dans le Metaverse, ça ne s’invente pas), deux d’entre eux n’avaient pas d’états financiers audités.
  • Des enregistrements des comptes bancaires et des signataires de ces comptes.
  • Une gestion centralisée de la trésorerie
  • La déclaration des employés et de leurs conditions d’emploi
  • Un contrôle significatif des décaissements
  • Des réunions du conseil d’administration et/ou états financiers « audités par un auditeur peu scrupuleux » pour de nombreuses entités FTX
  • Un registre de la plupart des décisions

Jusqu’à présent, Ray n’a trouvé que 564 millions de dollars d’argent liquide et a déplacé 760 millions de dollars de crypto-monnaie vers des portefeuilles bloqués.

Il ne reste donc que 564 millions de dollars d’argent réel dans une « bourse » qui, il y a quelques mois à peine, était évaluée à 32 milliards de dollars et encaissait des centaines de millions de dollars de nouveaux capitaux.

Source : Bloomberg – Agrandir

Plusieurs milliards des fonds des clients que la société était censée détenir avaient été « prêtés » à Sam Bankman-Fried, le principal propriétaire et PDG, pour son « usage personnel« .

Comment BlackRock, Softbank, le Régime de retraite des enseignants de l’Ontario et d’autres investisseurs du monde réel ont-ils pu donner de l’argent à ces personnes ? Qu’est-ce que cela dit de leur crédibilité ?

N’oubliez pas que [FTX & Co] sont les entités dans lesquelles certaines des sociétés de capital-risque les plus intelligentes et les plus connues de la planète ont injecté des milliards de dollars. Ce sont les entités autour desquelles d’innombrables journalistes ont fait des éditoriaux, déversant d’innombrables litres d’encre numérique au service d’un messie en devenir. Ce sont ces entités qui ont été glorifiées chaque semaine par les médias financiers grand public les plus suivis de la planète.

L’idée qu’il s’agissait d’une ruse si élaborée que personne – ni les investisseurs en capital-risque les plus chevronnés, ni les services d’enquête des conglomérats médiatiques dirigés par des milliardaires – n’ait pu savoir qu’elle pouvait se terminer par des larmes, dépasse l’entendement. Le fait est que personne n’a regardé, parce que personne ne voulait voir.

Selon Web3 is Going Great, quelque 12 autres « bourses » et « fonds » de crypto-monnaies ont jusqu’à présent fermé leurs portes ou interrompu tous les retraits de fonds des clients à la suite de la chute de l’arnaque FTX. D’autres suivront.

Binance, la plus grande « bourse » de crypto-monnaies, dont le propriétaire a déclenché la faillite de FTX, tient toujours bon. C’est pourtant, comme FTX, une arnaque et un système pyramidal qui finira par tomber :

Binance est une énorme bourse de crypto-monnaies dirigée par Changpeng Zhao, plus connu sous le nom de CZ. Personne ne sait vraiment où se trouve le siège de Binance, ni pourquoi une personne qui prétend être un employé de bas niveau figure sur les documents officiels. Un document datant de 2018 a révélé que Binance avait mis au point un plan élaboré pour créer une entité américaine qui serait utilisée pour distraire les régulateurs, tandis que dans les coulisses, ils aidaient les clients basés aux États-Unis à échapper aux restrictions géographiques sur le commerce des dérivés de crypto à fort effet de levier que les États-Unis réglementent.

Rien que des trucs super normaux, totalement légaux. Circulez, il n’y a rien à voir.

Les petits commerçants de crypto qui utilisent Binance comme « bourse d’échange » et qui ont des « portefeuilles » avec des « pièces » de crypto chez Binance n’ont même pas signé d’accords de dépôt avec elle. Ils sont donc des créanciers sans garantis, les derniers de la file, qui ne recevront même pas quelques centimes pour les dollars qu’ils y ont placé lorsque les rideaux de la faillite tomberont.

Nouriel Roubini @Nouriel – 8:48 UTC – 16 nov. 2022

Pour être précis, j’ai littéralement dit que la crypto est définie par ces sept mots :

  1. Glauque
  2. Corrompue
  3. Escroquerie
  4. Criminels
  5. Voyous
  6. Des aboyeurs de carnaval
  7. @cz_binance

#binance

Matt Stoller se demande comment ces escroqueries peuvent être autorisées. Il donne également la réponse, la corruption politique :

Et derrière toutes ces luttes [pour les règlements], il y a l’argent et le prestige politique de certaines personnes les plus puissantes de la Silicon Valley, qui financent la grande lutte politique pour écrire les règles entourant la crypto, avec tout le monde, de l’ancien secrétaire au Trésor Larry Summers à l’ancienne présidente de la SEC Mary Jo White, sur la feuille de paie. (Même maintenant, même après que tout a été révélé comme une chaîne de Ponzi, le Congrès essaie toujours d’écrire des règles favorables à l’industrie. Hé les gars, arrêtez ça. Il n’y a plus d’argent pour payer vos pots-de-vin).

Je ne pense pas que la crypto devrait être réglementée de quelque façon que ce soit. Cela ne ferait que donner une légitimité à une énorme escroquerie qui n’a pas grand-chose à voir avec l’économie réelle. Cela conduirait également à des appels au renflouement lorsque le prochain système pyramidal crypto tombera. Les renflouements potentiels sont probablement la raison pour laquelle Sam Bankman-Fried a également essayé d’obtenir une réglementation amicale pour ses systèmes.

De plus, les entités qui sont actuellement réglementées – banques, sociétés cotées et fonds – ne devraient pas avoir le droit d’ »investir » dans quoi que ce soit de crypto. Si elles devaient s’effondrer à cause d’un autre problème de crypto-monnaie, l’économie réelle en souffrirait.

Le Congrès promet maintenant d’examiner de plus près l’arnaque des crypto-monnaies :

La commission des services financiers de la Chambre des représentants tiendra une audience le mois prochain pour enquêter sur l’effondrement de la principale bourse de crypto-monnaies FTX, ont annoncé les législateurs mercredi.

Les députés Maxine Waters (D-Calif.) et Patrick McHenry (R-N.C.), les principaux membres de la commission, ont déclaré dans un communiqué qu’ils s’attendaient à ce que le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, soit entendu par le Congrès.

Bonne idée – mauvaises personnes :

SBF @SBF_FTX – 21:14 UTC – Dec 8, 2021

1) Un grand merci à @MaxineWaters , @PatrickMcHenry , et à l’ensemble de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants de nous avoir reçus aujourd’hui pour parler de l’avenir des actifs numériques.

La réunion a été productive et je suis vraiment reconnaissant de l’engagement et des réflexions des décideurs politiques.

Maxine Waters et Sam Bankman-Fried

chochaymon @ElliottFryback – 20:29 UTC – 8 Dec. 2021

Maxine Waters vient d’envoyer un baiser à @SBF_FTX. On peut dire que ça s’est bien passé. 😘

video

Quel était donc le montant des pots-de-vin que Maxime Waters, Patrick McHenry et d’autres ont reçu de Sam Bankman-Fried et de ses entreprises ?

Et qu’en est-il des médias qui continuent à écrire des articles sympathiques sur Sam Bankman-Fried et sa fausse idéologie de « l’altruisme efficace » qu’il représentait, même après la chute de ses entreprises ?

Yellen, Zelensky et Zuckerberg interviendront au sommet DealBook du [New York Times] – 18 oct. 2022

La conférence, prévue le 30 novembre, réunira les plus grands acteurs de l’actualité économique, politique et culturelle.

Parmi les intervenants : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la secrétaire au Trésor Janet Yellen, Mark Zuckerberg, cofondateur, président et directeur général de Meta, Shou Chew, directeur général de TikTok, Mike Pence, ancien vice-président des États-Unis, Andy Jassy, directeur général d’Amazon, et Reed Henderson, directeur général de l’entreprise. E.O. d’Amazon ; Reed Hastings, cofondateur et co-directeur général de Netflix ; le maire de New York, Eric Adams ; Larry Fink, président et directeur général de BlackRock ; Sam Bankman-Fried, directeur général de FTX ; et Priscilla Sims Brown, directrice générale d’Amalgamated Bank.

On peut se demander combien de participants souhaitent encore qu’il participe à cette grand-messe.

Comme le conclut Yves Smith :

Je ne vois pas comment Bankman-Fried va éviter la prison. Les États-Unis sont très réticents à poursuivre les criminels en col blanc, mais cette histoire est devenue bien trop visible, trop de petites gens ont perdu de l’argent et l’escroquerie est trop flagrante pour ne pas être punie. Étant donné le chaos total des finances, il faudra peut-être un procureur capable d’argumenter sur la juridiction et le lieu de l’action pour maîtriser suffisamment de détails afin d’établir un dossier et de faire condamner Bankman-Fried. Si rien d’autre n’est fait, il y a toujours la fraude postale et électronique à révéler. Si personne d’autre n’y arrive avant lui, attendez-vous à ce qu’un groupe de procureurs généraux d’États rouges se mettent en selle.

Bankman-Fried est jeune, a des centaines de millions cachés quelque part et a suffisamment de relations pour avoir une vie facile en prison. N’y aurait-il pas une meilleure punition à envisager ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Catégories :REBLOG

Tagué:

Laisser un commentaire