REBLOG

Musk mandaté par les (Néo)Conservateurs pour faire le ménage chez Twitter

Musk mandaté par les (Néo)Conservateurs pour faire le ménage chez Twitter

Après quelques heures de réflexion, Elon Musk a décidé d’appliquer le résultat de son sondage. Comme demandé par les twittos, il va quitter son poste de CEO de Twitter.

Musk annonce sur Twitter qu’il va quitter Twitter.

  • Dans un tweet publié mardi soir, Elon Musk a annoncé qu’il allait démissionner de son poste de CEO de Twitter.
  • « Je démissionnerai de mon poste de CEO dès que j’aurai trouvé quelqu’un d’assez fou que pour accepter le poste ! Après cela, je me contenterai de diriger les équipes logiciels et serveurs », a-t-il écrit.

il restera bien sûr propriétaire.

  • Si Musk ne sera donc bientôt plus celui qui dirige Twitter au jour le jour, il va bien rester le principal actionnaire de l’entreprise.
    • Pour rappel, il a acquis la société pour environ 44 milliards de dollars fin octobre.
  • Dimanche, il avait lancé un sondage sur Twitter, demandant s’il devait quitter son poste de CEO.
    • Après 17,5 millions de votes, le « oui » avait émergé à 57%.
    • Rien n’obligeait toutefois Musk à suivre les résultats de ce sondage. D’autant plus que ce n’est pas vraiment une méthode fiable pour connaître l’opinion publique : il est tout à fait possible d’influencer le résultat du vote via des robots ou des faux comptes.
  • Il ne faut toutefois pas être naïf. Comme l’indique CNBC, en réalité, Musk avait pris sa décision avant de proposer son sondage.
  • L’entrepreneur chercherait en fait déjà depuis plusieurs jours la personne en mesure de devenir CEO de « son » Twitter.
  • On notera tout de même que ce n’est pas la première fois qu’il lance un sondage… et qu’il le suit. Les mauvaises langues diront qu’il pourrait lui-même être à l’initiative du troncage des résultats.

Et maintenant : qui pour lui succéder ?

  • À l’heure actuelle, les médias américains ont cité quelques noms qui pourraient remplir la tâche laissée vacante par Musk.
    • Bret Taylor (ex-CEO de Salesforce) et Jared Kushner (gendre de Donald Trump) pourraient être choisis.
  • Quoi qu’il en soit, la confirmation du départ de Musk devrait soulager les actionnaires de Tesla. Car ce sont surtout eux qui mettaient la pression pour qu’il fasse un pas de côté.
    • Depuis le début de l’année, l’action Tesla a chuté de 65%, passant de 400 à moins de 140 dollars aujourd’hui.
    • Parmi les explications à cette lourde baisse, il y a le fait que de nombreux investisseurs estiment que Musk passe trop de temps auprès de Twitter, délaissant son entreprise automobile, dont il est aussi le CEO.
    • En outre, au vu de ses activités récentes autour du réseau social, ils craignent qu’il se soit considérablement mis à dos les démocrates – déjà pas vraiment fans de lui – et que cela ne finisse par nuire à Tesla.
  • Une liste de candidats potentiels illimitée

    À noter que tenter de répondre à cette question est « un exercice inutile en raison de l’imprévisibilité et de la courte durée de chaque décision » d’Elon Musk à la tête de Twitter, comme l’a si bien souligné Bob O’Donnell, de TECHnalysis Research, rapporte la BBC. Mais voici tout de même des remplaçants potentiels.

    • Sriram Krishnan : il s’agit certainement du choix le plus évident. Technocrate indien, il a été chargé par le milliardaire de monétiser la plateforme. Il est l’un des rares employés de Twitter à avoir survécu à la prise de pouvoir de Musk. Son expérience passée au sein de Twitter, Meta et Microsoft pourrait jouer en sa faveur, de même que ses casquettes d’investisseur, technologue et ingénieur. De plus, sa vision du monde du travail, ainsi que son enthousiasme pour les technologies le rapprochent d’une certaine façon de Musk.
    • Jared Kushner : ancien conseiller présidentiel américain et gendre de Donald Trump, l’homme a récemment été aperçu aux côtés d’Elon Musk, lors de la finale de la Coupe du monde de football au Qatar. Une proximité qui laisse penser que les deux hommes pourraient en effet être proches. On notera également que l’homme est aussi un proche de la famille royale saoudienne, qui n’est autre que l’un des plus gros investisseurs de Twitter.
    • David Sacks : autre personnage proche du cercle restreint de Musk, il est également un investisseur technologique. Il a d’ailleurs été impliqué dans le lancement de PayPal, entreprise qui a fusionné avec celle que Musk avait lancée au même moment.
    • David Marcus : autre membre de la « Mafia PayPal », à l’image de Sacks, il est l’ancien président de l’entreprise de service de paiement en ligne et donc, proche de Musk. Adepte des cryptomonnaies, il était l’un des cadres supérieurs de Meta, en charge du projet de monnaie numérique Diem. Si les plans de Musk pour monétiser Twitter incluent l’intégration de cryptomonnaie, Marcus pourrait dès lors être un candidat intéressant.
    • Sheryl Sandberg : ex-cheffe de l’exploitation de Meta et ancien bras droit de Mark Zuckerberg, Sandberg est considérée comme celle qui a permis à Facebook de voir ses revenus bondir de plus de 43.000 %. Une expérience qui pourrait être particulièrement intéressante pour Elon Musk. Sans doute serait-elle capable de réitérer son exploit.
    • Jack Dorsey : qui d’autres que le cofondateur et ancien propriétaire de Twitter pourrait mieux reprendre les rênes de la société ? Ce dernier avait quitté le poste de directeur général de la plateforme en novembre 2021, sous la pression des investisseurs qui estimaient qu’il ne prêtait pas suffisamment d’attention à Twitter – reproche également fait à Musk par les investisseurs de Tesla. Il avait pendant tout un temps soutenu la prise de pouvoir de Twitter par Musk.
    • Parag Agrawal : Musk pourrait également faire appel à celui qui a temporairement remplacé Dorsey à la tête de Twitter avant sa prise de contrôle. Sous son règne, Twitter était beaucoup plus stable que sous l’ère Musk. Ce dernier pourrait faire appel à lui pour ramener de la stabilité au sein du réseau social.

Mardi soir, Elon Musk a déclaré que Twitter était sur le point de connaître un flux de trésorerie négatif de 3 milliards de dollars avant d’intervenir et de supprimer plus de la moitié de l’entreprise. Twitter, quant à lui, fonctionne mieux que jamais, avec une réduction significative des bots et une augmentation de la vitesse.

« C’est pourquoi j’ai passé les cinq dernières semaines à réduire les coûts comme un fou », a déclaré Musk lors d’un événement Twitter Spaces. « Cette entreprise est genre, en gros, vous êtes dans un avion qui se dirige vers le sol à grande vitesse avec les moteurs en feu et les commandes qui ne répondent pas. »

 

Depuis que Musk a acquis Twitter en octobre pour 44 milliards de dollars – finançant l’opération en partie avec près de 13 milliards de dollars de dette et des paiements d’intérêts de 1,5 milliard de dollars par an – il s’est donné pour mission de réduire les coûts et de réorganiser le géant des réseaux sociaux, qui, selon lui, perdait 4 millions de dollars par jour au début du mois de novembre et risquait de faire faillite.

Environ 5 000 des 7 500 employés de l’entreprise ont été licenciés, les autres acceptant de se plier à une éthique de travail « hardcore », rapporte Bloomberg.

Au cours du week-end, Musk a réalisé un sondage d’opinion sur Twitter pour demander aux gens s’ils souhaitaient qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’entreprise. Environ 58 % des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative et Musk a depuis confirmé qu’il démissionnerait dès qu’un remplaçant approprié serait trouvé, pour un poste qu’il a déclaré que n’importe qui serait « stupide » de prendre.

Dans l’événement Twitter Spaces, Musk a dressé un tableau désastreux des finances de l’entreprise, mais a laissé entendre qu’il avait réussi à éviter un naufrage complet. -Bloomberg

En 2021, les coûts de Twitter se sont élevés à près de 5,6 milliards de dollars, tandis que Musk a déclaré que l’entreprise était en passe de dépenser environ 5 milliards de dollars l’année prochaine. Si l’on y ajoute les remboursements de la dette liée à l’acquisition, Twitter aurait dû dépenser environ 6,5 milliards de dollars en 2023 si les coûts n’avaient pas été réduits de manière aussi drastique.

Selon Musk, Twitter est désormais en passe de réaliser un chiffre d’affaires d’environ 3 milliards de dollars en 2023, soit environ 2 milliards de dollars de moins que les 5,1 milliards de dollars annoncés fin 2021, tandis que l’entreprise dispose d’un milliard de dollars de liquidités dans son bilan.

« Je pense maintenant que Twitter va, en fait, s’en sortir l’année prochaine », a poursuivi Musk lors de l’événement Spaces, ajoutant qu’il pense que l’entreprise va « à peu près » atteindre le seuil de rentabilité, mais que « ce sera difficile. »

Selon lui, les annonceurs posent des questions « sensées » mais « difficiles » sur leur retour sur investissement, a noté Bloomberg.

Musk a également apporté des changements à la plateforme pour augmenter et diversifier ses revenus, notamment en faisant payer 8 dollars par mois pour un abonnement premium appelé Twitter Blue. À la mi-novembre, on comptait environ 140 000 abonnés payants, selon le New York Times.

Twitter a toujours eu du mal à convertir les conversations entre ses utilisateurs en revenus, mais avec toutes ses pitreries, Musk a réussi à rendre l’entreprise aussi bruyante qu’elle ne l’a jamais été. -Bloomberg

Politico, quant à lui, estime qu’il est temps de « fermer le cirque Elon Musk », en qualifiant ses « pitreries » de « cascades en mousse ».

Cher Politico, les années 50 ont appelé… ils veulent récupérer le père de Marty McFly.

« Un gentleman ne peut s’intéresser qu’à des causes perdues »

[…] un gentleman ne peut s’intéresser qu’à des causes perdues …

Jorge Luis Borges – Fictions (1984)

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire