REBLOG

Les News « sans importance » du LUPUS du Samedi 21 Janvier 2023

Les News « sans importance » du LUPUS du Samedi 21 Janvier 2023

Microsoft a annoncé 10 000 licenciements.
Avant fin mars.
Soit 5% de ses employés dans le monde.

Google supprime 12.000 emplois : la vague de restructuration dans la tech continue de faire rage.Suivant les traces d’autres géants de la technologie, Alphabet, la maison mère de Google, annonce aujourd’hui un nettoyage. 12.000 emplois, soit 6 % de la main-d’œuvre, vont disparaître, écrit le haut dirigeant Sundar Pichai dans un mémo destiné au personnel.

Le grand nettoyage d’Amazon continue : un million d’associations caritatives prennent la porte

Occupé à licencier à tours de bras, Amazon traverse une mauvaise passe. Cette fois, le géant de l’e-commerce ne dit pas adieu à des employés, mais à plus d’un million d’associations caritatives.
Comme d’autres Big Tech, Amazon s’aperçoit qu’il a eu les yeux plus gros que le ventre durant la pandémie. En un an, sa capitalisation boursière a fondu de près de 40%. Conséquence : le géant du commerce électronique veut réduire ses coûts.

 

Plus de 150 000 licenciements ont déjà été annoncés en 2022 dans la Big Tech américaine.

***************************************

Apple travaille sur d’autres appareils de maison intelligente pour défier Amazon et Google. Il s’agit notamment d’une tablette capable de contrôler les thermostats et les lumières de la maison et de gérer les chats FaceTime, selon des personnes familières. Un boîtier TV remanié pourrait voir le jour au début de l’année prochaine, et un écran intelligent plus grand pourrait également être en préparation. Plus tôt dans la journée, la société a relancé son enceinte HomePod.

*******************************************

Les conservateurs affirment que ChatGPT est devenu « woke » et s’inquiètent à propos de la partialité du chatbot d’OpenAI

Ils accusent également le chatbot de défendre les « valeurs de gauche ».

À travers ce que les experts en IA appelleraient les biais des systèmes d’IA, les conservateurs préfèrent y voir une tendance au wokisme. Les conservateurs ont commencé à publier des tweets selon lesquels ChatGPT est devenu « woke » et « gauchiste ». Ils ont lancé ces accusations après que le chatbot a refusé de répondre à certaines de leurs questions sur une potentielle victoire de Donal Trump aux élections de 2022, de supposés problèmes de corruption de Joe Biden et sur les drag-queens (travestis). Ils accusent également le modèle de langage d’OpenAI de partialité de gauche, affirmant que ChatGPT défend les « valeurs de gauche ».

************************************

La Chine dépasse les États-Unis en matière de recherche sur l’IA

En 2012, les États-Unis dominaient la Chine dans le domaine de la recherche sur l’IA.

Sur les quelque 25 000 articles publiés cette année-là, les États-Unis sont arrivés en tête avec 629 des articles les plus cités (10 % supérieurs) par d’autres articles. La Chine était en deuxième position avec 425.

En 2021, la Chine a produit environ 43 000 des 135 000 articles de recherche sur l’IA, soit à peu près deux fois plus que les États-Unis. La même année, la Chine a produit 7 401 des articles les plus cités, soit environ 70 % de plus que les États-Unis, selon une étude réalisée par le journal japonais Nikkei en collaboration avec l’éditeur scientifique néerlandais Elsevier.

***************************************

Malgré l’hiver cryptographique, la popularité des cryptomonnaies ne cesse d’augmenter

En 2022, le nombre de personnes possédant des cryptomonnaies a été en perpétuelle évolution. Chaque mois voyant un nombre de possesseurs plus nombreux que le précédent.

Alors que l’année 2022 restera dans les mémoires des cryptophiles comme l’année de l’hiver cryptographique, le nombre de propriétaires de cryptomonnaies n’a cessé de croitre. Chose étonnante quand on sait que presque toutes les cryptos ont perdues de la valeur. Mais cela est moins étrange quand on apprend que c’est aussi l’année où certains gouvernements ont autorisé les payements en cryptomonnaies.

*********************************************

Cela faisait déjà plusieurs semaines que le torchon brûlait entre Barry Silbert, PDG de DCG, l’entreprise mère du prêteur en cryptomonnaie Genesis, et Cameron Winklevoss qui déclarait que ces derniers devait pas moins de 900 millions de dollars à sa bourse en cryptomonnaies, Gemini.

 

Genesis a déposé le bilan, selon les informations de Bloomberg.

  • La société a répertorié plus de 100.000 créanciers dans un « méga » dépôt de bilan, avec des dettes globales allant de 1,2 à 11 milliards de dollars, selon les documents de faillite.
  • « Nous sommes impatients de poursuivre notre dialogue avec DCG et les conseillers de nos créanciers, alors que nous cherchons à mettre en œuvre une voie permettant de maximiser la valeur et de fournir la meilleure opportunité pour notre entreprise d’émerger dans une bonne position pour l’avenir « , a déclaré Derar Islim, PDG par intérim de Genesis, dans un communiqué. « Nous avons fait des progrès significatifs en affinant nos plans d’affaires pour remédier aux problèmes de liquidités causés par les récents défis extraordinaires de notre secteur – notamment le défaut de paiement de Three Arrows Capital et la faillite de FTX. »
  • Genesis a fait état d’un prêt de 765,9 millions de dollars payable par Gemini dans le dépôt de bilan de jeudi. Parmi les autres créances importantes, un prêt de 78 millions de dollars à payer à Donut, une plateforme décentralisée à haut rendement, et une au fonds VanEck, avec un prêt de 53,1 millions de dollars à payer, rapporte CNBC.

La réaction en chaîne causée par la faillite de FTX nous a menés jusqu’ici, mais ça n’est pas le seul facteur.

  • Les problèmes financiers de Genesis sont dus au fait que la société a accordé des prêts à des fonds spéculatifs en crypto, notamment à Three Arrows Capital et Alameda Research, le fonds spéculatif lancé par Sam Bankman-Fried.
  • Three Arrows Capital a déposé son bilan en juillet suite, en grande partie, à la chute stablecoin Terra USD et de sa cryptomonnaie affiliée LUNA. Genesis avait prêté des actifs d’une valeur de plus de 2,3 milliards de dollars à 3AC, selon les documents judiciaires consultés par Bloomberg.
  • Selon les informations du Wall Street Journal, certains des prêts accordés par Genesis à Alameda étaient garantis par une cryptomonnaie créée par Alameda : le FTT. Mais lorsque FTX a fait faillite, la valeur du FTT a chuté, provoquant d’énormes pertes chez Genesis.
  • Genesis a prêté des centaines de millions de dollars non garantis à Alameda, jusqu’à arriver à 6,5 milliards de dollars de prêt au plus fort de la relation entre les deux entreprises, toujours selon les informations du WSJ.

****************************************

On va avoir droit au feuilleton habituel en cette période de la « crise du plafond de la dette américaine ».
La dette publique américaine explose.
Chaque année, elle augmente.
Chaque année, le Congrès doit voter un nouveau plafond.
Et chaque année, ce plafond est atteint et il faut voter un nouveau plafond.
Et chaque année, c’est le psychodrame sur le fait que si le plafond n’est pas relevé, l’administration doit geler ses dépenses, y compris les salaires des fonctionnaires.
Et chaque année, le Congrès vote un relèvement du plafond de la dette parce qu’il n’a pas d’alternative.
Same old song.

**************************************

« Le prix du mensonge.
C’est celui que réclame aujourd’hui António Guterres (Sec. Gén. ONU) aux « géants pétroliers » qu’il accuse d’avoir « colporté le grand mensonge ». En clair : avoir nié la réalité du changement climatique alors qu’ils savaient depuis « les années 70 » que le pétrole allait « faire brûler la planète ». Et comme pour l’industrie du tabac qui avait dû payer 250Mds$ aux US pour indemniser les fumeurs malades, Guterres réclame que « les responsables (des groupes pétroliers) » soient « poursuivis ».
Parallèlement, on apprend qu’en 2023, la demande mondiale de pétrole va atteindre un niveau record et qu’en 2022, les 5 plus gros pétroliers occidentaux ont réalisé 200Mds$ de bénéfices, 3x plus que la moyenne des 10 dernières années. Le mensonge paye bien. »

  • Les révélations du Guardian sont du pain béni pour ceux qui poursuivent Exxon devant les tribunaux américains.
  • En tout, plus d’une douzaine d’États et de municipalités avaient déjà intenté des poursuites contre Exxon – et d’autres grands acteurs du milieu pétrolier – pour crime climatique, fraude, publicité mensongère ou encore désinformation, rapporte ce vendredi le quotidien britannique.

**********************************************

Bonne nouvelle pour le groupe pétrolier TotalEnergies. Ses dirigeants ont annoncé le démarrage de la production de gaz dans le champ de Mabrouk North East (sultanat d’Oman) et la signature d’un accord avec Oman LNG pour acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) sur le long terme.

La production de gaz devrait atteindre 140 000 m3  par jour d’ici mi-2024. Ce gaz sera injecté dans le réseau omanais, alimentant à la fois l’industrie locale et les terminaux d’exportation de GNL.

*****************************

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern annonce qu’elle démissionne de manière fracassante avant les élections générales d’octobre, déclarant qu’elle n’a ni l’énergie ni l’inspiration pour briguer à nouveau le poste suprême. Le parti travailliste entamera un processus de sélection d’un nouveau leader dans les prochains jours. Les derniers sondages montrent que le soutien à son parti est inférieur à celui du Parti national.

La politicienne a nié avoir agi ainsi parce que son parti, le parti travailliste, était de plus en plus malmené dans les sondages. Ardern et son parti ont dû faire face à des sondages de plus en plus négatifs au cours de l’année écoulée.

Mme Ardern était une figure controversée. Lorsqu’elle était à la tête du pays, son gouvernement a imposé aux Néo-Zélandais certaines des restrictions Covid-19 les plus strictes au monde. Au début de la pandémie, par exemple, les livres ont été jugés « non essentiels », Mme Ardern et d’autres responsables s’efforçant de garder les gens chez eux.

Puis, en août 2021, après une période de six mois au cours de laquelle aucun cas n’a été enregistré, M. Ardern a placé le pays tout entier en confinement de niveau 4 pendant trois jours, lorsqu’un homme d’Auckland a été testé positif.

Ceux qui ont choisi de ne pas se conformer à ces politiques draconiennes ont été frappés de lourdes sanctions, dont des amendes pouvant aller jusqu’à 8 400 dollars.

Mme Ardern a également été un ardent défenseur du renforcement des restrictions sur l’activité en ligne des Néo-Zélandais, appelant à une censure accrue.

Après des années de répression des libertés de ses citoyens, la popularité d’Ardern a commencé à s’effondrer. Un sondage réalisé en décembre 2022 a révélé que son soutien n’était plus que de 33 %.

Le soutien au Parti national de centre-droit se situait autour de 39 %, et dans les premiers sondages de la nouvelle année, il reste en tête.

*****************************************

la Russie vient d’annoncer : 1) qu’elle déclarera que tous les traités signés avec le Conseil de l’Europe sont abrogés ; 2) qu’elle doit maintenir ses réserves alimentaires et ne pas tout exporter – ce qui ressemble à une nouvelle militarisation des produits de base ; et 3) qu’elle va porter son armée à 1,5 million d’hommes, confirmant les informations selon lesquelles 500 000 hommes supplémentaires vont être mobilisés sous peu – de telles tactiques d’escalade ont permis à la Russie de remporter de nombreuses guerres après des débuts malhabiles.

La Russie s’engage dans la guerre, en prévision d’une probable offensive au printemps, tandis que les marchés s’attendent à ce que la guerre soit terminée, en raison d’un hiver européen aussi chaud qu’un été. Cela ne signifie pas que nous aurons à nouveau un choc de la même ampleur qu’en 2022, mais il y en aura probablement un. Cela souligne également que l’Occident va devoir intensifier sa réponse économique et militaire en conséquence – ou perdre la guerre. La Finlande a déjà déclaré qu’elle s’engageait sur le long terme, que ce soit dans 5, 10 ou 15 ans : qui sera le prochain ? Mais une longue guerre restera inflationniste en 2023, et plus encore si nous assistons à une destruction plus délibérée de l’offre. La mobilisation de récits illogiques est-elle vraiment efficace contre la mobilisation des hommes ?

**************************************

Moscou et l’arme migratoire : alors que le nombre de réfugiés ukrainiens pourrait doubler, la Russie veut ouvrir une autre porte vers l’UE

Quatre nouveaux millions d’Ukrainiens pourraient fuir la guerre vers l’Europe. Pendant ce temps, le Kremlin semble préparer une nouvelle vague de migrants instrumentalisés comme armes, depuis Kaliningrad cette fois. L’Europe doit se préparer, d’une manière ou d’une autre. Y compris face aux menaces populistes.
Durant l’automne-hiver 2021, la Russie et son allié biélorusse ont testé à grande échelle une nouvelle arme moins impressionnante que tous les missiles, mais très efficace contre l’Europe: des vagues de migrants, attirés par de fausses promesses, puis jetés sur les frontières de l’Union. Il semble bien que Poutine et Loukachenko prévoient une seconde salve humaine.

Kaliningrad, porte dérobée vers l’UE

*****************************************

L’Arabie saoudite a déclaré qu’elle était ouverte à l’échange de pétrole dans d’autres monnaies que le dollar américain ; et le Ghana, qui possède beaucoup d’or dans le sol, fait des échanges or-pétrole parce qu’il a peu de dollars. Après avoir examiné à deux reprises, y compris récemment, les raisons pour lesquelles Bretton Woods 3 ne fonctionnera pas, je ne vais pas répéter l’exercice. Il suffit de dire que, quelle que soit la monnaie dans laquelle les Saoudiens font des échanges, ils fixeront le prix en dollars et vendront les autres devises qu’ils obtiendront contre des dollars parce qu’ils sont eux-mêmes liés à cette monnaie. Cependant, ce type d’actions vise à ébranler les murs de la forteresse du « dollar mondial », tout comme le fait la Russie ; et nous assistons à des efforts continus au niveau mondial pour se tourner vers le troc afin d’essayer d’éviter le dollar, même si la tarification en dollars reste omniprésente pour le moment.

*******************************************

Le patron d’Aramco annonce que la reprise en Chine risque de provoquer une pénurie de pétrole

C’est une certitude : avec la réouverture de la Chine, la demande de pétrole va grimper en 2023. De quoi déboucher sur des pénuries ? C’est en tout cas ce contre quoi le patron d’Aramco met en garde.
Fin 2022, la Chine a mis un terme à sa politique zéro Covid. Si le pays est pour l’instant occupé à lutter contre une hausse des infections, celle-ci ne devrait être que passagère. Au cours de l’année, la Chine va se rouvrir au monde. Pour le meilleur et, peut-être, pour le pire.

 

le patron d’Aramco annonce de possibles pénuries d’approvisionnement.

  • Interrogé par CNBC, Amin Nasser a indiqué que l’offre de pétrole ne parviendra pas à suivre la demande.
  • « Pour le moment, la capacité est suffisamment importante pour gérer toute perturbation. Mais je suis loin d’être sûr que ce sera le cas à moyen et long terme, car cette capacité de réserve va diminuer », a-t-il déclaré.

la Chine, mais pas que.

  • Les inquiétudes partagées par le patron du plus grand groupe pétrolier au monde sont motivées par la reprise économique chinoise, mais pas seulement.
  • Dans son interview, il a expliqué qu’il craignait également les répercussions de la guerre russo-ukrainienne – une offre russe moins élevée – et une augmentation de la demande issue de l’industrie aéronautique.
  • On notera aussi que Nasser a plaidé pour plus d’investissements dans les hydrocarbures à travers le monde, indiquant que ceux consentis par l’Arabie saoudite ne suffiraient pas.

*************************************

Dacia c’est déjà un tiers des ventes de Renault;

*******************************************

Go Sport a été placé en redressement judiciaire;

**********************************************

Les vols à l’étalage ont bondi en France de 14% en un an;

***************************************

Tout n’est pas si vilain que cela dans le paysage macro et micro-économique. Regardez le cuivre, qui a gagné 14% depuis le 4 janvier, voyez le pétrole, qui progresse de 11% sur la même période. On devine le retour sur scène de la Chine derrière ces performances. Côté entreprises, tous les messages ne sont pas pessimistes. United Airlines a annoncé des bénéfices bien meilleurs que prévu pour 2023, tandis que JB Hunt (transports) a déclaré que la récente faiblesse du fret n’était qu’un ajustement des stocks et a laissé entendre qu’elle ne voyait pas de récession pour le moment. Les licenciements dans le secteur de la technologie ne constituent pas une menace pour un marché du travail tendu si l’on considère que les cinq grandes entreprises technologiques ont augmenté leurs effectifs de 45% en 2020 et de 20,5% en 2022. Convenons-en, il est bien trop tôt pour déclarer que l’économie américaine s’est pris les pieds dans le tapis.

C’est là que les esprits chagrins opposeront que le Dow Jones est passé en territoire négatif sur l’année (-0,31% YTD). Rappelons tout d’abord que le vénérable indice est «price weighted», il est calculé en fonction du prix de ses composants et pas de leur capitalisation boursière, une incongruité crasse mais c’est ainsi. Dans ce contexte, United Health pèse nettement plus lourd que Apple dans l’indice, alors que les capitalisations boursières de ces deux firmes s’élèvent à 452 milliards, respectivement 2’142 milliards de dollars. Or, si on regarde qui a le plus appuyé sur la tête du Dow Jones depuis le premier janvier, on retrouve, ô surprise, United Health, qui contribue à 301 points de repli de l’indice, alors que celui-ci en rend 102 au total. Heureusement que Boeing en ajoute 109 mais bref, le Dow Jones est respectable certes, mais il ne représente en rien la réalité économique des Etats-Unis.

***************************************************

« Tesla a choisi l’option nucléaire pour écarter la concurrence »

Alors que le secteur des voitures électriques s’est permis d’augmenter les prix pour faire face à la crise de la chaine d’approvisionnement, on observe désormais l’opération inverse. Et dans la baisse des prix, Tesla possède une plus grande marge de manœuvre.

 

le secteur automobile adapte ses prix.

  • La crise de la chaine d’approvisionnement, qui a limité la production, a poussé les constructeurs à se concentrer sur les véhicules les plus rentables, avec des politiques agressives sur les prix (pricing power). Malgré des volumes de vente qui ont diminué, cette technique a permis au secteur de faire des bénéfices.
  • Aujourd’hui, le paradigme a changé : la demande mondiale baisse face au risque de récession. Les constructeurs entament une baisse des prix, à commencer par Tesla, qui a diminué ses prix en Chine, en Europe et aux Etats-Unis.

la plus grande marge de manœuvre de Tesla.

  • A priori, baisser ses prix n’est pas un signal très positif. Sauf que Tesla possède plusieurs avantages sur la concurrence.
  • Au 3e trimestre 2022, Tesla a réalisé un bénéfice brut de 15.653 dollars par véhicule, c’est deux fois plus que Volkswagen, quatre fois plus que Toyota et cinq fois plus que Ford.
  • La société d’Elon Musk dispose d’une meilleure marge par véhicule. Parce que Tesla a investi dans de nouvelles technologies : elle utilise de grandes pièces moulées pour fabriquer ses véhicules plutôt que de petites pièces métalliques, elle a internalisé la fabrication de ses batteries et elle a standardisé ses modèles pour améliorer les économies d’échelle.
  • De plus grands bénéfices et une meilleure technologie : Tesla oblige la concurrence à bouger, mais le constructeur a plus que les autres les moyens de financer les baisses de prix.

Tesla parvient à faire du mal à la concurrence chinoise.

  • S’annonce donc, encore plus qu’aujourd’hui, une guerre des parts des marchés : « Tesla a choisi l’option nucléaire pour écarter de la table les acteurs plus faibles et à faible marge », notamment en Chine, a déclaré Bill Russo d’Automobility, un cabinet de conseil industriel à Shanghai, cité par Reuters. En résumé : « Une grosse tarte, moins de tranches, plus à manger pour ceux qui restent. »
  • De plus petits acteurs, comme le Chinois Xpeng, ont bénéficié des hausses de prix. Aujourd’hui, ce concurrent est contraint de suivre la baisse des prix, mais avec moins de marge de manœuvre financière que Tesla.
  • Pour l’heure, le plus gros constructeur de véhicules électrique au monde, le Chinois BYD, n’a pas répondu à la baisse des prix de son plus grand concurrent. Au contraire, BYD augmentera ses prix suite à la fin progressive des subventions de Pékin. La pression s’intensifie donc, alors que les marges brutes de BYD ne s’élèvent qu’à 5.456 dollars par véhicule, trois fois moins que son rival américain.

******************************************

Des chercheurs produisent de l’hydrogène en imitant des plantes

Des chercheurs produisent de l’hydrogène en imitant des plantes

Fabriquer de l’hydrogène en imitant les plantes : des chercheurs de l’université du Michigan ont mis au point une nouvelle technique pour produire de l’hydrogène en utilisant la photosynthèse artificielle. La méthode est plusieurs fois plus efficace que ses prédécesseurs, et peut également convertir l’eau de mer en hydrogène.

Cette technique reproduit l’une des premières étapes du processus de photosynthèse, au cours de laquelle l’eau est séparée en hydrogène et en oxygène. Pour ce faire, les feuilles des plantes utilisent la chlorophylle, qui donne aux plantes leur couleur verte. Les scientifiques travaillent avec un semi-conducteur fait de nitrure d’indium-gallium, que l’on retrouve également dans les lumières LED bleues et vertes. Une grande lentille est utilisée pour projeter la lumière du soleil sur le semi-conducteur, où l’eau se désintègre. Des bulles d’hydrogène se forment alors dans une bouteille de gaz.

Dix fois plus efficace

En plein air, cette opération est dix fois plus efficace que les méthodes similaires qui utilisent la lumière du soleil pour diviser l’eau, écrivent les scientifiques. En laboratoire, l’efficacité de leur installation d’essai est de 9%, ce qui signifie que 9% de l’énergie de la lumière solaire se retrouve dans le combustible. En effet, le semi-conducteur développé peut supporter des températures beaucoup plus élevées que les semi-conducteurs moyens. Le faisceau très lumineux de la lumière solaire accélère considérablement le processus de conversion.

La technologie de production d’hydrogène par photosynthèse en est encore à ses débuts. Les applications commerciales ne sont pas en vue pour l’instant. « Nous pensons que les plantes à photosynthèse artificielle pourront un jour fonctionner beaucoup plus efficacement que la photosynthèse naturelle. Cela ouvre la voie à la neutralité en matière de CO2« , explique le chercheur Zetian Mi, de l’université du Michigan.

La nouvelle méthode a ceci de particulier qu’elle fonctionne non seulement avec de l’eau distillée propre, mais aussi avec de l’eau du robinet et de l’eau de mer. Ceci est potentiellement important pour les applications à grande échelle. En produisant de l’énergie avec de l’eau de mer, on n’utilise pas davantage d’eau douce rare. Ainsi, cette technique peut également être utilisée dans les zones côtières sèches et désertiques où il y a peu d’eau potable mais beaucoup de soleil.

**********************************************

La Finlande aura bientôt le premier site de stockage définitif de déchets nucléaires d’Europe

Un millier de siècles, au moins. C’est la durée pendant laquelle les déchets radioactifs à longue durée de vie produits par les centrales nucléaires finlandaises sont censés rester dans un site de stockage situé dans les profondeurs de la terre.

dans un maximum de trois ans, le moment sera venu. Les déchets nucléaires finlandais pourront être enfouis à 455 mètres sous terre, dans un réseau de tunnels appelé Onkalo (« cavité », « abri », « nid »).

****************************

EDF voit loin, très loin : « La durée de vie du parc nucléaire français peut être prolongée jusqu’à 80 ans »

Alors que la France se prépare à construire de nouveaux réacteurs nucléaires dans les décennies à venir, EDF estime que les actuels pourront faire de (très) vieux os.
Fer de lance du nucléaire en Europe, la France – via Emmanuel Macron – compte mettre en service 25 gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d’ici à 2050. Dans le même temps, la majorité des réacteurs actuels ont été conçus pour être exploités jusqu’en 2030 au moins. Toutefois, tout porte à croire qu’ils ont encore une longue vie devant eux.

 

EDF n’a aucun tabou.

  • S’exprimant lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le directeur exécutif d’EDF a déclaré que, selon lui, la durée de vie du parc nucléaire français pouvait être prolongée jusqu’à 80 ans.
  • « Aujourd’hui, le grand consensus scientifique, technique et économique est que notre parc est adapté pour aller à 60 ans (…). La question du passage de 60 à 80 ans exige un certain nombre de travaux d’études et donc nous les engageons », a déclaré Cédric Lewandowski, dans des propos relayés par BFM TV.
    • « Les 80 ans, ce n’est pas un tabou. Six réacteurs aux États-Unis ont obtenu une licence d’exploitation jusqu’à 80 ans et il se trouve que nos technologies sont à peu près similaires », a-t-il ajouté.

Où en est-on ?

pour l’instant, on est sur du 40 ans et +.

  • Actuellement, la France compte 56 réacteurs nucléaires en activité, répartis dans une petite vingtaine de centrales. Les plus anciens sont entrés en service à la fin des années 1970, les plus récents au début des années 2000.
  • Sur son site, EDF indique que « les centrales nucléaires sont conçues pour être exploitées pendant au moins 40 ans ».
  • En février 2022, Emmanuel Macron a fait savoir qu’aucun réacteur en état de produire ne serait fermé à l’avenir, sauf pour des raisons de sécurité.
    • En 2018, il avait pourtant annoncé que 14 seraient arrêtés d’ici 2035.
  • Par la même occasion, le président français a émis la volonté de prolonger au-delà de 50 ans la durée de vie de tous les réacteurs actuellement en service, sous réserve d’un avis positif rendu par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).
    • En théorie, rien dans la loi française n’empêche un réacteur nucléaire d’aller au-delà des 50 ans, voire plus loin encore.
    • Les réacteurs sont soumis tous les dix ans à une inspection complète, à l’issue de laquelle l’ASN leur livre – ou non – une licence pour les dix années à venir.
    • En pratique, pour l’instant, l’ASN n’a autorisé des réacteurs (les plus vieux, forcément) à fonctionner qu’au-delà de 40 ans.
    • Pour l’instant, le gendarme français de l’atome n’est pas encore convaincu qu’il pourra un jour leur donner le feu vert pour fonctionner plus de 50 ans. Le mois dernier, il a d’ailleurs demandé à EDF de lui fournir davantage de preuves.
  • Les deux derniers réacteurs nucléaires français à avoir été arrêtés sont ceux de Fessenheim. C’était en 2020, après 42 ans d’exploitation.

******************************************

L’ère du travailleur robotisé est-elle pour bientôt ? Boston Dynamics montre les nouvelles prouesses bluffantes de son robot Atlas

La société américaine de robotique Boston Dynamics a montré ce que peut faire la dernière version de son robot Atlas dans une vidéo diffusée sur YouTube.

Boston Dynamics montre comment le robot pourrait se comporter sur un chantier de construction.

  • Le robot peut désormais monter sur les échafaudages pour livrer des outils aux travailleurs. C’est du moins ce que fait l’Atlas dans l’environnement simulé dans la vidéo.
  • Contrairement à la plupart des prototypes de robots, Atlas est très agile. Le robot peut positionner et utiliser une planche comme un pont et peut même lancer des objets aux travailleurs. À la fin de la vidéo, le robot pousse une caisse d’un échafaudage, puis termine par un saut périlleux.
  • Ce qui est particulièrement frappant, c’est que le prototype peut manipuler des objets très rapidement. Après tout, selon Boston Dynamics, le robot ne doit pas se contenter d’exécuter des tâches, mais le faire « aussi vite » qu’un humain.

Toujours aussi frappant : Boston Dynamics n’a pas l’intention de vendre Atlas comme une main-d’œuvre robotique. Atlas ne servirait qu’à démontrer le potentiel de la technologie robotique.

  • L’entreprise, fondée en 1992, a déjà fait beaucoup de progrès ces dernières années, devenant au passage une sensation sur Internet.
  • Tout a commencé en janvier 2009, lorsque Boston Dynamics a publié une vidéo d’un prototype sur YouTube. Elle a montré comment le BigDog, un quadrupède militaire robotisé, volumineux et très bruyant, développé depuis 2005, pouvait garder son équilibre sur un terrain accidenté.
  • Ensuite, les prototypes se sont succédé rapidement. La société a montré des robots capables de grimper aux murs, des machines miniatures capables de sauter très haut et même des prédécesseurs d’Atlas.
  • Ces dernières années, l’entreprise a commencé à commercialiser ses robots. Le chien robot Spot est en vente depuis plusieurs années, tandis que l’engin destiné aux grands magasins Stretch peut déjà être réservé.

À noter : de nombreuses vidéos de Boston Dynamics sont visionnées des millions de fois. Ce qui est particulièrement frappant à cet égard, c’est que de nombreux internautes ne peuvent s’empêcher de comparer les robots à ceux de la série télévisée Black Mirror. Un exemple peut être visualisé ci-dessous.

*******************************

DAVOS FLORILEGE

Al Gore tente son propre « moment Greta » dans une colère délirante à Davos : « L’équivalent de 600 000 bombes tombées sur Hiroshima par jour »Cette semaine, il a tenté de réaliser un « moment Greta » et de se débarrasser de sa raideur notoire, ce qui l’a amené à fulminer, affirmant que les émissions de carbone et les gaz à effet de serre emprisonnent « autant de chaleur supplémentaire que celle qui serait libérée par 600 000 bombes atomiques tombées sur Hiroshima explosant chaque jour sur la Terre ».

Une commissaire européenne déclare que les États-Unis auront bientôt des lois sur les « discours haineux » et se vante de faire pression sur les annonceurs pour qu’ils démonétisent la « désinformation »

Lors d’une table ronde sur le thème de la « rupture de la méfiance » au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, il a été affirmé que la lutte contre la diffusion de la « désinformation » par les « groupes de droite » est une étape cruciale pour restaurer la confiance dans les organisations non gouvernementales (ONG) qui collaborent avec les gouvernements et d’autres entités sur des initiatives visant à améliorer les problèmes mondiaux.

Dans une émission diffusée jeudi, les têtes parlantes de CNBC ont affirmé que toute personne remettant en question les intentions du Forum économique mondial comme potentiellement néfastes est probablement un « théoricien du complot » qui croit aux reptiliens.

Un milliard de personnes devraient cesser de manger de la viande afin de sauver le climat, a déclaré le président de la plus grande entreprise de fabrication industrielle d’Europe lors d’un panel du Forum économique mondial. Jim Hagemann Snabe, homme d’affaires danois et président du géant allemand de l’industrie manufacturière Siemens, a insisté sur la nécessité de remplacer la viande par des protéines synthétiques lors d’un débat intitulé « Mobilisation pour le climat » organisé dans le cadre de la réunion annuelle des mondialistes à Davos, en Suisse, mercredi.

« Si un milliard de personnes arrêtent de manger de la viande, je vous le dis, cela a un gros impact. Non seulement cela a un gros impact sur le système alimentaire actuel, mais cela va également inspirer l’innovation des systèmes alimentaires »a déclaré Snabe, ajoutant : « Je prédis que nous aurons des protéines ne provenant pas de la viande à l’avenir, elles auront probablement un goût encore meilleur. »

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a appelé les organisations mondiales telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Forum économique mondial (FEM) à pousser les gouvernements nationaux à mettre en place une « infrastructure numérique » permettant de contrôler qui a été vacciné et qui ne l’a pas été.

Bien que la réunion de 2023 vienne de commencer, elle n’est pas décevante jusqu’à présent en termes de révélations sur la technocratie. Un exemple concret : Le député suisse Bastien Girod a peint une vision du futur proche dans laquelle les gouvernements changent la nature de l’organisation de la population. La grande idée ? Concentrer les gens dans des villes étroitement contrôlées, conçues autour du contrôle des émissions de carbone et où la possession de voitures est illégale pour les particuliers. Et d’établir des pénalités pour les entreprises qui ne se conforment pas aux politiques bureaucratiques en matière de changement climatique.

Selon un initié, les membres du Forum économique mondial se font conduire à Davos dans des voitures à essence, car les véhicules électriques ne sont pas fiables.

Les médias de l’establishment traitent toujours le « nouvel ordre mondial » comme une théorie du complot qui n’existe pas, sauf lorsque de véritables mondialistes utilisent cette expression, auquel cas elle existe et est une bonne chose.

À quoi ressemblera la vie sous le Nouvel ordre mondial ?

Nous n’avons pas à faire de suppositions, de nombreux autres participants à Davos ont explicitement décrit comment il se manifestera.

Des villes dites « 5 minutes » qui ressemblent à des prisons.

 

La fin de tous les voyages en voiture.

 

Des puces cérébrales implantées.

 

Une base de données numérique pour contrôler qui a été vacciné et qui ne l’a pas été.

Une nouvelle pandémie de type « COVID ».

 

Une répression de la « désinformation » qui empêche les gens de se faire vacciner.

 

La fin de la liberté d’expression.

 

La subversion LGBT de toute culture.

 

Une religion mondiale unique basée sur l’environnementalisme.

 

L’accélération de l’hystérie environnementale pour s’emparer de plus de pouvoir et réduire le niveau de vie.

 

Elon Musk a récemment tweeté que le « FEM devient de plus en plus un gouvernement mondial non élu que le peuple n’a jamais demandé et dont il ne veut pas ».

Les mondialistes de Davos ne semblent pas avoir reçu le mémo.

***************************************

Avec des taux plus élevés, les riches ont déjà été en récession, et ils n’ont pas aimé ça. Une année a suffi, merci beaucoup, et il est maintenant temps pour les banques centrales de rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, comme avant. Ainsi, tous les titres, les discours, les données et les rumeurs appropriés sont mobilisés en faveur des transactions « Pas en 2022 ! » en 2023 – et cela fonctionne jusqu’à présent.

« Chacun cherche sa dupe »

Tous les hommes et toutes les femmes cherchent à se tromper les uns et les autres puisque chacun cherche sa dupe.

Antoine Gombaud, dit le « chevalier de Méré » (1607-1684) – Maximes, sentences et réflexions morales et politiques

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. Le temps est cyclique selon la Tradition.
    il n’y a ni début ni fin seulement des passages d’une ére a l’autre…

    Je m’interroge sur le temps de cette guerre qui dure depuis presque un an
    Je m’interroge sur les « naratives »
    qui changent au fil
    du temps
    Les soviets en afghanistan embourbés? les Russes en Ukraine depuis trop lomptemps
    Il n’y a jamais eu de guerre « sainte »jamais.je pense a nos chers djihadistes…
    Sanctifier un homme ne légitime pas « le sacrifice »
    Je pense a Tarkovsky
    Arriver a la nuclérisation au nom d’un combat au coté de Dieu contre satan?
    What else..
    Les américains l’ont deja fait deux fois..
    Chacun son tour?
    Vu des marchés financiers des deux cotés, les affaires roulent bien sous le feu du dollars les échangent… échangent A un certain niveau the show must go on…le film le plus vu :Avatar le livre le plus lu: les mémoires du prince HARRY
    A quoi rêvent les gens…
    Bon courage pour la nouvelle saison

Laisser un commentaire