A Chaud!!!!!

Le FMI propose de ponctionner 10% de l’épargne de tous les européens! (Avec Commentaire de Bruno Bertez)

Le FMI propose de ponctionner 10% de l’épargne de tous les européens! (Avec Commentaire de Bruno Bertez)

AVANT PROPOS DE Bruno Bertez  : Bas les Masques!

 De toute façon, on y viendra et le prélèvement de 10% serait un moindre mal. Il faut prendre l’argent là ou il est, puisque l’on doit sauver les banquiers et les ultrariches. Les gouvernements socio-démo doivent pouvoir continuer à s’endetter pour acheter les voix de leurs électorat, maintenir la Grande Alliance.

Si les gouvernements ne donnent pas satisfaction aux usuriers, les usuriers coupent les vivres, exactement comme dans l’ancien régime. On n’invente rien.

Les ponctions sur les revenus, les patrimoines, les retraites, sont, et de très loin insuffisantes pour restaurer la situation du couple maudit banques/gouvernements. Les augmentions de capital des banques en préparation , Crédit Agricole , Société Générale etc sont de la poudre aux yeux car le problème des banques , ce ne sont pas les fonds propres , mais les refinancements de court et moyens terme. 

Le problème des banques est que sans l’assurance des Banques Centrales, elles ne peuvent faire face à leurs engagements; elles ont une insuffisance de ressources stables. Les besoins en capitaux propres ne représentent qu’une babiole, le problème c’est le refinancement, la consolidation de leur passif et seule la confiscation, conversion des dépôts peut fournir des chiffres à la hauteur des problèmes. Si il n’y avait pas les banques centrales, on assisterait à un run sur le marché de gros du refinancement et donc c’est le problème que les kleptos veulent régler sur votre dos.

Le problème une fois pour toutes, nous le répétons, ce ne sont pas les pertes et les insuffisances de capitaux propres , mais le risque de run. C’est le gigantesque mismatch !

Il faut oser réinterpréter la crise euro de 2010  comme cela : par l’intermédiaire des marchés qu’ils contrôlent totalement, les banques ont mis le couteau sur la gorge des gouvernements , sorte de menace implicite de leur couper les vivres. Elles ont exigé la solidarité européenne, elles l’ont imposée et ensuite elles ont forcé la main à la BCE  pour qu’elle promette des liquidités gratuites à l’infini, sans limite en attendant  que les conditions politiques leur permettent d’exercer le chantage ultime. Le chantage ultime c’est, honorez vos dettes, en confisquant l’argent de vos citoyens.

Dans sa nudité, masquée par la technicité , c’est le processus historique habituel , les usuriers qui prêtent au roi,  exigent que le roi pressure ses sujets pour retrouver leur argent. 

Venise, la peste noire , la peste tout court ne sont pas loin. Pour recouvrer son argent on plonge le monde dans le chaos , la régression , au passage en montant les gens les uns contre les autres par le racisme , le rejet , le bouc émissaire . 

Honte aux syndicats qui cornaquent les bestiaux à l’abattoir! 

Honte au Front National incapable d’autre chose que de servir l’objectif de monter les gens les uns contre les autres! 

Honte à Mélenchon qui  se contente de ses petits plaisirs narcissiques et du plaisir  d’Onan!

Les taux d’endettement public ont atteint de tels niveaux qu’il faudra trouver des solutions iconoclastes, indique le FMI dans son rapport sur les finances publiques. Le Fonds évoque un prélèvement «une fois pour toute» sur l’épargne privée, qui présente des risques considérables.

 La proposition est assortie d’un solide point d’interrogation: «un prélèvement une fois pour toute sur le capital?», pour réduire la dette publique s’entend. Il s’agit d’une simple hypothèse, dans un rapport du FMI sur les finances publiques, qui, une nouvelle fois, pose le problème de la soutenabilité des dettes des États «avancés», l’Europe, les États-Unis, le Japon. Le FMI rappelle qu’elles représenteront 110% du PIB en moyenne dans ces pays, soit une augmentation de 35 point de PIB par rapport à la situation de 2007. Il faut donc trouver des solutions radicales.

De tels niveaux d’endettement sont sans précédents, si ce n’est au lendemain des grandes guerres. Mais ne vient-on pas de vivre une crise économique aussi destructrice qu’un conflit armé? Alors, à la guerre comme à la guerre: et si l’on proposait une mesure «one off», en anglais, «one shot» comme on dit en «franglais», ou encore «une fois pour toute» en vrai français, avec la promesse qu’on ne recommencera jamais plus?

Solution exceptionnelle

De telles propositions ont en réalité une très longue histoire. Le grand économiste David Ricardo recommanda une telle mesure pour l’Angleterre au lendemain des guerres napoléoniennes du début du XIXe siècle. En France l’idée germa aussi après la défaite française de 1870 contre la Prusse. Et dans l’Allemagne de l’empereur Guillaume II des années 1890, on y pensa pour financer un programme d’équipement public qui aurait redonné au pays la parité navale avec la Grande-Bretagne.

Toutes les nations européennes y songèrent comme un seul homme, au lendemain de la première guerre mondiale. Pourtant ni la Grande-Bretagne, ni la France de Clémenceau ne parvinrent à en imposer la solution. Seule l’Italie, avec une taxe de 3,3% à 54,3% sur les patrimoines acquis depuis 1914, y réussit. L’expérience la plus probante est sans doute celle du Japon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale: le prélèvement sur les patrimoines privés allant de 10% à 90% s’inscrivait dans le cadre d’un vaste programme de reconstruction de l’économie nationale, sous la tutelle du général américain MacArthur.

Le FMI renvoie lui-même à l’étude du professeur Barry Eichengreen, de l’université de Californie, qui a passé en revue tous ces exemples historiques. Il avait été mandaté alors par les pouvoirs publics italiens, qui à la toute fin des années 1980 étaient (déjà) confrontés à un taux d’endettement public de 100% du PIB, tout comme l’Irlande et la Belgique. Barry Eichengreen, qui depuis lors a été l’un des rares économistes américains de renom à avoir pris fait et cause pour l’euro, ne s’était pas contenté de recenser les précédents historiques. Il examinait avant tout les avantages d’une telle solution exceptionnelle de «prélèvement sur le capital» (capital levy, en anglais), l’alternative étant notamment l’inflation, qui permet d’alléger la dette publique rapidement. Comme ce fut le cas en Europe et aux États-Unis de 1945 à 1975.

 Impôt «one off» de 10% sur l’épargne des ménages en zone euro

Eichengreen considère également le «capital levy» comme un substitut aux restructurations de dettes, dont la Grèce est pour le moment le seul exemple réel en Europe. Mais il n’ignore pas les énormes problèmes d’un tel prélèvement sur l’épargne privée: cela remet en cause la crédibilité des gouvernements qui doivent garantir que l’opération est vraiment exceptionnelle, sans compter les difficultés d’exécution pour empêcher les fuites de capitaux.

Le FMI cite une autre étude, toute récente celle-là, d’un économiste allemand, Stefan Bach, qui avec deux confrères a étudié en 2012 un projet similaire au nom de l’institut de conjoncture DIW. Là encore avec un point d’interrogation: «une taxe sur le patrimoine pour amener les riches à réduire la dette publique?». S’intéressant exclusivement au cas allemand, ils parviennent à la conclusion que la richesse des gens possédant chacun plus de 250.000 euros représente au total une assiette imposable de 2950 milliards d’euros; une taxe exceptionnelle de 3,4% permettrait alors d’engranger 100 milliards d’euros, soit 4% du PIB, pour alléger la dette publique.

Après avoir cité leurs confrères, les économistes du FMI se jettent eux-mêmes à l’eau. «Les taux de taxation nécessaires pour ramener les ratios de dettes (par rapport au PIB) à leur niveau de la fin 2007 nécessiteraient une imposition d’environ 10% sur tous les ménages disposant d’une épargne nette positive». Ces calculs, nous précisent le FMI ont été faits pour 15 pays de la zone euro.

source Le Figaro 10/9/2013

 http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/09/20002-20131009ARTFIG00524-le-fmi-propose-une-supertaxe-sur-le-capital.php

12 réponses »

  1. De toute façon, on y viendra et le prélèvement de 10% serait un moindre mal. Il faut prendre l’argent là ou il est, puisque l’on doit sauver les banquiers et les ultrariches. Les gouvernements socio-démo doivent pouvoir continuer à s’endetter pour acheter les voix de leurs électorat, maintenir la Grande Alliance.
    Si les gouvernements ne donnent pas satisfaction aux usuriers, les usuriers coupent les vivres, exactement comme dans l’ancien régime. On n’invente rien.

    Les ponctions sur les revenus, les patrimoines, les retraites, sont, et de très loin insuffisantes pour restaurer la situation du couple maudit banques/gouvernements. Les augmentions de capital des banques en préparation , Crédit Agricole , Société Générale etc sont de la poudre aux yeux car le problème des banques , ce ne sont pas les fonds propres , mais les refinancements de court et moyens terme.

    Le problème des banques est que sans l’assurance des Banques Centrales, elles ne peuvent faire face à leurs engagements; elles ont une insuffisance de ressources stables. Les besoins en capitaux propres ne représentent qu’une babiole, le problème c’est le refinancement, la consolidation de leur passif et seule la confiscation, conversion des dépôts peut fournir des chiffres à la hauteur des problèmes. Si il n’y avait pas les banques centrales, on assisterait à un run sur le marché de gros du refinancement et donc c’est le problème que les kleptos veulent régler sur votre dos.

    Le problème une fois pour toutes , nous le répétons , ce ne sont pas les pertes et les insuffisances de capitaux propres , mais le risque de run. C’est le gigantesque mismatch !

    J'aime

    • Il faut oser réinterpréter la crise euro de 2010 comme cela : par l’intermédiaire des marchés qu’ils contrôlent totalement, les banques ont mis le couteau sur la gorge des gouvernements , sorte de menace implicite de leur couper les vivres. Elles ont exigé la solidarité européenne, elles l’ont imposée et ensuite elles ont forcé la main à la BCE pour qu’elle promette des liquidités gratuites à l’infini, sans limite en attendant que les conditions politiques leur permettent d’exercer le chantage ultime. Le chantage ultime c’est, honorez vos dettes, en confisquant l’argent de vos citoyens.

      Dans sa nudité, masquée par la technicité , c’est le processus historique habituel , les usuriers qui prêtent au roi, exigent que le roi pressure ses sujets pour retrouver leur argent.

      Venise, la peste noire , la peste tout court ne sont pas loin. Pour recouvrer son argent on plonge le monde dans le chaos , la régression , au passage en montant les gens les uns contre les autres par le racisme , le rejet , le bouc émissaire .

      Honte aux syndicats qui cornaquent les bestiaux à l’abattoir,

      Honte au Front National incapable d’autre chose que de servir l’objectif de monter les gens les uns contre les autres

      Honte à Mélenchon qui se contente de ses petits plaisirs narcissiques et du plaisir d’Onan.

      J'aime

    • Bonjour Mr Bertez,
      Si le patrimoine est investi en actions, peuvent ils ponctionner 10% dessus ? Il faut qu’il vous oblige à les vendre avant, non ?

      J'aime

  2. Surement un ballon d’essai pour tester les opinions publiques mais ne doutons pas qu’il y a une volonté de passer à l’acte un jour où l’autre comme à Chypre.

    J'aime

  3. Le probléme est qu’as force de faire peur a tout le monde, l’épargne européenne va partir ailleurs. Et ensuite il se financeront avec quoi ??

    Ont a vraiment a faire a des aprentis sorciers. Comment a t’ont pu en arriver là, parce que c’est beaucoup plus que de l’incompétence, c’est volontaire.

    J'aime

  4. 10%? Mais oui, c’est UN BON DÉBUT !

    Ensuite ?

    Bien on prendra ce qu’il faut ! Dans le cadre de la grenouille et de l’eau qui chauffe.
    Sans oublier le merveilleux :

    TU M’AS PAYÉ ? PAYES MOI !

    SO.SO.SO lide hilarité !

    Contine huons le con bas !

    J'aime

  5. Mais ce qui s’est passé à Chypre a été une expérience qui a été très révélatrice.

    Il y a quelques semaines, les dirigeants politiques ont volé l’argent des épargnants chypriotes : les dirigeants politiques étaient inquiets de savoir quelle allait être la réaction des épargnants.

    Le vol de l’épargne des Chypriotes était un test.

    Or les Chypriotes se sont laissé faire.

    Les Chypriotes se sont laissé voler leur épargne.

    Donc les dirigeants politiques des pays en faillite vont généraliser le vol de l’épargne.

    Et personne ne bougera.

    Ni les épargnants français, ni les autres.

    Quand un pays va devenir hyper-endetté, les dirigeants politiques de ce pays vont voler l’argent des épargnants, car ils ont vu que les épargnants préfèrent se laisser voler leur épargne plutôt que de se défendre contre le voleur.

    Voici la liste des pays qui vont voler les épargnants en 2014 :

    1- Japon : dette publique de 242,3 % du PIB en 2014.

    2- Grèce : dette publique de 174 % du PIB.

    3- Italie : dette publique de 133,1 % du PIB.

    4- Portugal : dette publique de 125,3 % du PIB.

    5- Irlande : dette publique de 121 % du PIB.

    6- Etats-Unis : 107,3 % du PIB.

    7- Espagne : 99,1 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : 95,3 % du PIB.

    9- France : 94,8 % du PIB.

    Le FMI ne parle pas de la Belgique. En mars 2013, la dette publique de la Belgique était de 104,5 % du PIB.

    http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf

    J'aime

  6. la stupidité du prélèvement universel c’est qu’il touche tout le monde également:les productifs autant que les rentiers clientélistes.c’est exactement le problème du gouvernement actuel qui taxe tout le monde ,et surtout les productifs au profit des rentes.le CICE quand on en verra le résultat en sera une belle démonstration:on s’apercevra que l’artisan a payé pour la BNP ou la poste

    J'aime

  7. Le vol pur et simple des épargnants,et après sans doute la mise en place de régimes fachistes ….Je commence a vraiment avoir peur…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s