Art de la guerre monétaire et économique

La « Nouvelle Révolution Bourgeoise » Par David Duquesne

Il y a bien une Révolution des « élites » mondialistes nomadisées.

C’est une haute bourgeoisie qui vit très bien des bénéfices de la mondialisation.

Les banlieues ethnicisées et islamisées représentent leurs sans culottes sous couvert d’antiracisme et d’ouverture à l’autre.

Ces deux composantes installées sur le territoire national, ont une haine de la patrie, de l’État Nation et sont prêtes à massacrer les vestiges de l’Ancien Monde qui remplace symboliquement l’Ancien Régime.

Ces vestiges sont les Français de la France périphérique, ses classes moyennes et populaires sacrifiées sur l’autel du Dieu Vivre Ensemble et de la Déesse Immigration.

Je rejoins Michel Onfray, il y a volonté de populicide et de reproduire en France ce qui a été fait en Seine Saint-Denis.

La différence de traitement entre Gilets Jaunes et racailles de banlieues en est l’illustration.

De même, la façon dont la Seine Saint-Denis a été gérée durant les 40 dernières années, est un exemple de modélisation « universelle » en France. Ce phénomène se reproduit dans toutes les périphéries de grandes villes où l’État, les élus, les préfets délèguent aux caïds et aux barbus le régalien dans des territoires délimités qui commencent à déborder.

Intimidations, agressions, insultes, menaces de morts, rixes meurtrières, ce quotidien oblige ceux qui ne sont pas de la « diversité » à l’exode et à gagner des contrées où l’on supprime services publics et où les centres-villes sont en voie de paupérisation.

Il y a une forme d’épuration soft qui s’est mise en place au profit des sans culottes qui font trembler le pouvoir en place depuis 2005 et les émeutes qui ont vu 38000 voitures être brûlées en une semaine.

David DUQUESNE

En 1997, la Direction Centrale des Renseignements Généraux identifiait dans toute la France un échantillon de 724 meneurs de violences urbaines:

Sur 724 personnes âgées de 16 à 25 ans, 60 étaient de nationalité nord africaine (algérienne et marocaine en majorité), 15 étaient de nationalité subsaharienne (issus des anciennes colonies) et 406 étaient de nationalité française, mais 48 seulement portaient un nom et un prénom de consonance européenne.

Face à ce fiasco de l’intégration puis de l’assimilation, on préfère masquer les origines des personnes pour ne pas avoir à comprendre le phénomène puis on insiste seulement sur leur nationalité pour faire porter la culpabilité au pays d’accueil et on qualifie de « jeunes » les auteurs de ces violences comme si le jeune en France était réductible à une violence commune et normalisée.

En restant dans le déni, et en qualifiant de racisme quiconque fait état de ce réel, les antiracistes compulsifs ont enfermé les « jeunes » issus de l’immigration extra européenne dans une dynamique sans voie de sortie.

David DUQUESNE

EN BANDE SON :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s