Art de la guerre monétaire et économique

Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 20 Mars 2014: La Grande Manip des fausses causalités. L’arme des tyrans! Par Bruno Bertez

Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 20 Mars 2014: La Grande Manip des fausses causalités. L’arme des tyrans! Par Bruno Bertez

Voici une remarque fondamentale à la fois pour comprendre notre travail et, en même temps, pour analyser les situations. Elle complète une autre remarque, elle aussi fondamentale: la première des choses à faire quand quelqu’un parle, consiste à se poser la question de l’identité du locuteur et à se demander, « qu’est-ce qu’il veut », en s’exprimant. Derrière toute parole, il y a un désir, une intention, rien n’est innocent.

 L’un des ressorts les plus puissants du dirigisme, du constructivisme et de la manipulation des peuples par les gouvernements, est le recours aux fausses causalités.

Par les discours officiels, par la répétition dans les médias, par la complicité des économistes de banque, on implante dans la tête des gens de faux liens de causalités. On escamote les vraies causalités, souvent cachées et complexes, pour les remplacer par d’autres plus faciles à comprendre, plus évidentes, mais fausses.

La juxtaposition des évènements, les amalgames, ce que nous appelons la méthode des Renseignements généraux, des flics, tout cela sert à créer de fausses causalités.

Ce que la Fed a réussi à imposer sur les marchés, grâce à la connivence des Goldman et autres, ce sont ces fausses causalités, multiples, croisées, en maillage et réseaux.  Cela se donne à voir par ce que l’on appelle les corrélations. Et la prolifération des Quants.

Correlation, causation, and that jazz…

Le plus bel escamotage de cause économique des 5 dernières années, c’est celui de la notion de surendettement. Et pour cause, si la notion de surendettement venait à être reconnue, mise au grand jour, alors les gouvernements kleptos et socio-démos perdraient tout levier pour manipuler le monde. Ils se verraient imposer des limites. Confère la nouvelle récente que le monde global contenait maintenant 100 trillions de dettes, nouvelle qui n’a été, ni commentée, ni analysée, alors que c’est la nouvelle la plus importante de l’année.

Infographic: World dept crisis http://goo.gl/AACPGg  #socialtrading #macro #GDP #ECB pic.twitter.com/l4yQIoqiRh

Permalien de l'image intégrée

Chart (from Credit Suisse): China’s bank vs. non-bank ("shadow") credit balances over time as % of GDP

Little known fact: US corporate net debt is now $200B higher than 2008 peak. Cash rich, but also Debt Rich.

Dans l’UE-25, en intégrant les dépenses et recettes futures, le déficit budgétaire représenterait 13,5% de la valeur actualisée du PIB. En clair, toutes les recettes fiscales européennes devraient augmenter d’un niveau équivalant à 13,5% du PIB pour que les promesses soient tenues et financées ! L’UE devrait relever de 23,5 points le taux de TVA ou réduire de 48,7% les dépenses de santé et de sécurité sociale pour équilibrer ses comptes ! Aux Etats-Unis, le déséquilibre représente 9% de la valeur actualisée du PIB, soit sept fois le montant de dette publié. A peine un septième de la dette gouvernementale est aujourd’hui visible. Les deux tiers de ce trou financier s’expliquent par la sécurité sociale et Medicare.

Autre exemple de fausse causalité, on vous fait croire que la montée des pouvoirs de l’Etat, de l’appareil répressif, est liée au terrorisme, alors qu’il est lié au besoin de faire se tenir tranquille les peuples que, maintenant, l’on craint. La militarisation de la police en est le signe le plus révélateur ainsi que les écoutes généralisées. Le terrorisme, « ils » n’en ont pas peur, ils le forment, ils lui fournissent des armes, ils combattent à ses côtés en Libye, en Syrie, et en Ukraine, par exemple. On vous fait passer de la géopolitique de conquête et de contrôle, pour de la lutte anti-terroriste à l’extérieur et de la menace terroriste à l’intérieur.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Sous des dehors scientifiques et mathématiques, l’une des techniques utilisées pour cet enfumage est celle des corrélations.

Qu’est-ce qu’une corrélation? C’est le constat que lorsqu’une chose se produit, alors avec une forte probabilité, une autre évolue d’une certaine façon, prévisible.

Une corrélation, c’est l’établissement d’un arc de Pavlov. Je te montre un mouvement sur le yen qui sert de sous-jacent au carry global et hop, tu salives sur les marchés. Le maillage des corrélations, discours artificiel sur le réel, permet de faire disparaitre ce même réel. Le réel est peu à peu évacué des marchés, ils tournent en rond sur eux-mêmes. Même plus peur!

Plus fondamentalement, je te montre une politique monétaire non conventionnelle type ZIRP et QE, et tu salives le marchés des actions à la hausse, sans voir que le vrai facteur causal qui a produit et permis la hausse, c’est la décision discrète prise à la mi-mars 2009 de modifier les règles comptables du FASB et, ainsi, d’écarter tout risque de faillite des banques.

L’évaluation des créances bancaires: longtemps, la comptabilisation des prêts aux entreprises dans le bilan des banques a été réalisée sur une base historique, en fonction du montant initialement consenti et des remboursements successifs du capital. De nombreux intervenants défendent aujourd’hui la méthode dite de «fair value» ou bien encore mark to market en opposition au mark to model en place, c’est-à-dire la comptabilisation chaque année de chaque créance en fonction de la valeur instantanée qu’elle aurait sur le marché en cas de revente, même si la banque n’a aucune intention de céder cette créance avant le terme du prêt. Un tel choix affecterait très différemment les banques des Etats-Unis et d’Europe continentale, celles-ci ayant beaucoup plus recours que leurs homologues anglo-saxonnes aux prêts à taux fixe. Il pourrait donc contribuer à modifier le comportement des banques, qui seraient encouragées à développer les prêts à taux variable et à céder certains prêts déjà en place. La norme comptable a donc ici une influence potentielle directe sur le comportement du système bancaire et sur son évaluation.

Les phénomènes spéculatifs, où le marché abandonne son fonctionnement rationnel, sont souvent liés à un défaut de pertinence de la normalisation comptable. Ce fut le cas dans les trois expériences spéculatives les plus spectaculaires de ces dernières années, la «bulle Internet»  l’affaire Enron et…les subprimes…  même si dans les trois cas la question des normes comptables était loin d’être la seule en jeu […]

Du coup, celles-ci sont miraculeusement devenues solvables, elles ont pu entrer dans le jeu de la politique non conventionnelle de la Fed et faire en sorte que personne ne « fight the Fed ». Elles ont joué le rôle de locomotive de la politique non conventionnelle, type JP Morgan dans les années de la crise de 29.

Rappel du 31 Mars 2009- Agefi Suisse

Le nombre de détracteurs de la comptabilité en juste valeur (mark-to-market) ne cesse d’augmenter en Suisse et ailleurs depuis l’effondrement financier de 2008. En France, par exemple, le CEO d’AXA, Henri de Castries, et son ancien président, Claude Bébéar, sont des pourfendeurs de cette pratique comptable qui a selon eux probablement accentué la crise en obligeant les entreprises à inscrire dans leurs comptes la valeur de leurs actifs en temps quasi-réel. Pour le Républicain américain Newt Gingrich, cette obligation doit même être levée immédiatement! Et remplacé par un système mark-to-model. La pression croissante pour un changement des normes comptables est perceptible, notamment de la part de la Communauté européenne. Les critiques se concentrent sur le caractère pro-cylique de la juste valeur et sur l’insuffisante information fournie par les normalisateurs pour évaluer des instruments financiers dans des marchés inactifs ou illiquides. Des voix s’élèvent pour appliquer des modèles propres basés sur les flux de trésorerie nets futurs de tels actifs, plaidant ainsi pour un système mark-to-model. Acculés, le FASB (Financial Accounting Standards Board), le conseil des normes de comptabilité financière, et l’IASB (International Accounting Standards Board), le conseil des normes comptables internationales, viennent d’émettre, après ceux de l’automne dernier, des nouveaux amendements qui s’appliquent aux actions et à des instruments de crédit, s’agissant de la mesure de la juste valeur et du test de validité, qui permet de valider la cohérence entre la valeur nette comptable des actifs et leur valeur de récupération. Or celle-ci est fondamentale si l’investisseur n’a pas besoin de vendre un actif avant une reprise. Un assouplissement en matière de comptabilisation des pertes dues au marché est prévu à cet égard en accordant une place plus grande au propre jugement des détenteurs des actifs problématiques, si bien que ces derniers ne doivent pas être liquidés à vil prix et qu’il n’y ait pas de dépréciations supplémentaires. Ces amendements doivent être soumis au conseil du FASB lui-même, qui est présidé par Robert Herz et qui se réunira le 2 avril prochain. En cas d’approbation, ces changements seront déjà applicables aux périodes intérimaires et annuelles clôturant après le 15 mars 2009. Ils sont susceptibles d’améliorer considérablement les résultats de grandes banques américaines comme Citigroup. D’aucuns estiment que les bénéfices des banques pourraient être améliorés de plus de 20% en laissant celles-ci utiliser leur modèle interne au lieu des prix du marché. De quoi satisfaire les dirigeants des banques fortement touchées ou ceux d’autres établissements financiers, parmi lesquels des assureurs.

What has dropped like a rock since 2007?

1. M1 Money Multiplier 2. Employment to population ratio 3. Mortgage purchase applications 4. Real median household income

ccond

And labor force participation and the M2 Money Velocity have also crashed since 2007.

m2vlfpcc

But what hasn’t crashed and burned since 2007 are the stock market and house prices (red box). Along with The Fed’s juicing of financial assets. Particularly since Q2 2012 (orange box).

hpspxfedbal07

Source and Thanks Anthony B Sander http://confoundedinterest.wordpress.com/

Cela dit, il y a eu, et il y a toujours, une trace de la vraie situation réelle, c’est la prudence des banques qui emploient moins que leurs ressources et accumulent les réserves de précaution oisives.

Cette méthode de manipulation/dirigisme par la création et l’implantation de fausses causalités, n’a, à notre connaissance, jamais fait l’objet de recherches sérieuses, alors que l’autre outil, la propagande, a lui été bien cerné et analysé.

La constitution d’une nouvelle extrême droite populiste en Europe procède de la même méthode vicieuse, la constitution de fausses corrélations et, maintenant, il suffit aux partis traditionnels de gouvernements d’appuyer sur un bouton et, hop, ils font ainsi monter le racisme, les rejets, les populismes, qui constituent des impasses pour les électeurs, mais des boulevards pour les socio-démos.

Ainsi, par la maîtrise des corrélations sociales et politiques, le Français Hollande a mis en place une stratégie de réélection, stratégie de long terme qui consiste à faire monter le Front National jusqu’au point où celui-ci passera devant l’UMP au premier tour des prochaines Présidentielles, ce qui assurera à Hollande la réélection dans un fauteuil. Le coup de Jospin, mais à l’envers. Hollande, le recours!

Autre exemple, l’idée monétariste qu’il y a un rapport entre la politique monétaire non conventionnelle, l’effet de richesse et la reprise de la croissance. C’est l’exemple de l’établissement de fausses causalités qui a permis de faire des cadeaux aux banques tout en faisant croire que l’on aidait Main-Street.

Permalien de l'image intégrée

Workers’ wages as a percent of the US economy (GDP)

Permalien de l'image intégrée

The universally declining share of labor income.

 Permalien de l'image intégrée

Les chercheurs ont montré qu’il n’y avait ni lien logique sérieux, ni lien pratique, entre les deux. La Fed elle-même reconnait ne pas avoir réussi « à comprendre par quels canaux, la politique monétaire non conventionnelle pouvait fonctionner » (Fed de San Francisco). Le rendement de la politique de la Fed est tellement faible, pour un risque colossal et non quantifié, que les économistes ont calculé qu’il aurait été cent fois plus rentable de se passer de la transmission par l’effet fictif de richesse et, à la place, de distribuer l’argent aux consommateurs. De même, plutôt que d’utiliser le carry et le levier et de faire remonter les prix de l’immobilier par les Blackrock et Blackstone, la Fed aurait pu, dès 2008, mettre en place une politique de rachat direct par le Trésor du parc immobilier excédentaire et faire gagner beaucoup d’argent à la collectivité.

Permalien de l'image intégrée

Cela dit, là aussi, il y a des traces de la non-efficacité des politiques de Wealth Effect, ce sont les évolutions réelles des « revenus gagnés » des ménages américains et bien sûr les chiffres réels de l’emploi. Tous deux sont catastrophiques en réel.

La démocratie repose sur le savoir et la primauté de la Vérité, la tyrannie se développe sur l’entretien de l’ignorance. La manipulation des causalités entretient l’illusion du savoir et, à ce titre, constitue l’arme suprême des tyrannies.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 20 Mars 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

SUR LE FRONT: REVUE DE PRESSE ( Source et Remerciements à Maître Confucius)

COLLAPSE UPDATE:

FRANCE:…baisse du nombre de bénéficiaires des prestations famille/logement 2012 (durcissement des conditions d’attribution?)…nouvelle méthode de comptable du PIB

http://www.drees.sante.gouv.fr/les-prestations-familiales-et-de-logement-en-2012-une,11271.html

http://www.challenges.fr/economie/20140318.CHA1675/le-miracle-du-15-mai-le-pib-de-la-france-va-connaitre-une-brutale-croissance.html

FRANCE:…trop pour les retraités, pas assez pour les jeunes dit OCDE

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140318trib000820534/la-france-devrait-consacrer-moins-aux-retraites-et-d-avantages-aux-jeunes-ocde.html

P.Bechade du jour

https://www.youtube.com/watch?v=CUCCHbxnRJM

https://www.youtube.com/watch?v=ge6aVgNbUNk

FRANCE:.. Reprise des faillites…banques vendent des données privées…déficit courant 3,9 milliards en janvier

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140318trib000820532/la-tres-legere-reprise-n-a-pas-empeche-un-rebond-des-defaillances-d-entreprises-en-2013.html

http://www.lecontrarien.com/alerte-les-banques-veulent-vendre-vos-donnees-resistez-organisez-vous-voici-nos-conseils-pratiques-pour-proteger-votre-vie-privee-19-03-2014-edito

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140319trib000820766/le-deficit-courant-francais-approche-les-4-milliards-d-euros.html

FRANCE:. Réduction du budget alimentation

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140319trib000820735/un-francais-sur-deux-veut-reduire-davantage-son-budget-alimentation.html

http://www.challenges.fr/economie/20140319.CHA1680/le-budget-alimentation-mensuel-moyen-des-francais-est-de-389-euros.html

ITALIE/ALLEMAGNE:…Unicredit supprime 8500 postes…Deustche Telekom supprime 4900 postes

http://www.bloomberg.com/news/2014-03-11/unicredit-posts-record-loss-on-bad-loans-goodwill-writedowns.html

http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20140318trib000820611/deutsche-telekom-supprime-4.900-postes-en-allemagne-soit-10-de-ses-effectifs.html

GRECE:…nouvel accord, nouvelle austérité?

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/grece-accord-preliminaire-de-la-troika-pour-une-nouvelle-tranche-d-aide-18-03-2014-3684125.php

ROYAUME-UNI:…baisse des ventes d’un grand distributeur 

http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/sainsbury-accuse-une-rare-baisse-de-ses-ventes-958709.php

BELGIQUE:…hausse de la taxation des indemnités de licenciement

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/1822342/2014/03/19/Les-indemnites-de-licenciement-plus-lourdement-taxees.dhtml

USA:…"suicide" d’un banquier de 28 ans à Manhattan le 12 mars dernier

http://nypost.com/2014/03/17/investment-banker-leaps-to-his-death/?utm_campaign=SocialFlow&utm_source=NYPFacebook&utm_medium=SocialFlow

http://nypost.com/2014/03/18/string-of-suicides-rocking-financial-world-baffles-experts/

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2583385/Banker-28-kills-TWELFTH-finance-suicide-year.html

5 replies »

  1. toujours merci pour vos infos
    mais
    je ne comprends pas comment vous pouvez travailler à la croissance de l’argent, oeuvrer à éclairer qui veut pour que son argent fasse davantage d’argent,
    tout en simultanément éclairant aussi bien combien la croissance de la dette est nuisible
    vu que les deux, la croissance de l’argent et la croissance de la dette, sont intimement jumeaux,
    c’est comme vouloir que la jambe gauche (la dette) recule tout en étant payé à ce que la jambe droite avance (l’argent)
    … ???

    J'aime

    • A mon avis Bruno Bertez a raison au fond . Le focus sur la dette nous distrait sur un faux pb . On stigmatise la dette , la création monétaire , etc , comme si la monnaie pouvait où avait existé sans création monétaire , non seulement permanente mais croissante au cours de l’humanité et cette création passe par la dette . La vraie question c’est sa corrélation ( je m’excuse pour ce vocabulaire impur) , avec la création de richesses , qui se complique aujourd’hui de d’un changement dans la notion de richesses .

      J'aime

  2. autre exemple de fausse causalité : les mesures impopulaires ….

    on demande à Bruxelles ou à Lagarde de critiquer …p ex le niveau anormalement élevé des retraites…et ensuite la mort dans l’âme on applique la recommandation, en critiquant bruyamment ces instances non élues qui ne représentent pas le peuple

    J'aime

  3. Oui , analyse pénétrante . Il y a bien un défault dans la théorie de la rélativité générale
    si la découverte à Genéve d’une particule allant plus vite que la lumiére est confirmée .
    Quelques détails cependant qui ne me font pas pour autant avocat du Diable .
    Ce n’est pas tant les corrélations , le pb ,que l’assimilation des corrélations à celles entre courbes de Gauss , normalisatrices par définition .
    Oui le markt to market est fatal non seulement aux banques mais au capital en général , mais comment évaluer ce qui nait est ce qui croit comme les sarts ups ou les entreprises du web , puisqu’elles ne possédent rien , ou presque ?
    C’est simple on ne leur préte pas , sans garantie d’état ou personnelle , vous la voyez la garantie personnelle de Google ?
    Oui , le monétarisme , toutefois , celui-ci se différencie du Keynésianisme surtout par la négation de l’illusion monétaire , et là on ne peut contester sa réussite , le % de plus riches Américains n’a jamais été aussi riche , en monnaie réelle s’entend .
    Pourtant ma sympathie ne va pas au diable qui se prend pour Dieu comme Goldmann Sachs , grand contributeur de la campagne d’Obama . Au contraire j’aurais aimé un style comme suit avec ma vidéo vis à vis du systéme bancaire . Poutine lui est un fervent orthodoxe

    J'aime

  4. […] Cette phase 2 aurait consisté à mettre les banquiers autour d’une table et à leur dire fermement : « Messieurs, vous avez commis des crimes, mais nous vous avons sauvés; maintenant que les risques de chaos sont écartés, il faut percer l’abcès. Il faut résorber l’excès de crédit que vous avez créé. Il faut éliminer le crédit non-solvable, fictif, qui s’est insinué dans toute l’économie américaine. Il faut établir un chiffre. S’il y a 30% de crédit en trop, nous retiendrons le chiffre de 30% ; s’il y a 40% de crédit en trop, nous retiendrons le chiffre de 40%. Il faut que ce crédit fictif excédentaire soit résorbé. Nous allons l’évaluer et ensuite nous fixerons ensemble les normes des haircuts, les normes de restructurations, les normes de moratoire, les normes de conversion. Une fois que tout ceci aura été fait, nous aurons rendu le crédit supportable par l’économie. Chacun de vous devra s’y conformer. En attendant, nous vous adossons au crédit de l’Etat et au crédit de la Fed. Temporairement, considérez-vous comme quasi-nationalisés ».  Au lieu de cela, qu’a fait notre petit garçon timide ? Il  a accepté la vérité des comptes des banques, que l’on fabrique de fausses comptabili…  […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s