Behaviorisme et Finance Comportementale

Indicateur de Marché : Sondage Merrill Lynch MAI 09

Chaque mois, la banque américaine Bank of America sonde 220 gérants de fonds à travers le monde. Ceux-ci gèrent 617 milliards de dollars d’actifs…

Intéressant et important à suivre bien sur puisque concerne les anticipations des institutionnels, des « zinzins », des Eléphants suivant la terminologie   propre au business économiste JP Chevallier…Je m’efforce  de relayer chaque mois ces infos…On continue donc avec le sondage de MAI 2009…

EN SUIVANT LE DETAIL :

 

NEW YORK et LONDRES, May 21 /PRNewswire/ —

– Des signes d’exubérance apparaissent dans la ruée vers les marchés émergents

Selon le sondage Merrill Lynch des gestionnaires de fonds pour le mois de mai, la spéculation à la hausse dans les marchés mondiaux a atteint de nouveaux sommets, avec 7 investisseurs sur 10 prédisant que l’économie mondiale va s’améliorer dans les douze prochains mois.

Confortés par des prévisions positives concernant les bénéfices d’entreprises, les gestionnaires de portefeuilles donnent corps à leur optimisme en investissant leur argent. En moyenne, les avoirs liquides ont baissé de 4,9 pour cent au mois d’avril à 4,3 pour cent. Les actions, tout en restant sous-pondérées, sont plus populaires, en particulier dans les secteurs cycliques qui sont sensés offrir la meilleure performance en période de reprise. En ce qui concerne les obligations, les investisseurs sont passés pour la première fois depuis le mois d’août dernier dans une position sous-pondérée nette. De nombreux investisseurs se précipitent vers les marchés émergents, l’optimisme des investisseurs en ce qui concerne l’économie chinoise étant à son niveau le plus élevé depuis six ans.

<< Les investisseurs commencent enfin à dépenser leur argent et à réduire leurs positions de trésorerie à des niveaux de cycle moyen afin d’acheter des titres, des actions cycliques et des actifs à risque >>, a déclaré Michael Hartnett, co-directeur de la stratégie internationale d’investissement de Banc of America Securities-Merrill Lynch. << Toutefois, cet enthousiasme à prendre des risques, particulièrement dans les marchés émergents, rappelle le comportement en période de bulle. Un niveau record de 40 pour cent des gestionnaires de fonds a l’intention de surpondérer la région dans les 12 prochains mois. >>

<< Apres avoir réglé la priorité la plus urgente en retournant vers les titres financiers, les investisseurs ont ajouté ce mois-ci une exposition aux titres cycliques de l’économie réelle et ont purgé encore davantage leurs positions surpondérées défensives >>, a expliqué Gary Baker, co-directeur de la stratégie internationale d’investissement de Banc of America Securities-Merrill Lynch.

Revirement complet du sentiment et des perspectives mondiales de bénéfices en Europe

Le sentiment envers l’économie mondiale a effectué un revirement complet depuis les jours sombres d’octobre 2008, quand 60 pour cent des investisseurs anticipaient une aggravation de la conjoncture. Dans le sondage du mois de mai, 57 pour cent des personnes interrogées pensent que l’économie va s’améliorer dans les 12 prochains mois, une augmentation de 26 pour cent par rapport à avril.

C’est en Europe que ce revirement a été le plus prononcé. Selon 35 pour cent des personnes interrogées lors du sondage régional des gestionnaires de fonds, l’économie européenne devrait s’améliorer dans l’année à venir. Il s’agit d’un changement évident par rapport au mois d’avril, lorsque 26 pour cent des personnes interrogées prévoyaient une aggravation de la situation.

Les investisseurs spéculent soudainement à la hausse sur les bénéfices des entreprises avec 18 pour cent convaincus que les perspectives pour des bénéfices mondiaux s’amélioreront au cours des 12 prochains mois. Cela constitue un important virage par rapport au mois d’avril lorsque 12 pour cent anticipaient des bénéfices à la baisse.

Le goût du risque revient alors que l’optimisme envers la Chine atteint de nouveaux sommets

Le goût soutenu pour les actions se concentre sur les marchés émergents.

Près de 46 pour cent des investisseurs ont surpondéré les actions des marchés émergents, soit une augmentation par rapport aux 26 pour cent d’avril. Les spéculations à la hausse concernant le marché chinois ont atteint leur niveau le plus élevé depuis que le sondage a commencé à suivre la Chine en 2003.

Près de 61 pour cent des personnes interrogées pensent que son économie s’améliorera. En novembre, 87 pour cent des personnes interrogées pensaient que l’économie chinoise allait s’affaiblir.

La tendance à l’abandon des investissements défensifs en faveur de titres cycliques continue. Pour la première fois depuis le début 2005, les personnes interrogées (2 pour cent) ont sous-pondéré leur secteur préféré en période de récession, à savoir les produits pharmaceutiques, par rapport à 21 pour cent de surpondération au mois d’avril. Les investisseurs ont aussi réduit leurs investissements dans les produits de première nécessité, les télécommunications et les entreprises de service public en faveur de l’énergie, des matériaux et des produits industriels. Ils ont continué d’augmenter les allocations aux banques, en réduisant la position sous-pondérée nette du secteur à son niveau le plus bas depuis le mois de juin 2007.

Cependant, en contrepoids à l’optimisme renaissant, les responsables d’allocation d’actifs n’ont pas encore complètement adopté les titres. Près de 6 pour cent des responsables d’allocation d’actifs restent en position sous-pondérée sur les actions au niveau mondial, avec des positions nettement sous-pondérées au Japon, dans la zone euro et au Royaume Uni. << Le nouvel optimisme des gestionnaires de fonds n’est pas partagé par les responsables d’allocation d’actifs. Un risque de hausse pour les marchés revient à une augmentation de l’allocation des actifs dans les titres aux dépends du liquide et des obligations >>, estime M. Hartnett.

Sondage auprès des gestionnaires de fonds

Au total, 220 gestionnaires de fonds gérant un total de 617 milliards USD ont participé à ce sondage international mené du 8 au 14 mai. Au total, 182 gestionnaires gérant 355 milliards USD ont participé aux sondages régionaux.

 L’ANALYSE DE L’AGEFI :

Signes d’exubérance
Le dernier sondage Merrill Lynch sur la perception des gestionnaires confirme le retour à l’optimisme. La ruée vers les marchés émergents inquiète toutefois les spécialistes.
sylvain frochaux
Les adages financiers les plus solides ont la vie dure en temps de crise. Pendant des années, les marchés ont été rythmés par le slogan: «Sell in May and Go Away!». Aujourd’hui, la perception des principaux acteurs est tout autre. L’optimisme est de retour et le marché s’enthousiasme à nouveau. Presque trop, à en croire le dernier sondage Merrill Lynch. Les managers afficheraient «des signes d’exubérance», selon les termes de l’étude mensuelle parue mercredi. Les 220 gestionnaires de fonds interrogés ont fortement augmenté leur exposition aux marchés émergents, avec 46% nets d’entre eux au mois de mai contre seulement 26% le mois dernier et 4% en mars. La ruée vers l’Est est encore plus marquée sur la Chine, avec un optimisme inégalé sur l’Empire du Milieu depuis le lancement du rapport en 2003.

La confiance quant au retour à une certaine normalisation conjoncturelle est également confirmée par le fait que près de sept investisseurs sur dix s’attendent à un redressement de l’économie mondiale au cours des 12 prochains mois. Soit le plus haut niveau en cinq ans. En réponse à cette embellie, la part des avoirs détenus en cash s’est fortement contractée, passant de 4,9% à 4,3% en l’espace d’un seul mois. En décembre, cette proportion se montait encore à 5,5%.

Les gérants de fonds restent toutefois prudents. La plupart d’entre eux continuent à couvrir leurs positions, avec toujours une sous-pondération sur le marché actions (-6% nets) et une baisse marginale de la surpondération en liquidité (+21% contre +24% en avril). La prise de risque a néanmoins légèrement repris, avec une baisse de la pondération en territoire négatif sur les obligations (-3%). Une première depuis l’été dernier. La correction sur les revenus fixes devrait en outre s’accentuer ces prochains mois, puisque 47% nets des gestionnaires sondés, qui gèrent au total quelque 617 milliards de dollars, jugent le marché obligataire surévalué.

«Les investisseurs ouvrent finalement leur portemonnaies et réduisent leur balance en cash à des niveaux de milieu de cycle pour acheter des actions, des titres cycliques et des actifs risqués», souligne Michael Hartnett, coresponsable de la stratégie internationale d’investissement chez Banc of America Securities – Merill Lynch. «Cependant, cette ruée vers davantage de risque, notamment sur les marchés émergents, évoque un comportement proche d’une bulle», avertit ce dernier.

L’attitude optimiste des investisseurs se confirme d’ailleurs à travers une lecture des expositions relatives aux différents secteurs. Et la tendance est aujourd’hui claire: les valeurs cycliques récupèrent une certaine attractivité, au détriment des investissements défensifs. Fortement exposées aux variations conjoncturelles, technologie, énergie et matériaux sont aujourd’hui les trois industries privilégiées par les gestionnaires de fonds. A l’inverse, le secteur favori en temps de récession, la pharma, se retrouve sous-pondéré (-2% nets) pour la première fois depuis début 2005. Les entreprises privées d’utilité publique (utilities) terminent, pour leur part, en dernière position (-19%).

En termes de zones géographiques, les investisseurs restent encore très sélectifs. Tandis que les marchés émergents attirent une proportion nette de 47% des sondés, les gérants interrogés sous-pondèrent massivement l’Europe (-20% contre -29% en avril), ainsi que le Royaume-Uni (-11% contre -22%). Le Japon demeure la destination la moins séduisante pour les participants, avec une part de sous-pondération relative de 31% (contre 36% le mois dernier). Pour leur part, les Etats-Unis sont, depuis maintenant 12 mois, toujours surpondérés par les principaux acteurs.

Malgré la forte réticence sur les titres européens, les gestionnaires de fonds ont fortement rehaussé leurs prévisions économiques sur la zone euro. Pour la première fois en près de deux ans, les investisseurs s’attendent à une amélioration de la croissance européenne. Le revirement par rapport au mois d’avril est sans appel: une part nette de 35% des personnes sondées se dit positive quant à l’évolution de la conjoncture, alors que celle-ci était encore largement négative le mois dernier (-26% nets). Cet optimisme se lit également sur l’amélioration des perspectives bénéficiaires des sociétés européennes (+16% nets contre -30% en avril). Cependant, après un rally de deux mois, l’Europe n’est considérée comme sous-évaluée que par 10% nets des individus interrogés. Soit le plus bas niveau depuis juin 2008. Les stratèges de Merrill Lynch estiment par ailleurs que la chute des titres liés à la consommation personnelle semble trop extrême. Et que ce secteur pourrait enregistrer un rebond de court-terme.

POINT D’AVRIL 2009 :

https://lupus1.wordpress.com/2009/04/17/indicateur-de-marche-sondage-merrill-lynch-avril-09/

3 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s