Agefi Suisse

Trappes à Dettes : Les économistes jugent le Portugal moins exposé que la Grèce

Lisbonne doit rembourser une dette de 5,6 milliards d’euros le 20 mai. Ce qui ne devrait pas poser de problème en soi aux yeux des experts 

Le renchérissement du coût de financement du Portugal, dégradé mardi par S&P, est impressionnant. Hier, les taux à deux ans se sont tendus de 45 pb à 5,35%, soit un bond de 373 pb en avril. A l’instar d’Athènes, Lisbonne peut-elle être sous pression sur ses prochaines échéances obligataires? La situation n’est pas comparable.

La crise grecque diffère du risque portugais (cliquez sur le lien)

PLUS DE DETTES EN SUIVANT :

Le 14 avril, le Portugal a émis 2 milliards d’euros de dette à 2 et 10 ans avec des résultats satisfaisants. Mais le 21 avril, l’adjudication de 500 millions d’euros de bons du Trésor à 9 mois a connu le ratio de couverture (1,6 fois) le plus faible de 2010, et la volatilité perturbe le programme d’émissions du deuxième trimestre. «Le Portugal doit rembourser une dette de 5,6 milliards d’euros le 20 mai, mais selon nous, cela ne devrait pas causer de problème en soi. D’autant plus que le pays a beaucoup de cash pour le faire, précise Ciaran O’Hagan, stratégiste taux chez SG CIB. De plus, il s’agit de la seule échéance importante en 2010 alors que le programme de financement portugais de 23 milliards d’euros est bien avancé». Le 19 mai, l’Etat hellénique, lui, aura à rembourser 8,5 milliards d’euros.

«Le Portugal doit émettre entre 20 et 22 milliards de dette moyen long terme cette année, contre environ 50 milliards pour la Grèce. Un montant modeste comparé à la plupart des pays d’Europe, note Philippe Sabuco, économiste chez BNP Paribas. N’oublions pas que le Portugal est encore en classe investissement. Ce qui n’est désormais plus le cas de la Grèce qui est en classe spéculative selon S&P».

Ce dernier estime que la situation des finances publiques est radicalement différente, tant du point de vue de la dette que du déficit public. De plus, il considère que l’Etat portugais «a démontré par le passé qu’il était capable de mener à bien une politique de consolidation budgétaire. Il jouit donc d’un certain crédit auprès des marchés». Sentiment renforcé après l’annonce hier de la coopération du gouvernement avec l’opposition pour anticiper dès 2010 certaines mesures d’austérité budgétaire.

Trappe à Dettes : Défiance à l’égard du Portugal (cliquez sur le lien)

Dans le cas où le Portugal serait en situation de crise en mai, Schroders a évalué le coût total d’un sauvetage du pays à 13 milliards d’euros pour 2010. Un montant largement surmontable comparé aux 55 milliards que pourrait coûter une aide à l’Espagne d’après la banque. Une Espagne dont S&P a abaissé d’un cran la note hier à AA avec une perspective négative.

Trappe à Dettes : La note de la dette souveraine du Portugal abaissée par Fitch (cliquez sur le lien)

 Par Tan Le Quang – 29/04/2010 agefi

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES : Trappes à Dettes : Au Portugal, autre maillon faible de la zone euro, le pire reste à venir (cliquez sur le lien)

Marché obligataire : Les pays périphériques européens à la traîne sur leur programme d’émissions d’obligations 2010 (cliquez sur le lien)

Arturo Bris : Les Italiens, Espagnols et Portugais naviguent dans la nuit et ignorent qu’un iceberg se trouve sur leur passage… (cliquez sur le lien)

Commentaire : Grèce –Portugal – un aperçu de l’abîme économique (cliquez sur le lien)

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s