Bloomberg

Marchés : Les dessous du consensus et le débat sur son utilité

Marchés : Les dessous du consensus et le débat sur son utilité

  Selon l’adage, le consensus a toujours tort. Effectivement, il ne fait que refléter une moyenne d’opinions agrégées. Pourtant, il est très souvent utilisé.

Connaître l’avis des autres investisseurs pour anticiper les mouvements de marché

Haro sur les analystes financiers : ils voient double! (cliquez sur le lien)

PLUS/MOINS DE CONSENSUS EN SUIVANT :

Selon l'adage, le consensus a toujours tort. Effectivement, il ne fait que refléter une moyenne d'opinions agrégées. Pourtant, il est très souvent utilisé.

L’anticipation est l’un des fondements de la Bourse. Il n’existe pas un investisseur qui ne cherche à anticiper le futur en essayant de connaître la pensée de ses confrères. Car, comme le rappelait Keynes avec son concours de beauté, ce n’est pas votre avis qui compte en Bourse, mais c’est celui des autres. C’est ce que pense la grande majorité des investisseurs qui déterminera le cours d’un actif. Fort de ce judicieux constat, l’investisseur avisé cherche à anticiper le comportement futur de ses congénères.
Parmi les nombreux outils qui lui permettent d’affiner son analyse, il en existe un particulièrement intéressant : le consensus de marché. De quoi s’agit-il ? D’un indicateur tiré d’un grand nombre d’analystes financiers, lesquels jouent le rôle de prescripteurs auprès des investisseurs.

L’élaboration du consensus

Régulièrement, au gré des publications de résultats, d’événements ou de visites de sociétés, les analystes rédigent une note sur une valeur et donnent un conseil agrémenté d’un objectif de cours. A partir de la même matière première, l’information délivrée par la société, les analystes vont livrer des avis et des interprétations différentes. Il est quasi impossible que tous les analystes soient acheteurs en même temps d’une même valeur. Outre l’interprétation de l’information financière, le cours d’achat initial de la valeur peut avoir une incidence forte sur le suivi du dossier, et donc sur le conseil.
Ces divergences d’opinion sur une valeur cotée vont permettre de bâtir une moyenne, de définir un objectif de cours moyen ou médian de ladite valeur. En agrégeant les différentes études financières rédigées sur un même titre, il est possible de livrer au moins deux informations : un objectif de cours moyen, et un objectif de cours médian, lequel se situe à mi-chemin entre le plus haut et le plus bas des niveaux visés.
Ces chiffres sont baptisés « consensus ». Le consensus peut aussi porter sur les prévisions économiques ou les publications de résultats attendues.
A quelques jours de la publication des résultats d’une grande société, un consensus est généralement publié sur les sites financiers. Il permet de se faire une idée des attentes des différents bureaux d’analyse financière qui suivent la valeur. 

Le consensus a-t-il raison ?

Les informations délivrées par le consensus ne doivent pas être prises au pied de la lettre. Il faut considérer le consensus comme un outil d’information sur l’avis généralement partagé. Grâce au consensus, l’investisseur peut se positionner par rapport au plus grand nombre. Soit il est en accord avec lui, auquel cas, il ne doit pas attendre de merveilles de sa valeur ; les bonnes nouvelles sont déjà dans le cours, puisque intégrées dans le consensus. Soit il estime que le consensus est trop prudent, auquel cas, il bénéficie d’un temps d’avance et peut espérer une belle performance lorsque le consensus découvrira son manque d’audace sur le dossier 

YANNICK ROUDAUT | JDF HEBDO | 05.06.2010

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES : Marchés Actions : Le suivisme si fonctionnel des analystes (cliquez sur le lien)

Formation Financière : Tout ce qu’on doit connaître du consensus de marché (cliquez sur le lien)

EN COMPLEMENTLes 2000 analystes financiers sondés par Bloomberg sont optimistes

Ils anticipent un rendement de la bourse américaine de 27% pour les 12 prochains mois.

Selon 2000 analystes financiers sondés par Bloomberg, la bourse américaine pourrait progresser de 27% pour les 12 prochains mois. C’est la plus forte progression anticipée depuis février 2009.
Les analystes justifient leurs prévisions par une anticipation de 19% des profits sur 12 mois et de 18% l’année suivante. Le marché se transige actuellement à 13.2 fois les profits anticipés et représente une aubaine comparé à 16,8 fois depuis 1880. 

 
FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
Paiement sécurisé par PAYPAL  
  
 

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s