Financial Times

Que venait faire la Banque de France dans la galère Lehman ?

Que venait faire la Banque de France dans la galère Lehman ?

Quand Lehman Brothers utilisait la technique dite « Repo 105 », un tour de passe-passe comptable permettant de sortir du bilan certaines créances de court terme en le classant en cessions, des banques intervenaient en contrepartie. La technique du Repo 105, à la limite de la légalité, avait permis à la banque d’affaires américaine de faire apparaître son bilan comme étant plus solide qu’il ne l’était en réalité. Or parmi les contreparties, le ‘Financial Times’ en a dégoté une qui a de quoi surprendre : la Banque de France !

Banques / US : prise de risque excessive et embellissement comptable (cliquez sur le lien)

La chute de Lehman Brothers fut non pas orchestrée mais mise en musique par ses propres pairs… (cliquez sur le lien)

PLUS DE REPO105 EN SUIVANT :

 « Dans les derniers mois précédent la disparition de Lehman, le Financial Times a appris que la banque centrale française était souvent le pendant des transactions de la banque, en assumant le collatéral dans l’opération », écrit le quotidien britannique ce matin, tout en jugeant que la raison de la présence de la Banque de France est « floue », mais qu’il n’y a pas lieu de penser qu’elle cherchait à faire apparaître la situation de Lehman comme étant plus solide. Le ‘FT’ estime cependant que cela soulève la question du rôle parfois obscur des banques centrales dans la finance mondiale, et de la nécessité ou non de rendre ces éléments publics. 

Quand Lehman disparut, la Banque de France, comme les banques d’affaires qui jouaient le même rôle qu’elle, fut forcée de dénouer les opérations en cours en vendant le collatéral détenu. Mais elle le fit avec profit, selon des financiers impliqués dans ce processus. Le quotidien britannique précise que la banque centrale française n’a pas commenté ces opérations en public et qu’elle n’a pas souhaité le faire quand il l’a interrogée à ce propos. 

Le ‘FT’ souligne cependant que depuis longtemps, les banques centrales jouent des rôles qui semblent sortir de leur domaine de compétence, en rappelant quelques exemples fameux, de ceux des banques centrales japonaise et britannique dans l’affaire Salomon Brothers en 1991 au soutien accordé au Mexique par la Fed dans les années 1990, en passant par une affaire concernant la Banque de Hongrie plus récemment…

source boursier.com juil10

2 réponses »

Laisser un commentaire