Gestion du risque, Titrisation, Produits Structurés, Fonds à formules....

RBS stresse en testant les Banques Espagnoles…

La banque britannique Royal Bank of Scotland (RBS) a ainsi publié lundi sa propre étude sur la santé du secteur bancaire espagnol, particulièrement fragilisé par la crise économique. Elle estime que les banques espagnoles auront besoin d’une recapitalisation à hauteur de 50 milliards d’euros pour renflouer leurs fonds propres.

« Mais nous sommes préoccupés par le fait qu’un montant très inférieur de 20 milliards d’euros au maximum sera identifié comme injection nécessaire » lors des tests de résistance, souligne RBS dans son étude.

La banque britannique a aussi réalisé un test de résistance sur la base d’un scénario de crise de très grande ampleur, qui obligerait les banques espagnoles à accepter une décote de 30% sur leurs portefeuilles de titres de dette obligataire (contre une décote 5% dans le premier scénario).

Charles Gave/Gavekal : Chaud devant !!!! (cliquez sur le lien)

Dans un tel cas, le secteur bancaire devrait enregistrer une perte énorme de 400 milliards d’euros, et le reste de la zone euro une perte de 1.300 milliards d’euros.

PLUS DE STRESS TESTS EN SUIVANT :

Des tests de résistance sont actuellement menés sur les 91 principales banques européennes. Pour rassurer les marchés, il a été décidé de publier les résultats le 23 juillet.

 Cet exercice imposé à 91 banques, représentant 65 % de leur secteur dans la zone euro, tentera d’évaluer leur capacité de résistance à des chocs économiques et monétaires importants. Conduit banque par banque, l’exercice vise à rétablir la confiance sur le marché interbancaire où, on le sait, les banques rechignent de plus en plus à se prêter de l’argent.

Globalement, les investisseurs ont plutôt bien accueilli les modalités de ces tests de résistance connus depuis mercredi soir. Des 19 sous-groupes sectoriels de l’indice DJ Stoxx 600, celui des actions bancaires a été le plus performant (+9,5 %) la semaine dernière, devant celui des entreprises pétrolières (+6,5 %). Dans le même temps, relève JP Morgan, les primes destinées à s’assurer contre les risques de défaut de paiement (celles des credit-default swap) sur les dettes senior émises par les 25 principales banques et assurances, sont tombées à un plus bas de huit semaines, à 131 points de base selon l’indice Markit iTraxx Financial.

Il n’est toutefois pas exclu que, d’ici au 23 juillet, le doute s’empare à nouveau des marchés. Certains éléments qui doivent être pris en compte pour effectuer ces tests, comme le taux de chômage et la dégradation du PIB, ne sont en effet pas encore connus à ce jour.

En outre, « bien que les stress tests constituent un pas dans la bonne direction (dixit Jean-Claude Trichet, le patron de la banque centrale européenne), des questions restent sans réponse, et notamment celles-ci: combien de banques auront besoin de lever des capitaux (pour renforcer leur niveau de solvabilité), et comment celles qui auront besoin de lever des fonds parviendront à se recapitaliser », s’interrogent les analystes de Morgan Stanley. Pour leur part, leurs collègues de Credit Suisse estiment que ces stress tests exigeront des levées de fonds pour un montant pouvant atteindre jusqu’à 90 milliards d’euros, dont 37 milliards pour les seules banques régionales allemandes et 12 milliards pour les caisses régionales espagnoles….

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE : WSJ : La tension monte autour des tests de résistance du système bancaire européen

6 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s