Behaviorisme et Finance Comportementale

La valeur économique ou la valeur marchande de vos placements? par William André Nadeau

La valeur économique ou la valeur marchande de vos placements? par William André Nadeau

 Quelle en est la différence? Sur quelle valeur se fier? Comment établir la valeur économique de vos placements?

PLUS DE NADEAU EN SUIVANT :

Pour tout investisseur, il est très important d’ajuster la valeur marchande de ses placements, en tenant compte de la valeur économique qui est moins spéculative et plus fondamentale.

La valeur marchande des titres des  valeurs mobilières (VM)

C’est la juste valeur marchande à chaque fin de période de vos placements, tel que diffusé par les transmissions électroniques des gardiens de valeurs.  La valeur marchande est le prix du moment du placement ou du titre. Elle correspond à l’équilibre entre les acheteurs et les vendeurs d’une période déterminée.

La VM est très émotive et spéculative puisqu’elle fluctue beaucoup selon les niveaux d’optimiste ou de pessimisme des investisseurs.  Si les investisseurs sont dans un élan d’enthousiasme, ils auront tendance à spéculer à la hausse la valeur du titre, et le contraire est vrai. La VM serait beaucoup plus stable et moins volatile si les investisseurs étaient plus prévisibles à court terme. La VM est la valeur d’encaissement du placement à une période précise.

Comment distinguer la valeur marchande de la valeur économique

Par exemple : L’action d’ABC est justement évaluée par les analystes à 22$ au mois 1, et le titre se transige autour de 22$. Ensuite le titre grimpe au mois 2 à 30$ suite à une rumeur d’un contrat important laissant présager une valeur spéculative d’un supplémentaire de 8$ sur la valeur économique. Le mois 3, on réalise que la rumeur ne fut pas fondée, les investisseurs vendent en réaction et le titre baisse à 15$, ce qui représente une sous-évaluation économique de 8$.

À long terme, la VM rejoint la valeur économique (VE)

La valeur économique des titres des valeurs mobilières (VE)

La VE est la valeur la plus fiable à moyen et long terme. La VM rejoint la VE, à long terme. Toutefois, la VE est plus difficile à déterminer car elle est subjective et repose sur une évaluation de plusieurs critères dont les hypothèses sont établies par l’évaluateur. Nous estimons que la planification des revenus de retraite devrait utiliser la VE plutôt que la VM pour déterminer les revenus ultérieurs souhaités.

Par exemple : Le modèle de la FED américaine estimait que l’indice S&P500 se transigeait en mars 2000 à 70% de surévaluation (VM) par rapport à la VE. Comme la VE l’emporte sur la VM à long terme, la VM vient s’ajuster à la VE.  La bourse américaine se transige depuis 1880 à 16,8 fois ses profits en moyenne. La surévaluation de 2000 était provoquée par un excès d’enthousiasme bien expliqué en finance comportementale. Le ratio cours/bénéfices moyen se situant autours de 28 fois à ce moment-là, et à plus de 100 fois pour le Nasdaq. Le S&P500 s’est corrigé de 45% entre mars 2000 et septembre 2002. La correction était principalement justifiée par une exagération de la VM.

80% de la valeur du Nasdaq était « du vent »

L’indice Nasdaq se transigeait à plus de 5000 points en VM au printemps 2000. La VE l’évaluait à un maximum de 1000 points : c’est tout un écart. Les investisseurs achetaient des titres du Nasdaq à 5 fois la valeur réelle (VE). Ils étaient convaincus, tout comme les analystes, que la VE était “chose du passée” et que la VM pouvait grimper encore plu. L’indice Nasdaq a connu son “krach” et a décliné à 800 points à l’été 2002. Nombreux sont les exemples qui démontrent l’importance d’utiliser la VE plutôt que la VM pour évaluer les titres et déterminer les risques.

Suivre la VE plutôt que la VM: plus sécurisant et rationnel

Si vos placements boursiers correspondent à 250,000$ selon la VM, et si la VE les estime à 200,000$ seulement, mieux vaut calculer vos anticipations de retraits de revenu annuel comme si la VM était à 200,000$, car un jour ou l’autre la VM va rejoindre la VE. Vous allez être moins déçus et plus confiants pour l’avenir. Le contraire est vrai.

À l’été 2008, la VE telle que déterminée par le modèle d’évaluation Morningstar de la bourse américaine, estimait une sous-évaluation de 40%. Si la valeur de vos placements boursiers était de 250,000$ à ce moment-là, il valait mieux l’évaluer selon la VE soit à 416,000$. Selon la VE de Morningstar, votre déclin boursier aurait été moins prononcé.  Si vous examinez  la VE de Morningstar,  vous constaterez que la VE et la VM se sont croisées dès août 2009.

 http://www.morningstar.com/cover/market-fair-value.aspx

William André Nadeau Gestionnaire canadien de portefeuille oct10

EN COMPLEMENT : La valeur économique d’une valeur boursière, pour le long terme et la valeur sur papier pour le court et long terme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s