Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Les Principales Entreprises Françaises présentes en Tunisie

Les Principales Entreprises Françaises présentes en Tunisie

DESSIN CHAPPATTE

En termes d’emplois et d’investissements, la France est le premier partenaire étranger du pays devant l’Italie et l’Allemagne, avec 1.250 entreprises françaises et 106.000 emplois. Sa faible présence dans la prospection d’hydrocarbures, secteur très capitalistique, lui vaut toutefois la troisième place en termes de capitaux investis, derrière les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni. « Les entreprises qui sont amenées à se déplacer dans le pays suivent avec attention les émeutes tout en restant calmes, indique un observateur français, basé à Tunis. Certaines maisons mères prennent par ailleurs le pouls de la situation pour leurs filiales ».

Tunisie : des entreprises françaises très concernées

PLUS DE TUNISIE EN SUIVANT :

 La part de marché de la France est solide, mais talonnée par la concurrenceDélocalisation de proximité

Certains intérêts économiques français sont anciens. D’autres, prometteurs, sont en devenir. Les trois quarts des entreprises françaises dans le pays font de la délocalisation de proximité en exportant de l’industrie ou des services pour le marché européen. Dans les secteurs du textile-habillement-cuir (500 entreprises) et surtout les industries mécaniques, électriques et électroniques -premier poste d’exportation du pays -avec Valeo, Faurecia, Sagem ou EADS (via sa filiale Aerolia Tunisie). Les services ne sont pas en reste avec les centres d’appels et les sociétés de services informatiques. Bureaux d’études et d’ingénierie commencent à émerger, aux côtés de la centaine de cabinets de conseil déjà installés. 

Au-delà de ces secteurs dédiés à l’exportation, les grands noms du CAC40 présents en Tunisie s’intéressent directement au marché tunisien, voire algérien et libyen. Comme Air Liquide, Danone, Renault, PSA, Sanofi Aventis, Total ou d’autres. Les entreprises s’implantent souvent en partenariat avec des groupes locaux, quitte à n’avoir qu’une participation minoritaire -comme Carrefour et Géant Casino. Les banques françaises (BNP Paribas, Société générale, BPCE) sont présentes, les assureurs aussi –Groupama détient 35 % du capital de la STAR, premier assureur du pays. Dans les télécoms, Orange Tunisie a décroché en 2009 la troisième licence de téléphonie mobile et la deuxième de téléphonie fixe. 

Les entreprises françaises sont aussi sur les rangs pour remporter des contrats, notamment dans l’énergie et les transports. La centrale à gaz qui doit voir le jour entre Tunis et Bizerte (400 millions d’euros) pourrait intéresser Alstom et General Electric France. Dans le Cap Bon, à la pointe nord-est de la Tunisie, le vaste projet ELMED visant à relier la Tunisie et la Sicile suscite l’intérêt de GDF Suez et EDF. De l’ordre de 2 milliards de dollars (1,5 milliard d’euros), il pourrait être lancé en 2011 ou 2012. Les transports sont l’autre secteur prometteur pour les investisseurs. Le projet de réseau ferroviaire rapide (RFR) de Tunis, inspiré du RER parisien, doit démarrer cette année. Alstom et Colas Rail sont candidates à l’appel d’offres sur la signalisation et l’équipement de la voie. Le matériel roulant intéresse Bombardier France. Le projet RFR doit surtout se poursuivre sur environ dix ans, soit à terme un potentiel de contrats de 2 milliards d’euros. L’attribution des premières tranches sera donc déterminante pour des entreprises qui espèrent, ensuite, emporter les suivantes.

La Tunisie se place au 21 e rang des clients et des fournisseurs de la France. Entre 2008 et 2009, exportations et importations françaises avec la Tunisie étaient de 3 milliards d’euros. 

Selon les estimations d’Ubifrance pour 2010, la reprise générale des échanges de biens et de services de la Tunisie – importations en hausse de + 14,6 % et exportations de + 19 % -explique le « sursaut » de la part de marché de la France. Après avoir régulièrement baissé, elle retrouve en 2009 un niveau supérieur à 20 % (contre 18,6 % en 2009). La France reste le premier fournisseur de la Tunisie, 20,1 % de ce qui est importé provenant de France. L’industrie française profite notamment de l’augmentation des achats de véhicules des Tunisiens – les exportations françaises d’automobiles vers la Tunisie se sont envolées en 2009 de 17,1 % -des ventes dans l’aéronautique et dans la pharmacie. Mais la France laisse la place à d’autres pour fournir la Tunisie en céréales, en produits agricoles et en produits raffinés. Dans ces deux secteurs, les exportations françaises chutent respectivement de 18,5 % et de 63 %. Avec une concurrence rude de l’Italie et de la Russie dans les produits raffinés. 

Premier client de la Tunisie

En France, la mauvaise conjoncture a généré une forte baisse des achats en provenance de Tunisie. Les importations ont chuté de 18,6 % en 2008 et en 2009 – un chiffre proche de la baisse moyenne des importations provenant d’autres pays. En absorbant près de 30 % du total des exportations tunisiennes – un peu plus qu’en 2008 -la France reste toutefois le premier client de la Tunisie devant l’Italie (21 %) et l’Allemagne (8,8 %). Malgré ces bons résultats apparents, la présence montante de la Chine dans les échanges commerciaux est à surveiller. Les ventes de la Chine à la Tunisie ont augmenté de 10 %, faisant de la Chine le quatrième fournisseur du pays avec une part de marché de 5 %. C’est d’ailleurs avec la Chine que la Tunisie enregistre son plus gros déficit (1,2 milliard de dinars tunisiens, soit 635 millions d’euros).

MARIE-CHRISTINE CORBIER, Les Echos janv11

 /////////////////////////////////////////// 

TOURISME

CLUB MÉDITERRANÉE dispose de cinq « villages » en Tunisie, dont quatre n’ouvrent qu’en avril (Hammamet, Nabeul, Djerba Méridiana, Djerba La Fidèle). Celui de Djerba La Douce fonctionne partiellement en hiver avec un taux d’occupation de 57%. En raison des événements, ce village sera fermé juqu’à fin janvier. Au moment de l’état d’urgence, le groupe avait 130 clients dans le pays, qui ont tous été rapatriés dimanche soir.ACCOR n’a pas d’hôtel en Tunisie mais a signé des contrats de management avec des entreprises tunisiennes pour des hôtels qui ouvriront en juin 2011. Dans ce type de contrat, les murs des hôtels sont la propriété de sociétés tunisiennes mais Accor en assure l’exploitation.

AIR FRANCE assure des liaisons régulières avec Tunis. Les vols, interrompus vendredi, ont repris dimanche.

PIERRE ET VACANCES n’est pas présent en Tunisie.

INDUSTRIE

VALEO a deux usines de production, l’une à Ben Arous, au sud de Tunis (système d’aide à la conduite) et l’autre à Jedeida, dans le nord-ouest du pays (systèmes de production). Les deux sites de l’équipementier ont été affectés par les événements ces derniers jours (problèmes de production, difficultés du personnel pour se rendre au travail) mais un retour graduel à la normale était observé lundi par le groupe.

FAURECIA dispose également d’une usine à Ben Arous. Pas de détails dans l’immédiat sur la situation.

EADS . Aerolia, une filiale du groupe qui fabrique des éléments d’avions, a posé en avril 2010 la première pierre d’une usine à Tunis qui doit accueillir d’ici à 2014 près de 750 salariés. Elle produira des éléments pour les A320 et A330-340.

EIFFAGE n’est pas présent en Tunisie

ALSTOM a remporté au printemps 2008 un appel d’offres pour une centrale thermique de 400 mégawatts, contrat alors évalué par l’Elysée à 360 millions d’euros.

TOTAL est présent dans le raffinage marketing (stations-service, lubrifiant et aviation) et la chimie. « Nous faisons de notre mieux pour approvisionner nos clients », a déclaré un porte-parole du groupe

DISTRIBUTION

CASINO . Pas d’exposition directe du distributeur, qui n’a pas de magasin en propre mais uniquement sous franchise, ce qui génère des royalties. Casino dispose notamment d’un hypermarché « Géant » de 12.000 m² en franchise. Cet hypermarché, situé à 20 km de Tunis, a partiellement brûlé et le toit s’est effondré lors des événements. Le coût du sinistre n’est pas encore chiffré.

CARREFOUR n’est pas présent directement en Tunisie mais via un partenaire local, le groupe UTIC, avec lequel il a conclu un accord de franchise pour l’exploitation d’un hypermarché et de 44 supermarchés à l’enseigne Carrefour.

BANQUES

BNP PARIBAS est présente avec sa filiale UIB.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE est aussi active en Tunisie via UBCI.

CREDIT AGRICOLE et AXA ne sont pas directement présents, selon leurs sites internet.

TELECOMS

TELEPERFORMANCE dispose de centres d’appel en Tunisie via sa filiale locale Société tunisienne de telemarketing (STT) fondée en 2000. STT revendique plus de 50% des parts de marché des centres délocalisés en Tunisie pour les pays francophones et déclare être le premier employeur privé de Tunis. Teleperformance Tunisia gère six centres situés dans les zones industrielles de Tunis (cinq à Tunis et un à Sousse).

ORANGE s’est lancé en Tunisie en mai 2010 à travers une participation de 49% dans Orange Tunisie, aux côtés d’un investisseur local, le groupe Mabrouk.

MAROC TELECOM (groupe VIVENDI ) n’est pas présent en Tunisie.

BOUYGUES n’est pas présent dans le pays.

TEXTILE

Beaucoup d’entreprises françaises du secteur ont recours à des sous-traitants tunisiens ou disposent d’usines dans le pays, en particulier dans la lingerie, le linge de maison (pour la broderie notamment) ou les jeans.

sources reuters jan11

5 réponses »

  1. concernant la caricature,la Tunisie n’est pas comme ça du tout donc ça se voit que le dessinateur n’a jamais mis les pieds dans ce pays ouvert , civilisé et extrêmement beau .

    J'aime

    • Par définition une caricature n’a pas pour objectif de reflèter la réalité mais d’évoquer celle en grossissant le trait…De plus quel est le rapport entre un paysage et ses habitants…un peu d’humour svp !!!!

      J'aime

    • @Mony
      Ah parce que ce qui est dépeint sur le dessin, à savoir des femmes voilées et des djellabas, est INCOMPATIBLE avec l’ouverture, le fait d’être civilisé et l’extrême beauté???
      Ah oui c’est vrai, en France (ou du moins ce qu’il en reste…) il faut être gay et manifester à poil en pissant dans des églises pour être tout ça.

      Bravo!

      J'aime

  2. Merci Steph ! gentil commentaire que celui de Mony et en même temps maladroit, voire déplacé ! encore une fois le voile (ou la barbe/djellaba) perçu comme « hermétique », en opposition, encore et toujours, avec « l’ouverture » et la civilisation…ça lasse
    Véro.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s