Cycle Economique et Financier

Matières Premières : Pour Jeremy Grantham La pire bulle est celle du cuivre

 La pire bulle est celle du cuivre

 
 

 L’écart entre le niveau du cuivre et sa moyenne historique est si considérable (écart-type) que cet écart n’est possible qu’une fois tous les 93 millions d’années, selon GMO

Jeremy Grantham, fondateur et chef stratège de GMO, n’en revient pas. Le prix de certaines matières premières se situe dans une zone de surévaluation bien pire que l’immobilier américain en 2007.

A la fin février 2011, la différence par rapport à la moyenne historique était considérable. L’écart-type par rapport à la moyenne historique à long terme était de 5,6. Cette situation n’est envisageable qu’une fois tous les 93 millions d’années, a-t-il déclaré à Zurich lors d’une présentation aux investisseurs. Il est impossible de comparer des poires et des pommes. Mais l’écart-type était de 4,1 pour l’immobilier américain (sur la base non pas du prix des maisons mais du revenu nécessaire pour l’achat d’une maison).

Au deuxième rang des bulles figure le café, avec un écart-type de 4,8. Un événement pareil n’est possible qu’une fois tous les 1,3 million d’années.

Le troisième est le charbon (écart-type de 4,1, respectivement 1 fois tous les 48 000 ans), puis le maïs (3,8, tous les 14 000 ans) et l’argent (3,7, tous les 9300 ans).

Au total, le groupe GMO a analysé 330 bulles spéculatives à travers 10 184 années de données et observé 26 bulles immobilières, 123 dans les matières premières, 109 dans les indices d’actions, 72 dans le secteur des actions.

En moyenne, une bulle survient toutes les 30 années dans l’immobilier, tous les 34 ans dans les actions et en moyenne toutes les 31 années. Des écarts très importants sont observés dans les matières premières. Une bulle se produit tous les 42 ans dans les métaux précieux, tous les 37 ans dans les métaux industriels, tous les 25 ans dans les produits agricoles.

Une autre observation intéressante: Une bulle immobilière a besoin de 4 ans pour s’éloigner de sa moyenne historique et grimper à un écart-type de 2,7. Mais une bulle des matières premières peut se former encore plus rapidement. En 18 mois, l’écart-type peut atteindre 2,7.

Jeremy Grantham ajoute toutefois un bémol à la théorie de la bulle spéculative dans les matières premières. Il estime qu’une partie de l’écart-type correspond à la création d’un nouveau paradigme. La demande chinoise de matières premières a en effet modifié structurellement le marché.

Par Emmanuel Garessus /le temps mars11

EN LIEN :  

Pour Jeremy Grantham (GMO): «Les actions sont entre 25 et 30% surévaluées»

2 réponses »

  1. « Au deuxième rang des bulles figure le café, avec un écart-type de 4,8. Un événement pareil n’est possible qu’une fois tous les 1,3 million d’années. »

    Une étude publiant de telles énormités, avec cette rigueur scientifique, devrait être publiée un premier avril!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s