Art de la guerre monétaire et économique

Le cartel des banques centrales occidentales parviendra-t-il a supprimer le peu qui reste du libre marché ? Par Pierre Leconte

Le cartel des banques centrales occidentales parviendra-t-il a supprimer le peu qui reste du libre marché ? Par Pierre Leconte 
 
La planification centrale monétaire (Monetary Central Planning) mise en place par le cartel des banques centrales occidentales, avec l’accord des Etats eux-aussi occidentaux et des grandes banques privées dont la survie dépend de leur bonne volonté, visant à diriger l’épargne mondiale vers certains actifs historiquement risqués -dont les niveaux de prix sont grossièrement sur-évalués compte tenu de la réalité affligeante de la croissance économique effective négative voire voisine de zéro en Europe, au Japon et aux USA- (les actions et les obligations d’Etat principalement) et à la détourner d’autres actifs historiquement moins risqués (métaux précieux, matières premières, etc.) -dont les niveaux de prix sont artificiellement maintenus en-dessous de leur valeur réelle de marché alors qu’on n’en produit pas suffisamment pour satisfaire les besoins mais aussi compte tenu de la perte de pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires de papier et des taux d’intérêt négatifs- est en train d’atteindre des niveaux de manipulation rarement atteints. Au point que l’on peut légitimement se demander si le peu qui reste du libre marché n’est pas en passe d’être purement et simplement supprimé par une alliance inédite des banques centrales et des grandes banques privées toutes engagées ensemble dans les manipulations précitées.
 
 
Ce qui signifie que toute prévision est en ce moment devenue aléatoire puisque des masses financières énormes créées ex nihilo (LTRO, Quantitative Easing, etc.) peuvent à tout moment être employées par les manipulateurs pour faire monter ou baisser les monnaies et/ou les actifs qu’ils ont décidé de diriger soit à la hausse soit à la baisse selon les circonstances qui leur apparaissent devoir être privilégiées.
 
PLUS DE LECONTE EN SUIVANT :
 
Il est certain que la hausse de l’or à près de 2.000 dollars US l’once et de l’argent-métal à près de 50 dollars US l’once en 2011 a déclenché une véritable panique chez les banquiers centraux occidentaux empêtrés dans les crises successives -et alternatives- de l’euro et du dollar US et que, depuis, ils s’emploient à casser les baromètres de l’échec de leurs politiques monétaires laxistes et dirigistes produisant des quantités énormes de monnaie et de crédit qui ne parviennent pas à aller vers l’économie réelle puisque les préteurs ne prêtent plus et que les emprunteurs n’empruntent plus, faute précisément de confiance dans les politiques précitées et dans le Système monétaire International actuel.

Cette fois-ci les bullion banks US (financées par la Federal Reserve) mettent le paquet à la baisse pour casser les prix de l’or et de l’argent-métal et éviter que la chute du dollar US, s’accélérant en relation avec l’impasse des négociations sur le fiscal cliff, incite les investisseurs à liquider actions et obligations US, dont les prix on atteint des niveaux stratosphériques, tout en se réfugiant dans les métaux précieux.

A propos de la surévaluation extrême des actions U.S.

http://blog.kimblechartingsolutions.com/

La déroute sciemment organisée qui vient de se produire sur les “marchés” de l’or et de l’argent-métal alors que, le dollar ayant repris sa baisse, ils auraient dû monter d’autant que les politiciens US sont en train de jouer à pile ou face l’avenir de leur économie via leur bataille à propos du fiscal cliff, démontre que les ressorts du libre marché sont intentionnellement cassés. A notre avis, cette situation ne pourra pas durer. Nous conservons nos positions longues sur les deux principaux métaux précieux (sans toutefois les augmenter) dont le rebond est probable en janvier, étant donné que les shorts devront nécessairement racheter leurs ventes à découvert. Nous restons sans position tant sur les actions que sur les obligations, c’est-à-dire le plus possible liquide. Et sommes complètement sortis du dollar US pour revenir en franc suisse et accessoirement en euro.
 
On peut aussi penser que la manipulation à la baisse des métaux précieux depuis plus d’un an et demi est un moyen pour les USA de contrer les velléités de la Chine, de la Russie et d’autres pays émergents qui les accumulent dans le but de diversifier leurs actifs actuels plutôt que de conserver leurs dollars US ou leurs euros jusqu’ici investis en obligations d’Etat occidentales. Autrement dit, l’affrontement géopolitique et économique entre l’Occident et les BRIC prendrait une nouvelle tournure en se développant sur le terrain monétaire pour le contrôle des métaux précieux, dont tout le monde sait très bien qu’ils constituent la seule vraie richesse réelle puisque non imprimable à volonté comme le sont les monnaies de papier.
Sur les opérations douteuses des banques centrales et des grandes banques privées :

Sur les marchés d’actions :
Sur la manipulation des métaux précieux :
Le dollar US, caractérisé par une tête-épaules baissière et le croisement également à la baisse de ses moyennes mobiles à 50 et 200 jours, devrait entamer sa chute finale en direction de son niveau d’octobre-novembre 2011 voire de son plus bas d’avril-mai 2011. CE QUI NÉCESSAIREMENT FERA REMONTER L’OR ET L’ARGENT-MÉTAL (exprimés en dollars US) SUR LEURS PLUS HAUTS NIVEAUX DE 2011. Mais, entretemps, ils peuvent encore baisser du fait du processus de “panic selling” en cours sur leurs plus bas respectifs de 2012 vers 1.525 et 26 dollars US l’once.
 
 
Le Dow Jones des Industrielles est, lui aussi, dans une formation en tête-épaules baissière qui pourrait entrainer une forte chute des actions US en liaison avec une panique sur le dollar US.
 
 
Après l’or, et accessoirement l’argent-métal, qui sont des monnaies et non pas des matières premières, l’autre moins mauvaise des monnaies reste le franc suisse dont la hausse contre le dollar US devrait reprendre puissamment (tête-épaule renversée haussière) même si la Banque nationale suisse continuera, tant qu’elle le pourra, à maintenir une parité fixe entre le franc suisse et l’euro à 1,20. A noter d’ailleurs que la corrélation entre la hausse du prix de l’or et la hausse du cours du franc suisse contre dollar US est historiquement l’une des plus évidentes.
 
 
 

 SOURCE ET REMERCIEMENTS : FORUM MONETAIRE DE GENEVE

http://www.forum-monetaire.com/?p=7230

1 réponse »

  1. Absolument d’accord, il faut simplement rajouter au cartel des banques, l’alliance avec les états, mais cela a déjà été dit….

Laisser un commentaire