Art de la guerre monétaire et économique

Politique Friction du Dimanche 3 Février 2013: Hollande peut dormir tranquille! Par Bruno Bertez

Politique Friction du Dimanche 3 Février 2013: Hollande peut dormir tranquille! Par Bruno Bertez 

Il ne fait aucun doute que le gouvernement Hollande a abattu les masques lors du débat entre Mélenchon et Cahuzac. Nous l’avions annoncé, prévu et commenté, le virage à droite est une réalité. Une réalité qui doit cependant être nuancée: virage à droite sur la gestion abstraite de l’économie certes, mais qui reste marquée concrètement par la haine de classe.

   Cette parenthèse étant refermée, l’important est le fait que Hollande ait accepté de mettre un nom sur son positionnement politique, ce nom c’est le socialisme libéral ou social-libéralisme.

Autrement dit le renoncement et l’affaissement.

A partir de là, les amis de Mélenchon sont obligés de clarifier leur position et ils viennent de le faire par un document stratégique que vous trouverez sur le Blog de Jean Luc Mélenchon.

C’est document assez digeste pour qui est habitué à ce type de prose unitaire, pas trop de charabia…. juste du vide. Le document a été approuvé par toutes les composantes du Front de Gauche.

Nous espérions une innovation dans l’analyse, en particulier une prise en compte de l’échec de la stratégie de soutien à Hollande lors de présidentielles. Au lieu d’analyse le Front se contente de se glorifier d’avoir contribué à faire battre Sarkozy. Rien sur l’échec des mobilisations post-électorales et les couleuvres que les dirigeants doivent avaler jour après jour.

Echec tactique car sur le terrain aucun succès n’a été obtenu sur les dossiers les plus divers, du plus petit au plus gros, du plus symbolique au plus insignifiant.

La seule remarque un tant soit peu intéressante est celle qui consiste à relever l’alliance entre le MEDEF  et le gouvernement, mais sans en tirer aucune conséquence. Pas plus tactique que stratégique.

Aucun progrès non plus dans l’analyse des causes de la crise, on reste sur le mythe d’une crise du capitalisme financiarisé, sans bien faire la part de ce qui est proprement du à la finance. Le Front de Gauche manque singulièrement de penseurs.

Les propositions stratégiques sont autant de vœux pieux et d’aveux d’impuissance, débattre, tenter de mobiliser, séduire l’aile gauche des socialistes et de ses alliés, voila qui ne porte pas beaucoup à conséquence.

En fait Mélenchon et ses amis restent prisonniers du mythe du grand soir, ou du grand jour, quand le chômage ayant progressé, quand la baisse du niveau de vie sera effective, on verra ce que l’on verra!

En attendant, pour exister et passer le temps on va essayer de se montrer dans les luttes locales, les combats contre les fermetures, comme les autres, les  syndicalistes et extrémistes type NPA ou Spontex. 

On ne trouve rien d’intelligent non plus sur la politique étrangère, quelques phrases creuses presque en forme de litanie pour régler leurs comptes aux Révolutions en cours et aux expéditions néocoloniales de Hollande. 

L’analyse la plus intéressante sur la politique étrangère est celle du collègue de Mélenchon, Christian Picquet, vous la trouverez sur son blog personnel également, elle est  loin d’être superficielle et mérite que l’on s’y attarde. Même la droite ferait bien de la lire. Quand elle aura le temps…

BRUNO BERTEZ Le Dimanche 3 Février 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:  

Laisser un commentaire