Art de la guerre monétaire et économique

Currency War: Après la Crimée, voici venir la bataille du rouble

Currency War: Après la Crimée, voici venir la bataille du rouble

La Russie lutte pour limiter les dégâts sur sa monnaie suite aux tensions politiques

Jamais la Banque centrale de Russie (BCR) n’avait dépensé de telles sommes pour protéger sa devise. Lundi, le régulateur russe a vendu pour environ 10 milliards de francs de ses réserves en devises pour stopper l’effritement du rouble. Du jamais-vu depuis 2011, lorsque la BCR a commencé à dévoiler ses opérations. Le même jour, l’indice RTS de la bourse russe s’effondrait de 12% et la devise russe atteignait sa valeur minimale historique contre le dollar et l’euro. Dès mardi, après les déclarations apaisantes de Vladimir Poutine, la bourse russe regagnait une grande partie du terrain perdu. Si la chute du rouble a été stoppée, le doute subsiste sur sa dynamique.

Permalien de l'image intégrée

La présidente de la BCR, Elvira Nabioullina, a expliqué mardi à Vladimir Poutine «ne pas voir de raison fondamentale pour un affaiblissement du rouble. La pression actuelle est provoquée par des facteurs externes. Notre estimation montre une sous-évaluation de la devise russe.» C’est un sujet politiquement très sensible étant donné la confiance traditionnellement très faible des Russes envers leur devise.

Du côté des experts, il existe un net consensus autour de l’idée que le rouble va continuer à baisser. Les experts d’Alfa Bank prévoient que les investisseurs basculeront d’une observation de la courbe de l’inflation vers l’estimation de la valeur fondamentale du rouble. «Les facteurs politiques vont passer au second plan et le marché va suivre plus attentivement les gestes de la Banque centrale de Russie, que nous estimons négatifs. Le régulateur a d’abord relevé ses taux directeurs, puis a resserré le contrôle sur les taux de change. Cette dernière mesure entre en contradiction évidente avec les intentions précédemment annoncées de la banque et sape la crédibilité du régulateur», note Alfa Bank.

Permalien de l'image intégrée

Stabiliser le rouble redevient donc la priorité absolue. Mais si la BCR y parvient à court terme, les experts estiment que le meilleur moyen de le faire est de le laisser glisser vers sa valeur réelle, qui reflète la véritable situation économique en Russie. Or, elle est moins bonne que celle des autres pays émergents. Le pays serait entré en récession au mois de janvier, d’après une source gouvernementale citée par le quotidien Vedomosti. La panne de croissance même en période de cours élevé des matières premières est le signe d’un défaut structurel de l’économie russe, qui voit également sa production industrielle et les investissements s’affaisser.

Capitaux étrangers frileux

La Russie aurait bien besoin d’attirer les investissements étrangers, mais le climat de tensions politiques autour de l’Ukraine s’accompagne de menaces de sanctions économiques contre la Russie. Dans un geste de bravade, le conseiller économique du président Sergueï Glaziev a affirmé qu’elles seront à «double tranchant».

Permalien de l'image intégrée

«Toute tentative d’imposer des sanctions à la Russie conduira à la fin de la domination financière des Etats-Unis», a affirmé Glaziev mercredi à l’agence Ria Novosti. Par ailleurs, des députés travaillent sur un projet de loi symétrique autorisant l’Etat russe à saisir la propriété de sociétés et de personnes étrangères en cas de sanctions.

Par Emmanuel Grynszpan Moscou/ Le Temps 6/3/2014

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/0ef2b634-a49e-11e3-bf10-d5af91b916ff/Apr�s_la_Crim�e_voici_venir_la_bataille_du_rouble

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s