Art de la guerre monétaire et économique

Les pays du Golfe imputent la chute du pétrole aux Américains

Les pays du Golfe imputent la chute du pétrole aux Américains

Les Etats non-membres de l’OPEP et les producteurs de gaz et de pétrole de schiste ont été visés ce week-end par l’Arabie saoudite

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Des monarchies pétrolières du Golfe ont accusé dimanche des pays non-membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d’avoir provoqué l’effondrement des cours du brut. «Une des principales raisons [de la chute des prix] est la production irresponsable de certains producteurs hors de l’organisation, dont certains sont de nouveaux venus» sur le marché, a ainsi expliqué le ministre émirati de l’Energie, Suhail al-Mazrouei, lors de l’ouverture d’un forum sur l’énergie à Abu Dhabi.

Egalement présent aux Emirats arabes unis, le ministre saoudien du pétrole, Ali al-Nouaïmi, s’en est lui aussi pris aux pays non-membres de l’organisation. La chute des prix est due en partie «à un manque de coopération de la part des principaux producteurs hors OPEP, à des informations erronées et à la cupidité des spéculateurs», a-t-il martelé devant les participants. Dans une claire allusion au pétrole de schiste et des sables bitumeux en Amérique du Nord, le ministre a en outre pronostiqué que «les producteurs à coûts élevés ne vont pas continuer à augmenter leurs extractions». Avant d’ajouter que ces producteurs finiraient par «réaliser l’importance de la coopération pour assurer de nouveaux prix équitables».

Personne ne peut prédire l’avenir, a averti dimanche le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, dont le pays pompe le tiers des 30 millions de barils par jour (mb/j) de l’Organisation des pays producteur de pétrole (Opep).

«Nous devons attendre et voir» si l’extraction du pétrole de schiste» peut continuer» après l’effondrement des cours, a-t-il dit lors d’un forum arabe sur l’énergie à Abou Dhabi.»Il y a plusieurs (sources de) pétrole, autres que le schiste, à faible rentabilité. Elles seront considérablement affectées».

«Mais cela pourrait prendre un, deux ou trois ans. Nous ne savons pas ce qui se passera. Ce qui est certain cependant, c’est que les producteurs à haut rendement vont dominer le marché à l’avenir», a indiqué le ministre, en référence aux sources d’énergie fossile exploitées à bas coûts au Moyen-Orient. Selon la directrice exécutive de l’Agence internationale de l’Energie (AIE), Maria van der Hoeven, l’évolution du marché au cours des 12 à 18 prochains mois sera déterminante pour juger de l’avenir des producteurs de pétrole de schiste et de sable bitumineux, coûteux à extraire.

Ces derniers, comme les Etats-Unis et le Canada, devraient en effet connaître des problèmes d’investissements à cause de la baisse des recettes pétrolières. Selon des analystes, les problèmes commenceraient en dessous des 70 dollars le baril pour ces producteurs.

Les projets les plus chers d’exploitation de sables bitumineux au Canada ont des seuils de rentabilité proches des 100 dollars, selon un expert pétrolier canadien tandis que la plupart des barils saoudiens coûtent moins de 20 dollars à extraire. 

Or le prix du baril est tombé à environ 60 dollars, contre 115 en juin, une dégringolade qui s’est accentuée après la décision prise fin novembre par l’Opep, qui pompe le tiers du pétrole mondial, de ne pas réduire sa production.

L’Arabie saoudite et ses partenaires du Golfe ont ainsi dérogé à leur politique des trois dernières décennies, qui consistait à réguler les cours en réduisant ou augmentant leur production.

Depuis la mi-juin, les cours de l’or noir, grevés par l’abondance de l’offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale, ont perdu 50% de leur valeur.  Mais leur objectif est désormais de préserver leur part de marché au détriment des pays non membres du cartel, comme la Russie, et des producteurs non-conventionnels de pétrole.

Les ministres saoudien et koweïtien du pétrole ont  indiqué dimanche que leurs pays ne réduiraient pas leur production de pétrole. Et cela même si les producteurs non-membres de l’OPEP devaient amoindrir la leur pour contenir la chute des cours. «Je pense qu’il est trop tard», a déclaré Ali al-Nouaïmi à des journalistes qui lui posaient la question.

La détermination des puissantes monarchies du Golfe à neutraliser les producteurs non-conventionnels de pétrole, notamment de schiste, renforce les incertitudes qui planent sur l’avenir du marché pétrolier, selon des responsables et des analystes.

C’est cette interprétation que les déclarations d’Ali al Naïmi confortent.

Qu’a-t-il dit? Si le royaume saoudien réduit sa production «le prix remontera et les Russes, les Brésiliens et les producteurs de pétrole de schiste américains prendront ma part». Préserver la part de marché est l’objectif crucial de la bataille qui se joue actuellement sur le marché pétrolier. Car la donnée fondamentale du marché est qu’il est actuellement en surproduction. Alors que la demande mondiale n’augmente que faiblement (900.000 barils par jour de plus en 2015 selon la dernière estimation de l’Agence internationale de l’énergie), la production de brut des seuls États-Unis a augmenté de 2 millions de barils par jour en à peine deux ans!

En maintenant le cours à 60 dollars voire beaucoup plus bas, les Saoudiens espèrent contraindre les nord-américains à fermer des puits non rentables et geler des projets trop chers. Reste que le calcul semble relever du court terme. D’ici cinq ans, la production de pétrole des pays de l’Opep devrait décliner, faute d’investissements suffisants pour remplacer les vieux champs en voie d’épuisement. Ce n’est pas une agence américaine qui le prédit mais l’Opep elle-même. Si les recettes pétrolières s’amenuisent avec les cours, les marges de manœuvre pour investir dans l’exploration et les nouveaux gisements se réduiront aussi.

PAR AFP 22/23 dec14

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s