Art de la guerre monétaire et économique

Prendre en compte les faits, pas les scénarios irréels… THE BUBBLE COLLAPSE affectant les actions, dont la date est certes imprévisible, est tôt ou tard inévitable Par Pierre Leconte

La plupart des investisseurs se trompent sur la réalité de l’économie US qui, du fait de la double chute de la vitesse de circulation de la monnaie et du multiplicateur de crédit dont peu de gens parlent, comme de l’aplatissement de la courbe des taux d’intérêt (prélude à l’éventuel renversement de ladite courbe, historiquement annonciateur de dépression), n’est pas en croissance mais en stagnation/récession/déflation (selon les paramètres considérés). C’est aussi l’avis de plusieurs économistes importants dont Alan Greenspan lui-même, l’ancien président de la Federal Reserve. 

Important:

http://www.bloomberg.com/news/2014-12-30/greenspan-throws-a-wet-blanket-on-hopes-for-u-s-growth-breakout.html

http://www.newsmax.com/Finance/alan-greenspan-federal-reserve-economic-growth-recovery/2014/12/30/id/615608/

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-30/robert-shiller-fragile-real-estate-market-not-good-investment

http://www.moneynews.com/StreetTalk/Das-markets-risks-2008/2015/01/06/id/616684/

http://davidstockmanscontracorner.com/saxo-banks-steen-jakobsen-warns-of-global-economic-vacuum-china-slowdown-german-growth-negative-sp-faces-big-correction/

http://www.newsmax.com/Finance/Grant-central-bank-bond/2015/01/06/id/616756/

http://www.bloomberg.com/news/2015-01-06/bill-gross-calls-it-2015-is-going-to-be-terrible.html

Cette situation étant due aux excès passés d’endettement de l’État fédéral et des agents économiques US vivant massivement à crédit comme à la désindustrialisation de l’économie US devenue un immense mécanisme de spéculation basé sur de l’argent bon marché mais mal investi parce trop abondant, donc périodiquement frappée par l’éclatement ruineux de bulles financières de toutes sortes. Quant aux indications statistiques en petit nombre laissant penser à certains que la croissance US serait de retour, elles sont  faussées par un appareil statistique dépassé (comme l’illustre le calcul du PIB -exagéré par les dépenses improductives de santé- ou du chômage réel -masquant la chute record de la « labor force participation » et la chute des salaires-), impuissant à prendre en compte la réalité, et par la politique monétaire toujours ultra laxiste de la Federal Reserve (même après la fin du QE, parce que son bilan pourri hypertrophié n’est toujours pas en voie de réduction) qui dresse un écran de fumée à cet égard.

Désastre:

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-09/labor-participation-rate-drops-fresh-38-year-low-record-929-million-americans-not-la

https://confoundedinterest.wordpress.com/2015/01/09/no-joy-in-mudville-wage-growth-falls-to-1-7-yoy-labor-force-participation-falls-to-62-7/

http://www.bloomberg.com/news/2015-01-09/gross-says-wage-growth-not-enough-to-sustain-u-s-expansion.html

Notre choix CONSERVATEUR de privilégier l’achat d’obligations d’État US devrait donc être le bon en 2015, comme il l’a été en 2014, parce que la Federal Reserve ne relèvera vraisemblablement pas ses taux courts et que les taux à moyen et long termes US (10, 20, 30 ans) devraient baisser vers leurs plus bas niveaux de 2012 et, peut être même, les casser. D’autant que, la chute de toutes les monnaies vis-à-vis du dollar US (sciemment organisée par les principales banques centrales) se poursuivant, les investisseurs du monde entier seront incités à placer leurs actifs en instruments exprimés en monnaie US. Le contexte international de chute des prix des matières premières (pétrole en particulier) et des métaux précieux (or en particulier) militant aussi pour la hausse des obligations d’État US (TLT, TMF).

Important:

https://confoundedinterest.wordpress.com/2015/01/06/wti-crude-falls-to-48-10y-treasury-yield-falls-to-1-90-30y-2y-yield-curve-now-lower-than-before-qe/

http://www.wsj.com/articles/bond-yields-tumble-as-investors-seek-safe-havens-1420623200?mod=wsj_nview_latest

http://uk.businessinsider.com/robert-shiller-doesnt-think-bonds-are-in-a-bubble-2015-1

http://www.newsmax.com/Finance/Mackay-equity-market-bond/2015/01/05/id/616463/

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-05/scotiabanks-haselmann-30-year-will-trade-one-handle-2015

http://www.newsmax.com/Finance/Faber-Treasury-stocks-bonds/2014/12/29/id/615428/

L’économie européenne étant sinistrée par des années d’interventions centralisatrices désordonnées sacrifiant les intérêts nationaux de ses États-membres au profit de ceux de quelques groupes de pression multinationaux, par une hausse massive de l’endettement que les politiques d’austérité aggravent, comme par une intégration structurelle ayant échoué et une monnaie unique inadaptée, ne convenant plus à aucun de ses États-membres, au surplus frappés par le chômage de masse et une immigration incontrôlée, tout cela l’ayant entrainée dans la récession/déflation, ne sera pas sauvée par la mise en place d’un gigantesque QE de la part de Draghi qui permettrait à la BCE de monétiser les dettes publiques en achetant directement ou indirectement des centaines de milliards d’euros d’obligations d’État européennes (dont les taux longs sont déjà très bas donc n’ayant plus grande marge de baisse, contrairement aux taux longs US encore assez loin de leurs plus bas).

http://www.ansa.it/english/news/2015/01/08/draghi-says-ecb-may-buy-state-bonds-update-2_497aac60-74f9-4e16-b79e-070bd593a118.html

http://www.economist.com/news/finance-and-economics/21637422-ecb-might-unleash-its-long-awaited-programme-early-2015-coming-soon

http://www.reuters.com/article/2015/01/02/us-ecb-bonds-germany-idUSKBN0KB0HE20150102

D’une part, parce que le pseudo-remède (c’est-à-dire l’horreur keynésienne généralisée) serait impuissant à soigner le mal et, d’autre part, parce ce type de politique étant illégale au regard des statuts de ladite BCE et des traités européens, prohibant le financement des États par l’institut d’émission, l’Allemagne ne la laissera vraisemblablement pas se mettre en place. Étant donné que, si elle le faisait, ce serait à elle d’en payer la facture finale, ce qui ferait sauter bien avant le gouvernement d’Angela Merkel. S’il y avait un QE à la japonaise ou à l’américaine, décidé par la BCE dans la zone euro, il ne faudrait pas beaucoup de temps pour que l’Allemagne abandonne la monnaie unique (ou qu’elle pousse les États-membres en situations les plus critiques à en sortir) qu’elle ne supporterait pas de voir s’effondrer en valeur vis-à-vis du dollar US et consorts. Quant à la haute probabilité de défaut grec, elle devrait conduire la BCE à ne rien faire.

http://www.reuters.com/article/2015/01/08/us-greece-banks-ecb-idUSKBN0KH0P820150108

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2015/01/03/anne-laure-delatte-ofce-la-grece-sapproche-dun-troisieme-defaut/

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-08/europe-cant-afford-greek-exit-german-opposition-warns-merkel-playing-fire

https://fr.news.yahoo.com/tout-assouplissement-quantitatif-la-bce-104342607.html

https://fr.news.yahoo.com/sortie-gr%C3%A8ce-zone-euro-pourrait-co%C3%BBter-cher-fran%C3%A7ais-180820455.html

http://www.francetvinfo.fr/monde/grece/la-controverse-sur-la-sortie-de-la-grece-de-l-euro-en-trois-actes_788561.html#xtor=AL-79-%5Barticle%5D

Les investisseurs croyant au redressement européen via un coup de baguette magique de « Super Mario » devraient donc être très déçus et la pression des opinions publiques pour mettre un terme à l’expérimentation malheureuse de la monnaie unique et même de l’UE se généraliser. Notre choix pour le moment, c’est de rester à l’écart tant des actions que des obligations d’État européennes et bien entendu de l’euro. D’autant que, même si la BCE se lançait dans le grand QE, on peut penser que ce seraient les actifs US (obligations, actions, etc.) qui finalement en seraient les plus grands bénéficiaires, toute liquidité supplémentaire aux mains des Européens étant immédiatement convertie en dollar US dont l’attrait est actuellement irrésistible bien qu’il soit à court terme techniquement sur-acheté. Enfin, la tension géopolitique créée par les USA à propos de l’Ukraine, pour détruire Poutine et la Russie, devrait à un moment ou à un autre frapper de plein fouet les Européens ayant commis l’erreur historique de ne pas s’entendre avec Moscou, alors que c’est le partenariat euro-russe et non pas euro-américain qui eut été vraiment profitable pour l’UE. Sans parler des attentats islamistes en Europe (France d’abord) dont on peut hélas prévoir la multiplication, ce qui n’est pas favorable à sa stabilisation.

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-02/mario-draghis-statement-fistful-keynesian-fallacies

http://www.hks.harvard.edu/news-events/news/news-archive/end-of-eurozone

http://www.economiematin.fr/news-fin-euro-crise-bce-union-europeenne-difficulte-verhaeghe

Draghi va t’il encore finasser? Et le QE de la BCE finir par n’être qu’une annonce sans suite?  Ce que les marchés financiers prendraient très mal… mais qui éviterait la destruction rapide de l’euro qui s’annonce. 

« Le problème grec pourrait compliquer l’annonce (de la BCE) sur le QE », note Nick Kounis, économiste chez ABN Amro.
« Nous nous attendons à ce que la BCE annonce qu’elle va s’engager dans un programme de rachat d’actifs à grande échelle, lors de sa réunion du 22 janvier. Toutefois, elle pourrait attendre jusqu’au mois de mars pour entrer dans les détails afin de se donner une chance de voir comment la situation évolue en Grèce. »

http://www.bloomberg.com/news/2015-01-09/ecb-s-hansson-signals-skepticism-on-qe-as-greece-clouds-stimulus.html

Nous avons donc repris nos achats de TMF dès le 2 janvier 2015 vers 88 (en avons acheté plus depuis) et nous nous sommes ensuite dés-arbitrés sur les indices d’actions US (les positions longues ayant été liquidées et celles shorts plutôt limitées étant pour le moment conservées dans l’idée de les sortir lorsque cela nous paraitra opportun), nous restons évidemment investis en quasi totalité en dollars US (même s’il pourrait à court terme corriger à la baisse), avec suffisamment de cash disponible pour saisir de nouvelles opportunités qui se manifesteraient, sans aucune autre position sur aucun autre marché (surtout pas en or qui en 2015 devrait aller beaucoup plus bas, en direction des 700/800 USD l’once -offrant alors une occasion de l’acheter-, les investisseurs étant fatigués de se fairepiéger dans les manipulations du métal jaune que les pouvoirs publics occidentaux et les bullion banks organisent depuis 2011, d’autant que le contexte général actuel déflationniste et de hausse du dollar US est le pire possible pour l’or et autres métaux précieux). 

http://www.moneynews.com/InvestingAnalysis/Wald-gold-1000-2015/2014/12/31/id/615774/

http://www.moneynews.com/InvestingAnalysis/currency-forecaster-euro-dollar/2015/01/08/id/617211/

A noter que notre instrument privilégié d’investissement sur la plupart des marchés, à savoir les ETF, combinant économie de frais, volume, flexibilité et possibilité de réactivité rapide, ont le vent en poupe…

http://www.bloombergview.com/quicktake/exchange-traded-funds-etfs

Nous recommandons la lecture régulière du site critique et bien informé:-

http://www.zerohedge.com/

En un mot comme en cent:  THE BUBBLE COLLAPSE affectant les actions, dont la date est certes imprévisible, est tôt ou tard inévitable (la chute des prix du pétrole ayant des effets désastreux sur beaucoup de sociétés US qui n’ont pas encore été pris en compte) :

http://www.bloomberg.com/news/2015-01-06/how-the-bear-market-in-crude-oil-has-polluted-non-energy-stocks.html

http://www.bloomberg.com/news/2015-01-06/why-oil-is-dragging-down-the-s-p.html

http://money.cnn.com/2015/01/07/investing/big-oil-price-energy-stocks/

Important:

http://uk.businessinsider.com/how-low-can-oil-prices-go-2015-1

http://www.moneynews.com/StreetTalk/Macke-oil-Caterpillar-price/2015/01/07/id/617067/

https://confoundedinterest.wordpress.com/2015/01/06/total-margin-debt-vs-gdp-highest-in-85-years-corrections-after-previous-episodes-where-tmd-to-gdp-exceeded-2/

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-08/scotiabank-warns-fed-put-now-much-further-out-money

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-07/10-key-events-preceded-last-financial-crisis-are-happening-again

Les actions US continuent de baisser par rapport aux obligations d’État US:

actions obligations

L’or continue de baisser par rapport aux obligations d’État US:

gold obligations

Les taux d’intérêt US à 10 ans sont orientés à la baisse (objectif 1,38% contre 1,9710% ce jour):

taux 10 ans

Le Dollar US Index (même sur-acheté) reste orienté à la hausse, donc la plupart des autres monnaies restent orientées à la baisse:

usd

Le TMF a cassé sa résistance à la hausse:

tmf

Tête-épaules baissière sur le DJIA:

djia

 

SOURCE ET REMERCIEMENTS/ FORUM MONETAIRE DE GENEVE

http://www.forum-monetaire.com/prendre-en-compte-les-faits-pas-les-scenarios-irreels-the-bubble-collapse-affectant-les-actions-dont-la-date-est-certes-imprevisible-est-tot-ou-tard-inevitable/

2 réponses »

  1. Il y a tout de même une certaines incohérence dans cette article. On commence par dire que les US sont mal en point pour ensuite dire qu’il faut se positionner sur les obligations US.
    Si les US vont mal le dollar devrait lui aussi allé mal a moins que cela ailles encore plus mal ailleurs et que le dollar US soit considéré comme une valeur refuge. Un dollar qui monte ne va donc pas arranger l’état de l’économie US sauf a l’achat. Mais pour rembourser la dette il faut vendre ou taxer. Concernant les oblig US, vue la hausse du dollar il serait beaucoup sage pour les nons US de revendre ces obligations et d’empocher les bénéfs duent a la hausse du dollar et de se positionner sur le pétrole par example.
    M’enfin pour celui qui veut vendre ses obligs il faut bien qu’il fasse un peut de pub dans se sens a savoir crier tout haut qu’il va sepositionner sur se qu’il veut en fait vendre.Surtout qu’avec une hausse du dollar et une baisse des exports se ne sont pas les obligations d’état US qui vont manqués, vue que le déficit ne fera que s’aggraver.
    En bonne logique l’investisseur doit revendre se qui a monter pour racheter se qui a baisser. Faire un stock de produits toujours disponible n’as aucun interet il faut plutot se positionner sur se qui est rare et soumis au possible difficultés d’approvisionnement 🙂 :).
    Et puis la finance d’aujourd’hui c’est comme la production et la distribution cela se fait en flux tendu, on ne stock pas et surtout pas des obligs qui ne rapporte rien en terme d’interet alors qu’elle on gagné sur le change. Aprés une période de bull il faut passer bears et recommencer le cycle de bull. faire le contraire n’as aucun sens. L’obligation garanti la rente mais jamais le nominal surtout en devise étrangère. Se qu’il faut acheter se sont plutot des obligations russes lorsque l’on n’est pas russe. le nominal étant baissié l’interet lui a alors démultiplié. Vendre les obligs US pour acheter des obligs russes serait beaucoup plus judicieux pour espérer une bonne plus value 🙂 🙂 M’enfin encore faut’il trouver des acheteurs pour les obligs US qui courrent les rues 🙂 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s