Art de la guerre monétaire et économique

La Grèce étudie « les options nucléaires » : Imprimer des Euros, Lancer une devise parallèle , nationaliser les banques !! (Zerohedge)

La Grèce étudie « les options nucléaires » : Imprimer des Euros, Lancer une devise parallèle , nationaliser les banques !! (Zerohedge)

05JUIL 2015 ZEROHEDGE / LE BLOG DE LA RESISTANCE

Selon Zero Hedge du 5/7/15 :

Comme nous le disions plus tôt aujourd’hui , après le résultat du référendum dramatique d’aujourd’hui, les Grecs ont peut-être brûlé tous les ponts symboliques avec la zone euro. Cependant, il ya encore un lien essentiel: la dépendance des banques grecques insolvables à la bonne volonté de la BCE via l’ELA. Alors que nous avons expliqué maintes fois que même une modeste décote de la garantie  ELA conduirait à inviter les déposants à un bail -in (renflouement, chypriotage) , voici ce que pense George Saravelos de la Deutsh Bank avec une version simplifiée du pire des cas potentiel pour la Grèce dans les prochains jours 

La BCE doit se réunir demain matin pour décider de la politique ELA. Une suspension pure et simple mettrait effectivement le système bancaire dans la difficulté immédiate et serait un pas de plus vers la sortie de la zone euro. Toute la liquidité ELA  en circulation dans les banques grecques  (et donc les dépôts) deviendraient immédiatement exigibles et payables à la Banque de Grèce. Le maintien de l’ELA à son niveau actuel est le résultat le plus probable, au moins jusqu’à ce que la réaction politique européenne soit matérialisée. Ce sera en tout cas augmenter considérablement la pression sur l’économie dans les prochains jours.

Avec Tout cela bien sûr, on entend suggérer qu’il n’y a pas de façon formelle d’ expulser la Grèce de l’euro et qu’un lent effondrement (ou pas si lent) économique et financier de la Grèce est que c’est ce que la Troïka et la BCE ont laissé comme seule carte de négociation .

Cependant, ça serait nuisible dans les deux cas, parce que tandis que la Grèce et la BCE sont peut être sur le point d’une rupture terminale, la Grèce a encore quelque chose de grande valeur : une presse en Euro.

Ca pourrait ne peut pas en arriver là : selon Ambrose Evans Pritchard du Telegraph qui cite ce qui semble être une citation directe de Yanis Varoufakis  » Si nécessaire … la Grèce devrait délivrer des liquidités parallèles et des IOU (de la dette, des obligations ndlr) de style californien , sous une forme électronique . Nous aurions dû le faire il y a une semaine. «  (Varoufakis vient de démissionner ndlr)

 La Californie a mis en place des coupons temporaires pour payer les factures aux entrepreneurs lorsque la liquidité fut saisie après la crise de Lehman en 2008. M. Varoufakis insiste pour que ce ne soit pas un prélude à un Grexit mais une action juridique dans la sainteté inviolable de l’union monétaire.

En d’autres termes: faire partie de la zone euro … mais pas vraiment en utilisant l’euro.

Cela n’est pas tout, car en fonction de comment vont dégénérer les événements entre la BCE  et Athènes, la Grèce peut aller vers deux voire plusieurs options « nucléaires » , d’abord sous la forme de nationalisation des banques et la deuxième, en franchissant la borne tabou de  » l’irréversibilité » en imprimant une monnaie dont elle n’est plus membre !

Des Sources de Syriza disent que le ministère grec des finances examine des options pour prendre le contrôle direct du système bancaire si nécessaire plutôt que d’accepter une saisie draconienne de l’épargne des déposants – il y aurait un «bail-in » au-dessus d’un seuil de 8.000 € – et il empêcherait toute les banques d’être fermée sur ordre de la BCE. (vers une confiscation des dépôts de 30 % sur toutes les sommes de plus de 8 000 € selon le Financial Times ndlr)

Les responsables gouvernementaux reconnaissent que cela conduirait à une fracture sans précédent avec les autorités de l’UE.Mais l’attitude de Syriza à ce stade est que leur seule protection contre une puissance hégémonique est de lutter contre .

Des Intransigeants au sein du parti – mais pas M. Varoufakis – réclament la tête de gouverneur Stournaras, une personne nommée par le gouvernement conservateur passé.

Ils veulent une nouvelle équipe , une qui soit prête à puiser dans les réserves secrètes de la banque centrale, et de passer à l’étape de provocation in extremis , … créer des euros.

« La première chose que nous devons faire est de lui faire prendre distance avec les clés de son bureau (dugouverneur Stournaras ndlr). Nous devons restaurer la stabilité du système, avec ou sans l’aide de la BCE. Nous avons la capacité d’imprimer des billets de € 20 », a dit l’un.

Une telle action nécessiterait d’invoquer les pouvoirs d’urgence nationale – par décret – et « de réquisitionner » la Banque de Grèce  plusieurs mois. Les fonctionnaires déclarent que ces mesures devront être accompagnés par un appel à la Cour européenne: à la fois pour affirmer la légalité en vertu des dispositions en cas de crise du Traité de Lisbonne, et de poursuivre la BCE pour des allégations de « manquement » de son devoir défini par le traité afin de maintenir la stabilité financière.

Et qui a déclenché « sans le vouloir » tout cela ?

M. Tsakalotos a dit au Telegraph que les créanciers se trouvent être dans une position moralement indéfendable si ils refusaient d’écouter la voix du peuple grec, surtout depuis que le Fonds monétaire international la semaine dernière a validé la demande de la base de Syriza, à savoir que la dette de la Grèce ne pouvait pas être remboursée.

Rappelons que la semaine dernière, nous avons demandé  » Est-ce que le FMI a ouvert la boîtede Pandore ?  » Nous venons juste d’avoir la réponse. Notre conseil à Mme Lagarde : éviter les séjours à l’hôtel Sofitel de New York pour les prochaines semaines.

Comme pour l’Europe: bienvenue à votre propre week-end à la Lehman personnel . Nous espérons que vous allez apprécier le séjour, parce que vous êtes officiellement entrés dans le cœur des ténèbres monétaires.

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-05/greece-contemplates-nuclear-options-may-print-euros-implement-parallel-currency-nati – Financial Times – resistanceauthentique

https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/07/06/grece-contemple-les-options-nucleaires-imprimer-des-euros-lancer-une-devise-parallele-nationaliser-les-banques-en-cours/

3 réponses »

  1. Une question me taraude (sic) l’esprit ?

    Devrait-on parler de fausse monnaie ? Ou de monnaie fausse ?

    D’aucuns malveillants parleront de « monnaie de fosse » ?

    Ignorons les superbement, tout comme l’arithmétique ?

    Cette discipline honnie par la grande majorité des socialistes
    et autres gogos schistes !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s