Art de la guerre monétaire et économique

Italie: Beppé Grillo montre le bout de l’oreille….

Beppé Grillo montre le bout de l’oreille

Permalien de l'image intégrée

Beppé Grillo est un faux nez, financé par une fraction de la Bourgeoisie Italienne. Peut-être la bourgeoisie industrialiste. Son jeu est complexe, son entourage beaucoup plus fin et sophistiqué que l’entourage de Syriza et Podemos.

Sur son blog le soit disant leader anti establishment écrit: « un plan B pour la sortie de l’euro est nécessaire pour l’Italie, quelque soit le gouvernement au pouvoir notre pays doit se servir de son énorme dette publique comme d’une menace dans toute négociation future avec ses partenaires européens et être prêt à nationaliser ses banques ».

La chancelière allemande, Angela Merkel, en bien mauvaise posture !

L’ex-comédien, qui dirige désormais le deuxième parti d’Italie, déclare ainsi qu’il est nécessaire de tenir compte de l’exemple grec. Comparant les négociations autour du plan de sauvetage à du «nazisme explicite»,

Permalien de l'image intégrée

Beppe Grillo affirme avoir «préparé un Plan B pour l’Italie afin que le pays soit prêt lorsque les créanciers viendront rôder [du côté italien]». Invitant Rome à adopter «une position anti-euro claire» Beppe Grillo estime qu’il faudrait nationaliser les banques et passer à une autre devise.

«Voilà comment ne pas perdre la première bataille lorsque le temps viendra de rompre avec l’Union européenne et la Banque centrale» écrit-il. Beppe Grillo vise ici particuliètrement l’Allemagne. Selon lui, l’Italie devrait utiliser son énorme dette, évaluée à 2 000 milliards d’euros, pour «faire pression sur l’Allemagne» – qui craint plus que tout un défaut de paiement italien – et empêcher ainsi Berlin «d’interférer avec le droit légitime de Rome de convertir sa dette dans une autre devise».

From francais.rt.com July 24, 9:28 AM

C’est la première réaction stratégique intelligente que nous voyons passer chez les eurosceptiques. Depuis la négociation grecque, la question de la remise à plat des stratégies des partis eurosceptiques est posée. En particulier, est-il possible de réformer l’euro de l’intérieur?

Italy’s debt rises to 135.1% of GDP, highest level since 1925

Permalien de l'image intégrée

Avec un ratio de dette sur GDP de 130%, l’Italie est dans une situation apparente fragile. Cependant, nous sommes loin de la Grèce. La base industrielle de l’Italie est forte et si elle pouvait retrouver la latitude de dévaluer qu’elle avait avant, l’Italie ne serait pas en mauvaise situation. La dette de l’Etat est détenue en grande partie par les nationaux. L’endettement des ménages est faible, il n’y a pas de spéculation immobilière à résorber. Globalement les banques sont restées prudentes.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

EN BANDE SON: 

9 réponses »

    • A la guerre comme à la guerre, en transformant par exemple les créances des préteurs imprudents en actions des nouvelles banques ainsi créées… Après tout c’est exactement ce que l’on a fait à Chypre mais cette fois avec l’argent des déposants russes et cela au mépris des règles le plus élémentaires du droit…mais pour le plus grand bien du droit du plus fort !

      J'aime

  1. Mais il n’y a rien d’illégal à taxer des actifs financiers déposés en banques ou ailleurs, que je sache, comme à Chypre . Qu’on le juge « immoral  » est une chose, illégal non… Par contre on ne peut contraindre un prêteur à transformer sa créance sur l’Etat Italien, en l’espèce , en actions de nouvelles banques nationalisées.

    J'aime

    • « Mais il n’y a rien d’illégal à taxer des actifs financiers déposés en banques ou ailleurs, que je sache, comme à Chypre » On est bien d’accord: la loi du plus fort au service des plus forts en général et des kleptocrates en particulier… Ami déposants vous êtes prévenus!

      « Par contre on ne peut contraindre un prêteur à transformer sa créance sur l’Etat Italien, en l’espèce, en actions de nouvelles banques nationalisées. »

      En Italie la dette de l’état est aux mains des nationaux, par contre la dette des banques ….transformons les créances (pas les dépôts) sur celles-ci en actions et on coupera le lien incestueux qui uni l’état impécunieux et ses banques indélicates…
      Je sais cela serait totalement moral mais tellement illégal… Bref en contradiction avec votre ami Schauble : totalement légal mais complètement cynique et immoral…

      J'aime

    • Pour rappel à Chypre véritable laboratoire du bail in made in Bruxelles, on s’est pas contenté de taxer/voler les déposants on a aussi fait valoir que les gros dépôts (appartenant de préférence à de gros magnats russes) faisait en fait office de créances sur les banques chypriotes ou pouvaient être considérées comme telles et qu’à ce titre (légitimé par le fait que par définition pour un européiste l’argent russe était nécessairement de l’argent sale) pouvait être transformé en titres de propriété des nouvelles entités bancaires chypriotes. Et là on est pas du tout dans la légalité on est juste dans ce que l’on appelle la répression financière.

      Le début de stratégie de Beppe Grillot s’inscrit donc comme une contre-offensive visant à stopper les manœuvres frauduleuses de Bruxelles…Et constitue donc à ce titre une sorte d’hommage de la vertu au vice…même si celui-ci se pare des parures d’une pseudo légalité à l’image de son mentor Dr Schauble…

      J'aime

  2. Ai du mal à comprendre où vs allez. Beppe Grillo financé par la HauteBourgeosie. Vous voulez dire, un 1789 ?
    Le pb « dette italienne » est plus un pb dette privée que dette publique, d’où un pb politique majeur .Quant au « réformer de l’intérieur » je ne comprends pas. C’est tout sauf une option de Beppe Grillo.
    Vous confondez av front de gauche /parti de gauche/NPA/pCF /verts/UDI ?
    Ou Dupont-Aignan, Young leader fraîchement converti au »STOP ».
    Pas compliqué: des villes et collectivités belges ont voté contre le TTIP, se déclarant non-engagées par les signatures de leurs gouvernants corrompus.
    BP Grillo peut faire idem, Parme, par ex.
    Ce sera la preuve.
    D’autres voulant survivre feront idem.
    Je n’adhère en rien à votre article qui « dit » , sous-entend, mais ne prouve pas.

    J'aime

  3. Globalement les banques sont restées prudentes »Vous parlez de MPS ? Qui est en faillite ou de la bad bank italienne de 185 milliards d’euros http://www.lesechos.fr/journal20150320/lec2_entreprise_et_marches/0204239114774-bad-bank-litalie-vise-une-option-plus-legere-1103669.php
    L’Italie est bien en faillite avec le désert industriel identique comme la France, le taux de suicide des industriels le plus élevé, cela c’est la réalité et Beppe Grillo est seulement un opportuniste qui rêve de pouvoir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s