Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Depuis le 29 juillet les Français travaillent pour eux !

Depuis le 29 juillet les Français travaillent pour eux !

Ce genre d’exercice est un peu à l’emporte-pièce. Il a cependant le mérite d ‘exister.

Permalien de l'image intégrée

Le commentaire le rapporte au pouvoir d’achat, c’est à dire à la consommation.

On peut le voir autrement. En effet si vous travaillez jusqu’au 29 Juillet pour la collectivité de gré ou de force, alors votre incitation à travailler devient assez faible. Le système Français de prélèvements obligatoires est désincitatif, voilà ce qui est souvent oublié.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée Permalien de l'image intégrée

L’autre incidence est sur la régulation économique et sur les ajustements de long terme. A partir du moment où 57% du GDP dépend de l’Etat, et que l’Etat est inerte, sclérosé, tous les ajustements portent sur la partie privée, c’est elle qui subit le poids à la fois des désajustements et déséquilibres. Un bloc inefficace et rigide enserre la France. C’est la conséquence de l’absence de souplesse et de flexibilité de l’Etat, expression des intérêts particuliers, électoraux et corporatistes.

Permalien de l'image intégrée Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Enfin, il y a la liberté ». La liberté prise sous le sens de possibilité d’exprimer des choix. Les possibilités de choix de la société Française et des citoyens sont amputées puisque sur la majeure partie des ressources, c’est l’Etat et ses ponctionnaires qui a la main mise. Si les libertés et les choix ne peuvent s’exprimer, cela veut dire que nous vivons sur un système de valeurs sociales fausses, les valeurs ne traduisent ni les utilités, ni les préférences. Difficile dans ces conditions d’orienter le système de production vers la satisfaction des besoins; ce qui explique les retards d’investissements, le chômage et les gonflements d’importation pour combler les manques.

Permalien de l'image intégrée Permalien de l'image intégrée

« Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d’achat des Français. Ils doivent travailler un jour de plus cette année pour l’État.

Cette année la libération fiscale des Français, c’est à dire le jour à partir duquel ils travailleront pour eux et non plus pour financer la puissance publique, interviendra le 29 juillet. C’est un jour plus tard qu’en 2014, selon le rapport de l’Institut économique Molinari, un think-tank libéral franco-belge, avec l’appui du cabinet de conseil EY Belgique, que Le Figaro publie en avant-première. En Europe, seuls les Belges encore plus mal lotis, avec une «libération fiscale» qui intervient le 6 août.

L’indicateur de «libération fiscale» mesure le poids des impôts (impôt sur le revenu, TVA) et des charges sociales (cotisations patronales et salariales, CSG-CRDS) pour les seuls actifs. Un poids qui atteint 57,5% du salaire dans l’Hexagone (45,1 % dans l’Union européenne).
Si l’on compare les études de l’institut Molinari sur plusieurs années, il en ressort que depuis 2010, les Grecs ont perdu 31 jours de liberté fiscale et les Autrichiens 15 jours. Mais ce sont les Français et les Belges, avec 3 jours de pouvoir d’achat en moins, qui restent les champions européens de la fiscalité. Car, malgré 21 et 13 jours de liberté fiscale en moins, l’Espagne et le Portugal conservent une pression fiscale inférieure à la moyenne de l’UE. À l’inverse, sur la même période, une dizaine de pays (dont l’Allemagne et le Royaume-Uni) ont regagné entre 9 et 15 jours de pouvoir d’achat grâce aux baisses de charges et d’impôts.

Cet acharnement fiscal, qui avait été enclenché dès 2011, mais que François Hollande a fortement développé depuis 2012, ne débouche pas pour autant sur une amélioration des finances publiques. Au contraire, puisque le déficit public français était encore de 4% du PIB en 2014.
Si les ménages français sont lourdement prélevés, c’est à cause des charges sociales. La France est numéro un parmi les États de l’OCDE. Une position liée au poids très élevé des cotisations sur les salaires acquittées par les employeurs. Pendant des années, les différents gouvernements, mais aussi les partenaires sociaux, ont considéré qu’il était indolore d’augmenter les prélèvements pour financer les régimes de retraite, l’assurance-chômage. A l’inverse, le produit de l’impôt sur le revenu (IR) est assez faible puisqu’il ne rapporte que 69milliards en 2014 et que plus d’un foyer sur deux n’en paye pas. Quant aux recettes de TVA, elles représentent moins de 7% du PIB, et la France se classe au sixième rang des pays européens pour avoir la TVA la plus basse. »

Source, Le Figaro 27/7/15

http://www.lefigaro.fr/impots/2015/07/27/05003-20150727ARTFIG00004-toujours-plus-de-pression-fiscale-sur-les-salaries-francais.php

Permalien de l'image intégrée

EN BANDE SON: 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s