Art de la guerre monétaire et économique

Geopolitique Friction : De Turquie en Ukraine, il n’y a qu’un pas….

De Turquie en Ukraine, il n’y a qu’un pas….

6783560383_06dbacc452_b

11 Décembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Chroniques du Grand Jeu

De Turquie en Ukraine, il n’y a qu’un pas – est-ce d’ailleurs un hasard si les dirigeants de ces deux républiques bananières s’entendent soudain très bien ? A Kiev, les députés de la Rada s’amusent comme des petits fous (le lancer de nain putschiste deviendra-t-il nouvelle discipline olympique ?) :

De l'Ukraine, du Syrak et de quelques autres choses

L’Italie a fait preuve d’audace en bloquant l’extension des sanctions européennes contre la Russie. On imagine les eurocrates et autres hommes de paille de Washington se précipiter sur les vols à destination de Rome pour « amicalement » convaincre nos amis transalpins de changer leur position. Le summum de l’hypocrisie a été atteint il y a quelques jours par le Département d’Etat US, critiquant presque dans la même minute les sanctions russes contre la Turquie et justifiant les sanctions occidentales contre la Russie.

Le FMI vient d’entrer à son tour dans la Guerre froide 2.0 en changeant les conditions d’attribution de son aide pour venir au secours des putschistes installés par la CIA à Kiev et leur permettre de ne pas rembourser leur dette à la Russie. Nous avions déjà vu à quel point les institutions financières internationales mises en place au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale visaient à assurer l’hégémonie du dollar. A défaut d’aider directement l’Ukraine (voir cette étonnante histoire de livraisons de matériel US périmé et inutilisable), l’empire continue d’utiliser tous les moyens à sa disposition, et notamment sa mainmise sur les institutions financières, pour mener sa guerre hybride contre Moscou.

On comprend dans ces conditions la croisade dédollarisatrice mondiale lancée par la Russie, la Chine et quelques autres. De la kyrielle de banques parallèles qui en sont nées – BAAI chinoise, Banque des BRICS, Fonds route de la Soie – une nouvelle pourrait bientôt être créée : un organisme financier propre à l’Organisation de Coopération de Shanghai !

Et puisque nous évoquons le monde multipolaire concurrent de l’Occident américanisé, un mot tout de même sur l’élection de Macri en Argentine. Candidat de la droite libérale, traditionnellement proche des Etats-Unis en Amérique latine, le nouveau président pourrait faire sortir son pays du grand mouvement dans lequel l’avait engagé les Kirchner (alliance avec la Russie et la Chine, future entrée dans les BRICS, dédollarisation…). Macri prétend vouloir maintenir des liens privilégiés avec Moscou. Wait and see

Cela n’empêche certes pas la Russie de signer contrats sur contrats dans le domaine militaire (derniers en date : Mexique et Inde) ni la Chine de faire feu de tout bois. Pékin ouvre sa première base militaire en Afrique, continue sa course folle aux armements révolutionnaires et prévoit de lancer en collaboration étroite avec la Russie 100 satellites dont la finalité n’est pas tout à fait claire…

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/12/de-l-ukraine-du-syrak-et-de-quelques-autres-choses.html

[Ukraine] Colère de la Russie qui accuse le FMI d’être de nouveau instrumentalisé

13065045103_38c8fab699_nPermalien de l'image intégrée

Rappelons que le FMI est une institution issue de la conférence de Bretton Woods que les Etats-Unis contrôlent largement grâce à leur droit de veto et que sa présidente, Christine Lagarde, a fait quasiment toute sa carrière aux Etats-Unis, où elle a servi les intérêts des multinationales américaines contre leurs concurrentes européennes. Que les BRICS font pression depuis des années pour disposer au FMI d’un poids équivalent à leur poids réeldans l’économie mondiale et que n’y parvenant pas, ils tentent de créer leur propre FMI. Enfin, que l’Ukraine actuelle est une sorte de protectorat des Etats-Unis, qui jugent son importance vitale sur le plan stratégique pour affaiblir le bloc eurasiatique mené par la Russie et par la Chine. OD

Permalien de l'image intégrée

« Le FMI est accusé d’avoir cédé à des pressions politiques pour éviter l’échec de son plan d’aide à l’Ukraine, après des soupçons avec la Grèce ou la Chine.

 Le procès en instrumentalisation est cette fois instruit, avec une rare virulence, par les autorités russes qui ont prévenu que leur confiance vis-à-vis du Fonds monétaire international était « sérieusement sapée ».

Objet de leur courroux : la décision mardi du FMI de renoncer à une règle interne qui lui interdisait d’assister financièrement un État ayant fait défaut vis-à-vis d’un autre pays. D’apparence très technique, ce changement va dans les faits permettre de maintenir en vie le vaste plan d’aide accordé en mars à l’Ukraine, qui était menacé par le refus de Kiev de rembourser 3 milliards de dollars dus à Moscou d’ici à la fin de l’année.

Le FMI refuse de répondre

« Le Fonds monétaire international (…) a pour la première fois de son histoire pris une décision destinée à soutenir un État emprunteur à l’encontre des accords existants, uniquement pour des raisons politiques », a tonné le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

Dans une tribune publiée jeudi dans l’influent Financial Times, le ministre russe des Finances Anton Silouanov a averti que cette décision, « pourrait soulever des questions quant à l’impartialité d’une institution qui joue un rôle essentiel »et dont les fondements ne devraient être modifiés « qu’après mûre réflexion ».

Le FMI se refuse pour le moment à répondre directement à ces attaques mais rappelle que la réflexion sur ce sujet était engagée en son sein depuis 2013, bien avant le déclenchement de la crise ukrainienne.

Un calendrier qui pose question

« C’était une bonne chose d’agir mais le timing n’est pas bon », affirme Andrea Montanino, l’ancien représentant italien au conseil d’administration du FMI. « C’était une erreur de faire ça dans la précipitation et cela donne l’impression que c’est une simple décision de circonstance », ajoute-t-il. »

Lire la suite sur Ouest France.fr

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2015/12/11/ukraine-colere-russie-accuse-fmi-de-nouveau-instrumentalise-etats-unis/

Afficher l'image d'origine17200124834_75f0696e5d_h

L’Italie bloque la prolongation des sanctions européennes contre la Russie

Photo published for What's Behind Italy's Step Back On Extending Sanctions Against Russia?

«Nous avons demandé une discussion sur le sujet», a déclaré la porte-parole de la mission italienne au sein de l’Union européenne, Tiziana d’Angelo. Les représentants des pays membres de l’UE devaient valider la prolongation pour six mois des sanctions imposées à Moscou qui a été décidé dans les coulisses du sommet du G20 qui s’était tenu le mois dernier en Turquie. Ces sanctions avaient été mises en place l’année dernière, au moment de la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, par les chefs d’Etat européens, dont l’italien Matteo Renzi.

Le Luxembourg, qui assure la présidence tournante du Conseil de l’UE, a décidé de repousser la question qui devrait être prochainement discuté lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE lundi prochain ou à l’occasion du sommet des chefs d’Etat européens le 17 et 18 décembre 2015 (…)

Source : https://francais.rt.com/international/11852-italie-veut-ouvrir-discussions-sur-sanctions-union-europ%C3%A9enne-russie

http://civilwarineurope.com/2015/12/09/litalie-bloque-la-prolongation-des-sanctions-europeennes-contre-la-russie/

EN BANDE SON : 

1 réponse »

  1. C’est pas possible qu’un monde tel que le nôtre puisse exister… je suis de plus en plus… je ne sais pas même pas quel adjectif, quel mot écrire…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s