1984

USA, dessous des cartes : comment les démocrates démolissent la démocratie (Mise à Jour le 9/10/16)

Ce dimanche aura lieu le second débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump. Les médias annoncent qu’il y aura deux modérateurs : Anderson Cooper et Martha Raddatz. Ils mentent.

Il n’y aura pas de modérateur, mais des soldats d’Hillary Clinton choisis pour faire en sorte que Donald Trump ne soit pas élu président des États-Unis.

Anderson Cooper a été membre de l’organisation « Clinton Global Initiative ». C’est un démocrate militant, et il déteste Donald Trump.

Martha Raddatz, c’est encore pire ! Elle baigne tellement dans le camp démocrate que Barack Obama a été invité à son mariage ! Tellement que son ex-mari, Julius Genachowski, a été nommé par Obama à la tête de la FCC, Commission fédérale des communications.

Ces modérateurs poseront à Donald Trump des questions vicieuses pour le déstabiliser et l’empêcher d’exposer son programme au public.

Ils ne demanderont pas à Clinton de s’expliquer sur le réseau de corruption qu’elle a monté avec la Fondation Clinton, ou elle échangeait des faveurs contre de l’argent, sur le scandale des emails, cette façon « extrêmement irresponsable » — ce sont les mots du directeur du FBI — avec lequel elle a fait circuler des secrets défense sur des smartphones non sécurisés alors qu’elle se trouvait dans des pays étrangers, et ils ne lui demanderont pas d’expliquer comment elle espère être la présidente de tous les Américains, comment elle espère rassembler la nation, alors qu’elle a insulté les électeurs de Trump, les a traité d’Américains « exécrables, racistes, homophobes, xénophobes, islamophobes et irrécupérables », et qu’elle avait déclaré, au début de sa campagne, que son plus grand ennemi n’est pas l’Etat islamique mais les républicains.

Ils ne lui poseront pas ces questions pour ne pas l’embarrasser devant 80 millions de téléspectateurs américains qui à 70 % disent qu’elle n’est ni honnête ni sincère.

Si Trump se risque à poser ces questions, ils ne le laisseront pas faire. Ils lui couperont la parole, et détourneront le sujet.

Si tout cela est de bonne guerre en politique, si les républicains n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes si la quasi-totalité des médias sont à gauche, c’est par contre un déni de démocratie lors d’une élection.

Le public est supposé être informé pour choisir et décider qui sera le futur président en fonction de ce que diront les candidats. Et le débat devrait être neutre et impartial. Voilà pourquoi la démocratie est réduite en miettes dès maintenant par la machine de gauche.

Mais je ne vous dis rien de bien surprenant. Vous avez la même chose en France. Des journalistes convaincus que leur rôle est de tout faire pour qu’un candidat du Front national n’arrive pas au pouvoir.

Démocratie est un mot évidé de sa substance par la corporation médiatique pour cacher son érosion.

Ils parviennent, par ce biais, à détruire le bien-être de toute une nation, à faire mettre en pratique des théories abracadabrantes.

Cependant, écoutez-les se plaindre : ils ne récoltent de leurs petites combines qu’un peu plus de détestations, car leur soif d’expérimentation sur la création d’un homme nouveau se brise constamment sur la réalité humaine, la vraie.

 © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/2016/10/07/usa-dessous-des-cartes-comment-les-democrates-demolissent-la-democratie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

À 48 heures du deuxième débat des chefs de dimanche, la météo s’annonçait horrible pour madame Clinton :

– Le dernier sondage de Fox News notait une légère remontée de Trump malgré une terrible semaine.

– De nouvelles révélations illustraient la collusion entre la Maison-Blanche, le ministère de la Justice et celui des Affaires étrangères dans le dossier des serveurs de madame Clinton.

– Le patron du FBI en était réduit à défendre son honnêteté devant des parlementaires de plus en plus inquisiteurs. Car on venait de réaliser que le FBI avait exclu de son enquête toute information postérieure au 31 janvier 2015… avant les révélations incriminant Hillary Clinton !

– La rumeur grondait selon laquelle une partie du personnel du FBI était furieux des manipulations sur son enquête comme sur les destructions de pièces à conviction effectuées par l’équipe Clinton.

– Enfin, WikiLeaks publiait, vendredi, une série d’informations sur Hillary Clinton démontrant son inconditionnelle adhésion aux frontières ouvertes et au libre-échange, Hillary admettant, en sus, sa pratique méthodique du double langage.

Autrement dit, Trump aurait un bon débat avec Hillary. Avec des arguments frais…

C’était sans compter sur le professionnalisme de la campagne Clinton, qui a fait sortir la bande sonore d’une conversation de Donald Trump enregistrée en 2005. C’était dans un autobus le menant à un rendez-vous avec l’actrice de soap opéra Arianne Zucker en vue d’une émission. L’on voit ensuite Arianne Zucker souhaiter la bienvenue à Trump, inconsciente des propos salaces tenus à son sujet par ce dernier quelques instants plus tôt avec Billy Bush, animateur à l’époque de Access Hollywood. Billy Bush, cousin de Jeb Bush…

http://www.bvoltaire.fr/andrearchimbaud/trump-va-t-il-perdre-linvestiture-republicaine,287669?mc_cid=ae0c71762d&mc_eid=b338f8bb5e

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s