Allemagne

Pangermanisme vs Mondialisme : La Deutsche Bank, une affaire géopolitique Par Bruno Bertez

La Deutsche Bank, une affaire géopolitique

Par BrunoBertez.com Le 9 Octobre 2016

Photo published for Deutsche Bank Explores Capital-Raising Options, "All Unattractive"

Personne ne croit un seul instant que la Deutsche Bank peut faire faillite. Elle est authentiquement, organiquement too big to fail.

Non pas en termes de taille de dépôts ou autres critères, non simplement par ce qu’elle est une pièce centrale dans l’architecture du système. Et encore plus depuis 2008 ou ses dirigeants ont fait la bêtise d’augmenter leur part de marché sur tout, absolument tout.  Elle est une pièce centrale dans la fourniture de dérivés et on ne peut se passer d’elle pour la bonne fin des assurances (fictives) sur lesquelles repose le système financier global.

Les dysfonctionnements, les flash krachs, les accidents que vous voyez de temps à autres sont déjà des manifestations des difficultés du système à assurer un fonctionnement souple, harmonieux grâce aux dérivés et autres assurances. Ces dysfonctionnements sont un avant-goût de ce qui se passera quand le système sera vraiment grippé.  Pour l’instant nous n’en sommes qu’aux prémices, c’est à dire que ce que l’on voit c’est la limitation de la capacité du système à absorber du risque, faute de capacité bilancielle.

En un mot : le système n’a pas assez de capital, en fait il en a très très peu sur la base d’une valorisation normale des actifs financiers qu’il porte dans ses bilans et c’est pour cela qu’il faut les surévaluer et les empêcher de devenir volatils. Vous comprenez mieux pourquoi les marchés sont manipulés et pourquoi il est vital qu’ils lévitent.

Mais même sur la base des cours actuels « bullaires », il n’y a pas assez de capital dans le système et donc on recourt à des bonificateurs de capital c’est à dire à des hedges, à des assurances, à des leverages qui ne disent pas leur nom. Les autorités sont structurellement complices bien sûr. Tout comme elles sont complices de la pratique qui consiste à pratiquer les évaluations bidons des actifs qui sont logés en Level 3 ! Tout ceci permet d’abord de masquer l’insuffisance de fonds propres et ensuite de cacher le fait que ce capital existant est « usé ». Et grâce à ces subterfuges, le système se donne l’illusion d’avoir assez de capital.

C’est la double supercherie : d’une part on bonifie, on « enhance », on dope le capital existant et d’autre part on le fait avec des assurances « bidons », lesquelles n’ont pas de capital, pas de réserves pour faire face aux sinistres ! En fait, c’est Ponzi, qui assure Ponzi.

Le système des assurances n’a pas de matelas , de « buffer », pour faire face aux sinistres, l’assurance se fait en « dynamic hedging », c’est à dire que l’on « s’assure en se couvrant sur le marché » c’est à dire en amplifiant la tendance en cours ! Le faux système des assurances qui constitue les béquilles du Capital financier et bancaire est un système qui, lorsqu’une tendance forte se déclenche, l’amplifie, lui fait faire boule de neige. Il ne tamponne pas, il n’amortit pas. C’est pour cela qu’il a fallu inventer le mythe du « Put » de la Fed, pour garantir ce qui est non garantissable : pour promettre la liquidité sur tout.

Mais chut, cela ne doit pas se savoir, c’est le grand secret. Le système fonctionne sur une architecture d’assurances bidons dont la Deutsche Bank est la pierre maîtresse et derrière il n’y a que … l’assureur apparent ultime, la Fed … laquelle est bidon également car son bilan est trop minuscule en regard des masses à assurer, ce qui signifie que derrière cet assureur de dernier ressort, derrière ce leurre et bien y a … les contribuables, les citoyens et leurs biens monétaires ou quasi monétaires, tous les détenteurs d’actifs financiers. Le raisonnement est imparable ; tous les détenteurs de monnaie et quasi monnaie sont les assureurs ultimes et ce par le jeu de la dilution potentielle, par le jeu d’un gigantesque effet Cantillon.

Ce week-end, on nous dit qu’il n’y a pas d’accord entre le DOJ, le Department of Justice américain et les dirigeants de la Deutsche bank. La rumeur, d’un accord la semaine dernière n’a été lancée, nous l’avions pressenti que pour gagner du temps. Pour faire patienter on fait succéder à la rumeur de la semaine dernière une autre rumeur qui serait celle d’une augmentation de capital garantie par les grandes sociétés du DAX. Pourquoi pas ? Elles pourraient même le faire comme on l’a fait en Italie et en Espagne, avec des fonds prêtés par … la Deutsche Bank, tant qu’à être dans le Ponzi, autant y aller à fond.

Tout le monde ment

Photo published for La Deutsche Bank tousse, la finance s'enrhume | Contrepoints

La Deutsche bank ment, on la comprend, ses dirigeants jouent leur peau et leur statut social. Elle a besoin d’un bail-out, un gros bail-out car il ne suffit pas de liquider le passé, il faut un matelas pour l’avenir, il faut inspirer confiance, plus confiance que les autres banques. Les prix de beauté sont relatifs. Elle ment, elle est en contact avec Merkel et Schauble car c’est une affaire plus que politique, c’est une affaire géopolitique, c’est la place de l’Allemagne dans le monde qui est en question. Et le gouvernement allemand est en négociation avec le gouvernement américain car au fond c ‘est une partie de poker : les américains peuvent faire chuter la DB mais la DB et l’Allemagne détiennent la bombe atomique systémique.  Les Allemands auraient d’ailleurs pu, si Merkel avait compris la situation après 2008, améliorer leur rapport de forces vis à vis des américains en forçant la DB à se scinder, comme la Suisse d’ailleurs aurait dû le faire avec ses des deux grandes banques.

Le caractère géopolitique est renforcé par la rumeur ce week end, d’un renforcement des liens entre l’Allemagne, la DB et le régime Wahhabite du Qatar. Il passerait à 25% du capital. Tout est lié, la banque, la finance, la géopolitique, la politique étrangère, la politique migratoire. Les régimes wahhabites du Qatar et de l’Arabie Saoudite utilisent l’arme du dollar, même s’ils en ont moins, pour placer leurs pions internationaux et réduire leur dépendance à l’égard des américains. Rien d’étonnant s’ils saisissaient l’occasion du sauvetage de la DB pour faire un colossal pied de nez à Obama qui s’est montré récalcitrant à chausser leurs patins.

Note : les pays pétroliers, en particulier les wahhabites sont les seuls à avoir, à disposer de la vraie denrée rare, celle qui manque au système; le capital, les fonds propres; les autres n’ont que de la dette ou du capital à crédit.

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s