Allemagne

Mondialisme vs Pangermanisme : Révélations du Financial Times sur la DB : « Deutsche Bank was given special treatment in EU stress tests »

Révélations du Financial Times sur la DB : « Deutsche Bank was given special treatment in EU stress tests »

La DB a bénéficié d’un traitement spécial de la part de la BCE et de l’EBA, l’Autorité Bancaire, afin de pouvoir passer victorieusement les derniers tests , les stress tests. Le FT en fourni la preuve et la BCE ne sait que répondre.

BrunoBertez.com Le 10/10/2016

Le FT révèle que l’EBA, a accepté un torsion aux fixées fixées par elle même en prenant en compte par anticipation des opérations de désengagement de la DB non finalisées. Les règles de l’EBA sont absolues pour les autres banques, mais elles ne l’ont pas été pour la DB.

Ceci prouve trois  choses très importantes:

 

  • -la BCE ne peut à la fois être juge et partie elle soutient le secteur bancaire mais en même temps, elle le contrôle, c’est un conflit d’intérêt; sa crédibilité est donc limitée, l’ironie est que ce sont les Allemands qui, il y a quelques mois ont fait ressortir ce point !

 

  • -la situation de la DB est inquiétante puisqu’il a fallu tricher pour la faire ressortir positive aux stress tests, le mensonge révèle a contrario sa situation critique, les remèdes, disons nous souvent, révèlent le mal

 

  • -les anglo-saxons mènent un combat géostratégique, ce sont eux qui sont en pointe pour faire mettre les épaules à terre au grand concurrent arrogant allemand, nous sommes bien dans le géopolitique. Les européens veulent punir la Grande Bretagne, » elle doit souffrir » a déclaré Hollande et bien on va voir ce que l’on va voir!

L’après Brexit a commencé, avec une lutte à mort de la City pour conserver son statut mondial contesté par Merkel et son poisson pilote Hollande.

Les européens ne sont pas de taille à affronter la coalition des britanniques et de Wall Street l’alliance entre Wall Street et la CITY est historique, organique et elle est fondée sur des conceptions communes, sur une histoire et sur une vision commune de l’ordre du monde. Face à l’union sacrée,  les Allemands et les Français partent perdants…

En Prime toujours dans le Financial Times :

L’Allemagne envisage de changer ses lois sur la réglementation du travail afin de rendre Francfort plus attractive pour les banques et inciter les banques à déménager de Londres

si les banques venaient à quitter Londres ce qui me semble peu probable, elles se délocaliseraient à New York.

Germany is considering changing its labour laws to make Frankfurt a more attractive hub for banks looking to move staff out of London after Brexit, in the latest attempt by EU countries to woo financial institutions from Britain.

People briefed on the plan said Germany was looking at imposing an upper salary limit on employee protections of €100,000 or €150,000, which would make conditions such as redundancy terms less generous. “Labour law wasn’t designed for people like this,” one person with knowledge of the situation said.

However, the proposal comes as leading Wall Street banks indicated this weekend that they were more likely to relocate certain operations to New York than the eurozone if they shifted them from London. James Gorman, chief executive of Morgan Stanley, said that although the bank was looking at whether it needed a new headquarters in the eurozone, he thought “the big winner is going to be New York”.

One of Germany’s main drawbacks as an international financial centre, often cited by bank bosses, relates to labour laws that make lay-offs difficult and costly. Minimum statutory redundancy terms, for example, are twice as generous in Germany as in the UK. That is a particular issue for banks, which tend to hire and fire more readily than other sectors, in line with cyclical business fortunes.

Germany, like France, has other labour restrictions, including special protection for older workers and those with families. One employment lawyer said a senior banker earning $1.5m in total remuneration could typically be made redundant with a payout of $150,000 in London, but the cost could currently be 10 or 15 times that in Frankfurt.

If Germany presses ahead with the reform idea, it could confirm Frankfurt as the natural choice for City of London employers looking to shift jobs to another European location and safeguard access to the single market once Britain has left the EU.

Fresh data compiled by the Financial Times show that, London aside, Frankfurt is by far the dominant EU location for bank operations. Seven of the 10 global banks whose European operations were analysed by the FT had a subsidiary in the German financial hub, ahead of Luxembourg with five, and Paris and Dublin with four apiece.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s