1984

Changement de régime aux États-Unis : George W. Trump prend le pouvoir !

Trump devait se soumettre ou se démettre. Il avait perdu tous ses alliés : son patron du National Security Council (le général Flynn, « démissionné » pour sa russophilie), son ministre de la Justice (Jeff Session, amputé d’une partie de ses responsabilités, pour la même raison), son pare-feu du House Intelligence Committee (Devin Nunes, « récusé » dans l’enquête sur la Russie). L’étau se resserrait implacablement.

L’agit-prop des réseaux Pelosi-Soros projetait quotidiennement le spectre de l’impeachment. Les néocons, l’œil vissé sur leur priorité (l’élection présidentielle russe du printemps 2018), bâtissaient le « dossier article 5 » (de l’OTAN). Les deux commissions parlementaires sur les ingérences de la Russie étaient destinées à légalement définir l’élection de Trump en « acte de guerre ». Le tout pour mettre économiquement Poutine à genoux, lui infligeant des sanctions massives juste avant son élection et, au passage, stopper le populisme européen. Trump s’est donc couché, laissant son sort présidentiel entre les mains des Graham, McCain et autres Rubio. Il n’est pas sorti de l’auberge.

L’attaque de la base syrienne Shayrat, le 6 avril, est symbolique de la crise américaine. Le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Alekseï Pouchkov (Алексе́й Пушко́в), résumait le 7 avril sur RT America : « Ces deux derniers mois, l’administration Trump était hésitante sur sa relation avec la Russie.

La coalition de ses adversaires néocons, tels McCain et Graham, ou démocrates en a profité pour créer une immense pression sur le président, pour qu’il renonce à de meilleures relations avec la Russie… C’est très préoccupant, car cette attaque ne vise pas tant la Syrie que la Russie. » Commentaire utile, avant la visite du secrétaire d’État Tillerson à Moscou la semaine prochaine…Trump est-il devenu une machine à signer, un leurre politique ? Le Kagemusha du plan de contrôle de toute l’Eurasie par le deep state ? Ou bien un Icare prudent changeant d’orbite avant la fonte des cires ? Ou encore un stratège capable de tirer le mieux d’une défaite ?

http://www.bvoltaire.fr/changement-de-regime-aux-etats-unis-george-w-trump-prend-pouvoir/

Pour le Donald cette frappe a été une soupape permettant de relâcher la pression du Deep State. Sa cote de popularité chez les Démocrates est remontée d’un coup, la MSN qui l’avait si souvent insulté est à ses pieds, les néo-cons ne trouvent plus rien à redire. Nous nous demandions hier :  » joue-t-il un périlleux coup de poker pour se distinguer publiquement des Russes au moment où il marque des points contre la clique néo-con autour d’Obama ? » Peut-être bien. Sauf que…

D’autres signaux préoccupants contredisent cette hypothèse d’une entente russo-américaine sur le dos du War Party US. La rhétorique néo-con(ne) de l’entourage du Donald est de plus en plus affirmée y compris, fait assez surprenant, chez le réputé russophile Tillerson qui semble ne plus pouvoir se passer de son fix quotidien Assad doit partir, alors qu’il disait le contraire la semaine dernière.

Enième retournement de veste de cette administration qui devient, il faut le dire, de plus en plus clownesque, erdoganienne en quelque sorte, ou changement de fond ? En faveur de la seconde hypothèse, la réorganisation de la direction états-unienne : après Bannon, c’est maintenant Priebus qui est sur la sellette, au profit de l’improbable clique d’Ivanka. Les commentaires de certains des premiers soutiens de Trump (ici ou sur Breitbart ou Zero Hedge sont très intéressants : pour eux, c’est fini, le Donald s’est hillarisé, il a été drainé par le marais.

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/04/false-flag-au-carre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

EN BANDE SON : 

6 réponses »

  1. Bonjour,

    Perso, j’y vois avant tout un bon coup de Trump: « Je dis ce que je vais faire, je fais ce que j’ai dit » (pas comme d’autres. Suivez mon regard). Comme en Aïkido, il a retourné une situation difficile à son avantage. Au passage, petit avertissement sans frais pour Assad évidemment (on ne joue pas impunément avec l’oncle Sam) mais également avertissement sans frais aux russes (pas grave). Les cibles principales sont, à mon sens, la Chine (il venait de recevoir le président chinois) et surtout le régime de la Corée du Nord qui sait désormais à quoi s’en tenir. N’oublions pas au passage le signal fort envoyé au monde politique américain à qui Trump montre qu’il y a un chef à la barre, chef qui ne s’embarrasse pas de fioriture. En France, Présiflan est nullissime comme à son habitude, les journalistes mainstream indigents au possible et les prétendants au trône en dessous de tout (ils résonnent comme des tambours) mais ça, on commence à y être habitué.
    Une approche assez convaincante est là:http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/04/false-flag-au-carre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail . Mais attention, nous sommes les spectateurs impuissants d’une gigantesque partie de poker menteur. Le bluff règne en maître.

    Bonne journée

    J'aime

    • Absolument pas d’accord avec votre version des faits qui est celle que voudrait nous faire gober la fausse droite US et tous ceux qui s’y conforment aveuglement, les mêmes qui n’ont pas cesser de mettre à Trump des bâtons dans les roues depuis des mois…Trump est devenu l’otage de l’establishment US et du deep state qui ne cesse de pousser à la guerre….Bannon le vrai initiateur de la « révolution TRUMP » est désormais sur la touche ou plus exactement s’y est mis pour ne pas avoir à cautionner la traitrise de Trump , Flynn n’est plus là , les généraux corrompus vont pouvoir s’en donner à cœur joie ! C’est un Trump sous mauvaise influence à qui nous avons affaire, celle par exemple de sa fille Ivanka et de son gendre jared kushner….

      Pour Rappel voici ce qu’affirmait le sieur Trump il y encore peu

      Dans divers tweets en 2013, Trump s’opposait à de pareilles actions. Par exemple : « Le président [Barack Obama] doit obtenir l’approbation du Congrès avant d’attaquer la Syrie. [Il commettrait] une grosse erreur s’il ne le faisait pas » ou « La seule raison pour laquelle le Président Obama veut attaquer la Syrie est de sauver la face après sa déclaration stupide sur la ligne rouge. N’attaquez pas la Syrie, occupez-vous des Etats-Unis » ou bien encore « Encore une fois, à l’attention de notre très insensé leader, n’attaquez pas la Syrie. Si vous le faîtes, des chose très graves arriveront et les Etats-Unis n’ont rien à gagner de ce combat ».

      Trump a critiqué vigoureusement l’intervention en Irak lors d’un des débats de la primaire républicaine, avant un État favorable à Bush ; et a tout au long de la campagne critiqué les interventions en ce genre qui n’apportent rien.

      Au dernier débat avec Clinton le 19 octobre, il affirmait : « On pourrait se retrouver avec aussi mal qu’est Assad. […] Mais vous pourriez très bien vous retrouver avec pire qu’Assad. »

      Fin octobre dernier, il déclarait encore : « Si nous écoutons Hillary Clinton, vous finirez par avoir une Troisième Guerre mondiale pour la Syrie »

      Bon d’accord entre temps il est devenu POTUS mais cela ne l’autorise en rien à prendre les gens pour des cons à coup de plans foireux et de reniements minables…

      Il devrait ètre plus prudent à l’avenir car au moins 50 % de la population US est vraiment déterminé à ce que les choses changent et ne se laisseront pas ainsi voler leur victoire

      J'aime

      • Bonjour,

        Que le président US soit dans une position délicate et/ou difficile, je ne le nie aucunement. Vous êtes plus fin connaisseur de la chose US que je ne puis l’être et faute d’argument à vous opposer, si tant est que je souhaiterai démonter vos dires, je ne me risquerai pas à ce jeu. Le Deep State est puissant et nous en avons la preuve tous les jours. Pour autant, que Washington annonce le déploiement du Carl Vinson dans la mer du Japon indique bien que le problème nord-coréen est pris en compte (https://fr.sputniknews.com/international/201704091030820839-groupe-naval-commandement/) et je maintiens donc le lien entre les deux affaires.
        Pourtant, cette intervention en Syrie appelle plusieurs questions: Pourquoi détruire des hangars presque vides (ou du moins présentés comme tel) et laisser la principale infrastructure, les pistes et chemins de roulement, intacts (du moins, c’est ce que nous dit)? Au passage, je m’interroge sur la réussite de cette frappe. Si on en croit les russes, seuls 23 des 59 Tomahawks ont fait mouche. Où sont passés les autres, bêtement tombés à côté ou abattus par la défense anti-aérienne (les systèmes russes S300 et S400 comptent parmi les meilleurs du monde et les syriens en sont dotés)? Pourquoi les israéliens ne bougent-ils pas en dehors des déclarations de circonstance (ils en ont largement les moyens et si un pays connait bien la Syrie au plan militaire, c’est bien eux)? Quel intérêt aurait Assad à utiliser l’arme chimique, en plus du gaz Sarun, alors que, avec l’appui russe, le sort des armes lui semble favorable. La ville touchée n’est qu’à une centaine de km de la frontière turc au nord-ouest. D’où peuvent bien être venus les avions incriminés?
        Les américains, et quelques autres puissances, suivent ou peuvent suivre en temps réel ce qui se passe dans ce pays via les satellites d’observations, les appareils de reconnaissance électronique ou non, les stations d’écoute, les drones, etc,…. Dans la minute où des avions syriens décollent, les autorités ad-hoc sont mises au courant et si ce sont des appareils syriens qui ont commis cette abomination, quelqu’un le sait forcément.
        Depuis le début, cette affaire syrienne sent mauvais. Je crois qu’au départ, les américains souhaitaient avant tout faire tomber le seul état ami des iraniens dans la région lorsque les dirigeants de ce pays ne cachaient pas leur volonté de se doter de l’arme atomique Bien qu’officiellement laïc, Assad est lié à la mouvance chiite car c’est un alaouïte (on comprend d’ailleurs mieux le pourquoi des massacres perpétrés par les rebelles, essentiellement sunnites, lorsqu’on intègre ce paramètre). Une fois le régime syrien tombé, l’Iran aurait été ceinturé de pays « hostile ». On connaît la suite, le brillant plan s’étant rapidement transformé en four complet.

        Bonne soirée

        J'aime

  2. Tiens, le cocotier vient de remuer ! Pourtant, il n’y a pas de vent !

    Le problème n’est pas en Syrie. Il n’est pas en Russie. Il est est ou le frondeur, il est ou ? il est là le frondeur, il est là !

    Macrollandouille ont encore mis les deux pieds dans le plat, mais quelles bandes de cons, en restant hyper poli. La puissance du nuisible en pleine action, c’est d’une nullité tellement effroyable, ils sont vraiment perdus sans boussole à un point si révélateur, qu’ils font vraiment peur.

    J’espère qu’ils seront auditionnés et mis sous contrôle hors d’état de nuire très prochainement avec quelques autres… Nous avons besoin de comprendre, merde à la fin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s