Arabie Saoudite

Suprématie US : Le Qatar futur pompe à finances d’une Arabie menacée de faillite et d’un Pétrodollar menacé de désuétude !

L’Arabie saoudite a mis en place une taxe sur certains produits qui représentent des formes de plaisirs coupables. Cette taxe s’applique notamment aux cigarettes et aux boissons énergétiques dont le prix a par conséquent doublé.

Cet impôt doit fournir au pays des revenus supplémentaires étant donné que la vente de pétrole a connu ces dernières années un sérieux contrecoup à cause de la baisse des prix sur le marché mondial.

Outre l’objectif de récolter des fonds, cette mesure fiscale est appliquée afin de répondre également aux besoins en matière de santé publique. L’Arabie Saoudite est en effet confrontée de manière croissante au problème du diabète. Dorénavant, des avertissements au sujet de la santé sont placés sur les paquets de cigarettes.

Pénurie

L’effondrement des recettes pétrolières a obligé le pays à faire face à une économie en récession. Par ailleurs, l’Arabie saoudite subit également une forte pression étant donné qu’une partie importante de la population bénéficie de la gratuité de l’enseignement et des soins de santé. Cette année, l’Arabie saoudite doit tenir compte d’un déficit budgétaire de plus de 40 milliards de livres.

Les vendeurs de cigarettes et de boissons gazeuses ont reçu l’ordre d’appliquer immédiatement la taxe et de verser les sommes perçues au gouvernement saoudien endéans les 45 jours. Cependant, il est déjà question de cas d’abus.

Un certain nombre d’entreprises se seraient en effet préparées à la hausse des prix et auraient stocké de manière massive des marchandises à un prix moins élevé, antérieur à l’application de la taxe. Ces marchandises seraient cependant proposées au nouveau prix et les vendeurs empocheraient la différence.

Tout comme les autres pays du Golfe, l’Arabie saoudite va introduire l’année prochaine, pour la première fois de son histoire, une taxe sur la valeur ajoutée.

On s’attend cependant à ce que ce nouvel impôt crée des problèmes. Selon certains observateurs, les pays arabes ne sont pas prêts socialement et administrativement à une mesure de ce genre.

« Le système américain du pétrodollar est sérieusement remis en question alors que le plus gros producteur de pétrole du Moyen-Orient souffre des cours déprimés du brut, qui ont fait plonger ses revenus. L’Arabie saoudite, l’acteur clé du système du pétrodollar, continue de liquider ses réserves de change alors que le prix actuel du pétrole ne couvre pas ses coûts de production ainsi que ses frais de fonctionnement.

Le système du pétrodollar démarra au début des années 70, après la fin de la convertibilité du dollar en or décidée par Nixon. Le dollar devint le moyen de paiement exclusif pour acheter le pétrole saoudien. Le Royaume devait ensuite réinvestir son surplus en dollars dans des obligations américaines. Ce qui permit à l’empire américain de perdurer pendant 46 ans grâce à sa carte de crédit énergétique. D’après les statistiques les plus récentes, le déficit commercial cumulé des États-Unis depuis 1971 est d’environ 10,5 trillions de dollars. (…)

Le système du pétrodollar fonctionne lorsqu’un pays qui exporte du pétrole dispose d’un surplus à réinvestir dans des Treasuries. Ce que les Saoudiens ont fait consciencieusement jusqu’en 2014, lorsque le Royaume fut obligé de liquider ses réserves de change (principalement sous la forme d’obligations américaines) lorsque le cours du brut passa en dessous des 100 $ le baril :

réserves de l'Arabie saoudite

Donc, alors que le prix du pétrole continuait à baisser de la mi-2014 jusque durant la majorité de l’année 2016, l’Arabie saoudite s’est débarrassée de 27 % de ses réserves de change. Cependant, alors que le cours du pétrole redressait la barre à la fin 2016 ainsi qu’en 2017, ce ne fut pas suffisant pour stopper les ventes continues des Saoudiens. Le Royaume a liquidé pour 36 milliards supplémentaires de réserves en 2017. D’après Zero Hedge, les économistes sont perplexes faces au plongeon inattendu des réserves de change saoudienne :

« (…) Peu importe la raison, une chose devient claire : si l’Arabie saoudite est incapable de mettre un terme à l’hémorragie de ses réserves avec un baril dans la zone critique des 50/60 $, toute nouvelle baisse du pétrole aurait des conséquences catastrophiques sur les finances du gouvernement saoudien. (…) »

Les Saoudiens ont 2 gros problèmes :

  1. Alors que les Saoudiens diminuent leur production conformément aux accords de l’OPEP, des sociétés américaines l’augmentent car elles sont capables de produire du pétrole à perte aux frais d’investisseurs stupides à la recherche de rendement. Cela détruit la capacité de l’OPEP à faire baisser les stocks de pétroles mondiaux, ce qui entraîne la baisse des prix. Ce qui signifie que les Saoudiens doivent liquider encore plus de réserves de change du futur.
  2. Les Saoudiens vont ouvrir aux investisseurs 5 % de leurs réserves de pétrole, estimées à 2 trillions de dollars, en espérant en tirer 200 milliards. Cependant, les analystes de Wood Mackenzie estiment que la valeur des réserves saoudiennes sont plus autour des 400 milliards de dollars que de deux trillions. (…)

Pourquoi diable l’Arabie saoudite souhaite vendre une partie de sa production future de pétrole aux investisseurs s’il lui reste encore pour 60 ans de réserves de brut ? Quelque chose sent mauvais. Soit elle craint pour les prix futurs, soit elle n’a pas les réserves escomptées. Quoi qu’il en soit, il est intéressant de constater que le Royaume a continué de vendre ses réserves en avril alors que le cours du brut était supérieur à 53 $ durant la majorité du mois. Je pense que ce pays a de gros soucis, d’où cette IPO pour obtenir ces liquidités si nécessaire.

Cette liquidation pose une menace sérieuse au système du pétrodollar. De nouveau, sans surplus, les Saoudiens ne peuvent acheter des obligations américaines. Enfin, durant ces trois dernières années, le Royaume en a vendues beaucoup afin de compenser la baisse de ses revenus pétroliers.

Si la baisse du pétrole devait se poursuivre, et je pense que ce sera le cas, l’Arabie saoudite et le système du pétrodollar seront encore plus en danger. L’effondrement du système du pétrodollar signifierait la fin de la suprématie américaine, ainsi que du contrôle du cours de l’or. »

Source article de SRSRoccoReport.com 

https://or-argent.eu/les-reserves-de-change-de-larabie-saoudite-poursuivent-leur-baisse/

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s