Art de la guerre monétaire et économique

Guerre des Monnaies : Les Turcs doivent remettre leurs dollars et leur or par patriotisme !

Les Turcs doivent remettre leurs dollars

Erdogan demande aux turcs de changer leur € et leur $ en Lire turque qui ne vaut plus rien. Alors que l’on raconte, Fake or not Fake, que lui aurait planqué des millions de $ sur l’ile de Mans. Et je ne pense pas si c’était vrai qu’il soit prêt à les changer en Lire turque

La lire turque a perdu près de 20% de sa valeur depuis le début de l’année et vient d’atteindre son plus bas historique (4,66 livres turques pour 1 dollar). A fin 2017 la lire turque avait déjà perdu près de 70% de sa valeur face au $ depuis 2008 !!!

Pour info et en corollaire la lire turque, le peso argentin et le bolivar vénézuélien ont perdu entre 97% et 99,999% par rapport à l’or depuis 2000

Pas de chance pour Erdogan, il ne peut rien faire pour éviter la faillite de l’économie turque. La hausse du dollar+l’amende Halfbank vont accentuer la chute de la lire turque…et le début des emmerdes ! On ne défie pas l’Oncle Sam et l’ Otan sans s’exposer à de graves déconvenues….tout Sultan que l’on se croit….

By Arnaud Lefebvrefr.express.live juin 23, 2018

En décembre 2016, quand le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté ses partisans à défendre leur monnaie, en vendant leurs dollars, leurs euros et leur or, des dizaines d’entre eux ont répondu à l’appel. Avant les élections parlementaires qui auront lieu plus ce mois-ci, Erdogan veut que les Turcs sauvent leur monnaie en remettant leurs dollars économisés et en les échangeant contre la livre turque.  
Erdogan veut que la monnaie nationale soit soutenue et souligne les difficultés économiques du pays à cause des conspirations étrangères.

Perte de valeur

« Erdogan a appelé ses ressortissants il y a 18 mois à remettre leurs dollars américains et investir leurs économies dans la livre », explique The Economist. « Des récompenses spéciales ont même été fournies pour soutenir l’opération. En un rien de temps, le gouvernement turc a recueilli plus de 440 millions de dollars (385 millions d’euros) d’économies de la part de la population. » En termes de dollars, ceux qui ont suivi les conseils de M. Erdogan il y a 18 mois ont perdu un quart de leur trésorerie.L’effondrement de la livre, qui a perdu un tiers de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’état d’urgence en juillet 2016, poussant l’inflation à deux chiffres, a épargné peu de personnes en Turquie.

Alors qu’Erdogan rapporte tous les problèmes du pays à des forces étrangères, The Economist estime que le président lui-même est responsable de la plus grande partie de la dette. Au cours des dernières années, il a privilégié le crédit et la forte croissance par rapport à l’inflation. En mai, après avoir annoncé qu’il exercerait plus de contrôle sur la banque centrale dans les années à venir et proclamé, bizarrement, que les taux d’intérêt élevés provoquent l’inflation, la livre est entrée en chute libre. Une récupération n’a eu lieu qu’après qu’il ait permis à la banque nationale de mettre œuvre deux majeures de taux d’intérêt en deux semaines. Selon divers observateurs, le problème de l’économie turque va bien au-delà des taux bancaires,

« Une question fondamentale est la perte de confiance dans le fonctionnement du système économique et de la politique monétaire », explique Seyfettin Gursel, le directeur de Betam, un groupe de réflexion. « En outre, les conséquences des élections législatives doivent être examinées. En effet, de nombreux investisseurs étrangers ont été très choqués par les changements constitutionnels annoncés par le président qui lui conféreront d’énormes pouvoirs. « 

« Comme toujours, l’équipe gouvernementale actuelle a promis des réformes, un retour à l’indépendance et une discipline budgétaire, mais les signaux ne sont guère rassurants. Au cours des deux derniers mois, le gouvernement de M. Erdogan a lancé une campagne de dépenses pour séduire les électeurs, offrant des bonus de plus de 400 dollars (347 euros) par an à chacun des 12 millions de retraités, des allègements fiscaux pour les nouveaux acquéreurs et une amnistie pour l’argent et l’or et autres actifs importés de l’étranger. »

Période de floraison ou déclin

L’économie turque a une forte période de floraison sur le papier. « Au cours du premier trimestre, le produit intérieur brut du pays a augmenté de 7,4% par rapport à la même période l’année dernière », reconnaît The Economist. « Cependant, c’était principalement dû à un emprunt gigantesque qui a été réalisé, ce qui a cédé la place à une gueule de bois. »

« Le déficit du compte courant a atteint 5,4 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros), contre 3,7 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) l’année dernière, avec une forte contraction des investissements étrangers directs au cours des trois dernières années. » Selon Zumrut Imamoglu, économiste en chef, avec un crédit qui s’assèche et des sociétés assises sur une montagne de dettes, un net ralentissement de la croissance est inévitable.

« Dans de nombreux endroits, les signes d’un ralentissement et d’une crise monétaire deviennent plus clairs », poursuit le magazine. « L’industrie de la construction a connu un boom pendant quelques années, mais subit maintenant une forte pression. Les prix du ciment, du fer et d’autres matériaux de construction ont explosé. Les agriculteurs locaux sont confrontés à des problèmes similaires. »

« Depuis que Erdogan est arrivé au pouvoir il y a plus de quinze ans, la taille de l’économie turque a doublé, une croissance qui a été à la base du succès politique d’Erdogan et de son parti AKP, mais ce n’est peut-être pas le cas. La plupart des Turcs disent que l’économie est leur plus grande préoccupation lors des élections ».

Propagande

D’un autre côté, selon The Economist, il y a peu de perspectives de changement. « La propagande du gouvernement Erdogan a apparemment eu l’effet escompté », note-t-on. « Les recherches ont montré que seulement 4% des électeurs de l’AKP attribuent les problèmes économiques à la politique du gouvernement. »

« D’un autre côté, 65% des personnes interrogées pensent qu’il s’agit « d’une opération contre la Turquie par des puissances étrangères, beaucoup croient en un complot visant à renverser Erdogan et à provoquer une crise en Turquie ».

Le rôle d’une banque centrale est de gérer la « liquidité « de l’économie qu’elle a sous son contrôle.

Si elle veut la faire croitre, elle achète des obligations émises par son ou ses états (dans le cas de la BCE) qui seraient détenues par les banques commerciales et ce faisant elle fait baisser les taux et fait monter un agrégat monétaire qui s’appelle la base monétaire. Que le lecteur imagine que cette base est la pointe de la pyramide du crédit dans un pays. Si la pointe s’accroit, l’ensemble de la pyramide devrait suivre. Et le contraire est vrai aussi… et la Fed nous dit donc depuis un an qu’elle veut réduire la taille de la pyramide, c’est-à-dire l’offre de dollars, ce qui devrait faire monter les taux aux USA, ce qui se passe…

Mais le dollar est -aussi- la monnaie dans laquelle le monde emprunte, c’est-à-dire la monnaie dans laquelle ceux qui ne disposent pas d’une épargne suffisante chez eux s’endettent s’ils veulent investir ou spéculer, qu’ils s’agissent d’Etats, de sociétés ou de particuliers.

Et donc, quand le dollar se fait rare, ces entités se retrouvent en difficultés et sont obligées de vendre leur monnaie nationale pour servir la dette en dollar , ce qui force la banque centrale locale à vendre les dollars qu’elle avait en réserve de change et du coup les réserves de change de ces pays se mettent à baisser, ce qui force la banque centrale à monter les taux…Et  donc les taux de changes de ces pays se mettent à baisser de plus en plus fortement au fur et à mesure que les réserves de changes locales s’épuisent, ce qui rend le remboursement des dollars de plus en plus onéreux…et cela se termine parfois avec le FMI.

Or la base monétaire mondiale est en train de passer en dessous de zéro, ce qui revient à dire qu’il y a moins de dollars qu’il y a un an dans le système, et le Président Trump, en suivant une politique protectionniste rend l’acquisition de dollars par les non américains plus difficile qu’à l’accoutumée.

Et déjà, les pays endettés en dollar et qui souffrent d’un déficit de leur commerce extérieur sont en train d’aller au tapis les uns après les autres.

Citons la Turquie, dont j’ai déjà parlé deux fois récemment dans ces chroniques, mais aussi l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du Sud, le Mexique…

Charles Gave

http://institutdeslibertes.org/la-question-fondamentale/

OK+++++++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

 

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s