Art de la guerre monétaire et économique

Comment l’Iran peut utiliser le Bitcoin pour éviter les sanctions américaines

Auteur de Mike Shedlock via MishTalk,

Effectif le 4 novembre, Trump exige que tout le commerce avec l’Iran cesse. L’Iran peut potentiellement utiliser Bitcoin comme une solution de contournement.

Au cas où vous l’auriez manqué,  Trump a effectivement déclaré la guerre économique contre l’Iran .

Trump fait pression sur le monde pour arrêter le commerce avec l’Iran. Et à partir du 4 novembre, Trump sanctionnera n’importe quel pays ou compagnie qui le fera.

L’iIran interdit 1 300 importations,  et se prépare à résister aux sanctions américaines 

L’ordre impérial suggère que la menace des sanctions américaines pousse Téhéran à la gestion d’une «économie de résistance» conçue pour conserver au maximum ses réserves de change

L’UE a annoncé une « loi de blocage » qui permettrait aux entreprises de traiter avec l’Iran, mais les entreprises qui le feront seront coupées des marchés américains. Et toute banque de l’UE qui contourne les règles constatera qu’elle est rapidement enfermée et se trouvera en manque de Dollars US indispensable à sa bonne marche dans une économie connectée.

Ainsi, Trump décide unilatéralement de la politique de sanction pour la plupart du monde.

Cependant, l’Inde, l’un des principaux importateurs de pétrole iraniens a annoncé qu’elle  ne respecterait pas les sanctions américaines .

Cela conduit à un mécanisme potentiel d’évitement des sanctions en deux parties.

Sanction Partie 1

  1. L’Inde et / ou la Chine refusent d’honorer les sanctions.
  2. L’Iran accepte le paiement en Roupies et Yuan.
  3. L’Inde et la Chine convertissent Roupies et Yuan en Bitcoin, Ethereum, EOS, etc.
  4. L’Iran est payé en cryptos.
  5. L’Iran convertit les cryptos en dollars ou en euros.

Ce n’est que la moitié du puzzle.

Pourquoi?

L’Iran aura une monnaie forte mais n’aura aucun moyen de la dépenser.

Sanction  Partie 2

  1. L’Iran achète des produits libellés en dollars américains ou en euros, mais doit les importer dans le pays.
  2. Quelque pays, le Pakistan est le meilleur choix, prend la livraison des marchandises et les expédie à travers sa frontière terrestre vers l’Iran en échange d’une taxe (pétrole bon marché).
  3. Alternativement, les marchandises sont expédiées en Inde, puis au Pakistan, puis en Iran. Comme une autre possibilité, les marchandises sont envoyées en Chine ou en Inde et voyagent par mer vers l’Iran, encore une fois moyennant des frais (pétrole bon marché).

L’Inde a un excédent commercial avec les États-Unis, ce qui complique les choses. Mais que se passerait-il si l’Inde obtenait un rabais énorme sur le prix du pétrole?

Si l’Inde a des importateurs de pétrole qui font peu de commerce avec les États-Unis, alors mon idée d’évitement est solide, au moins dans la partie 1.

La deuxième partie comporte un risque de confiscation sur les routes maritimes ou de destruction par des drones sur les terres. Bien sûr, la réponse de Trump serait une déclaration efficace de guerre physique sur les pays impliqués.

Trump fermerait-il l’Inde, une puissance nucléaire? Le Pakistan une puissance nucléaire? La Chine, une puissance nucléaire, même si la Chine dit à Trump d’aller en enfer?

Chine Hardball

Cette dernière question est intéressante. La Chine peut en théorie demander un allégement tarifaire pour honorer les sanctions américaines contre l’Iran.

Il y a évidemment un énorme risque que cela devienne incontrôlable si nous commençons un de ces chemins d’évitement.

* * *

[ZH: Pour rappel, peu de temps après  l’annonce initiale de Trump en mai sur l’affaire iranienne, le rial a plongé à 85.000 à 1 dollar américain, passant de 57.500 rials à 1 dollar américain à la fin avril, et 42.890 à la fin de l’année dernière.

Depuis avril, l’Iran tente d’obtenir une liquidation, un  premier taux de change officiel et libre et de geler le taux à 42 000, tout en interdisant tout autre commerce de la monnaie, sous menace d’arrestation.

https://www.zerohedge.com/news/2018-06-27/how-iran-can-use-bitcoin-avoid-us-sanctions

En Iran, le Grand Bazar de la capitale Téhéran a été fermé aujourd’hui, en raison de manifestations de masse contre la hausse des prix et la dépréciation du rial iranien. La dernière fois que l’on avait assisté à des manifestations de cette ampleur, c’était en 2012. La nouveauté, c’est que les manifestants scandent “Mort à la Palestine”.
Les commerçants du Grand Bazar ont fait grève pour protester contre la hausse des prix et l’effondrement du cours de la monnaie locale et se sont rassemblés sur la place en face de ce bazar, un endroit symbolique, puisqu’il a été le point de départ des manifestations qui ont abouti à la Révolution islamique des ayatollahs en 1979.

« Mort à la Palestine »

Les manifestants ont scandé : « Mort à la Palestine », « Non à Gaza, non au Liban » et « Quittez la Syrie et pensez à nous« . On pouvait également entendre “Nous ne voulons pas des ayatollahs” et « Mort au dictateur” de temps à autre. C’est d’autant plus remarquable, qu’habituellement, c’est plutôt “Mort à Israël” ou “Mort à l’Amérique” que l’on a coutume d’entendre dans les manifestations iraniennes.

L’Iran utilise les recettes du pétrole pour financer des belligérants alliés

Les manifestants reprochent à leur pays d’avoir dépensé des fortunes pour soutenir des belligérants de conflits au Moyen-Orient, et des groupes terroristes, plutôt que de les utiliser pour remédier aux difficultés économiques du pays, auxquelles la population est confrontée.

La République islamique utilise les recettes pétrolières de l’Etat pour financer des groupes terroristes dans la région. Ces dernières années, l’Iran a soutenu le Hamas, le Mouvement du Jihad islamique, le Hezbollah libanais, les rebelles houthis du Yémen et les milices chiites en Irak. Le pays aurait également déboursé 6 milliards de dollars (environ 5,1 milliards d’euros) pour aider le gouvernement du président Bashar Assad en Syrie depuis le début des hostilités dans ce pays en 2011.

Le rial en chute libre depuis le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien

Au marché noir, le dollar cote 90 000 rials iraniens, contre 43 000 au début de cette année. Les entreprises privées iraniennes souffrent de sous-investissement chronique, les bilans des banques iraniennes sont grevées de créances douteuses et l’on enregistre des niveaux record de chômage, qui dépassent 33 % pour les moins de 30 ans.

La sortie des États-Unis de l’accord nucléaire iranien, et le retour des sanctions sur l’Iran récemment décidés par le président américain Donald Trump, n’ont rien arrangé. De grands groupes étrangers qui avaient développé un courant d’affaires avec le pays ont décidé d’y mettre fin. Les autres parties prenantes de l’accord tentent de le sauver, mais ses chances de survie sont ténues.

À la fin du mois de décembre et au début du mois de janvier, les Iraniens étaient déjà massivement descendus dans les rues pour se plaindre de leurs difficultés économiques. 25 personnes ont trouvé la mort et près de 5 000 autres ont été arrêtées.

OK+++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s