1984

Mondialisme – Rencontre Jyrki Katainen-Liu He : l’UE, complice de la Chine communiste pour imposer le Nouvel Ordre Mondial

Rencontre Jyrki Katainen-Liu He : l’UE, complice de la Chine communiste pour imposer le Nouvel Ordre Mondial

UE Chine Nouvel ordre mondial Jyrki Katainen Liu

Lundi 25 juin, les dirigeants de l’Union européenne ont annoncé que des négociateurs de l’UE et de la Chine étaient convenus de renforcer et protéger leurs relations commercialesface au programme « America First » de Donald Trump. John Birch Society, vice-président de la Commission européenne, organe non-élu, avait rencontré le vice-Premier ministre chinois Liu He, encore moins élus que lui. « Je pense vraiment que nous avons faisons de grands progrès : la Chine et l’UE croient dans le multilatéralisme et dans un ordre mondial régi par la loi », a péroré Jyrki Katainen. Par « ordre mondial régi par la loi », il faut entendre ce « Nouvel Ordre Mondial » dirigé par une oligarchie hors contrôle.

Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne et avocat du Nouvel Ordre Mondial

Jyrki Katainen est un acteur connu du Nouvel Ordre Mondial et du globalisme. Avant d’intégrer la Commission européenne, il fut ministre des Finances et Premier ministre de Finlande. Il participa aux réunions du groupe Bilderberg en 2007 et 2009. Il est membre du parti finlandais de centre-droit Coalition nationale, lui-même adhérent de l’Union démocratique internationale dont sont aussi membres le parti républicain américain et Les Républicains français. Cette fédération est l’avocat acharné des traités de « libre-échange » et du renforcement des « gouvernances » régionales et mondiales. Parmi elles, l’UE ou les Nations unies, tous systèmes antidémocratiques dominés par les lobbies financiers et marchands et par les sectateurs de l’égalitarisme et de la négation des identités. Comme ses petits amis des autres partis du système en Occident, Jyrki Katainen se pâme devant les investissements promis par la Chine communiste.

A l’issue de la réunion euro-chinoise, Jyrki Katainen s’est dit « très satisfait » de ses échanges avec Liu He. « La principale avancée, pour résumer, est que nous avons décidé que dès les prochaines semaines l’UE et la Chine échangeront des offres d’ouvertures de marchés avec des accords d’investissement, ce qui constitue un premier et grand pas en avant », a jubilé M. Katainen. Liu He, outre son poste de vice-premier ministre, est membre du Bureau politique du parti communiste chinois, le cerveau de la dictature. Ce qui ne trouble en rien Jyrki Katainen, qui rêve d’un Nouvel Ordre Mondial dans lequel l’UE et la Chine seraient aux commandes.

Le Nouvel Ordre Mondial, une économie mondiale unifiée surplombée par la dictature – et profitant à la Chine communiste

Il est pourtant établi que l’objectif des élites globalistes est de faire converger les Etats occidentaux, régimes basés sur la démocratie et la libre entreprise, avec les nations communistes aux régimes totalitaires et étatistes. Aux Etats-Unis, la thèse de cette complicité sous-jacente est soutenue de longue date par la John Birch Society, nonobstant l’apparente opposition radicale entre les deux mondes durant la guerre froide. Car pendant cette période d’affrontement apparent, et toujours par l’intermédiaire de guerres régionales, les dirigeants situés aux échelons supérieurs de chacun des camps – politiciens, hommes d’affaires, journalistes, syndicalistes, financiers et ONG – partageaient la même volonté. Tous voulaient faire converger voire fusionner ces deux camps dans une seule économie mondiale unifiée, surplombée par la dictature technocratique : le « Nouvel Ordre Mondial ».

L’affaire remonte loin, dès les débuts de la seconde révolution industrielle. Les capitalistes de Wall Street financèrent la révolution bolchévique sans se soucier des désastres humains qu’elle entraîna dès ses premiers jours. Ils aidèrent à construire l’économie soviétique, pourtant étatisée et centralisée jusqu’à l’absurde, laquelle favorisa l’exportation du modèle communiste, particulièrement en Chine. La complicité de la Haute Finance occidentale avec le communisme a été analysée par l’historien américain Anthony C. Sutton. Jyrki Katainen s’inscrit donc dans une longue lignée.

Après sa rencontre avec Liu He, Jyrki Katainen a plaidé pour un système multilatéral, soit la disparition des nations

Le vice-président de la Commission européenne est littéralement habité. Jyrki Katainen a ainsi asséné, après sa rencontre avec Liu He, que « l’Union européenne est concentrée sur la construction d’un système multilatéral pour des raisons évidentes, et nous sommes d’accord pour commencer à réformer l’OMC », l’Organisation mondiale du commerce. Or tout système multilatéral implique une organisation supranationale centralisée et la disparition des nations, au contraire des accords bilatéraux dont le principe s’appuie sur les souverainetés nationales. C’est l’opposition irréductible, à l’échelle mondiale, entre dogme jacobin, nécessairement doctrinaire et totalitaire, et principe de la subsidiarité, garant des libertés locales et des identités.

La Chine est entrée dans l’OMC en 2001 après normalisation de ses relations commerciales avec les Etats-Unis. Aujourd’hui, alors que le président Donald Trump rétablit avec succès le principe de la libre gestion nationale des biens, des hommes et des alliances, c’est l’Union européenne qui sert d’idiot utile, voire de complice, à la Chine marxiste-léniniste pour défendre ce « Nouvel Ordre Mondial » dans lequel les peuples ne sont que des marchandises.

Matthieu Lenoir

https://reinformation.tv/ue-chine-nouvel-ordre-mondial-jyrki-katainen-liu-lenoir-85702-2/

Pendant des décennies, la John Birch Society – l’organisation parente de cette publication – a averti que l’objectif des initiés mondialistes d’élite était de faire converger les républiques libérales du monde occidental avec les nations captives et totalitaires du bloc communiste.

Alors que les États-Unis dirigeaient le monde libre et que l’Union Soviétique gouvernait le monde communiste asservi derrière le rideau de fer – des leaders aux plus hauts échelons des deux sociétés (de la politique, des affaires, des médias) , le travail, Wall Street, et les fondations exonérées d’impôt) partageaient l’objectif commun de «converger» ou de fusionner les deux sociétés sous une économie mondiale unifiée et un régime international souvent désigné par ses architectes comme le «Nouvel Ordre Mondial».

Une excellente ressource pour en apprendre davantage sur l’histoire derrière la façon dont Wall Street « capitalistes » a financé la révolution bolchevique et construit l’économie soviétique, ce qui a permis le fer de lance de la montée du communisme dans le monde, y compris en Chine continentale, est le livre intitulé à juste titre  Wall Street et la révolution bolchevique: l’histoire vraie et remarquable des capitalistes américains qui ont financé les communistes russes  par Anthony C. Sutton.

https://www.zerohedge.com/news/2018-06-27/eu-globalists-and-chinese-communists-team-protect-new-world-order

OK++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s