Art de la guerre monétaire et économique

La dépendance de la dette américaine en fait une cible économique facile

La dépendance de la dette américaine en fait une cible économique facile


Par Brandon Smith – Le 20 juin 2018 – Source alt-market.com


Il existe une tactique de dénégation classique que beaucoup de gens utilisent lorsqu’ils sont confrontés à des faits négatifs sur un sujet auquel ils ont un attachement personnel. Je l’appellerais « déni de report » – ou un report psychologique de la réalité.

Par exemple, rappelez les fondamentaux sur l’économie américaine, par exemple que le chômage n’est pas inférieur à 4% comme le suggèrent les chiffres officiels, mais plus proche de 20% quand vous prenez en compte les 96 millions de personnes non comptées qui survivent sans prestations chômage. Ou rappelons que la véritable inflation supportée par les consommateurs aux États-Unis n’est pas de l’ordre de 3% comme le prétendent la Réserve fédérale et le Bureau of Labor Statistics, mais plus proche de 10% selon la façon dont le CPI était calculé avant que le gouvernement ne tripatouille les chiffres. Pour une grande partie du public, y compris beaucoup d’analystes économiques, il y a peut-être une acceptation momentanée du danger, mais ensuite un report immédiat : « Eh bien, peut-être que les choses vont empirer dans 10 ou 20 ans, mais ce n’est pas si mal aujourd’hui… »

C’est la dissonance cognitive dans sa grande pureté. L’économie est en déclin rapide maintenant, mais un esprit dans le déni dit « ça pourrait être pire », et c’est ainsi que vous obtenez des populations entières prises complètement au dépourvu par un krach financier. Ils auraient facilement pu voir les signes, mais ils voulaient désespérément croire que toutes les mauvaises choses n’arrivent que dans un futur illusoire, pas aujourd’hui.

Il y a aussi une autre tactique de dénégation que je vois souvent dans le monde politique et économique, que j’appelle le « remboursement ». C’est ce que font les gens quand ils ont un attachement partial à une personne ou à une institution et refusent de voir les terribles implications de leurs actions. Par exemple, quand nous soulignons que quelqu’un comme Donald Trump prend des décisions destructrices, comme le soutien continu d’Israël et de l’Arabie saoudite en Syrie et au Yémen, ou le rétablissement du financement pour les Casques blancs en Syrie liés à l’EI, les partisans de Trump diront souvent : « Eh bien, et Obama ? ».

C’est un jeu à responsabilité changeante. Une personne est-elle pire que l’autre ? Peut-être. Je dis qu’on peut lui donner du temps et prendre des notes. Cependant, les décisions négatives d’un politicien que nous n’aimons pas ne diminuent pas les décisions négatives d’un autre politicien que nous pourrions aimer. Ils devraient tous les deux être tenus pour responsables.

Il en va de même pour les pays et les économies. Quand un analyste souligne que la dette américaine est à des niveaux historiques et qu’elle est totalement insoutenable, les gens dans le déni diront : « Mais qu’en est-il de la Chine ou de l’Europe ? » On ne nie pas l’autre et, bien sûr, il y a des différences qui rendent la situation aux États-Unis beaucoup plus tendue.

Je parle principalement de la dépendance sans fin de l’Amérique à l’égard du statut de réserve mondiale du dollar américain et, au-delà, de l’expansion constante de la dette à des taux d’intérêt bas au cours de la dernière décennie.

La Réserve fédérale, cette fois l’acheteur n°1 de la dette américaine, a pour l’essentiel déclaré couper son soutien et a commencé à organiser la revente des actifs de son bilan. Les seuls actifs que la Fed semble maintenir sont les Mortgage Backed Securities (MBS). Tous les autres sont coupés, y compris les bons du Trésor. L’économie américaine est inexorablement attachée à l’idée que notre dette du Trésor est un investissement sûr, avec une dette nationale supérieure à 21 000 milliards de dollars et des milliers de milliards de dollars supplémentaires dus aux programmes d’admissibilité, selon la façon dont vous calculez les dépenses. Ils sont un besoin vital des investissement étrangers dans la dette américaine.

Mais que se passe-t-il lorsque l’investissement dans la dette américaine devient politiquement peu recommandable ? Considérez l’escalade actuelle de la guerre commerciale. Par le passé, de nombreuses têtes parlantes pro-dollar et leader d’opinion ont soutenu qu’aucune nation n’aurait le courage de vendre massivement des actifs libellés en dollars et risquer la colère de la « puissance économique »américaine. Mais, nous avons déjà vu la Russie revendre la moitié de ses avoirs en un seul mois et la guerre commerciale ne fait que commencer.

L’action de la Russie est-elle un signe des choses à venir ? Est-ce que d’autres pays comme la Chine vont suivre la même stratégie ? Nous devrons attendre et voir, mais je crois que c’est le résultat inévitable de la guerre commerciale si elle traîne pour le reste de l’année.

La nature dépendante de l’Amérique, se nourrissant de l’investissement étranger pour soutenir ses dettes, est une catastrophe qui attend de se produire. Le concept de « relance » économique est risible jusqu’à ce que cette question soit abordée. Et entrer dans une guerre commerciale tout en ignorant cette faiblesse flagrante est stupide, c’est le moins qu’on puisse dire.

Au-delà de la question de la dette publique (des contribuables), n’oublions pas les sociétés et les consommateurs américains. La dette des entreprises américaines exprimée en pourcentage du produit intérieur brut se situe à des niveaux historiques jamais vus depuis la bulle immobilière de 2008 ou la bulle Internet de 2001. Il existe cependant une nette différence qui rend la bulle d’aujourd’hui beaucoup plus insidieuse. Après des années de taux d’intérêt proches de zéro, les entreprises sont devenues dépendantes de la dette bon marché. Tellement qu’elles ont emprunté sans arrêt pour soutenir leurs propres actions en manipulant le niveau des actions. Mais maintenant la Fed relève les taux d’intérêt et s’est engagée à augmenter les hausses à l’avenir.

Alors, que vont faire les entreprises alors que la dette bon marché se tarira ? Jusqu’à présent, elles dépensent la majorité de leur réduction d’impôt offerte par Trump à essayer de soutenir artificiellement les marchés. Lorsque cet argent sera épuisé (et je crois que ce sera beaucoup plus rapide que ne le pensent les médias dominants), la dette existante de ces entreprises coûtera beaucoup plus cher à financer, et les emprunts futurs au même rythme deviendront impossibles. C’est une menace qui se développe maintenant, pas dans un avenir lointain.

En fin de compte, les entreprises devront réduire considérablement leurs dépenses plutôt que d’emprunter. Cela signifie des licenciements collectifs, des fermetures de magasins et des réductions potentielles des retraites. Et, bien sûr, plus de rachats d’actions, ce qui signifie un effondrement du marché.

Qu’en est-il du consommateur américain ? La dette des consommateurs américains devrait atteindre de nouveaux sommets d’ici la fin de l’année ; environ 4 000 milliards de dollars selon les estimations officielles. Alors que la discussion se poursuit au sujet de la prétendue « pénurie de main-d’œuvre » aux États-Unis, une chose est claire : les emplois existants ne paient PAS des salaires qui suivent la véritable inflation. Lorsque nous constatons des pics dans les ventes au détail aux États-Unis et que c’est applaudi comme une reprise de l’économie, très peu d’analystes traditionnels soulignent que les ventes au détail plus élevées ne font que suivre une inflation plus élevée.

C’est-à-dire que les consommateurs dépensent plus d’argent pour moins de choses. Encore une fois, ce n’est pas viable, c’est pourquoi la dette des consommateurs explose. La dépendance à l’égard des cartes de crédit et des prêts est utilisée par la population pour compenser des coûts beaucoup plus élevés. Mais comme la Fed relève les taux d’intérêt, cela finira aussi. Les taux plus élevés de la Fed se traduisent par des taux de crédit plus élevés ainsi que par des taux hypothécaires plus élevés (indirectement). Avec des paiements d’intérêt plus élevés vient une grande baisse dans les dépenses globales.

Comme vous pouvez le voir, il y a au moins deux forces à l’œuvre ici qui finiront par parler de relance américaine et qui saperont toute notion de force économique – la première est la guerre commerciale, qui est une distraction massive pour détourner l’attention des actions des banques internationales et des banques centrales. La deuxième est la Réserve fédérale, qui a accroché le pays à un régime de monnaie bon marché et qui maintenant retire la drogue. Nous pouvons nous tromper en pensant que cette tendance restera lente ou qu’elle ne se transformera pas en accident à court terme. Nous ne pouvons pas non plus nous cacher derrière d’autres pays comme la Chine ou ceux d’Europe, comme si leurs problèmes étaient en quelque sorte plus graves et que par conséquent les nôtres ne sont pas une source de préoccupation.

Le fait que la santé de l’économie américaine repose inexorablement sur la demande étrangère continue pour le dollar et la dette du Trésor signifie que toute réduction du statut de réserve mondiale du dollar ou du pétro-statut, ou toute baisse des achats de trésorerie, affectera directement l’image de l’Amérique comme un système stable. Sans une résurgence soudaine et agressive de la production et de l’innovation nationales, l’Amérique n’a pas de filet de sécurité au cas où notre dépendance à la dette serait utilisée contre nous.

L’argument selon lequel la banque centrale peut intervenir à tout moment pour monétiser cette dette et réduire le danger est également illusoire. Cela suppose d’abord que la Fed VEUT réduire le danger. Je crois qu’ils veulent que le danger augmente, pas qu’il diminue. La monétisation de la dette a également l’avantage supplémentaire de générer encore plus d’inflation, les investisseurs étrangers retournant leurs actifs libellés en dollars aux États-Unis. La monétisation est un poison, pas un remède.

La crise est ici, maintenant. Voir et accepter cela nous permet de nous préparer en conséquence. La nier comme insignifiante place les gens comme victimes de leur propre parti pris et de leur ignorance.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/la-dependance-de-la-dette-americaine-en-fait-une-cible-economique-facile

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s