Art de la guerre monétaire et économique

Marchés : Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Faites ce que je dis, pas ce que je fais !


« Les faits menacent ceux qui investissent dans la fraude » DaShanne Stokes


enron-cca258af920b94eb76bc24cce8f288c4e3f030aa-s800-c85
Kenneth Lay, PDG d’Enron qui a fait une faillite retentissante en 2001, après des malversations comptables.

Tyler DurdenPar Jim Quinn – Le 27 septembre 2018 – Source Zero Hedge via The Burning Platform,

Selon TrimTabs Investment Research, les initiés des sociétés américaines ont vendu 5,7 milliards de dollars de leurs actions d’entreprises ce mois-ci, soit le plus haut niveau enregistré au cours de la dernière décennie. Les initiés, qui comprennent des dirigeants et des administrateurs, avaient vendu plus de 10 milliards de dollars de leurs actions en août, également au rythme le plus rapide depuis 10 ans.

insider sales aug 2018_0
Montant des ventes d’actions des grandes entreprises US par leurs dirigeants

Avec un marché boursier au plus haut selon toutes les mesures historiques les plus précises, sortant de l’épure, il est logique que les initiés bien informés vendent beaucoup. Bien sûr, s’ils s’attendaient à ce que les bénéfices de leurs entreprises augmentent parce que Trump dit que nous avons la meilleure économie de l’histoire des US, pourquoi vendraient-ils ?

Quand ces PDG superstar, éduqués dans l’Ivy League [gratin des universités US], vont sur CNBC, Bloomberg et Fox pour vanter leurs sociétés et répondre à des questions émoussées posées par des bimbos aux seins avantageux, déguisées en journalistes, ils prédisent un avenir glorieux et déclarent leurs actions sous-évaluées. Achetez, achetez, achetez. Ils racontent leurs boniments, mais agissent autrement. Ils agissent, avec leurs propres fonds, à l’opposé de ce qu’ils font avec l’argent des actionnaires. Parmi les dirigeants d’entreprise, l’éthique n’a jamais été l’une des caractéristiques requises. Mentir avec aplomb est la clé pour être un PDG prospère dans le monde amoral déformé d’aujourd’hui.

Pendant que les chefs d’entreprise des plus grandes sociétés publiques américaines se débarrassaient de leurs propres actions comme s’il n’y avait pas de lendemain, ils autorisaient des rachats d’actions, par leurs sociétés, pour un montant inimaginable de 827,4 milliards de dollars en 2018, un record pour une année, selon TrimTabs. En termes annuels, ces dirigeants feront racheter, par leurs entreprises, plus de 1 200 milliards au moment où les actions atteignent des sommets inégalés. En revanche, en 2009, alors qu’ils auraient pu acheter leurs actions à leur plus bas niveau depuis 10 ans, ils ont racheté moins de 100 milliards de dollars. Acheter haut et vendre bas. Comment peuvent-ils se tromper ainsi ?

3-buybacks (1)
Explosion du rachat de leurs actions par les entreprises

Ces financiers sans scrupules savent exactement ce qu’ils font. La rémunération des dirigeants d’entreprise étant principalement basée sur la valeur des actions, ils sont fortement incités à augmenter leurs bénéfices par action en réduisant le nombre d’actions. C’est tellement plus facile que d’investir de l’argent dans de nouvelles installations pour accroître les profits à long terme. Tout ce qui compte pour ces salopards avides, c’est de dépasser les prévisions de gains du trimestre prochain pour augmenter le prix des actions et s’enrichir. Le prix de l’action est tout ce qui compte.

Lorsque vous entendez dire que les liquidités des bilans d’entreprise n’ont jamais été aussi élevées, prenez-çà avec le dos de la cuillère. Les bilans des entreprises n’ont jamais été aussi endettés. Les neuf années de taux d’intérêt nul de la Fed ont incité ces PDG avides à s’endetter pour racheter leurs actions. Et avec Trump réduisant les taux d’imposition des sociétés de 35% à 21%, les bénéfices excédentaires censés entraîner des embauches et de nouveaux investissements massifs en capital ont été principalement utilisés pour racheter des actions, ce qui n’ajoute aucune valeur à la nation ou à l’économie. Bien sûr, cela profite probablement aux restaurants les plus chers de New York et aux agents immobiliers dans les Hamptons, mais ne fait pas grand chose pour les déplorables dans les zones déshéritées.

180917141342-chart-buybacks-capital-spending-780x439
Les rachats d’actions augmentent plus que les investissements

Le fait est que ces dirigeants d’entreprise savent que le jeu touche à sa fin et ils retirent personnellement leurs billes, tout en jouant avec celles des actionnaires, car il n’y a aucun inconvénient personnel pour ces bâtards visqueux. Lorsque le crash surviendra « soudainement », ils plaideront l’ignorance. Comment auraient-ils pu savoir ? Ils mentiront comme des arracheurs de dents en demandant une autre aide aux contribuables et des aides massives en liquidité à la Fed. La chanson reste la même. Et la musique continue de jouer. Vous pouvez faire ce qu’ils disent ou faire ce qu’ils font. Libre à vous.

2018-09-27_5-13-59« Quand la musique s’arrêtera, en termes de liquidité, les choses seront compliquées. Mais tant que la musique joue, il faut se lever et danser. Nous continuons à danser. » – Chuck Prince – PDG de Citicorp, 2007

 

Jim Quinn

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francphone

 

http://lesakerfrancophone.fr/faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s