Art de la guerre monétaire et économique

Secession 3.0 : Pourquoi les énarques adorent le vocabulaire de la « protection » des Français…

C’est quand même curieux, cette caste aristocratique qui fonde sa légitimité, son droit à commander la société, en expliquant à tour de bras qu’elle est là pour protéger les autres. Tel est le cas de l’énarchie, qui s’est auto-proclamée grande protectrice de la nation, et grande pourvoyeuse de protection pour tous: minorités, femmes, vieux, pauvres, etc. Partout, le point commun de tous les énarques tient bien à cette volonté, à ce projet, de doubler tous les piliers de notre société par des mécanismes de protection toujours plus sophistiqués: aides sociales, subventions, fonds de garantie en tous sens. 

Surtout, cette ambition mono-maniaque de la protection va de pair avec une forme d’arrogance qui suscite désormais la détestation universelle. Plus moyen de se dire, où que l’on soit, ancien élève de l’ENA sans être l’objet de railleries sans limite, voire d’opprobre sans vergogne. Tout ceci mérite bien un peu d’explication. 

Les énarques et la protection: une longue histoire

Avec le « libérer et protéger », Emmanuel Macron a définitivement érigé la « protection » en pilier de sa conception de la société et de l’action publique. Il l’a décliné, par exemple, dans son interview en début de semaine sur Europe 1, où il a déclaré: « on a besoin d’une Europe qui protège davantage les salariés, qui soit moins ouverte à tous vents ». 

L’Europe qui protège, comme la France, comme l’État doivent aussi le faire. Pour un Emmanuel Macron, qui résume assez bien toute la pensée énarchique, le sens de l’action publique est de protéger contre tout: les menaces militaires, sécuritaires, mais aussi les dangers de la concurrence, du progrès technologique, de la vie elle-même. À l’entendre, seule l’idéologie de la protection aurait encore du sens.

Il rejoint ici un grand mouvement historique caractéristique de la France, où la protection collective serait l’apanage de l’État, selon les élites administratives qui la gouvernent. On en connut les prémices avec Pierre Laroque et Alexandre Parodi, conseillers d’État qui nationalisèrent dès les années 40 la protection sociale. On en vit la permanence historique avec le haut fonctionnaire Alain Juppé qui sauva la sécurité sociale en 1995 en la faisant définitivement entrer dans les comptes publics. Philippe Bas et Renaud Dutreil, conseillers d’État devenus ministres parachevèrent l’oeuvre en créant le RSI, la sécurité sociale des travailleurs non-salariés, en 2005, absorbé par le régime général sous la férule d’un autre conseiller d’État: Édouard Philippe…

On le voit, « libérer et protéger » n’est pas seulement un slogan. C’est un guide de conduite pour les grands corps de l’État depuis 1945, une sorte de scansion acharnée de l’histoire. 

Les énarques et leur vieux réflexe aristocratique

Cette idée que les élites publiques doivent protéger la population n’est pas nouvelle, bien au contraire. On la trouve au fondement de l’ordre social français de toujours. 

Ainsi, la proéminence d’une caste aristocratique tient essentiellement à la fonction protectrice (militairement) dévolue aux « chevaliers ». Ceux-ci prêtent le secours de leur épée au reste de la population, moyennant un rôle de conduite des affaires et le droit de lever l’impôt. En poussant le trait jusqu’à la caricature, on dira même qu’en France le rôle des élites a historiquement mélangé l’exercice de la force et la fonction de protection. On dirige parce qu’on protège. 

En ce sens, les énarques n’innovent guère lorsqu’ils consacrent l’essentiel de leur temps à mettre en place des mécanismes de protection contre l’adversité. Disons même qu’ils se fondent dans le moule façonné depuis plus de mille ans par l’aristocratie – moule qui constitue un véritable creuset identitaire. À la différence de pays neufs comme les États-Unis où les élites exercent plus volontiers leur pouvoir de façon brutale et inégalitaire, les élites françaises, en tout cas lorsqu’elles sont administratives, sont plus soucieuses de garantir une cohésion collective par cette fameuse protection qui les occupe. 

Protéger hier, protéger aujourd’hui

Bien entendu, la grande mission de protection qui incombe en France aux élites en contrepartie de leur autorité a changé de visage. De la protection essentiellement militaire (et politique, notamment vis-à-vis de l’autorité royale) qui prévalait au Haut-Moyen-Âge, le modèle social est progressivement passé à une protection à la fois plus abstraite, plus sophistiquée, et plus large. L’élite administrative française place plus la protection dans un rôle assurantiel et réglementaire désormais: protection contre les risques sociaux, économiques, écologiques. Cette protection procède de la loi et de mécanisme d’intervention financière comme des allocations ou des crédits d’impôt. 

D’une certaine façon, la modernisation de la protection est allée de pair avec la modernisation de l’État. Mais, sur le fond, la société française continue à ne légitimer que les élites qui assument ce rôle. 

Protéger les autres, se libérer soi-même

Protéger les autres ne signifie pas automatiquement s’inclure dans le processus de protection collective. Bien au contraire! les élites françaises distinguent deux mondes: celui des va-nu-pieds qui doivent être protégés par un financement public obligatoire, et le leur, qui obéit à d’autres règles et apporte d’autres bénéfices. 

L’exemple le plus caricatural de cette exonération est donné par l’histoire de la sécurité sociale. Depuis toujours, les grands corps de l’État prônent un système de protection universel… qui n’engloberait pas les fonctionnaires. C’est ainsi que le régime général de l’assurance vieillesse n’a jamais « touché » aux pensions civiles qui dispensent les retraites des fonctionnaires. Celles-ci continuent à être calculées sur les six derniers mois de salaire, comme les retraites du secteur privé sont calculées sur les 25 meilleures années. 

Bien entendu, lorsqu’on écoute les cris d’orfraie des fonctionnaires, cette différence majeure ne présente aucune forme d’importance. Il n’en reste pas moins que le système de protection que s’accordent les fonctionnaires est bien plus favorable que celui qu’ils accordent au reste de la population. 

Protéger et asservir

Si les élites administratives françaises apprécient de protéger les autres sans se mêler aux mêmes filets de protection, il en existe une raison profonde: la stratégie de protection est d’abord une stratégie de domination de la société. Plus l’État protège la société, mieux ses élites la contrôlent et la dominent. 

Toute protection suppose en effet un financement, un impôt levé, ou une contribution de toute nature, et donc un contrôle sur les ressources donc chacun dispose, ainsi qu’une obligation faite à chacun d’obéir un peu plus à l’État. Protéger donne le pouvoir d’imposer, fiscalement et plus globalement politiquement. Protéger permet en outre d’infantiliser, de déresponsabiliser, de créer un besoin d’État chez celui qui vit dans le confort de la protection. 

Ainsi, la logique de protection est en quelque sorte le cheval de Troie, le visage masqué, de la domination que l’État et ses élites exercent sur la société. C’est par la protection que la domination de la société tout entière par une classe de « clercs » est légitime. 

L’exemple du flicage sur les réseaux sociaux

Si certains avaient un doute sur la nature bifide et profondément trompeuse de l’idéologie de la protection véhiculée par les énarques, l’actualité nous en donne de superbes illustrations chaque jour. 

Par exemple, le ministre du Budget vient d’annoncer que les services fiscaux traqueraient désormais les Français sur les réseaux sociaux, à la recherche de signes extérieurs de richesses. Est-ce la vocation de l’État de surveiller la vie privée des citoyens et d’en retirer un droit à sanction? Non, bien sûr, mais l’ensemble ne tardera pas à être justifié au nom du besoin permanent de lutter contre la fraude fiscale pour financer un État protecteur… Si vous voulez des allocations bienfaisantes, soumettez votre vie privée au détecteur de mensonges.

On voit ici comment l’idéologie de la protection agit comme un rouleau compresseur sur toutes les libertés publiques. On vous contrôle pour votre bien!

Les limites momentanées d’un modèle?

Malgré un océan inlassable de déclarations sur la protection, et de nouvelles normes chaque jour ajoutées pour mieux protéger l’ensemble de la population, les énarques font aujourd’hui l’objet d’un rejet de la part d’une grande majorité de Français. 

On trouvera plusieurs facteurs d’explications à ce phénomène, mais nous en retiendrons principalement trois. 

La première raison tient à la mauvaise gouvernance du pays qui se traduit par un chômage de masse persistant, une faible croissance et une pression fiscale élevée. Dans ce contexte, n’importe quelle élite ferait l’objet d’une désapprobation profonde. 

La deuxième raison tient à l’avarice des énarques, qui ne manquent pas une occasion de s’accorder des avantages, voire des privilèges, refusés par ailleurs aux autres catégories de la société. Par exemple, le maintien de l’emploi à vie, c’est-à-dire de la garantie statutaire de l’emploi est mal vécu lorsque le pouvoir exécutif facilite le licenciement dans le secteur privé. 

Verticalité des énarques contre horizontalité de la société française

Mais une troisième raison domine sans doute les deux autres s’il s’agit d’expliquer le désamour des Français pour leurs énarques: la verticalité extrême de la domination par l’énarchie heurte de plein fouet l’horizontalité grandissante de la société. 

D’un côté, une population désormais rompue aux arcanes des réseaux sociaux, qui est capable de divulguer n’importe quelle information secrète en quelques minutes. Cette population-là n’est pas rompue à toute autorité, pourvu que cette autorité s’inscrive dans écosystème informationnelle.  

D’un autre côté, des énarques étrangers à l’horizontalité de ces réseaux sociaux et immodérément attachés aux vieilles formes de l’autorité. Dans l’énarchie, tout n’est que hiérarchie à l’ancienne, règles, normes bureaucratiques, décisions venues d’en haut, préparées dans le secret et appliquées de façon discrétionnaire. 

La confrontation entre ces deux univers, entre ces deux mondes, sera de plus en plus violente. Et si la caste des énarques ne s’adapte pas, elle sera balayée par le changement de paradigme de la société. 

http://www.lecourrierdesstrateges.fr/2018/11/11/pourquoi-les-enarques-adorent-le-vocabulaire-de-la-protection-des-francais/

OK+++++++++++++++++++++++++++++++++

14 réponses »

  1. la protection obligatoire et absolue grâce au bras (armé) de l’état qui vous sert de sa bienveillance et amour de ses citoyens jusqu’à l’étouffement sans autre recours que de mourir.. . .

    J'aime

  2. « Caste aristocratique » je dirais bande de mafieux
    Les aristocrates ont gagnés leurs privilèges sur les champs de bataille.
    Ces crapulent manipulent Les notions d’Elitisme et de Chevalerie
    et ce qu’il en reste dans l’inconscient collectif.
    Ce sont des parvenus.Les BOF (beurre oeuf fromage profiteurs collabos)de notre age noir.
    L’Enarchie en cachemire …est une sorte de succès -damnés des grands d’autrefois.
    Cache misère de leurs turpitudes et multiples compromissions.
    Effectivement
    Ne pas Fléchir le genou à terre!

    J'aime

    • Voici ce que je disais il y a peu et qui me semble fort à propos :

      « Vous avez raison d’insister sur la contradiction qui existe entre la République et la conception aristocratique du mode de gouvernement de Nietzsche. D’un coté l’on a une élite responsable devant le peuple souverain et la nation, cas de la république , de l’autre une élite responsable devant Dieu et le Souverain Roi représentant de Dieu sur terre. D’un coté l’on a une noblesse d’état cas de la république, de l’autre une noblesse de guerre cas de l’aristocratie. Le mode de sélection des Élites diverge aussi : service rendu à Dieu et au Suzerain pour l’aristocratie, service rendu au peuple et à la Nation dans le cas de la république. Au passage on remarquera que l’essence de la nation prenant racine dans la communauté d’esprit du peuple s’est substituée à l’essence divine du Roi et à sa volonté de puissance. Ceci à été théorisé très bien par Hegel ouvrant la voix à Marx et au rôle prépondérant de l’Etat en tant que personne physique et moral pour reprendre un terme juridique pas anodin dans le cas présent car la constitution en tant que document juridique dans le cadre de la république constitutionnelle prend alors le rôle de la bible, du coran, du paganisme en termes de préceptes pour une organisation de la société. »

      J'aime

      • « une élite responsable devant le peuple souverain et la nation » : responsable donc sanctionnable une fraction de seconde, le temps de glisser (pour ceux qui votent) un bulletin dans l’urne, le reste du temps inatteignable c’est à dire 99,9999999999% du temps qui leur reste avant la prochaine . . . d’où les questeurs.


        https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

        J'aime

        • Bon plaisanterie à part la prochaine fois que vous verrez le peuple souverain, ne manquez surtout pas de la saluez de ma part. Pour ne l’avoir jamais vu je rêve de le rencontrer ! Parce que la théorie c’est bien mais la pratique c’est mieux ! Mais comme chacun le sait depuis Kafka le chemin des bureaux de l’État est impénétrable…

          J'aime

        • A l’inverse des pythies de l’ancien temps les questeurs en général posent les bonnes questions mais ne donnent jamais les vraies réponses…et les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !

          J'aime

    • Ne pas confondre non plus Noblesse d état et marchands du temple parvenus : un autre extrait de ma prose

      « Dailleurs je suis très étonné qu’en France l’on puisse confondre encore à ce point marchands du temple, grosso modo la bourgeoisie commerçante et d’affaire et ce que j’appelle la Noblesse d’état tète de pont de la fonction publique. Qu’il y est des liens entre ces groupes c’est une évidence mais cela ne détermine pas pour autant une oligarchie, terme simpliste propre à la lutte des classes utilisé quand on se refuse à voir la complexité des choses, l’humain ne se réduisant pas à son pouvoir d’achat quoique en pense les sbires socialistes à Macron. »

      J'aime

        • Parce qu’en France depuis la mort du Roi assassiné, mauvaise conscience oblige on oscille en permanence entre restauration et incarnation de l’ancien régime ponctué d’égarements socialo-ripoublicains. Quelques grands chefs de guerre nous auront permis de sauver la mise : Napoléon, Pétain , De Gaulle histoire de nous détourner de la faillite spirituelle et économique de l’État Jacobin…Alors on s’est inventé une essence de la Nation jacobine issue directement d’une autre fadaise appelée souveraineté du peuple ou bien encore communauté nationale. Il n’y a guère que les souverainistes à la la recherche du temps perdu, et qu’ils font perdre aux autres qui les écoutent, pour croire à de tels bobards. Alors comme la nature à horreur du vide elle a adjoint à l’essence et la religion de la Nation ses serviteurs, ses grands prêtres et pour faire la nique aux vrais aristos ces nouveaux prêtres défroqués se sont fait appelés Noblesse d’État. C’est pratique vous avez tous les avantages et prérogatives de l’ancienne aristocratie sans en avoir les inconvénients c’est à dire les devoirs.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s