1984

Douce France : La détermination des Gilets Jaunes ouvre une crise institutionnelle majeure

La détermination des Gilets Jaunes ouvre une crise institutionnelle majeure

Après une trêve des confiseurs où les médias mainstream ont tenté d’user au maximum la mobilisation en faveur des Gilets Jaunes, les manifestations de ce samedi ne permettent pas au gouvernement de tabler sur une interruption du mouvement. Dans le même temps, le débat annoncé pour calmer les esprits devrait se révéler très épineux. Surtout, l’attaque en règle du siège du porte-parole du Gouvernement constitue un nouveau franchissement d’étape dans ce qui devient une crise institutionnelle. Pour Emmanuel Macron, la partie est désormais serrée. 

Durant toute la période des fêtes, les medias mainstream ont tenté d’imposer une ligne simple dans les esprits: les Gilets Jaunes sont des fanatiques antisémites qui ne représentent plus personne, sauf une dangereuse extrême droite qui doit être réprimée. La ficelle fut tellement grosse que certains participants aux émissions se sont même rebellés contre le procédé. On pense par exemple à l’Insoumise Sarah Legrain, qui n’est pourtant pas la plus vociférante, qui a quitté le plateau de LCI, écoeurée par ces procédés. 

J’ai moi-même pu constater (et contester) ces ficelles propagandistes très limites. 

Comment truquer un débat télévisé? Retrouvez ici mon expérience personnelle sur LCI. 

L’ironie a voulu que ces chaînes, à force de vouloir stigmatiser le mouvement, n’aient cessé d’en parler. Elles témoignaient ainsi de son étonnante persistance au milieu d’un hiver morose. 

L’encore plus grosse ficelle de Jean-Michel Apathie

Le sommet de la mauvaise foi médiatique fut probablement atteint par l’éditorialiste d’Europe 1 Jean-Michel Apathie, qui est intervenu avec de gros sabots dans la parade amoureuse entre Jean-Luc Mélenchon et l’un des leaders des Gilets Jaunes, Eric Drouet. Alors que le leader des Insoumis avouait publiquement sa fascination pour ce chauffeur routier qui avait appelé à occuper l’Élysée, l’éditorialiste d’Europe 1 expliquait que ledit chauffeur routier était un électeur de Marine Le Pen. 

La suite de l’histoire devait montrer comment une information sans aucune base sérieuse mais proférée par un journaliste ayant pignon sur média peut se transformer en quelques heures en légende urbaine. Même Benoît Hamon a reproché, sans aucune vérification, à Mélenchon de devenir un complice du Front National. 

Bien entendu, cette campagne d’infamie était à l’unisson des biais présentés dans les débats mainstream destinés à accréditer l’idée que le mouvement des Gilets Jaunes était d’inspiration fasciste. 

Comment Macron s’est laissé prendre en tenailles

Ce déblayage médiatique était supposé légitimer un durcissement de ton de la part du pouvoir exécutif, probablement à la demande de la technostructure qui ne comprend rien à ce mouvement tout entier dressé contre elle. Ainsi, lors de ses voeux à la populace, Macron a dénoncé « la foule haineuse » sous ses fenêtres, et prévenu que l’ordre n’allait pas tarder à revenir. 

Plusieurs leaders de la majorité lui ont emboîté le pas dans ce registre, dont Benjamin Griveaux qui a dénoncé des « agitateurs qui veulent renverser le gouvernement ». Fort de sa promesse d’ouvrir un grand débat, le pouvoir exécutif imaginait ainsi reprendre la main, en ramenant à lui les Gilets Jaunes « pacifiques » et en isolant les plus contestataires. 

Cette manoeuvre, qui repose sur l’illusion encore jamais étayée selon laquelle les « constructifs » désavouent les « violents », s’est heurtée à une conjonction astrale négative. 

D’une part, l’affaire Benalla est soudain ressortie des oubliettes avec une révélation par Mediapart et le Monde d’un détail intéressant sur la détention par ledit Benalla des passeports diplomatiques qu’il jurait avoir rendus. Le même Benalla a donné une interview à Mediapart où il affirmait rester en contact avec l’Élysée.

Dans le même temps, le Journal Officiel publiait des décrets durcissant le contrôle des chômeurs. Cette séquence tombait au pire moment: Macron a plus que jamais donné le sentiment d’être droit comme un « i » avec ses adversaires et avec les faibles, mais particulièrement laxiste avec ses soutiens. Or c’est  précisément ce deux poids deux mesures qui focalise l’attention des Gilets Jaunes, et qui coalise probablement une grande partie de l’opinion autour d’eux et contre le Président. 

Macron à la recherche d’une sortie politique

L’arrestation en direct du leader des Gilets Jaunes Éric Drouet a sonné le glas de cette manoeuvre médiatique et politique mal ficelée. Alors que Benalla annonçait mollement (et dans une apparente impunité) son intention de rendre un jour des passeports diplomatiques qu’il détient sans raison, la police déployait d’importants moyens pour arrêter sur la voie publique Éric Drouet, accusé de mener une manifestation illégale à Paris. En fait de manifestation, il s’agissait d’une commémoration, avec une cinquantaine de personnes, des Gilets Jaunes décédés depuis le début du mouvement. La garde à vue très longue de l’intéressé ne pouvait que raviver le mouvement de contestation qui a débouché sur les troubles d’hier. 

Face à ces approximations dans la gestion du dossier, tout porte à croire que l’hypothèse d’une reprise en main de la situation par l’organisation du grand débat est perdue d’avance. 

Le Président serait d’ores et déjà la recherche d’autres solutions politiques. On parle notamment d’un referendum à questions multiples sur la réforme des institutions, qui permettrait de remettre les dossiers à plat. On évoque aussi l’arrivée de Bayrou à Matignon.

Comment Macron devra mettre le Parquet au pas pour nommer Bayrou à Matignon, c’est ici. 

Ces solutions supposent bien entendu que le débat public soit mené à son terme. Et c’est pas gagné, à ce stade!

Faudra-t-il supprimer la loi Taubira sur le mariage?

Pour aider le gouvernement par gros temps, le consensuel Patrick Bernasconi, président du CESE, a organisé à la hâte une grande consultation publique, qui va constituer une première épine dans le pied du gouvernement, et qui pourrait très bien illustré les futurs risques politiques du grand débat.

Les résultats de la consultation organisée par le CESE sont tombés: l’abrogation de la loi Taubira sur le mariage gay remporte la palme des propositions les plus populaires. Beaucoup crient au complot d’extrême droite, mais, pour le gouvernement, cette affaire fera précédent. Si le pouvoir exécutif s’arroge le droit d’écarter d’emblée les propositions préférées des Français selon les règles du jeu qu’il a lui-même édictées, il ne fera que nourrir la défiance extrêmement forte dont il est l’objet. Et le grand débat pourrait alors se transformer en piège mortel. 

Comment on est passé à une crise institutionnelle

Dans ce contexte tendu, les Gilets Jaunes sont descendus dans les rues ce samedi pour poursuivre leur mouvement. Les revendications initiales sur les taxes sur le carburant sont désormais bien loin. Les représentants du mouvement ne cachent plus leurs objectifs politiques: la démission d’Emmanuel Macron et la mise entre parenthèses de la représentation nationale. 

Dans les états-majors parisiens, on n’a pas forcément bien pris la mesure de la vague de fond qui s’approche du rivage. L’heure est encore aux tergiversations sur le retour à l’ordre et sur les concessions à lâcher. Les conditions du débat supposé sauver la situation semblent floues et Emmanuel Macron paraît singulièrement désorienté par un mouvement dont il ne comprend pas la portée.

Dans la pratique, celui-ci fonctionne sur un rejet viscéral de sa personne. Plus le temps passe, et plus ce rejet grandit et semble difficile à dépasser. Si le Président conserve encore 20% de partisans dans l’opinion, les 80% restants sont de plus en plus hostiles à son style personnel, ce qui rend tout discours, toute prise de parole de sa part, désormais inaudible. 

Pire, ce rejet contamine peu à peu son entourage. La tentative de coup contre Benjamin Griveaux, rue de Grenelle, ce samedi, l’a montré. Tout ce qui incarne, de près ou de loin, l’exercice macronien de l’autorité, suscite une vraie violence réactive. 

Ces éléments montrent que la crise des Gilets Jaunes ne se résoudra durablement qu’en mettant au minimum une dissolution de l’Assemblée Nationale dans la balance. Si le pouvoir exécutif ne se rallie pas rapidement à cette issue de la dernière chance, c’est la démission du Président de la République qui sera bientôt le seul recours. 

C’est la difficulté des postures trop tardives où la profondeur d’un mouvement est mal évaluée dès le départ. Depuis près de deux mois, le gouvernement court après le temps pour proposer des solutions à une contestation qu’il a gravement sous-estimée, faute de disposer, dans son entourage, de gens de terrain capables de porter la contradiction. On mesure ici combien le départ de Gérard Collomb en septembre était à la fois prémonitoire et lourd de conséquences.

Macron a transformé les institutions déjà mal en point de la Vè République en camp retranché de la technostructure. Cette option a créé des ruptures décisives avec l’opinion. S’il ne convoque pas rapidement de nouvelles élections, le pire est à venir pour lui. 

http://www.lecourrierdesstrateges.fr/2019/01/06/la-determination-des-gilets-jaunes-ouvre-une-crise-institutionnelle-majeure/

EN BANDE SON : 

9 réponses »

  1. A reblogué ceci sur La Cohue du Raffutet a ajouté:
    Il y a ceux qui sentent et ceux qui ont le nez boucher … Macron e sa clique de filous en col blanc vont l’apprendre à leur dépends . Qui sous estime les français à la fin mange le plus souvent la sciure ou moindre mal ce retrouve dans un 9M² pour le restant de ses jours .

    J'aime

    • Gilets Jaunes apolitique ? Plus que l’héritier de Marx le jacobinisme d’aujourd’hui mâtiné de technostructure a plus à voir avec Hegel, Rousseau et Lénine et à la volonté d’un état nation centralisateur ne pas mourir sous les coups d’un mondialisme qui se veut supranationale. En ce sens le mouvement des GJ ressemble davantage à l’écume d’un pouvoir étatique aux abois qu’à un mouvement que certain voudrait percevoir comme eschatologique dans le sens d’un retour en force de l’Etat Nation colberto-jacobin et que je perçois quant à moi comme annonciateur de sa fin. Point besoin d’y voir la marque d’un Soros puisque Macron joue là très bien son rôle : son intransigeance ne faisant qu’accentuer la dialectique des forces en présence et mène inexorablement à un affaiblissement des structures étatiques qui tel Ugolin sont en train de dévorer pour survivre leurs propres enfants. Tout cela amènera nécessairement une intervention à l’échelle européenne et la justification d’une intervention de l’étranger. Les GJ c’est le mélange de la révolte des canuts et d’un peuple qui ne veut pas mourir et qui devant l’abattage annoncé socialement, économiquement et politiquement fait un dernier baroud d’honneur.

      J'aime

      • à l’origine apolitique . . . ceci étant, je suis parfaitement en phase avec votre remarque : le phagocytage habituel par les crypto-marxistes et autres « bien-pensants »

        J'aime

        • C’est pourquoi les nouvelles lois liberticides mises en place par le pouvoir central doivent se lire comme une réponse pénale accompagnée d’une militarisation accrue des forces du désordre face à ce qu’il convient d’appeler une double guérilla urbaine de la périphérie face au centre : les GJ d’un coté issus des périphéries rurales et cela au nom d’un meilleur partage des richesses crées et les Ghettos islamistes de l’autre issues des périphéries urbaines et cela au nom d’une contestation de l’ordre républicain, charia oblige.Tout ceci aboutissant à terme à une libanisation de la France qui épousera ironie ou anticipation oblige l’actuelle régionalisation…

          J'aime

  2. Cette analyse (je cite « Macron a transformé les institutions déjà mal en point de la Vè République en camp retranché de la technostructure. Cette option a créé des ruptures décisives avec l’opinion. ») me parait être très riche. Il y a bien sûr une conjonction de forces diverses et de colères éruptives si longtemps rentrées. Mais il me semble que cette technostructure (ou gouvernement profond) apparaît par à-coups de plus en plus dans l’inconscient collectif, et qu’il est en train de prendre forme dans la conscience. Et que la dite conscience commence (commence seulement) à voir les contours de la malfaisance de celle-ci, et de l’impérieuse nécessité de la remettre à sa place.

    Bien sûr, remise à sa place impliquerait une énorme remise en question collective.

    En termes de solution, un vrai apaisement « couillu » de la part de l’enfant-roi, serait de démissionner et laisser le gros Larcher calmer le pays en organisant tranquillement des élections dans 6/8 mois.

    Ça permettrait aussi, par une simple gestion des affaires courantes, de stopper l’accumulation de catastrophes de l’exécutif actuel et donner quelques mois de répit à tout le monde.

    Et peut-être d’enfin ouvrir un vrai débat national sur:
    – l’immigration
    – L’islam et l’islamisation
    – l’Etat de droit et les passe-droits
    – L’obésité de l’Etat
    – La fiscalité
    – Les services publics
    – La schizophrenie anti-raciste qui pousse tous les non-blancs-hétros à se réclamer noirs, arabes, gays, trans…etc… et de leur intolérable victimisation
    – L’esclavage tant qu’on y est (qui, comment, pourquoi, comment la France l’a stoppé en Afrique, le rôle des Turcs, pourquoi les slaves sont ils appelés comme ça….etc….
    – La colonisation, son pourquoi, sont coût incroyable pour la France (7% PIB annuel – voir P. Bairoch)
    – La double nationalité et l’allégeance à d’autres pays aux valeurs opposées aux nôtres (Magheb, Turquie, Caucase, Albanie, Afrique sub-saharienne…etc…)
    – La réforme territoriale et le maintien du développement hors agglomération
    – L’UE, ses dirigeants nuls et corrompus, invirables et dogmatiques
    – L’Euro qui fait diverger les économies et dresse les peuples les uns contre les autres (quand les Allemands devront s’asseoir sur 50% des soldes Target 2, on verra leur vrai visage. Et leur vraie amitié transalpine)
    – Les doctrines économiques, libéralisme, libre-échangisme, protectionnisme, où va le monde et où nous allons….
    -….

    Y’a du boulot et ce n’est pas le pseudo intellectuel de l’Elysée et sa clique d’infirmes qui va aider à accoucher tout ça.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s