Art de la guerre monétaire et économique

La France à l’heure d’un grand basculement démographique

Crédit : Louis Lecomte pour L’Incorrect

Après Laurent Obertone et La France interdite en 2018, Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP, a relancé le débat sur le grand bouleversement démographique à travers un ouvrage chiffré et étayé, L’Archipel français (Seuil, 16 euros)

Si nous devions résumer l’étude menée et en tirer des constats nous pourrions le faire comme tel : la fille aînée de l’Église est morte alors que les marqueurs musulmans sont omniprésents, le tout dans une société individualiste malade. Rien de nouveau sous un tableau peu réjouissant. Pourtant certains sont encore surpris – ou font semblant de l’être – à l’évocation de l’islamisation rampante de notre société et des ravages destructeurs du multiculturalisme.

Les données sont pourtant éloquentes : en 2018, c’est quasiment un nouveau-né sur cinq qui reçoit un prénom à connotation arabo-musulmane (150 000), c’est-à-dire une ville comme Nîmes qui naît chaque année au sein de la communauté musulmane et de ses revendications identitaires. Cette désignation d’appartenance est une volonté de différenciation, une volonté d’identité propre.

L’assimilation ne peut en aucun cas se faire quand les rapports de masse sont trop importants. C’est le 29 avril 1976 que tout a commencé, lorsque Jacques Chirac, Premier Ministre de Valery Giscard d’Estaing, promulgue le décret instaurant le regroupement familial et fait ainsi abandonner à la France toute prétention à intégrer les populations immigrées, devenant peu à peu majoritaires dans les « quartiers abandonnés de la République ».

En corrélation, la disparition quasi-totale du prénom Marie et la montée en puissance des prénoms anglophones illustrent la perte accélérée de l’identité française. Ces informations peuvent également être recoupées avec le nombre de mosquées sur le territoire qui a doublé en 20 ans (passant de plus de 1100 à 2500) et le nombre de catholiques pratiquants en chute libre (environ 5% soit 4 fois moins qu’il y a 40 ans).

Jérôme Fourquet déclare que « différentes générations coexistent démographiquement mais au rythme du renouvellement nous allons sans doute assister dans les années qui viennent à un basculement d’une très grande ampleur ».

L’an passé au Collège de France, la chaire Migration tenue par le démographe François Héran développait les arguments suivants : en France la population totale est de plus de 60 millions de personnes avec environ 15 millions d’immigrés et de seconde génération (soit un quart de sa population).

En plus de la bataille du ventre, que nous avons d’ores et déjà perdue avec un taux de natalité inférieur à 2 enfants contre plus de 3 enfants par femme culturellement ou cultuellement musulmane, chaque année le volume d’entrées reste constant. « L’obsession du politique de vouloir revenir sur le passé et contrôler une impulsion démographique déjà en place est irréalisable.

Quel homme politique osera avouer qu’il est impossible de toucher à ces 200 000 entrées d’immigrés par an ? Il suffit d’un flux faible et constant pour finir de changer fortement la composition de la population. En limitant les flux on n’échappe pas à la modification de la population : le processus est déjà enclenché ».

En plus d’être ressenti, le constat est bien factuel. Certains en seront fiers et porteront haut et fort l’étendard de leur société mondialisée et multiculturaliste en se culpabilisant d’être nés européens. D’autres au contraire se battront, pour que les traditions, coutumes et religions venues d’ailleurs ne deviennent pas la norme de demain dans notre France éternelle. Ce combat est le nôtre, et il se présente tant dans nos actions individuelles que dans les urnes.

Le vote RN, parti politique dénonçant l’immigration de masse, rapporté à la carte des prénoms est très révélateur : partout où le nombre de prénoms étrangers est important le vote pour le parti lepéniste est élevé. Au-delà de 15% de concentration le vote RN décline, les Français qui luttent sont partis et laissent la place aux récents arrivés.

Le communautarisme n’est pas un fantasme ou une « théorie » : c’est la réalité du XXIe siècle en France. Le regain identitaire du « Français de souche » est illustré tant par les scores historiques du RN que par la ligne plus ferme adoptée par les LR, ou encore le succès de Marion Maréchal qui, cette semaine encore à St Pétersbourg, nous mettait en garde contre un « grand basculement démographique » à l’œuvre en France.

« Il faut toujours dire ce que l’on voit, surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit ». Charles Péguy

Le camp du politiquement correct occulte volontairement le sujet avec une violence affolante. Individualisme forcené, laïcité outrancière (à géométrie variable évidement) et hédonisme compulsif, il est responsable de la chute de la natalité, de la perte des repères familiaux et surtout de la culpabilisation ethnique. À qui appartenons-nous ? Qui sommes-nous ? Et surtout où allons-nous ?

Autant de question qu’il est plus simple de ne pas se poser pour ne pas regarder en face la réalité du basculement culturel et anthropologique que nous vivons.

Comme en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis ou dans une moindre mesure au Canada, il est important de comprendre que les statistiques (ethniques voire religieuses) sont indispensables en France et doivent être autorisées, pour poser le bon diagnostic et cesser d’alimenter les fantasmes des uns ou l’inconscience des autres.

Il ne s’agit pas de stigmatiser ni de désigner, il s’agit d’avoir des données objectives sur la population de son pays. Comme disait Péguy, « Il faut toujours dire ce que l’on voit, surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit ».

Emmy Font, porte-parole de Racines d’Avenir et collaboratrice d’élu

https://lincorrect.org/tribune-la-france-a-lheure-dun-grand-basculement-demographique/

EN BANDE SON :

15 réponses »

  1. 1/5 de prénoms musulmans, ça signifie, peu ou prou, 2/5 de nouveaux nés africains ou métisse (les musulmans représentent environ la moitié des non européens). 2/5, c’est très proche de 1/2 … à bon entendeur.
    Quand on parle de « traditions, coutumes, religions venu d’ailleurs », il ne faut pas oublier que, imposé par l’empire à coup de persécutions à partir du IVème siècle aux païens (d’europe), le christianisme a été perçu par les autochtonnes d’alors (disons les 5 premiers siècles pour faire simple) comme l’est l’islam aujourd’hui : un corps étranger. Le déclin marqué du christianisme chez nous montre que finalement, l’implant n’a pas pris et à été rejeté en définitive (mais le coût humain et civilisationnel a été terrible).
    Ce n’est pas l’hédonisme ou l’individualisme qui a conduit à la baisse de la natalité, mais, l’éducation et (corollaire) le travail des femmes. C’est la raison pour laquelle il n’y aura pas de retour en arrière vers une natalité forte. Sans parler du fait qu’il y a une armée (littéralement) de « mondialistes » convaincus qui vivent dans les centres urbains (principalement) et qui sont approvisionnés par leurs petits protégés en « soma » et qui détiennent les clés des hautes technologies.
    La démographie, c’est comme le CO2, il y a une inertie énorme. Le grand remplacement est déjà effectué en France, même si on ne le voit pas encore.

    J'aime

    • Vous dites : Ce n’est pas l’hédonisme ou l’individualisme qui a conduit à la baisse de la natalité, mais, l’éducation et (corollaire) le travail des femmes.

      Ce n’est ni l’un ni l’autre, le premier argument est typiquement petit bourgeois catho ethno masochiste, le deuxième typique bobo : je crois que tout le monde fait un boulot super intéressant et stimulant intellectuellement. C’est le même type d’argument qui actuellement fait dire à tous ceux qui ont le cul dans les coussins douillets de leur bureau : on peut bosser sans problème jusqu’à 67ans. Oui connard à conditions que d’autres fassent le sale boulot bien fatigant et éreintant à ta place ! C’est l’Age en bonne santé qu’il faut regarder et pas celui ou on vous maintient pendant 20 ans sous perfusion. Et là cela change la donne.

      Mais revenons à nos moutons féminins, mon idée c’est que c’est la faiblesse des revenus des familles réduites de plus en plus à leur simple expression, c’est à dire sans passation intergénérationnelles, qui a conduit les femmes à devoir travailler et le fait aussi que le mariage qui imposait des devoirs au mari soit devenu une institution obsolète. A lier à l’arnaque du revenu universel.

      https://leblogalupus.com/2018/10/06/le-billet-du-lupus-revenu-minimum-a-minima-comme-pour-les-salaires-ce-sont-les-classes-moyennes-qui-sont-visees/

      Les musulmans l’ont parfaitement compris c’est pourquoi bcp pratiquent la polygamie et la fraude sociale à la femme isolée, une version moderne du proxénétisme ou l’état deviendrait le client et nous les victimes consentantes !

      J'aime

      • Ha mais je suis totalement d’accord. L’état à détruit la famille (et donc la natalité) avec 2 choses : l’impôt et le CONTRAT de mariage.
        1/ l’impôt, comme vous le soulignez à obligé les femmes à travailler.
        2/ le contrat de mariage à « incité » (ou permis) le divorce pour toucher pension et la moitié des biens et en conséquence dégoûté (cf MGTOW) les hommes. Le PACS et le « mariage pour tout » n’est que le parachèvement. Le phénomène MGTOW est très intéressant, ils ont identifié l’état comme super male alpha. L’homme moderne ne peut plus « séduire » sa femelle face à lui. [je vais un peu vite dans mes explications mais je pense que vous comprenez entre les lignes]

        Par contre l’argument du « sale boulot éreintant » me semble obsolète. Il date d’une autre époque. Je me trompe peut-être mais, de ce que vois, aujourd’hui, le bâtiment, les ponts et chaussés, etc… c’est devenu essentiellement du pilotage de machine, outils, machines-outils. Oui, c’est plus pénible que de bidouiller sur un ordi, mais beaucoup moins que ça ne l’était 50 ans en arrière.
        Il reste des boulots pénibles (la restauration notamment) mais le problème c’est plus une question d’aliénation que de dureté (le bâtiment était rude avant, c’est un fait).

        En tout cas, la thèse « officielle » du recul de la natalité, c’est l’éducation des femmes.
        D’une manière générale, il y a aussi comme facteur connus l’urbanisation. Et je pense que la robotisation/mécanisation qui dévalue la virilité dans tous les domaines joue aussi.

        J'aime

        • Ne pas oublier que la révolution de 1789 fut une révolution bourgeoise de type libéral droit de l’hommiste, une revanche des marchands du temple, des commerçants sur les propriétaires terriens qui vivaient de leurs rentes.. La bourgeoisie au nom de la pseudo souveraineté du peuple a fait voter des lois qui l’avantageait elle en tant que nouvelle classe oligarchique. La pseudo libération des femmes dont on nous rabat les oreilles concernent avant tout les femmes bourgeoises qui devaient devenir l’équivalent des aristocrates d’antan qui avait eu leur libération et ceci des le moyen Age… Quant au peuple il est et reste le dindon de la farce, on entend gouverner en son nom mais à sa place et contre lui.

          J'aime

    • Au delà du bien et du mal avec les ismes vous en oubliez un quatrième qui permet de mettre tout ce bo monde en désaccord et qui n’a pas attendu les messianismes pour exister c’est le paganisme ! Un retour à la tradition primordiale s’impose à nous Européens, le fruit de notre héritage indo-européen et de manière plus restrictif gréco-latin.

      J'aime

    • Le retour au paganisme est, je le crois, en train de se faire. Nous (européens) commençons à revenir à nos propres traditions (et non pas celles importées ou imposée d’ailleurs). C’est la tendance qui monte en puissance. C’est difficile à mesurer « objectivement » bien qu’il y ai plusieurs signes.
      Une église païenne vient d’être officialisée dans je ne sais plus quel pays nordique. Le new-age est une tentative « ratée/dégénérée » qui va en ce sens. L’agnosticisme peut être considéré comme une forme de paganisme (il existait, si j’ai bien compris des réflexions similaires à l’époque pré-chrétienne). L’athéisme n’était qu’une version plus dure du rejet des fables chrétiennes mais pas forcément un rejet du transcendant.
      Etc…

      (PS : Je suis en train de lire « au delà du bien et du mal » de Nietzsche.)

      J'aime

      • Puisque vous avez du coeur à l’ouvrage Je vous invite à vous intéressez aux théoriciens de la nouvelle droite très prolixe en la matière et sur plein d’autres choses : De Benoist, Faye, Steukers…et en plus ils sont français, belge pour Steukers. Comme nul n’est prophète en son pays Influence théorique très importante aux Etats Unis et pour les populistes européens.

        J'aime

        • Faye je connais un peu (et d’ailleurs vous m’avez fait découvrir son coté païen ici même) et je partage son point de vue.
          J’ai récemment lu « Paganisme et christianisme » de MacMullen qui m’a bien ouvert les yeux sur le processus de christianisation (bien qu’il soit un peu dur à lire je trouve).
          Je vais creuser De Benoist et Steukers, merci.
          Je monte actuellement un « dossier » sur le christianisme. Si on le considère pour ce qu’il est, c’est à dire une religion étrangère imposée de force aux européens (par l’empire Romain, pour des raisons politiques) alors, il apparaît clairement que le vécu des gens de l’époque n’a pas être très différent de celui que nous pouvons avoir face à l’islamisation.
          A l’analyse « froide » contrairement à ce que je pensais au début, la christanisation (de l’europe / pour les autres pays, je ne sais pas) et l’islamition sont vraiment très proche.

          J'aime

  2. Bonjour, je vais être très pessimiste ou réaliste, la vraie question est que faire ? Individuellement ou collectivement.
    Voter ? Mais pour qui ? élu croyez-vous qu’il ou elle va pouvoir gouverner sans se prendre des coups de tous côtés, qu’ils vont laisser faire, quelles sont les solutions car le problème englobe l’économie, l’éducation, la culture, tous les aspects de la société, il faut déconstruire tout un système.
    Prendre les armes ? Il y aurez énormément de monde à éliminer, politiques, industriels, journalistes, artistes, les associations, les ‘collabos’ et ‘traite’ du ‘système’ actuel, ouvrir les yeux des aveugles, camp de rééducation pour une partie du ‘peuple’, revoyez des populations non désirées dans leurs pays d’origine ou les expatriés sur une autre planète, pas sur que la révolution à la Mao soit très apprécié.
    Que l’on émigre soit même ? Ou ? Quel pays ? La plus part sont touchés par l’égoïsme, l’individualisme, le mercantilisme, un pays comme la France d’avant la révolution de 1789, avec des régions différents, des patois régionaux, des danses, des spécialistes culinaires, un système d’empire ou une ‘diversité’ d’une même ethnie, qui est des liens respectueux avec les autres peuples de la planète, quelques que soit leurs ethnies ( les africains, les asiatiques, les sémites, ou autres) quelques soit leurs religions (chrétiens, musulman, juif, hindou, bouddhiste, taoïsme, ou autres) qui ne cherche pas à dominer ou à exploiter (aujourd’hui américain, chinois, russe ou autres) (hier grecs, celtes, romain et autres sur la planète) jolie rêvé.
    Mais l’histoire de l’humanité est faite de guerres, de conquêtes, de soumission, d’exploitation, de génocide, ou que vous regardiez et quelques soit l’époque il y a eu de l’esclavage, entre grecs, entre celtes, entre différents peuples africains, entre asiatiques, entre sémites, seulement c’était à un niveau ‘régional ou continental’ puis mondial.
    Nous avons perdu la notion de communauté (dans le sens de peuple) celle-ci s’arrête au sport, partie politique, groupe sexuel (hétéro, LGBT….etc) club de toutes sortes, associations…..etc
    La démographie et le climat quelques soit l’époque le lieu l’ethnie, à poussé les humains comme les animaux à migrer, conquérir des nouveaux territoires, donc non vivons une période où nous ne sommes plus conquérant nous européens car sous tutelle américaine (espace mais concurrence chinoise, russe, indienne…etc) notre déclin viens que nous avons laissé un vers pourri dans notre pomme, nôtre nature humaine, notre premier ennemi est en nous (égo, prétentieux, arriviste….etc) mais comment le combattre (pour me part il est trop tard) notre ennemi viens de l’intérieur, les valeurs actuelles mises en avant, l’éducation parentale, les différents aspects de nos sociétés, qui sont faites pour nous détruire, mais nous avons aussi d’autres ennemis, organisé avec leur plan.
    Alors conclusions, l’histoire est en marche elle ne sais jamais arrêté, mais pour ma part je n’ai pas de culture de tradition ancestrale, aucune attache un pur fruit de cette société sans sol …. un parfait déraciné….il me reste quelques citations mais mon côté obscur à pris le dessus est je n’ai pu les appliquées.
    La ou il y a une volonté il y a un chemin.
    Tout ce que je touche devient flammes, tout ce que je délaisse devient cendre, je suis flamme assurément.
    L’homme est aussi grand que la flamme qui l’habite.

    J'aime

  3. Sujet impossible à aborder pourquoi :
    Parce qu’il s’agit d’une affaire de famille, et que le linge sale se lave en famille.
    Hors, il est (volontairement) impossible de parler en famille (Gauloise).
    Il y aura toujours un Mohamed, un Mamadou pour venir mettre son grain de sel dans des affaires de famille qui ne le concernent pas.
    Le plus beau, c’est que les mêmes qualifieraient cela de « paternalisme post-colonial » si nous-même allions nous imposer dans leurs discussions de famille.
    *
    Je ne crois pas au « Suicide Français », un nouveau concept qu’on nous vend tout cuit pour masquer un meurtre en suicide.
    C’était gentil d’essayer mais rien que le titre m’a fait mourir de rire, j’ai cru que c’était une blague de ER. .
    *
    Le débat sur l’identité nationale était révélateur, les Français en étaient totalement exclus. un séfarade Algérien face à un musulman Marocain pour définir ce que c’est d’être Français. Déjà là ça claque.
    *
    Il est extrêmement facile de démontrer le cheminement de tout ce qui est décrit dans l’article mais c’est interdit par la loi.
    On peut étudier le sujet par toutes les grandes réformes nous ayant conduit à ça, et malheureusement dans toutes les étapes on retrouve les mêmes acteurs. (que ce soit au niveau économique, politique, religieux, législatif)
    *
    On reconstitue très facilement le parcours, il suffit de prendre les bons livres :
    Antal E. Fekete (finance), Anne Kling (communisme), Emmanuel ratier (religion Vatican II), et on peut enchainer avec les textes législatifs pour découvrir qui a voulu la fin de l’assimilation pour l’intégration, qui a exigé le rapprochement familial, les lois anti-racistes jusqu’à l’Open Society actuelle …
    On peut rechercher les premiers textes législatifs de la raie-publique, on retombe sur le même dénominateur commun .
    *
    Dès lors, ce sujet est impossible à traiter, de même qu’il était possible de traiter le sujet dans l’URSS Bolchévique de 1919 .
    *
    Tiens, du coup on retombe sur le passage du texte qui parle d’individualisme …
    C’est sûr que n’importe qui a le droit de se constituer en communauté, sauf les Gaulois.
    Rien d’étonnant à ce que nous soyons individualistes, on ne peut plus se parler, c’est interdit si nous ne sommes pas surveillés et modérés par au moins un Mohamed, ou un Mamadou.
    Cela fait 230 ans que c’est comme ça !
    *
    *
    PS : « Au-delà de 15% de concentration le vote RN décline, »
    C’est normal, mathématiquement parlant ces 15% d’immigrés votant pour leurs intérêts anti-nationaux + les UMPS font qu’il est impossible de gagner l’élection.
    Vu que les Africains sont déjà 15% de la population les urnes ne servent plus à rien, c’est mort.

    J'aime

  4. Je ne suis fan de personne mais sur ce coup là rien à redire à Mr Drac, je partage ses digressions :

    *
    Notez bien qu’il ne s’agit pas du tout de société multiculturaliste, si tel était le cas nos corrompus feraient tout pour que la cohabitation soit supportable et équilibrée.
    Nos programmes scolaires ne reprendraient pas le programme du FLN, on ne parlerai pas de repentance, on ne chasserai pas des nazis 70 ans après leur mort, on ne ferai pas un procès pour des pansements blancs, on n’aurait pas Boutledja à la TV etc…
    *
    C’est tout ce que j’ai à ajouter aux digressions de Drac, en gros je suis d’accord avec lui.
    La mosquée dommage… plus civique … débarrasser au nom de l’intérêt général des agitateurs cyniques comme Apathie, Barbier, d’Elkrief et autres ayatollahs de la haine anti-Français.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s