Art de la guerre monétaire et économique

Défaire et refaire c’est toujours travailler : « L’entreprise est devenue un lieu totalement absurde, vide de sens »

« L’entreprise est devenue un lieu totalement absurde, vide de sens »

Fabien Benoit Usbek et rika 4/4/2019

Un homme en costume de "pied piper" chevauchant une licorne devant un décor bucolique
Dans Lab Rats (Hachette Books, 2018), son dernier essai, le journaliste américain Dan Lyons démontre comment les modèles managériaux de la Silicon Valley ont transformé l’ensemble du monde du travail, faisant des employés des « rats de laboratoires » toujours plus précarisés.Dan Lyons connaît bien la Silicon Valley. Et pour cause, pendant des années, il a couvert assidument les sujets technologiques pour Newsweek et Forbes. Auteur de plusieurs fictions et d’essais, dont Disrupted : My misadventure in the startup bubble, paru en 2016, il a également participé à l’écriture de l’hilarante – et parfois cruelle – série Silicon Valley, produite par HBO, qui narre l’aventure d’un jeune entrepreneur de la tech.Avec Lab Rats, son dernier livre, le journaliste pousse plus loin sa réflexion sur l’univers des start-up et des entreprises du numérique, en particulier sur la façon dont ces sociétés ont refondé les notions de travail et de management. De la novlangue siliconienne – «  Nous ne sommes pas une équipe mais une famille »,ou le délicieux : « Vous n’êtes pas virés, vous êtes diplômés, c’est la fin de votre cursus » – aux méthodes de coaching plus surréalistes les unes que les autres, en passant par les sièges de grandes entreprises dites de la « vieille économie » qui tentent de s’inspirer du monde la tech, Dan Lyons révèle un monde où les travailleurs sont de plus en plus mis sous pression, désorientés, fragilisés et maltraités. Quitte à friser souvent le « nonsense », comme il le répète à loisir. L’absurdité la plus totale.

Usbek & Rica : Dans Disrupted, votre précédent livre, vous racontiez votre expérience délicate dans une start-up. Cette fois, qu’avez-vous cherché à dire avec votre nouveau livre ?

Dan Lyons : Disrupted était un livre assez drôle, assez personnel, où je racontais comment j’avais quitté le monde des médias pour tenter de travailler dans une start-up. Finalement, l’expérience s’est révélée être un exemple assez extrême de la culture start-up aux Etats-Unis. Cette aventure avait été très douloureuse pour moi et j’avais voulu en faire le récit. Cela m’a fait prendre conscience de ce en quoi consiste cette fameuse « nouvelle économie », de la façon dont elle fonctionne. Et j’ai réalisé que je pouvais sans doute écrire un livre plus « large » sur la façon dont le travail était en train de changer, et surtout pourquoi il était en train de changer. J’avais évoqué cette question dans Disrupted, mais cette fois je pouvais l’approfondir. Lab Rats raconte ainsi comment la Silicon Valley, au cours des vingt dernières années, nous a offert toute une série d’outils merveilleux pour faire des choses extraordinaires et, dans le même temps, a transformé le travail en profondeur, pour le pire, influençant des entreprises du monde entier.

« Les entreprises se sont orientées vers de nouvelles méthodes de management, déguisées en « sciences », qui confinent en général à de la magie vaudou »

Le première scène de votre livre est particulièrement croustillante. Vous y racontez votre rendez-vous avec une coach-thérapeute de la Silicon Valley qui intervient dans les entreprises et se sert des jeux de construction LEGO pour aider les employés à s’exprimer. Dans quelle mesure cette scène est emblématique de la façon dont les entreprises de la tech sont aujourd’hui dirigées ?

C’est une scène emblématique dans la mesure où il s’agit là d’un nonsense absolu : l’entreprise est devenue un lieu absurde, où des absurdités comme la thérapie Lego (Lego Serious Play ou LSP) sont légions. Les entreprises considèrent que le travail doit changer, doit être totalement repensé parce qu’Internet a tout bouleversé. Il y a cette idée que l’entreprise a besoin d’un nouveau type de travailleur, d’employé. Les entreprises se sont ainsi orientées vers de nouvelles méthodes de management, déguisées en « sciences », qui confinent en général à de la magie vaudou et sont totalement obscures. Les entreprises ne savent pas ce dont elles ont besoin et sont ouvertes à tout, et notamment à beaucoup de choses complètement stupides.

Des legos travailleurs
Des bonhommes Lego sur la page de présentation de la méthode Lego Serious Play

Vous expliquez dans votre nouveau livre que la Silicon Valley a instauré un « nouveau pacte » entre entreprises et employés. En quoi consiste ce pacte ?

Le premier élément de ce pacte, c’est l’affirmation qu’il n’existe plus aucune sécurité de l’emploi. Vous bossez pour nous aujourd’hui, mais demain nous pouvons vous virer sans raison, même si vous faites de l’excellent travail. La longévité dans une entreprise n’est plus de mise. Tous les 18 mois, il vous faudra changer de travail, et certainement pas par choix. Les travailleurs sont atomisés, hyper-individualisés. Dans beaucoup de cas, vous n’êtes même plus un « employé » mais un simple « contractuel », un « sous-traitant ». Dans le cadre de ce « nouveau pacte » introduit dans la Silicon Valley, les entreprises qui assurent aux États-Unis une couverture sociale à leurs travailleurs décident de ne plus le faire. En gros, elles disent : « Vous n’aurez rien de nous, pas de couverture sociale, pas de plan ni de contribution à votre retraite, pas de sécurité, nous ne sommes pas responsables de vous. Et dans le même temps, vous allez travailler plus, faire de plus longues journées et vous serez payés moins ».

Quelles sont les conséquences de ce « nouveau pacte » ? Vous évoquez notamment la « tristesse », la « dépression » et la « perte de sens » des employés…

Oui, c’est cela. Du stress, de l’anxiété, des troubles psychologiques, des dépressions, des suicides… Les statistiques montrent que ces phénomènes explosent dans les entreprises. Beaucoup de gens sont insatisfaits, malheureux dans leur travail et, surtout, ressentent une perte de contrôle sur tout ce qu’ils font et ce qui les entourent. Plus rien n’a de sens. Aux États-Unis, nous vivons depuis plusieurs décennies un mouvement profond de précarisation et de fragilisation des travailleurs, qui fait d’eux des sous-traitants et des travailleurs « à la demande », sur le modèle d’Uber.

« On ne pourra pas sortir du « trumpisme » en votant simplement pour les Démocrates aux prochaines élections : il faut absolument refonder le contrat social »

De mon point de vue, cette fragilisation et cette précarisation conduisent de nombreuses personnes à perdre leur repères et à faire des choix politiques radicaux, qu’il s’agisse de voter Trump ou de soutenir le Brexit dans le cas du Royaume-Uni. Je pense d’ailleurs écrire une nouvelle préface à mon ouvrage pour souligner qu’on ne pourra pas sortir du « trumpisme » en votant simplement pour les Démocrates aux prochaines élections : il faut absolument refonder le contrat social, et cela commence en premier lieu dans les entreprises.

Vous comparez les entreprises de la Silicon Valley à des « ateliers de misère » (« digital sweatshops »), n’est-ce pas un peu excessif ? Que voulez-vous dire exactement avec cette formule ?

Uber est une des entreprises les plus valorisées de la Silicon Valley, une de ses licornes emblématiques (les licornes sont des sociétés dont la valorisation dépasse le milliard de dollar, ndlr), un des fleurons de la région. Mais les conditions de travail chez Uber sont horribles, même pour les ingénieurs et programmeurs qui y travaillent. Ils sont littéralement écrasés, mis sous pression en permanence. Et Uber a plutôt tendance à s’en vanter. Quand vous regardez les chauffeurs Uber, il ne s’agit même plus d’un sweatshop, mais purement et simplement d’exploitation. C’est la même chose chez Amazon : son PDG est la personne le plus riche de la planète, mais les travailleurs des entrepôts Amazon vivent un enfer, leurs conditions de travail sont cauchemardesques. Ces entreprises exploitent les travailleurs et camouflent tout ça derrière un joli sourire et de belles déclarations invitant à rendre le monde meilleur pour tout le monde. De surcroît, dans la Silicon Valley les patrons pensent vraiment qu’ils sont de bonnes personnes, qu’ils ont des principes moraux, qu’ils sont bienveillants. C’est une nouveauté, et c’est déroutant.

Vous expliquez que la Silicon Valley a changé de culture au tournant des années 2000. Pourquoi précisément à cette date ? Que s’est-il passé à ce moment-là ?

En fait, cela a commencé au moment du crash de la bulle Internet. On a pu créer des entreprises, les introduire en bourse rapidement, puis revendre ses parts tout aussi rapidement et encaisser les profits. Tout cela sans que l’entreprise ne soit rentable ou ne crée même quoi que ce soit ! On s’est rendu compte qu’on pouvait devenir riche très très vite. Cela a attiré beaucoup de nouvelles personnes dans la Silicon Valley, intéressées par ces profits à court terme.

« La Silicon Valley est devenue un casino »

Avant, la Silicon Valley ce n’était pas sexy, c’était la place forte des ingénieurs. Avant, les capital-risqueurs de la Silicon Valley étaient surtout des gens qui avaient fondé des entreprises et qui investissaient leur argent dans de nouvelles aventures. Aujourd’hui, ce sont des gens qui viennent de Wall Street, qui sont complètement déconnectés des entreprises et de la technologie. La Silicon Valley est devenue un casino.

Iriez-vous jusqu’à dire que la Silicon Valley a corrompu la culture d’entreprise, aux Etats-Unis mais aussi dans le reste du monde ?

C’est peut-être un peu simpliste comme formule, mais c’est bien le propos de mon livre. Les entreprises en dehors de la Silicon Valley ont répliqué le modèle et les méthodes des firmes californiennes de la tech. Il y a eu une production intense d’ouvrages et de manuels conçus par des patrons et des consultants de la Silicon Valley, qui ont diffusé leurs visions dans les autres entreprises. On peut citer l’exemple de la méthode AGILE : à l’origine, c’était une façon de gérer la conception d’un logiciel, et c’est devenu une méthode globale pour gérer une entreprise. Ford, General Electric, IBM… Toutes ces entreprises se servent aujourd’hui de cette « méthode » de management. Elles copient toutes les manuels de la Silicon Valley.

Peut-on revenir quelques instants sur cette méthode AGILE ? En quoi est-elle selon vous problématique à l’échelle d’une entreprise ?

Ça a commencé comme une série de principes pour tenter de fabriquer des logiciels de manière plus efficace. La méthode a été ensuite convertie de façon à « gérer » une entreprise. Vous travaillez dans des petits groupes dénommés « scrums » – c’est un terme assez bizarre -, vous avez des réunions d’équipe tous les matins, vous travaillez sur des cycles de 6 semaines et sur des projets de petite taille. C’est supposé être une méthode de travail très collaborative et qui va très vite. C’est donc une façon de renoncer à l’idée de mener des projets à long terme. Il s’agit de fragmenter les tâches et le temps. Mais en réalité, AGILE n’existe même pas vraiment : il y a des milliers de versions différentes d’AGILE, toutes censées rendre le travail plus efficace. C’est devenu une tendance, un mot qui buzze. Mais il s’agit surtout d’un prétexte pour mettre toujours plus de pression sur les employés et se débarrasser des plus vieux travailleurs, pas assez souples pour s’inscrire dans ce système : « Nous revoyons notre culture d’entreprise et vos tests ne sont pas bons, vous ne faites pas partie de notre approche AGILE »…

Vous appelez à passer d’un monde « techno-centré » à un autre « centré sur l’humain ». Qu’entendez-vous par là ?

Je pense que les entreprises sont trop fascinées par la technologie et l’idée qu’elles peuvent remplacer des êtres humains par des machines, des robots ou de l’intelligence artificielle. Mais elles n’ont pas réussi à supprimer tous les humains et ces derniers se voient désormais écrasés par la technologie. Il faut retourner cette équation : la technologie ne doit plus être au centre des réflexions, c’est l’humain qui doit occuper cette place.

https://usbeketrica.com/article/entreprise-lieu-absurde?utm_source=Futur+%21&utm_campaign=0587eb0dd2-EMAIL_CAMPAIGN_2019_04_04_09_04&utm_medium=email&utm_term=0_a9d8dccd24-0587eb0dd2-43274503

EN BANDE SON :

3 réponses »

  1. Je pense malheureusement que la situation est bien pire que celle décrite dans cet article.

    Oui, les conditions de travail ont empirées et je pense qu’on ne doit plus être très loin de la condition de certains esclaves d’autres époques.

    MAIS

    D’abord 1/ il n’y a pas que les conditions de travail, il y aussi ce qu’on fabrique aussi
    A quoi rime exactement de bosser pour facebook ? fabriquer un réseau social qui ne sert quasiment qu’à accaparer de la ressource cognitive pour placer des publicités (du temps de cerveau disponible comme dirait l’autre), et qui utilises la science pour trouver tout ce qui permet de rendre l’usager accro. Idem avec des jeux comme fortnite et tant d’autres choses dont on se demande vraiment à quoi elle peuvent bien servir pour de vrai.
    D’après le résumé du libre « bullshit jobs » de David Graeber résumé par Michel Drac (https://www.youtube.com/watch?v=8cvPDiWkD6I) la moitié, LA MOITIE des jobs ne serviraient virtuellement à rien.

    2/ la famille aussi est détruite. On en a déjà parlé : par l’impôt qui oblige les femmes à travailler, par le contrat de mariage, mais aussi par l’usage qui est fait des impôts : à quoi bon faire des enfants pour qu’ils soient ensuite mis dans le moule étatique. On ne peut rien leur transmettre. A quoi bon travailler pour que les taxent soient utilisées à des politiques qui nous sont tellement nuisibles.

    3/ je sais que certains doutent mais, à quoi bon travailler pour cette méga-machine capitaliste qui est en train de brûler la planète : réchauffement, fin de la biodiversité. On est en train de tout consommer, de tout transformer en produit de consommation.

    J'aime

    • « méga-machine capitaliste ». De capitalisme qui reste une utopie au même titre que le communisme point, mais un mercantilisme moderne basé non plus sur la détention d’or comme au temps des conquistadors mais sur l’euro pour le Reich allemand et sur le dollar pour l’Empire us, deux monnaies qui auront permis à ces deux là de s’enrichir au détriment de tous les autres…Un troisième larron a pointé son nez et entend appliquer le pire des méthodes des deux autres c’est la Chine ! La Chinamerica comme j’aime à le dire, monstre du DR Frankenstein US et qui entend bien dépasser son maître américain!

      J'aime

  2. Dans le même sens que ‘yoananda’, les gouvernements sensés s’occuper d’humains, les oublient et s’accrochent au nationalisme des multinationales (qui ne connaissent que les actionnaires) pour une compétition économique entre pays, et leurs déroulent des tapis rouges pour quelques milliers d’emplois d’esclaves, et ferment les yeux sur leurs évasions fiscales.

    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/

    Les états sont à genoux devant l’argent, ils obéissent à quelques milliers de milliardaires, et nous font croire qu’on vote pour une Europe démocratique…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s