Douce France

Le Grand Remplacement : Le triste destin du « droitard gauchiste » Par Anne Sophie Chazaud

Le triste destin du droitard gauchiste.

Cela fait plusieurs années que je réfléchis non sans ironie au triste destin de celui que j’avais alors appelé le « droitard gauchiste ».

Le déroulement de la vie politique française ne semble pas me donner tort (même si j’assume quand même une marge d’erreur dans le chiffre du fiasco de dimanche : nous avions senti un tassement de Bellamy, pas un tel crash).

Il me semble utile de revenir sur quelques points pour mieux comprendre cette situation.

Tout d’abord, je rappelle que les lois liberticides et de répression du mouvement des Gilets Jaunes, notamment la loi inique visant à restreindre de manière arbitraire le droit de manifester, est un projet émanant de cette droite-là qui trouvait même que l’exécutif n’en avait pas fait assez, indifférente au peuple et préférant toujours un ordre injuste à un désordre qui fondamentalement l’effraie. Il n’est donc en effet pas exagéré de dire que le vote de dimanche, à l’exception du corps électoral solide et renforcé du RN, a voté en réaction au mouvement de révolte populaire. Le bourrage de crâne phobophique du parti au pouvoir, la propagande, les fake news, les coups montés, les incendies et opérations chelous etc, tout cela n’aura pas dérangé le droitard qui tient surtout à préserver ses mocassins à glands sans se poser trop de questions.

Par ailleurs, on semble surpris que les cathos aient en grande majorité replié leurs voix sur la Macronie. Comment s’étonner lorsqu’on voit la propagande mondialiste, résolument pro-migrants, hostile aux frontières, suicidaire, à laquelle se livre jour après jour le Pape François? Car là aussi, le bourrage de crâne est massif, et le propre des ouailles, c’est d’être manipulables et disciplinées. Le temps n’est plus ni aux bâtisseurs de cathédrales ni aux Templiers. Eh puis, vous n’aurez pas ma haine, tendre l’autre joue, toussa…

Dans tous les cas, le droitard gauchiste n’aime rien tant que battre sa coulpe, se repentir, se faire fustiger pour les maigres vestiges de son conservatisme rance. Il redoute par dessus tout l’idée de passer pour un réac, pour un facho. On le jurerait, sur ce point, tout droit sorti du PS. Il voudrait tellement qu’on l’aime, qu’on le trouve trop cool et sympa et branché. Il se caractérise par une absence totale d’ambition et d’ossature intellectuelle. Il a intériorisé toutes les armes du combat culturel mené contre la France par le gauchisme culturel, et comme en plus il est catho, il se met à genoux promptement et demande pardon. Séquence BDSM.

Bref, à quelques détails vestimentaires près, les bobos de droite comme de gauche savent où sont leurs intérêts et ils l’ont bien montré. Leurs intérêts ne seront jamais ceux de l’intérêt général, du peuple non plus que de la France.

Je trouve cela très bien que le paysage se décante.

Jadot est le rabatteur macronien de gauche. Larcher et sa bande de lamantins sont les rabatteurs macroniens de droite.

Le paysage au moins est clair et dégagé.

 Anne Sophie CHAZAUD

La droite décidément la plus bête du monde…

Les réactions qui s’enchaînent à droite depuis sa déconvenue de dimanche ne font que confirmer qu’elle est décidément bien la plus bête du monde.

En déconsidérant son candidat et ses choix idéologiques, qu’il a pourtant portés avec talent et conviction, en brûlant aujourd’hui ce qu’elle semblait adorer hier à l’image du veule Geoffroy Didier critiquant subitement son candidat de la veille, elle fait une nouvelle fois la preuve de sa pusillanimité et de son absence profonde de convictions.

«La droite doit abandonner son conservatisme sociétal», déclare-t-il ainsi dans un grand élan stupide et de courte vue.

Croire que son salut consisterait à se gauchiser sur le plan sociétal est d’une bêtise sans nom : cela existe déjà, ça s’appelle le macronisme (économiquement plutôt de droite, idéologiquement gauchiste car caffi d’anciens socialistes). Je ne vois pas de raisons pour quoi ceux des Français qui se reconnaissent dans ce bloc élitaire-là et dans ce projet so cool qui est tout de même au pouvoir bien que profondément contesté par le peuple, se détourneraient soudain de Macron pour aller voter subitement pour des tocards opportunistes qui changent de convictions comme de chemise.

Si nous n’avions certes pas anticipé l’ampleur du resserrement frileux du bloc élitaire dimanche autour de son actuel leader qui a toutefois perdu et plafonné malgré le déploiement des moyens de l’État pour mener propagande, il serait tout à fait inexact de prétendre que Bellamy a raté sa campagne au motif qu’il a perdu dans les urnes : celle-ci était riche et réussie quand bien même les résultats ont été infructueux et que l’on partage ou non ses opinions.

La droite est en vérité placée devant les mêmes questions fondamentales que la gauche qui a implosé faute de n’avoir su y répondre intelligemment : faire enfin des choix idéologiques clairs, assumés, et surtout se déterminer clairement par rapport à la question des frontières.

Cette droite a trahi depuis longtemps le gaullisme dont elle était issue. Elle a notamment abdiqué la question de la souveraineté. Elle s’est par ailleurs vidée de toute forme d’intelligence et de projet culturel conservateur au lieu d’en assumer le réarmement théorique, prête plutôt à toutes les compromissions pour tenter d’exister en tant que système partisan et préserver quelques prébendes.

Elle le paie aujourd’hui, tout comme la gauche paie le fait d’avoir trahi le peuple en se boboïsant stupidement.

Plus que jamais, le défi à venir pour cette partie de l’échiquier nous apparaît comme de nature profondément culturelle et identitaire et l’on imagine mal quelques yoyos opportunistes en capacité de le conduire, d’autant que le macronisme fait déjà le job sans s’embarrasser d’intellect.

 Anne Sophie CHAZAUD

28 réponses »

  1. Comment peut on écrire droitard gauchiste sans comprendre que droite et gauche n’ont plus réellement de sens dans la réalité, ce sont des cartes qui n’ont plus de territoires.
    Il n’y a que la lutte des classes, et il n’y a rien d ‘autre sous le soleil, si on veut rester dans l’idéologie, en revanche sur le plan des valeurs, il reste encore le christianisme qui vole au dessus de ces concepts politiques foireux.

    J'aime

    • le christianisme débarrassé de ses mythes, c’est le marxisme. Pas étonnant votre réductionnisme à la lutte des classes.
      Et bien non, si la lutte des classes existe bel et bien, elle n’est pas le seul moteur de l’histoire.
      Du moins, tant qu’il existera des gens qui ne croient pas à ces sornettes de bénitier : et j’en fais partie.
      le christianisme, religion sémitique de fond en comble, est dépassé. Dieu est mort; la science à tué son église, il n’a pas été foutu de faire un seul miracle pour la sauver. 2000 ans d’attente pour la parousie, ça fait un peu beaucoup.
      Les français croient dans le Dieu sémite de moins en moins et c’est une très bonne chose. Certains sont en train de re-découvrir la spiritualité, la vraie, débarrassé du carcan clérical qui ne visait en définitive qu’à instaurer un contrôle des peuples.
      Chesteron parlait des vertus chrétiennes devenues folles.
      Non. Il s’agissait des vertus européennes devenues chrétiennes.

      J'aime

      • le marxisme prolonge la rhétorique collectiviste des premiers cathos, le libéralisme prolonge la version protestante. A elles deux elles forment l’ossature de ce qu’il est est convenu d’appeler le progressisme, nouveau messianisme des temps modernes ! Progressisme qui a connu 2 versions le communisme et les néolibéralisme. pour l’heure seule la version néolibérale semble posséder quelques capacités de résilience et de résistance !

        Aimé par 1 personne

  2. pas besoin de chercher loin les raisons du résultats des élections : la propagande à outrance que nous devons subir depuis longtemps mais ces dernières semaines ont été mémorables. je vous joins ce lien : https://lesakerfrancophone.fr/jamais-les-gens-ne-se-rebelleront-tant-que-leur-conditionnement-sexercera-aussi-efficacement .
    pour parler des cathos, ils ne suivent pas le vrai message de Dieu que Jésus nous a enseigné : nous méfiez des faux-messies. le pape françois n’a pas à avoir un discours politique, ce n’est pas son rôle. il travaille pour le système alors qu’il devrait être en dehors. f.berkelm@être chrétien c’est être radical. lisez « anarchisme et christianisme » de jacques ellul et vous comprendrez

    J'aime

    • être radical c’est ce que disent aussi certains musulmans qui proposent une lecture radicale du coran ! qui est bien sur selon eux la seule qui vaille ! Pas un monothéisme pour relever l’autre ! tous bidons et dangereux pour la santé mentale ! allez vendre votre came pour écervelé ailleurs !

      J'aime

      • Le plus beau dans le christianisme, en plus d’être infalsifiable comme toutes les religions, c’est le coté maso du dogme : plus on les contredit, plus on les critiques, plus ils se sentent persécutés, plus ça les confirme dans leur foi qu’ils seront ressuscité parmi les « doux, les gentils et les pauvres en esprit » et que justice leur sera rendue par Jésus au jour du jugement dernier.
        C’est pour ça que je qualifie cette religion de religion looser qui confonds paix et lâcheté.

        J'aime

    • Le pape il a bon dos, ce n’est pas lui qui vote qui Macron, ce sont les cathos qui ont voté Macron, donc contre le peuple.
      Pourquoi donc les cathos seraient ils plus sensible a la propagande que le reste du pays ? faudrait peut-être se poser une ou 2 petites questions sur « sa » religion (toujours meilleure que celle des autres n’est-ce pas …)
      Le christianisme a TOUJOURS eu un discours politique.

      J'aime

  3. Par un spécialiste du management, édité chez un autre spécialiste du management.
    Histoire de se dépoussiérer un peu.

    J'aime

  4. J’ai cette citation de de Gaulle qui me revient sans cesse en tête depuis des années ;  » Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. »
    Ordures !

    J'aime

  5. « Cette droite a trahi depuis longtemps gaullisme dont elle est issue »
    Non, cette droite n’est pas issue du gaullisme mais du giscardisme ,qui lui a trahi le Général en 1969

    J'aime

  6. tout ceci, mis à part le fait que les religions chrétiennes sont les seules à prôner le pardon et non ;le talion, mais ça ce sont les écritures, les faits c’est autre chose. Ne pas confondre les textes de bonnes intentions et ce qu’en ont fait les myriades de prêtres dégénérés . . . quant au marxisme il est matérialiste extrémiste donc rien à voir.

    J'aime

    • « tout ceci, mis à part le fait que les religions chrétiennes sont les seules à prôner le pardon et non ;le talion, mais ça ce sont les écritures, les faits c’est autre chose. »

      ceci prend tout son sens quand on sait que la 1ere puissance du monde les Etats Unis est dirigée par une bande d’évangelistes créationistes uni à des juifs sionistes. Les fous de dieu sont partout.

      J'aime

        • ne parlez pas de malheur nous avons déjà bien du mal avec les lèpres catholiques, islamiques et marxistes. Mais compte tenu que nous sommes vassal des us tout ceci ne doit pas nous rassurer avec des Pompeo et des mike pence dans les parages ! Bannon milite pour une guerre de religions !

          Aimé par 1 personne

  7. En fait on est la …un coté Marx Brothers ..un discours ..des rites et du jambon des chrétiens et des muzz etc….
    La république c’est les frites …
    Dans le rien du tout
    Vous pouvez vous accrocher a vos bréviaires les cathos bénitier seul le paganisme sera en mesure de faire face a la déferlante muzz
    amen

    Vive les frites vive la France!

    J'aime

    • Non! Seulement les chrétiens sauront amener les « muz » comme vous dites, à aimer ce pays et à créer un nouveau peuple mixte chrétien.
      Dans les siècles qui viennent, le monde redeviendra spirituel pour le bien de tout le monde, y compris les barbares, qu’il faudra bien sauver d’eux-même.

      J'aime

      • même prosélytisme délirant, même obscurantisme fascisant vous êtes fait en effet fait pour vous entendre avec vos frères musulmans ! Le barbare n’étant pas celui que l’on croit !

        J'aime

      • spirituel est antonyme de chrétien. Ce dévoiement des mots par les chrétiens est pénible. Quand ils parlent de « Dieu », ils oublient de dire « le Dieu des juifs » … qui n’a rien à voir avec Dieu.

        chrétien est synonyme de musulman. C’est déjà un même peuple (ce qui n’empêche qu’ils se foutent sur la gueule comme les cathos et les protestants).

        J'aime

Répondre à yoananda Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s