Afrique

Afrique du Sud : viols et crimes dans l’indifférence internationale

Sous prétexte que les fermiers blancs ont été partie prenante de l’apartheid jusqu’en 1994 les crimes commis contre eux semblent être, pour l’opinion internationale, des crimes mineurs et non dignes d’intérêt. La terre étant aujourd’hui le principal enjeu du panorama politique sud-africain, on saccage les fermes et on tue et viole leurs occupants blancs dans l’indifférence générale du reste du monde, qui pense probablement que la couleur de peau des victimes n’est pas digne d’intérêt.

La dernière victime en date de ces attaques qui restent, la plupart du temps, impunies à cause de l’état de décomposition de la police sud-africaine, est Anette Keanally, 51 ans, tuée la semaine dernière à coups de marteau dans sa ferme du Limpopo, fief de Julius Malema, l’extrémiste qui avait déclaré il y a un temps “ Un fermier, une balle…”

Dans le sud du pays, la Western Province, la région du Cap, qui avait été jusqu’ici plus ou moins préservée de cette violence, quatre fermes ont été attaquées il y a quelques jours. Dans l’une d’elles, Dolla Engelbrecht, 72 ans, a été violée, tandis qu’un peu plus loin un fermier a été abattu, alors qu’il emmenait sa fille de 17 ans à l’école.

Devant cet état de choses, la communauté Afrikaner se structure pour faire connaître ce que beaucoup appellent aujourd’hui “un apartheid à l’envers”, promouvoir sa culture et lutter pour les droits souvent bafoués de ses membres. C’est ainsi que fut fondée il y a quelques années AfriForum, une organisation qui milite non seulement pour ces droits, mais qui intervient aussi légalement à chaque fois que des scandales liés à la corruption éclatent dans ce pays. Parmi ses membres, le célèbre procureur Gerrie Nel, qui avait représenté le ministère public dans la non moins célèbre affaire Oscar Pistorius, accusé d’avoir tué sa petite amie il y a quelques années. Nel a ensuite quitté ses fonctions de procureur pour se mettre au service d’AfriForum.

Il resterait aujourd’hui, sur l’ensemble du pays, 42.000 familles fermières contre 60.000 il y a quinze ans. Beaucoup de ces familles ont émigré en Australie devant la détérioration constante de la sécurité dans les fermes. Ils recréent là-bas, dans les grands espaces australiens, la même passion fermière qui a fait le succès de l’agriculture sud-africaine (et zimbabwéenne avant Mugabe). Pour ceux qui restent, il s’agira de lutter pied à pied contre le projet d’expropriation que mettra en œuvre le nouveau gouvernement sud-africain.

Leur but, et celui d’Afriforum : lutter contre cette idée préconçue selon laquelle 80 % des terres leur appartient. La communauté fermière soutient que seulement 50 % de ces terres sont exploités par elle. Les 50 % des terres restants appartiennent, selon eux, en petite partie à des fermiers noirs, mais surtout au gouvernement sud-africain qui devrait les libérer pour que les fermiers noirs les mettent en valeur, comme l’ont fait les fermiers blancs depuis leur arrivée sur cette terre, il y a plusieurs centaines d’années…

Il y a trois ans, eut lieu une première tentative de distribution de fermes volontairement abandonnées par leurs propriétaires, qui furent redécoupées et données à des propriétaires noirs. La grande majorité de ces bénéficiaires s’empressa de les revendre pour empocher le fruit de la vente…

Les attaques de ferme et les meurtres jusqu’à cette année. La propagation et les données des attaques et des meurtres commencent à se propager de manière égale  dans toute l’Afrique du Sud et pas seulement dans certaines parties.

13 réponses »

    • Ce qui tendrait à prouver si besoin était que le critère de race n’est pas un critère surdéterminant quant à la manière de réagir et sur réagir à son environnement social et sociétal et à renchérir l’idée que le fait d’être en position majoritaire ou minoritaire en fonction de critères discriminants à un temps donné et dans une société x renforcerait grandement sa propension à l’agressivité.

      J'aime

      • L’un n’empêche pas l’autre. Pour trancher il faudrait des statistiques et déterminer des corrélations et éliminer les facteurs de confusion.
        Rien n’interdit qu’on ai plusieurs facteurs à l’oeuvre : un facteur d’agressivité raciale, et un facteur d’agressivité inter-groupe (peu importe la race) en fonction de la position du groupe dans la société (majoritaire/minoritaire – dominant/dominé).
        Et puis il faudrait voir ensuite comment ça réagit quand l’un des facteur s’inverse.

        Je n’ai pas souvenir de telles études.

        Tout ce qu’on sait pour l’instant, c’est que les noirs sont en moyenne plus agressifs que les blancs (c’est corrélé avec leur qi plus faible, leur adolescence plus précoce, leur testostérone plus forte et plein d’autres trucs).

        J’ai de vagues souvenirs sur des études inter-groupe mais il faudrait que j’aille creuser pour me rafraîchir la mémoire.

        J'aime

        • Oui ce qui signifierait qu’inter-corrélation oblige et quelque soit le facteur réellement signifiant en termes de surdétermination d’appartenance identitaire, et c’est là ou je voulais en venir, le multiculturalisme serait une complète vue de l’esprit débouchant dans la pratique soit sur un apartheid caché comme dans l’ensemble des sociétés occidentales soit sur un aparteid revendiqué y compris par des majorités autrefois dominées comme c’est le cas en Afrique du Sud. Reste à savoir quand mème à partir de quel QI le concept de race ne devient plus réellement structurant dans la construction de l’individu, question légitime bien sur si comme moi on ne croit pas beaucoup au déterminisme génétique.

          J'aime

          • Je pense, (mais c’est juste une intuition, je n’ai pas lu d’étude sur la question) que plus le QI de l’individu est haut, moins la race participe à son identité personnelle.
            Le QI n’explique pas tout. Les fonctions executives sont très importantes aussi. De même la « social effectiveness » (qui serait LE facteur g des big five), et le courage, sont semble-t-il des facteurs importants à la fois pour le groupe et pour l’individu. Mais tout ça est probablement déterminé génétiquement (pas d’études à ma connaissances encore).
            Dans tous les cas, le multiculturalisme a des effets négatifs, c’est la grande découverte de Robert Putnam. A petite dose il peut avoir des effets positifs bien entendu.
            Les gens préfèrent vivre avec de gens qui leur ressemblent. Même les « gauchistes » et auto-racistes puisqu’ils ne supportent pas de vivre avec des droitard ou des non-cosmopolites.
            Le multiculturalisme est peut-être possible. De ce que j’en sais il semble que ça ai relativement fonctionné ici ou la (le Liban par exemple), au moins temporairement. Yuval Harari pense que c’est un passage obligé des empires. Mais, je pense qu’en France, en occident, le projet « diversitaire » n’est pas que du multiculturalisme, c’est plus que ça, c’est du mélangisme, c’est la fabrication d’homme sans culture, fondus dans la « culture globale », la racaille est acceptée du moment qu’elle va au mcdo comme tout le monde.
            Ce sont des sujets complexe. L’identité « sociale » au sein d’un individu est souvent multiple et fractale :
            on appartient à sa famille, sa ville, son pays, et en plus sa religion éventuellement, sa race, son entreprise, son groupe de ma cramé, sa ligue de foot, etc…

            J'aime

            • L’intuition c’est ce qui reste quand on a tout oublié et c’est forcement ce qui va vous différencier au sein de la masse, un peu comme les notes mineurs en musique permettent au travers de la dissonance de s’extraire de l’harmonie de façade.A tel point que saviez vous que dans un passé pas si lointain l’Église catholique avait fait interdire la composition d’œuvres musicales en mineurs prétextant qu’elle y voyait là l’œuvre du diable et ses tentatives pour rompre la marche vers l’harmonie et la félicité éternelle.
              Ceci étant posé je pose comme hypothèse philosophique et religieuse que compte tenu que nous venons tous du même chaudron les eugénistes de droite comme de gauche qui pose la race comme élément déterminant de l’humain alors que je la pose comme une résultante et un facteur d’adaptation environnemental, tendent à vouloir imposer un racisme d’état : les suprématistes de droite en prônant une hiérarchisation des races d’origine génétique impliquant du même coup une protection et une sauvegarde d’une race pure et parfaite aboutissement d’un continuum évolutionniste, les socialistes constructivistes privilégiant quant à eux ce que vous nommez ici mélangisme et que je nommerais métissage et ceci dans l’objectif de création d’un homme nouveau, sans race, mais dont le prolongement scientifique serait le Trans humanisme. Dans tous les cas il y a négation de l’individu au profit du groupe, de la communauté et de l’oligarchie d’état. Il s’agit bien évidement à mon sens d’une régression puisque l’occident s’est construit via le protestantisme et son prolongement le capitalisme sur l’individualisation ayant permis une libéralisation énergétique et de créativité tout azimut. Pour faire court les déterminismes génétiques, la famille et la communauté d’origine c’est ce qui est donné à l’individu à sa naissance il lui faut souvent plus d’une vie pour s’en extraire et faire ses choix d’appartenance et exercer ainsi son libre arbitre. C’est cette possibilité pour l’individu de faire acte de préférence y compris sur le plan sexuel qui doit à tout prix être protégée. La liberté ce n’est pas de se voir imposer ses chaines c’est de pouvoir se les choisir. Le multiculturalisme n’étant qu’un moyen habile pour l’état d’exercer un contrôle des individus via le joug des communautarismes religieux ou non, et valoriser ainsi un fonctionnement tribal des individus au détriment de leur autodétermination mais au profit du diviser pour mieux régner comme en Afrique naguère !

              J'aime

              • Je suis de tendance naturaliste. Ça ne veut pas dire que la culture n’a pas d’influence, mais, que la « nature » (notre biologie) nous pousse dans certaines directions.
                Ca ne veut pas dire non plus que la nature se résume à 1 ou 2 facteur figé tel que le QI ou la beauté. (c’est « organique », donc complexe, chaotique, imprévisible, mouvant)
                Quelle est la part du choix individuel dedans ? je ne sais pas. Ça ne change pas grand chose dans la pratique, nous avons des choix à faire, des problèmes à résoudre, des dilemmes à trancher.

                La dichotomie individu/groupe est justement l’un d’eux, et je vous rejoint : l’extrême gauche et l’extrême droite mettent le groupe (l’état multiculti ou l’état raciste) au dessus de l’individu, au point de le nier.

                Par contre, je suis plus critique sur le libéralisme qui à l’inverse à trop nié le groupe, à mon sens. Car l’homme est un animal social. Ce n’est qu’à coup de clic, de pilule et de supermarché qu’on lui donne l’illusion qu’il se débrouille tout seul. Et d’ailleurs, dans la pratique, l’individu dans une société libérale n’a pas beaucoup d’autre choix que de produire (il a le choix sur ce qu’il va produire et la manière de le faire, mais toujours dans un soucis d’efficacité).
                On aboutit à la négation du spirituel et de la nature.
                Le libéralisme, le racisme, le socialisme conduisent tous à des dystopies (et sont tous issus de la pensée du désert judéo-islamo-chrétienne selon moi).

                Le racisme d’état, ou le socialisme d’état ne sont pas mieux, car, c’est ma thèse, la race blanche est justement plus individualisée que les autres. C’est pour ça que le libéralisme a pu avoir autant de succès chez nous.

                Mais nous avons perdu le lien social local, la famille, le clan et les solidarités qui vont avec. Tout est intermédié par l’état, le marché et les statistiques, et c’est une catastrophe (qui va nous obliger a revenir au mode païen du clan et de la tribu – je pense – référence aux cycles que vous évoquiez précédemment).

                J'aime

                • Le libéralisme auquel vous vous référez c’est avant tout le libéralisme économique des lumières issu du protestantisme donc très en phase avec l’initiative et la liberté d’entreprendre économique mais très conservateur d’un point de de mœurs pour ne pas dire puritain. Nous en sommes toujours là y compris aux Etats-Unis. Il faut y voir là une étape vers la libéralisation de l’homme des dogmes judéo-chrétiens et plus particulièrement des dogmes catholiques vers ce que Nietzsche appelle la volonté de puissance de l’homme révélé dans toutes ses potentialités. Cette volonté de puissance qui se passe des gadgets électronique du Trans humanisme puisqu’elle décuple la force du désir par sa mise en mouvement et sa libération exponentielle. Tout ceci est à mettre bien sur en perspective avec le shamanisme, le tantrisme et autres pratiques qualifiés souvent à tord d’occulte et que l’essor du paganisme mème à petite échelle devrait permettre de mettre en lumière.

                  J'aime

                  • D’accord.

                    En effet, ce que j’appelle « la voie initiatique » nous libère des dogmes et même plus, cependant, à notre époque de sur-information, les pièges sont nombreux dans ce domaine. Le shamanisme et le tantrisme que vous citez ont été récupérés et « monétisés » par le newage, le nouillage, qui est un syncrétisme christiano-ufolo-bouddhisto-capitaliste. Il faut une grosse dose d’honnêteté et de courage pour ne pas se perdre.

                    Pour avoir franchi quelques palliés moi même, je témoigne qu’il est possible en effet de se « libérer » (pas seulement des dogmes mais d’une certaine emprise de la matière) et aussi peut-être de développer certaines « capacités ».

                    Je tique en revanche sur l’emploi du mot « exponentiel ». Vu la difficulté de la tâche et les pièges à surmonter, je crois qu’on est plutôt sur un phénomène linéaire. Mais bon, je n’en sais rien dans le fond, c’est peut-être un reflet de mes limitations personnelles qui me fait dire ça. De l’autre coté, c’est vrai qu’il se peut qu’il y ait un noyau de vrais adeptes qui se forme et qui avance vers la « sur-humanité » et les progrès individuels de chaque membre aide ce groupe. Et si c’est le cas, on aurait une exponentielle.

                    D’après moi, c’est d’ailleurs le seul espoir qui reste pour les blancs et l’occident.
                    Je l’ai écrit sur d’autres blogs, nous devons retrouver le mandat « divin » (pas au sens judéo-islamo-chrétien bien sûr). Et pour ça, faut faire un GROS travail de purification / élévation (morale, intellectuelle, physique, occulte, sexuel).

                    En tout cas, c’est à ça que je me dévoue.

                    J'aime

                    •  » De l’autre coté, c’est vrai qu’il se peut qu’il y ait un noyau de vrais adeptes qui se forme et qui avance vers la « sur-humanité » et les progrès individuels de chaque membre aide ce groupe. Et si c’est le cas, on aurait une exponentielle. D’après moi, c’est d’ailleurs le seul espoir qui reste pour les blancs et l’occident.
                      Je l’ai écrit sur d’autres blogs, nous devons retrouver le mandat « divin » (pas au sens judéo-islamo-chrétien bien sûr). Et pour ça, faut faire un GROS travail de purification / élévation (morale, intellectuelle, physique, occulte, sexuel). »

                      Bienvenu au fight club :

                      Se forger un esprit d’acier dans un corps léger comme la plume et solide comme comme le plomb tout en suivant le code éthique en or du Samouraï !

                      J'aime

  1. @The Wolf

    « L’intuition c’est ce qui reste quand on a tout oublié et c’est forcement ce qui va vous différencier au sein de la masse, un peu comme les notes mineurs en musique permettent au travers de la dissonance de s’extraire de l’harmonie de façade. »

    -? n’étant pas musicien pouvais vous éclairer ma lanterne quant aux notes mineures…d’instinct je dirais il me semble qu’il y la quelque chose a creuser..

    -« .Ceci étant posé je pose comme hypothèse philosophique et religieuse que compte tenu que nous venons tous du même chaudron…. »

    Je reprends la phrase de Cocteau « Je ne crois pas en l’Histoire mais en la Mythologie  »
    la Mythologie décrit une autre conception de l’histoire de l’origine de l’homme …pas le même chaudron …!!!
    ….

    J’y reviendrais ..bien sur ..a argumenter ..preuves je ne sais pas mais disons documents..!
    .

    J'aime

    • « n’étant pas musicien pouvais vous éclairer ma lanterne quant aux notes mineures…d’instinct je dirais il me semble qu’il y la quelque chose a creuser… »

      Saviez vous que dans un passé pas si lointain l’Église catholique avait fait interdire la composition d’œuvres musicales en mineur (Tonalité) prétextant qu’elle y voyait là l’œuvre du diable et ses tentatives pour rompre la marche vers l’harmonie et la félicité éternelle.
      Il y a 50 ans on brulait aux Etats Unis des disques de rock and roll et des Beatles pour des raisons somme toutes similaires, et cette fois le tir provenait des ligues de vertu et des évangélistes protestants.

      J'aime

    • « Je reprends la phrase de Cocteau « Je ne crois pas en l’Histoire mais en la Mythologie »
      la Mythologie décrit une autre conception de l’histoire de l’origine de l’homme …pas le même chaudron …!!! »

      Le grand chaudron quantique , le maelstrom bouillonnant n’exclu pas qu’ils puissent y avoir d’autre races humanoïdes, certains en ont même fait des théories que d’autres ont qualifié de complotisme :

      http://www.lepouvoirmondial.com/archives/category/les-illuminati/index-167.html/

      « La distinction entre science et magie est récente ; elle repose sur un malentendu. Au fil des âges, l’homme a perdu l’usage de son cerveau droit, le « côté gauche » des naguals. L’aspect magique de la réalité s’est occulté à mesure que se renforçait le diktat du « côté droit », qui devient avec Descartes un excès rationaliste. Seul Nietzsche a dénoncé l’impasse où s ‘engageait l’occident. Sa vision de la Grèce antique écartelée entre Nemesis et Hubris, Règle et Ivresse, Apollinien et Dyonisiaque, ouvre les têtes et les coeurs. »

      Les Stranglers groupe de post punk des années 70-80 avaient relayés avec succès un moment donné au travers de leur musique la théorie des men in black qui reste toujours très en vogue aux US

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Hommes_en_noir

      J'aime

Répondre à yoananda Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s