Art de la guerre monétaire et économique

Greta la Science Par Michel Onfray

Greta la Science

François de Rugy s’étant fait rattraper cet été par des homards devenus fous, peut-être parce qu’ils étaient imbibés d’Yquem, a quitté son poste de ministre de l’écologie. J’aurais aimé qu’il soit remplacé par Greta Thunberg qui, végane, n’aurait jamais pu causer la mort de ces pauvres crustacés géants! Végane et probablement buveuse d’eau, elle ne sort jamais sans sa gourde rouge écoresponsable – comme jadis le commandant Cousteau avec son bonnet ou aujourd’hui Christophe Barbier qui arbore son écharpe rouge, même en temps de canicule – pardon: en temps d’épisode caniculaire. La jeune fille qui ne sourit jamais, comme Buster Keaton à qui elle ressemble tant, ne pourrait donc pas non plus vider la cave du contribuable. Ce serait une garantie de moralisation de la vie politique. Après quinze défections depuis le début de son court règne, dont celles de onze ministres, Manu, tu devrais y songer…

Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion – ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie. Elle fait songer à ces poupées en silicone qui annoncent la fin de l’humain et l’avènement du posthumain. Elle a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire: son enveloppe est neutre. Elle est hélas ce vers quoi l’Homme va.

Les journalistes nous font savoir avec moult précaution, presque en s’excusant, qu’elle est autiste – il faut le dire, sans le dire, tout en le disant quand même. Dont acte. Je laisse cette information de côté. L’usage métaphorique de ce mot est interdit par la bienpensance, mais on découvre également qu’il l’est aussi dans son sens premier. Donc on le dit, mais on n’a rien dit.

Quelle âme habite ce corps sans chair? On a du mal à savoir… Elle sèche l’école tous les vendredis en offrant l’holocauste de ce qu’elle pourrait apprendre à l’école pour sauver la planète. Est-ce que ce sera suffisant? Vu la modestie de l’offrande, je crains que non…

Trop contents de ce magnifique prétexte pour ne pas aller au collège, un troupeau de moutons de cette génération qui se croit libre en bêlant le catéchisme que les adultes leur inculque, propose de suivre son exemple et offre en sacrifice expiatoire la culture qu’elle n’a pas, mais qu’elle pourrait avoir – si d’aventure elle allait à l’école, encore que, si c’est pour y apprendre les billevesées gretasques…

La cyborg suédoise a même annoncé qu’elle prévoyait de prendre une année sabbatique pour sauver la planète! En effet, pourquoi apprendre des choses à l’école quand on sait déjà tout sur tout? La preuve, plume à la main, le soir dans son lit, elle lit avec passion les volumineux dossiers du GIEC dont elle débite les chiffres, donc la science, avec une voix de lame de fer  – jadis, c’était Rimbaud ou Verlaine qu’on citait quand on n’avait pas dix-sept ans…

Quelle intelligence est celle de ce cyborg? On ne sait… Ce qu’elle lit, à défaut de le dire librement, n’est pas écrit par une jeune fille de son âge. La plume sent trop le techno. Sa voix porte le texte d’autres qui n’apparaissent pas. Qu’est-donc d’autre qu’un cyborg, si ce n’est le sujet d’acteurs invisibles? Cette intelligence est vraiment artificielle, au sens étymologique: c’est un artifice, autrement dit, un produit manufacturé. Toute la question est de avoir par qui. Or, la réponse est simple, il suffit de se poser une autre question: à qui profite ce crime? La réponse se trouve probablement dans l’un des dossiers du GIEC – la bible de cette pensée siliconée.

Que dit ce corps qui est un anticorps, cette chair qui n’a pas de matière, cette âme qui fait la grève de l’école, cette intelligence ventriloquée? Ce que les adultes de la bienpensance progressiste débitent depuis des décennies.

Notre époque voit arriver au devant de la scène des enfants rois. J’ai dit ailleurs que la maladie avait gagné le palais de l’Elysée. Ce règne des enfants rois est celui de l’intolérance à la frustration et du mépris des adultes , alors que ces êtres en cours de fabrication se contentent de débiter des discours d’adultes – du moins, de certains adultes, ceux de l’avant-garde éclairée  de la métamorphose la plus récente du capitalisme: l’écologisme. Ce cyborg parle en faveur d’une révolution initiée par le capitalisme vert.

Certes, comme toujours, les véritables motifs – d’incommensurables profits…- ne sauraient être avoués tels quels. Il faut un excipient moral à cette révolution permettant d’entretenir le culte du Veau d’Or. Et quoi de mieux que le projet de sauver une planète en danger de mort?

Cette jeune fille de seize ans qui prévoit de ne plus aller à l’école, puisqu’elle parle au nom de la Science, ignore qu’un philosophe qui s’appelle Hans Jonas a rédigé il y a bien longtemps le logiciel avec lequel fonctionne son intelligence artificielle.

Dans Le Principe responsabilité (1979), Jonas fait avoir qu’en matière de survie de la planète, il s’agit d’en finir avec la raison des Lumières qui n’a rien produit, sinon des catastrophes, et qu’il faut désormais opter pour « une heuristique de la peur ». Autrement dit: il faut dramatiser, inquiéter, amplifier, exagérer, faire peur, c’est-à-dire tout le contraire de penser, examiner, réfléchir, débattre. On ne pense plus, on récite; on n’examine plus, on assène; on ne réfléchit plus, on psalmodie; on ne débat plus, on insulte, on excommunie, on anathèmise. On ventile…

Ce cyborg post-capitaliste parle en effet au nom de LA science.  Mais, du haut de ses seize ans, que sait-elle de l’astrophysique, des cycles cosmiques, des orages solaires et de leurs cycles, autant d’informations qui relèvent aussi de la science, mais auxquelles ni elle ni les siens ne font jamais référence quand il s’agit de penser la question du réchauffement climatique – une incontestable vérité: il n’y a pas à douter de ce fait mais des causes que certaines en donnent.

Pour Greta Thumberg, il semble que LA science se réduise au compendium de passages à réciter, hiératique comme dans une cour du palais des papes planétaire, après prélèvement des phrases stabilotées dans les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

A l’Assemblée nationale, où, semble-t-il, elle a été invitée par un monsieur Orphelin, toujours avec le masque de Buster Keaton, elle a froidement fait la leçon à des adultes qui, se faisant mépriser, ont consciencieusement applaudi. Il faudra un jour réfléchir sur le rôle tenu en politique par l’humiliation chez certains qui jouissent à se trouver des maîtres et à jouir dans la soumission – fasciste, brune, rouge, noire, islamiste ou verte. 

Cette fois-ci, le maître est une maîtresse: c’est une jeune fille au corps neutre et à la parole belliqueuse. A la tribune, il semblait que c’était Mélenchon dans le corps d’Alice au pays des merveilles. Effet terrible: la menace du Tribunal révolutionnaire exprimée avec une voix pré-pubère blanche comme la mort… On se croirait dans un manga. Glaciale, elle a tapé les élus, elle a cogné les politiques, elle a frappé les chefs d’entreprise, elle a giflé les adultes, elle a molesté les journalistes, et le public a applaudi, la regardant comme s’il s’était agi d’une nouvelle apparition de Thérèse à Lourdes.

« Nous les enfants », dit-elle quand elle parle! Quelle civilisation a jamais pu se construire avec des enfants? C’est le monde à l’envers! Qui plus est: avec des enfants expliquant aux adultes qu’il n’ont rien à faire des cours qu’ils leurs dispensent et que, de ce fait, ils entendent prendre une année sabbatique avant même d’avoir obtenu le brevet des collèges? C’est vouloir entrer dans le monde du travail en commençant par plusieurs années de retraite!  Il est vrai que le coeur du projet présidentiel du « socialiste » Benoit Hamon…

Que disent les adultes ayant fabriqué cette génération d’enfants rois qui décrète les adultes criminels, irresponsables, méprisables, détestables? Comme dans les mangas SM, ils jouissent et disent « Encore! Encore! »… Elle attaque les journalistes? Et que répond la corporation? Elle prend les coups et se force à sourire: ce serait Mélenchon, ils le vomiraient, mais comme c’est du Mélenchon enveloppé dans les rubans d’Alice, ils baissent le tête, regardent leurs pieds et filent doux… Le fouet claque au-dessus de la tête des patrons? Le Medef se tait et, penaud, tient la main des journalistes.

L’Alice suédoise tance les adultes, elle leur dit, avec son visage non pas de marbre mais de latex: nous sommes des objets de haine, vous nous menacez, vous nous traitez de menteurs. Des adultes sensés incarner la représentation nationale applaudissent… Prenant un plus long fouet, elle ajoute, s’adressant aux mêmes: « vous n’êtes pas assez mûrs ». Dans un spasme de jouissance sadomasochiste, sauf une femme qui semble raison garder, bravo madame, tous applaudissent.

Et puis, le diable est dans les détails, ce cyborg neutre et pâle comme la mort, au visage tendu par les épingles du néant, signe parfois ses imprécations avec l’index et le majeur de chaque main, comme pour signifier des guillemets. Il n’y a que dans ces cas-là qu’elle semble encore humaine.

On retrouve alors, débordant cette intelligence artificielle, un geste d’humanité, même si c’est un geste panurgique: c’est celui d’une gamine de seize ans qui a les tics de son âge – autrement dit: l’éthique de son âge… Cherchons bien, elle pourrait même arborer un tatouage et rentrer dans son hôtel végane en trottinette électrique – escortée toutefois par des motards de la République. Qu’attend Macron pour la nommer en remplacement du ministre que le homard a tué?

Il n’y a rien à reprocher à une enfant qui veut voir jusqu’où va son pouvoir d’agenouiller les adultes, c’est dans l’ordre des choses. Le pire n’est donc pas chez elle, elle fait ce que font tous ses semblables, mais il se trouve chez ces adultes qui jouissent de se faire humilier par l’une de leur créature: un enfant qui fait la leçon aux adultes qui ne mouftent pas et jubilent même de recevoir des coups de leur progéniture, voilà sans conteste matière à conjecturer que nous entrons dans le stade suprême du nihilisme…

Michel Onfray

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/greta-la-science?mode=text

EN BANDE SON :

9 réponses »

  1. « Que dit ce corps qui est un anticorps, cette chair qui n’a pas de matière »
    ça m’a rappelé un autre livre de Mr Onfray, avec un enfant de 11 ans qui faisait la leçon aux maîtres du temple.
    Alors,en route vers le nihilisme, qui sait?

    J'aime

  2. Pour un climatosceptique, je suis un climatogogo. (je crois qu’il y a réchauffement anthropique)
    Cependant, je vais quand même essayer d’adopter le point de vue des 2 parties.
    Déjà, je suis partiellement d’accord avec Onfray : dénoncer les politiciens qui applaudissent une jeune qui vient leur cracher à la gueule, ça, oui. Dénoncer les gens qui instrumentalisent Greta, ça oui (même si c’est dérisoire face à la menace). Dénoncer l’hypocrisie, pas de soucis.
    On a compris que ce n’est pas le coup de foudre de l’été entre Onfray et Greta.
    Il aurait aimé quoi le père Onfray ? qu’une belle brune pulpeuse lui dise « c’est la fin du monde, alors, viens on va baiser un dernier coup » … la, c’est une gamine pas bandante, alors ça lui plait pas ?
    (il devrait peut-être revoir Dr Follamour)
    Je veux bien qu’on critique la forme, mais, uniquement la forme, ça me dérange, comme si on pouvait faire l’impasse sur un tel fond. Comme si le débat scientifique était accessoire, et que, vu que « ils jouent sur la peur », c’est du niveau FN, donc, c’est faux … ???? WTF !
    Quand il dit : « ils entendent prendre une année sabbatique avant même d’avoir obtenu le brevet des collèges? C’est vouloir entrer dans le monde du travail en commençant par plusieurs années de retraite! »
    Non mais quand tu estimes que tu n’as pas d’avenir comme Greta, le brevet des collèges et le monde du travail, tu te le carre ou je pense !
    Moi je veux bien que Onfray estime que le réchauffement soit du flan, que Greta est instrumentalisée, mais, à aucun moment il ne se met à la place de Greta qui pense que c’est la fin du monde et qui fait ce qu’elle peut à son échelle.
    Ce qui lui fait faire quelques contresens.

    J'aime

  3. Greta, c’est tout simplement Guignol, les enfants sont remplacés par ces adultes imbéciles assis sur les bancs du manège et les ficelles sont manœuvrées par qui l’on sait, sauf qu’à la prochaine averse le kiosque se fermera aussi vite qu’il ne c’est ouvert….souhaitons!

    J'aime

  4. Bon sens et pertinence dans votre billet ! Cette jeune fille à la figure et la personnalité dérangeantes nous interroge d abord sur l acceptation par tous ou presque ceux qui nous représentent de se faire  » traiter » d immatures .Sidérant lorsqu on voit tout ce monde applaudir .Faut il que nous en soyons arrivés à un stade tel de régression mentale et intellectuelle pour ne pas envisager autre chose que d admirer un  » littel bouddha  » qui était lui aussi sorti de son mutisme pour prononcer un discours sur la paix et la tolérance ? Comme vous le dites il est certain que cette fillette n a rien inventé et qu elle est manipulée par des adultes illuminés !,
    Pourrait on redevenir capables de réflexion et agir autrement et efficacement sans se vouer à ces saints dans une civilisation qui semblait avoir dépassé le stade de l adoration à des dieux ?

    J'aime

  5. Vous avez bien raison Monsieur Onfray. Continuez à suivre les conseils avisés des lobbys industriels, les politiciens et les mange-merdes qui les vénèrent. Et traitez les chercheurs de bobos alarmistes. En attendant, cela vous permettra de profiter de la situation .
    Par contre, si vous avez l’occasion de découvrir ce qu’est un Asperger, vous allez découvrir un univers fascinant. Et vous changerez sûrement de vision. En tout cas, je l’espère

    J'aime

  6. Onfray est très mauvais dans ce texte certainement par ignorance complète du sujet .Tout d’abord l’argument du jeunisme ne tient pas il y a une multitude d’exemples de résistants, révolutionnaires engagés politiquement à l’adolescence comme Marina Ginestà, Henri Lagrange, Roger Rouxel etc…Mais bon passons.
    Greta Thumberg c’est l’archetype du produit marketing dans sa forme la plus achevée, elle a été minitieusement choisie de son physique quelconque à son handicap pour en faire une machine à fric en or massif 24 carats et on ne peut être qu’admiratif parce qu’en effet c’est le jackpot.
    10 ans plus tard tout le monde à oublié Al Gore qui est remplacé par Greta pour poursuivre l’une des plus ingénieuse escroquerie de tous les temps

    J'aime

  7. Éclairage intéressant analyse à contre-courant.
    Petite rectification pour Lourdes…ce n’est pas Thérèse, elle est à Lisieux et n a jamais eu d apparition, mais Bernadette. Et c est la Vierge Marie qui lui apparaissait 😉

    J'aime

  8. Michel, ou faut il dire Monsieur Onfray !?
    Ce pamphlet a l’acide de la jeune Greta m’a semble bien trop recurrent.
    Laissons vivre et enfin parler les jeunes, ils ont beaucoup a dire – meme sans avoir absorber qu’une partie infime de savoir – meme si c’est les chiffres du GIEC et l’harmonie verte dont elle convoient les informations.
    Quand a ce quelle est physiquement- sans emotion, sans sourire- autiste ou pas -, elle personnifie bien ces visages des gens du Nord de l’Europe, sans emotions visible.
    Je la verrai peux etre sur ces peintures de Rembrant.
    Je ne serai pas contre une ou des ecoles a plusieurs vitesses, tout le Monde n’a pas l’energie pour travailler ou etre torturer par l’ecole tout au long de son enfance et une grande partie de sa jeunesse. Effectivement quand on est passe chez les Jesuites on a toutes les facilites de l’etude en mode spartiate.
    Idriis Aberkane ne parle t il pas de l’apprentissage de la connaissane et de son partage dans des formes ludique, il n’est pas le seul d’ailleurs.
    J’ai moi meme eu des irritations sur les bancs l’ecole car je m’y ennuiyai profondemment et le jour ou je decouvre Baudelaire, j’ai commence a lire a apprecier a comprendre la langue Francaise, je me suis amuser des vers du poete et surtout pas de par Coeur…. la memoire dans ce cas precis annihile le bonheur de la relecture.
    Quand a Greta et ses insultes qu’elle affuble Politiques et Journalistes, ne l’ont ils pas merites ?…
    De pertetuer une societe malade, que faire pour la changer, ce n’est pas l’establishment qui changera sans secousses …
    Comment transformer cette societe et ces jeux de guerres, je te donne du Dollar et tu me donnes ta matiere premiere, mais comme tu n’as pas d’argent, je t’envoie le FMI via le Luxembourg ou les Caimans, pour te preter a taux fort, at an tu ne rembourse pas on t’affamera … Oui ! hors sujet mais pas tout a fait !
    Greta disparaitra, il suffit que les editeurs l’oublie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s